etranger

  • Guangzhou ( Canton) ville la plus insécurisée de Chine,la police va redoubler d'efforts contre les étrangers en situation irrégulière

    chinaafricans.jpg

    La police de Guangzhou, capitale de la province du Guangdong en Chine du sud, a renforcé la répression en cours sur les étrangers qui entrent, vivent ou travaillent illégalement dans la ville.

    Selon la police, Guangzhou est la ville qui compte le troisième plus grand nombre d'étrangers sur la partie continentale de la Chine, après Beijing et Shanghai, avec environ 118 000 personnes enregistrées.

    Cependant, un professeur d'université a dit à la Télévision centrale de Chine en mai que les seuls Africains pourraient être plus de 150 000.

    Les marchands africains sont attirés par Guangzhou en raison de sa proximité avec les usines et autres installations de fabrication et des produits très bon marché, a précisé CCTV, ajoutant que la communauté africaine de la ville -16 000 personnes enregistrées- est la plus grande d'Asie.

    De nombreux marchands africains vendent les produits achetés à Guangzhou dans leurs pays d'origine.

    CCTV a ainsi cité le professeur Li Zhigang, de l'Université Sun Yat-sen de Guangzhou, qui étudie l'immigration africaine depuis 2006, et selon lequel que le nombre d'Africains présents dans la ville devrait fortement augmenter dans les prochaines années.

    Selon le professeur Li, les Africains ont contribué au développement économique de la ville, mais ils font aussi pression sur la gestion urbaine et les ressources sociales. Il a également déclaré que certains immigrés clandestins se rendent coupables de comportements criminels.

    Le Yangcheng Evening News d'hier a rapporté que la police de la ville a mis en place une équipe spéciale visant les étrangers non enregistrés.

    Elle dispose de 30 agents des SWAT, ainsi que de policiers en civil et d'experts en langues étrangères.

    Leur travail consiste à interroger les étrangers et vérifier leurs papiers.

    La police a déclaré que, après le lancement de la première campagne de répression, certains Africains ont émigré vers les zones en dehors de la capitale.

    La gestion des étrangers est encore à ses débuts, bien que la réforme de la Chine et l'ouverture aient commencé il y a plus de 30 ans, a déclaré au journal un fonctionnaire anonyme de l'administration des sorties et entrées de Guangzhou.

    Il a déclaré que certains criminels ont changé leur identité après leur entrée en Chine, et que les autorités de Guangzhou utilisent un nouveau système de comparaison de photos depuis l'année dernière, mais qu'il a encore besoin d'être amélioré.

    Ce fonctionnaire a également précisé que certains Africains se comportent violemment et agressent même la police lors des interrogatoires, ce qui fait que trois agents des SWAT sont habituellement présents quand un Africain est interrogé.

    Parfois, cinq policiers minces n'arrivent pas à contrôler un seul Africain grand et fort, a-t-il dit.

    Selon le journal, les forces de police de la ville cherchent aussi de l'aide auprès d'autres autorités parce qu'elles ne sont pas en mesure de gérer un aussi grand nombre d'étrangers.

    En vertu du droit chinois, toute personne qui fournit un logement aux étrangers qui entrent, travaillent ou vivent en Chine illégalement pourront être mis en détention jusqu'à 10 jours et subir une amende allant jusqu'à 20 000 yuans (3 249 dollars US).

    En juin 2012, plus de 100 Africains se sont rassemblés devant un poste de police à Guangzhou, provoquant des embouteillages, alors qu'ils protestaient contre la mort soudaine d'un Nigérian à la gare.

    Selon les médias locaux, le Nigérian avait refusé de payer la course d'une moto-taxi et une bagarre avait alors éclaté.

    La police a déclaré qu'il était soudainement tombé dans le coma au poste de police et qu'il était décédé malgré les efforts faits pour le réanimer.

    En 2009, plus de 100 Africains s'étaient également rassemblés devant le même poste après avoir appris qu'un Africain se soit tué en sautant depuis son domicile pour éviter un contrôle de passeport.

    Devant l'insécurité grandissante , de nombreux Chinois m'ont déclaré éviter de se rendre dans cette ville qu'ils n'aiment pas d'autant plus que la majorité ne parle pas ou ne veut pas parler le mandarin et qu'ils trouvent la ville sale. Personnellement, je trouve leur jugement exagéré. D'accord, concernant l'insécurité dans certains quartiers , mais concernant la saleté, ce n'est ni plus ni moins que beaucoup d'autres grandes villes chinoises.

    ecran.jpg

  • La Chine accueille les expatriés les mieux payés du monde, 23 % d'entre eux gagnant plus de 235000 € par an

    Tequila01.jpg

    Un des endroits de Chine où il y a le plus d'étrangers: Shekou à Shenzhen

    La partie continentale de la Chine s'offre la troisième place dans le classement mondial des destinations préférées des expatriés en termes d'évolution professionnelle, de bien-être financier et de qualité de vie, selon les résultats de la septième étude Expat Explorer de la banque HSBC publiés hier.

    La Suisse arrive en tête du classement en tant que destination préférée des expatriés, suivie par Singapour, la Chine, l'Allemagne et Bahreïn. Hong Kong est au 10e rang de la liste.

