etat voyou

  • En matière d'espionnage et de diffamation, les Etats-Unis , ce sont le pyromane qui crie "au feu" et le voleur qui crie "au voleur"

    Récemment, WikiLeaks a posté des documents prouvant que l'Agence Nationale de Sécurité des États-Unis, la fameuse NSA, a écouté des hauts responsables des finances français et de grandes entreprises exportatrices depuis plus de dix ans. Il ne fait aucun doute que l'on a là affaire à un cas flagrant d'espionnage économique. Quand on y ajoute la surveillance de trois présidents français menée par la NSA déjà révélée par le même site, toutes ces choses mises ensemble montrent que les détestables activités d'espionnage des Etats-Unis sur la France ont atteint des proportions scandaleuses.

    Espionner les informations classifiées d'autres pays et de leurs dirigeants est une pratique habituelle des services de renseignement américains. Mais que les États-Unis n'épargnent même pas les dirigeants de pays alliés, c'est pour le moins surprenant et qui étonne tous les Chinois. Selon certains rapports, en 2012, des hackers américains ont réussi à pénétrer les ordinateurs de la présidence française. Et l'année dernière, ce fut le téléphone de la chancelière allemande Angela Merkel qui a été espionné par l'agence de renseignements américaine.

    Un allié est un allié, et pour pouvoir durer, les relations entre alliés doivent se baser sur la confiance. La surveillance étroite de la France par les États-Unis démontre clairement une chose : les États-Unis ne considèrent pas la France comme leur allié, mais comme leur « serviteur ». Ils ont tellement peur que ces « serviteurs » en viennent un jour à ne plus écouter la voix de leur « maître » qu'ils veulent les surveiller et, si nécessaire, élever la voix. Les Chinois sont aussi étonnés du peu de réactions en France. Juste le minimum afin de faire croire qu'il y a une réaction , mais la réalité est que le régime français est à ce point inféodé au régime de Washington que le pays ,passé cette petite réaction pour la forme, semble considérer l'événement comme un fait acquis.

    usa-vous-écoute-MPI.jpg

    Certaines personnes sont un peu « accros à l'espionnage », et cela, on peut à la rigueur le comprendre. Le problème est que cette « addiction à l'espionnage » des Etats-Unis est devenue incontrôlable et témoigne d'une situation de plus en plus folle. En juin 2013, le magasine allemand « Der Spiegel » (Der Spiegel) avait révélé que les Etats-Unis procédaient à une surveillance et à des écoutes illégales des bureaux et des représentations de l'UE à l'étranger. En octobre 2013, le journal français « Le Monde » avait annoncé que la NSA avait surveillé 70,3 millions  d'appels en France, et que la cible n'était pas seulement des extrémistes, mais aussi des hommes politiques et hommes d'affaires français. Et si en 2009, il y avait eu 260 sorties d'avions militaires américains pour des missions de surveillance étroite des eaux chinoises, en 2014, elles ont atteint pas moins de 1 200 sorties.

    L'espionnage américain des autres pays a suscité l'indignation et la condamnation vigoureuses des peuples du monde entier, rendant son existence très difficile. Pour transférer la cible, et réduire la pression pesant sur eux, les États-Unis ont soudainement eu une idée. Laquelle ? Tout simplement accuser d'autres État de se livrer à des « attaques en réseau ». Récemment, James Clapper, Directeur de la NSA a ainsi gratuitement laissé entendre que la Chine était le « suspect numéro un » de l'« attaque en réseau » dont a été victime le Bureau de gestion du personnel américain. Pourtant, il n'a pas été en mesure d'avancer la moindre preuve à l'appui de ses propos. Cela montre de la manière la plus claire que l'agence de renseignement américaine se comporte comme le voleur qui crie « au voleur ! », ce qui est une façon d'agir des plus méprisables.

    La « rumeur » est aussi un modus operandi des services de renseignement américains. Récemment, une rumeur a commencé à circuler. Selon un article publié le 28 juin par le site internet du « Wall Street Journal », les services de renseignement américains ont déclaré que si les militants islamistes et autres insurgés tentaient de s'emparer de bastions clé du gouvernement syrien, celui-ci pourrait alors utiliser des armes chimiques sur une grande échelle pour les protéger.

    Or, comme nous le savons tous, l'année dernière, le gouvernement syrien a, sous le contrôle d'inspecteurs internationaux, rendu toutes ses armes chimiques. Comment pourrait-il alors y avoir encore ce genre d'armes ? Il y a fort à parier que répandre de telles rumeurs a pour but, premièrement de discréditer le gouvernement syrien et de porter atteinte à sa légitimité, et que, deuxièmement, si jamais quelqu'un venait effectivement à utiliser des armes chimiques en Syrie, les Etats-Unis pourraient immédiatement en attribuer la responsabilité aux dirigeants du gouvernement syrien, ce qui servirait de prétexte aux États-Unis pour s'ingérer davantage encore dans les affaires de ce pays.

    jp-NSA-articleLarge.jpg

    Source: le Quotidien du Peuple

     

  • Éric Zemmour : La vraie guerre froide se situe entre la Chine et les États-Unis

    ZEMMOUR-RTL1-660x330.jpg

    Eric Zemmour parle d'or quand il présente le vrai visage  des Etats-Unis. Ils sont responsables de beaucoup de conflits et surtout ils sont dangereux pour la Chine dont ils ont toujours rêvé  voir la partition comme ils ont fait avec l'URSS.

    On aime ou on n'aime pas l'URSS, mais il faut reconnaître que c'est grâce aux Russes que nous fûmes débarrassés d'Hitler. C'est Stalingrad qui fut déterminant pour précipiter la défaite de l'Allemagne.

    Vis-à-vis de la Chine, c'est vrai que la guerre froide n'a jamais cessé depuis que les Communistes chinois ont pris le pouvoir en Chine. Il n'y a qu'à voir comme ils ont déformé et amplifié les incidents de Tian'anmen et comment ils s'en servent encore aujourd'hui pour modeler l'opinion publique occidentale .

    Des étudiants chinois , téléguidés par la CIA , ont entraîné de pauvres bougres dans des actions que le peuple chinois réprouvait. Ces étudiants étaient certains de sortir gagnants après ces incidents. S'ils avaient réussi dans leurs entreprises destructrices , ils auraient occupé de beaux postes dans les différentes parties de la Chine qu'ils auraient réussi à faire éclater. En échouant, ils sont tous devenus milliardaires aux Etats-Unis , récompensés pour services rendus.

    Le régime américain en 1989 se voyait seul gendarme du monde . Il pensait déployer ses tentacules sur toute la planète. Déjà les médias occidentaux présentaient un monde d'où avaient disparu les communistes . C'était compter sans la Chine qui démontre que l'on peut vivre et bien vivre sous un régime communiste . Que s'il y a plusieurs capitalismes , il y a aussi plusieurs communismes , le Président chinois Xi Jinping en est l'incarnation.

    Le show pour Obammao, l'incompétence pour Hollande et le pragmatisme pour Xi Jinping.

     

  • La Chine publie un rapport sur les droits de l'homme accablant pour les Etats-Unis

    imagesTFVKVBNV.jpg

    La Chine a répondu vendredi aux critiques et aux commentaires irresponsables des Etats-Unis sur sa situation des droits de l'homme en publiant un rapport sur les problèmes liés, aux droits de l'homme aux Etats-Unis. Les Américains qui ne respectent rien ni personne sont toujours les premiers à provoquer des guerres sans oublier les crimes contre l'humanité qu'ils ont commis au Vietnam . De nombreux Vietnamiens souffrent encore de l'agent orange qu'ils ont déversé en masse sur le Vietnam.

    Un document intitulé L'Etat des droits de l'homme aux Etats-Unis en 2013 a été publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement chinois) en réponse aux Rapports sur les pratiques des pays en matière de droits de l'homme en 2013 publiés jeudi par le Département d'Etat américain.

    Dans son rapport, la Chine assure que de sérieux problèmes ont persisté l'année dernière aux Etats-Unis concernant les droits de l'homme et précise que la situation s'est même détériorée dans de nombreux domaines.

    Se posant en "juge mondial des droits de l'homme", le gouvernement américain a, de nouveau, "effectué des attaques arbitraires et prononcé des commentaires irresponsables" sur la situation des droits de l'homme dans près de 200 pays et régions, explique le rapport chinois.

    "Cependant, les Etats-Unis ont pris soin d'éviter de faire état de leurs propres problèmes dans le domaine des droits de l'homme", souligne-t-il.

    LE MONDE A TRAVERS PRISM

     

    wikileaks-c0935.jpg

    Le document chinois qualifie le programme américain PRISM, qui exerce une vaste surveillance à long terme aux Etats-Unis et à l'étranger, de "violation flagrante du droit international" et estime que ce programme "porte gravement atteinte aux droits de l'homme".

    Les services de renseignement américains, s'appuyant sur les données fournies par les entreprises des secteurs de l'Internet et des télécommunications, dont Microsoft, Google, Apple, Facebook et Yahoo, suivent ainsi les contacts privés et les activités sociales des citoyens américains.

    ROBOTS TUEURS ET CONVENTIONS NON RATIFIEES

     

    etats-unis-n-ont-enquete-que-de-maniere_377c3d6023e44961c7a1d1a8b08525ab.jpg

    Le rapport pointe également du doigt le grand nombre de civils tués durant les fréquents raids de drones américains dans des pays tels que le Pakistan et le Yémen.