    Du point de vue des conditions financières, c'est en Asie que résident les expatriés les mieux payés, qui ont près de trois fois plus de chance de gagner plus de 250 000 dollars (197 800 euros) par an que leurs homologues en Europe. Au sein de l'Asie, la Chine accueille les expatriés les mieux payés du monde, 23 % d'entre eux gagnant plus de 300 000 dollars par an.

    Les trois catégories professionnelles principales des expatriés en Asie-Pacifique concernent le secteur des banques, assurances et services financiers ; l'éducation ; et le domaine des télécommunications, des technologies de l'information et d'internet. Par ailleurs, 48 % des expatriés qui résident en Asie ont entre 35 et 55 ans. La plus grande partie des expatriés en Asie viennent du Royaume-Uni, soit 34 % de l'ensemble de la population expatriée dans cette région. Ils sont suivis par les expatriés originaires des Etats-Unis et de la Nouvelle-Zélande, qui représentent respectivement 11 % et 6 % de l'ensemble de cette population en Asie.

    Le sondage Expat Explorer a été effectué par la société internationale d'études de marché YouGov en avril et mai 2014, auprès de quelque 9300 expatriés répartis dans plus de 100 pays du monde. L'enquête accorde une attention toute particulière à l'expérience des expatriés dans leur pays d'accueil, et à leur description des opportunités et des défis rencontrés en résidant à l'étranger.

     

  • Bientôt, les Européens seront-ils des travailleurs migrants en Chine ?

    F201206070817272264526004.jpg

    Que sera le futur de la Chine ?  Avec le développement rapide de la Chine, les travailleurs migrants seront bientôt remplacés par des Occidentaux, de sorte qu'ils doivent s'adapter à l'avance », a expliqué Benoit Cézard.

    F201206070817277202141001.jpg

    Le photographe français Benoit Cézard a récemment donné son opinion, après un voyage du nord au sud de la Chine pour une série de photos intitulée « La Chine en 2050 ». Le plus surprenant est que ses sujets sont étrangers.

    Beaucoup de journaux occidentaux veulent faire croire à l'épuisement de la croissance chinois.

    Il est amusant de penser ce que serait la Chine quand la courbe de croissance de la Chine

    et de décroissance de l'Europe se croiseront.

  • L'achat de tickets de train se complique pour les étrangers en Chine

    Les passagers étrangers auront sans doute besoin de plus de temps pour acheter les tickets de trains à grande vitesse dans les agences locales, lorsque les tickets deviendront nominatifs en fin de mois.

    Contrairement aux passagers chinois, qui devront juste montrer leur carte d'identité, les étrangers devront présenter leur passeport ou un autre document, selon la nouvelle réglementation prévue par les autorités ferroviaires. « Les informations inscrites sur ces documents nécessiteront plus de temps pour être vérifiées et écrites par les agents », a expliqué hier un responsable de l'administration du nom de Dong, à la gare de Shanghai.

    Dong a également déclaré que les agents de gare, contrairement au personnel des aéroports ne parlent pas tous anglais ou d'autres langues étrangères, ce qui pourrait mener à des malentendus.

    Le système d'achat nominatif, qui vise à lutter contre le marché noir et à améliorer la sécurité entrera en vigueur le 1er juin à travers toute la Chine.

    L'accession aux trains dont le nom sera précédé des lettres « G », « D » et « C » nécessitera la présentation d'une pièce d'identité.

    Le système reconnaît 23 types de documents d'identité. Les étrangers pourront acheter des tickets en présentant leur passeport, leur permis de résidence temporaire, leur visa ou certificat diplomatique.

    Une pièce d'identité permet l'achat d'un seul ticket pour un trajet donné, ont expliqué les représentants de l'administration ferroviaire. Les passagers devront également présenter leur pièce d'identité et tickets lorsqu'ils monteront à bord des trains.

    À partir du 22 mai, 15 h, les passagers pourront présenter les pièces d'identité acceptées pour acheter des tickets pour des voyages se déroulant le 1er juin.

    « Ce sera sans doute un peu compliqué », a déclaré Laura Imkamp, une étudiante américaine de l'université Fudan à Shanghai.

    Celle-ci explique qu'elle achète souvent des tickets pour des amis et qu'il est toujours délicat de confier son passeport à quelqu'un.

    Afin d'accélérer le processus, Dong conseille aux passagers étrangers d'utiliser leur permis de résidence, issu par la police locale et plus facile à reconnaître qu'un passeport, dont la présentation et les informations changent selon les pays.

    Dans une agence située près de Jing'an Temple, le personnel a déclaré qu'il entrera sans doute le numéro des pièces d'identité au lieu des noms, « trop compliqués à épeler ».

    Si les étrangers ne présentent pas de pièce d'identité, ils devront se munir d'une lettre de leur consulat prouvant leur identité et se rendre à la police ferroviaire pour obtenir des certificats temporaires, ont précisé les autorités.

    Les responsables de l'administration ont souligné que les machines automatiques installées dans les gares ne reconnaîtront que les pièces d'identité chinoises. Mais les usagers étrangers munis d'un passeport pourront réserver leur ticket par téléphone au 95105105.