    La partie américaine a mené 376 attaques de drones au Pakistan depuis 2004, tuant 926 civils, selon le rapport.

    A ce jour, les Etats-Unis n'ont toujours pas ratifié ou participé à une série de conventions clés des Nations unies sur les droits de l'homme, notamment le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, la Convention relative aux droits de l'enfant et la Convention relative aux droits des personnes handicapées, rappelle le rapport.

    SANCTIONS CRUELLES ET EXCEPTIONNELLES

     

    droits-de-l-homme-manifestent-pour-la-fermeture-de-la-prison-de-guantanamo-le-11-avril-2013-a-washington.jpg

    La mise à l'isolement est populaire dans le système carcéral américain, critique le rapport.

    Le pays compte quelque 8.000 prisonniers placés en isolement, dans des cellules exiguës, mal ventilées et ayant peu ou pas de lumière naturelle. Certains sont même incarcérés ainsi depuis plus de 40 ans.

    VIOLENCES PAR ARMES A FEU

    une-des-victimes-de-la-fusillade-de-la-nouvelle-orleans-aux-etats-10913122fjcef_1713.jpg

     

     

    Le culte américain des armes à feu engendre de la violence et fait chaque année 11.000 morts dans le pays.

    Le rapport cite les statistiques du FBI expliquant que les armes à feu ont été utilisées dans 69,3% des homicides, 41% des braquages et 21,8% des agressions graves.

    "En 2013, 137 personnes sont mortes dans 30 tueries de masse aux Etats-Unis", précise le rapport.

    CHOMAGE ET PERSONNES SANS DOMICILE

    sdf.jpg

     

    "Les Etats-Unis restent confrontés à une situation difficile en matière d'emploi, alors que le taux de chômage du pays reste élevé", précise le rapport.

    D'après le document, le taux de chômage chez les ménages à faibles revenus a atteint 21%, tandis que le nombre de sans-abri a augmenté de 16% entre 2011 et 2013.

    "Il existe également un grand nombre d'enfants travaillant dans le secteur agricole aux Etats-Unis, et leur santé physique et mentale a été gravement atteinte", indique le rapport.

    Le rapport de vendredi est la 15e édition annuelle publiée par la Chine en réponse aux accusations américaines.

     

    imagesB6PWAFLU.jpg

     

  • Le scandale des écoutes de la NSA oblige les Etats-Unis à cesser le battage médiatique autour des « hackers chinois »

    001fd04cfc2213e2f8ed17.jpg

     

    D'après un article paru dans la presse américaine, les révélations concernant les écoutes téléphoniques de dirigeants de plusieurs pays par l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) portera invariablement atteinte à la politique diplomatique américaine. En outre, certains analystes estiment que le scandale poussera Washington à cesser le battage médiatique autour des « hackers chinois ».

    L‘article explique que les relations diplomatiques étant basées sur la confiance mutuelle, la crédibilité des Etats-Unis étant remise en cause, Washington peinera à maintenir ses alliances, à influencer l'opinion publique et à conclure des accords commerciaux.

    Les diplomates interviewés ont reconnu que l'espionnage entre Etats était une pratique courante au niveau mondial. L'ancien ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a d'ailleurs confié lors d'une interview télévisée : « L'ampleur de l'écoute nous a choqués. Mais soyons honnêtes, nous écoutons aussi. Tout le monde écoute tout le monde. Simplement nous n'avons pas les moyens des Etats-Unis, ce qui rend jaloux »

    L'ambassadeur du Royaume-Uni au Liban Tom Fletcher a lui-même récemment déclaré : « Je pense qu'au moins six pays écoutent mes communications téléphoniques. Les diplomates parlent de moins en moins des affaires sensibles au téléphone ».

    Madeleine Albright, secrétaire d'Etat américaine sous l'administration Clinton, a également assuré avoir été écoutée par la France, puisque l'ambassadeur français lui avait un jour demandé d'expliquer des propos qu'elle avait tenus lors d'une conversation privée.

    La semaine des révélations, le gouvernement français a condamné fermement l'enregistrement par la NSA, en 30 jours, de 70,3 millions de conversations téléphoniques en provenance de France.

    Selon Madeleine Albright, les révélations d'Edward Snowden ont gravement affecté les décideurs politiques américains. Lors d'une conférence tenue au Center for American Progress à Washington, elle a d'ailleurs déclaré que le secrétaire d'Etat américain John Kerry devait avoir des journées difficiles depuis l'éclatement de l'affaire ».

    Sachant que les Etats-Unis et l'Europe négocient actuellement pour établir un accord de libre-échange, les révélations d'Edward Snowden pourraient jouer en faveur des pays européens.

    Martin Shulz, le président du Parlement européen, a posé la question suivante : « Comment pouvons-nous nous faire confiance réciproquement si, une fois réunis autour du tapis vert, nous sentons que notre interlocuteur sait déjà de quoi nous allons parler ? »

    Henry Farelle et Martha Finnemore de l'Université Georges Washington estiment que des suites de la découverte de l'espionnage de dirigeants étrangers par la NSA, Washington ne pourra plus se permettre de faire preuve d'hypocrisie. Dans la revue Foreign Affairs, ils ont expliqué que les documents dévoilés obligeaient Washington à cesser son battage médiatique autour des activités des « hackers chinois ».

    Selon Kiron Skinner, responsable du Centre des relations internationales et politiques de Carnegie Mellon University, les révélations d'Edward Snowden pourraient compromettre les opérations anti-terroristes de Washington, car les pratiques de surveillance de la NSA ne correspondent pas au discours de Barack Obama, qui a affirmé que les activités d'espionnage s'inscrivaient principalement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

    Enfin, comme l'a dit Skinner, « c'est parce que les pays alliés faisaient confiance au président américain qu'ils ont accepté de faire prendre des risques à leurs propres armées ».

     

    Nous savions déjà que les Etats-Unis ne s'embarrassaient de mensonges quand ils voulaient provoquer une guerre. Nous voyons aussi que quand c'est leurs intérêts , contre la Chine, contre la Russie etc... ils n'hésitent pas à aider et financer les terroristes.

     On devait quand même savoir qu'on ne pouvait jamais faire confiance à une nation , probablement le plus grand état voyoux, qui est la seule à avoir lancer une bombe atomique sur des gens ( et même 2) , d'avoir déversé l'agent orange au Vietnam et j'en passe.

  • Pour l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, les Etats-Unis mènent des interventions militaires et une politique monétaire au détriment de l’équilibre économique mondial.

    112776925.png

    Alors que le gouvernement américain veut faire croire au monde qu’il est le champion de la morale, de manière plus ou moins couverte, il torture les prisonniers de guerre, cible des civils avec des attaques de drones et espionne les leaders politiques et économiques dans le monde. Sous ce qui est réputé être la Pax Americana, nous n’avons pas réussi à trouver un monde où les Etats-Unis chercheraient à éviter la violence et les conflits, à réduire la pauvreté et les déplacements de population et feraient leur possible pour apporter une vraie paix durable.

    Au lieu d’honorer leurs devoirs en tant que nation dominante et responsable, l’egocentrique Washington a abusé de son statut de super-puissance, introduit encore plus de chaos dans le monde en diffusant des risques financiers à l’international, a été l’instigatrice de tensions régionales… et a lancé des guerres injustifiées sous des prétextes fallacieux basés sur un tissu de mensonges avérés.

    Le résultat est que le monde est encore en train de chercher comment s’extirper d’un désastre économique dû à la voracité des élites de Wall Street, alors que les meurtres et les bombes sont le quotidien du peuple irakien des années après que Washington s’est vanté de l’avoir libéré du joug d’un tyran. Plus récemment, la division bipartite itérative de Washington sur le budget fédéral et le plafond de la dette met en danger ses partenaires économiques surchargés de valeurs en dollar et une communauté internationale très angoissée.

    Il faut mettre un terme à ces jours d’inquiétude, où la destinée de tous est entre les mains d’une nation hypocrite et un nouvel ordre mondial doit être mis en place pour que toutes les nations, pauvres ou riches, petites ou grandes, puissent voir leurs intérêts primordiaux respectés et protégés sur un pied d’égalité.

    untitled.png

    Pour commencer, toutes les nations doivent se plier aux principes de base des lois internationales, ce qui inclut le respect de la souveraineté et cesser de se mêler des affaires domestiques des autres.

    Les économies émergentes et les pays en développement ont besoin de faire entendre leur voix dans les institutions financières internationales, ce qui inclut la Banque mondiale et le fond monétaire international, de façon à mieux refléter les transformations du paysage économique et politique actuel.

    Ce qui induit une réforme-clé : la mise en place d’une nouvelle monnaie de réserve internationale, qui doit être créée pour remplacer le dollar américain, afin que la communauté internationale puisse être tenue à l’écart des désordres politiques intérieurs des Etats-Unis. Ces bouleversements n’ont pas pour but d’écarter complètement les Etats-Unis, ce qui serait impossible, mais plutôt d’encourager Washington à jouer un rôle plus constructif.”

    ▪ Le processus est en marche. Dernier exemple en date : la Chine a pesé de tout son poids aux côtés de la Russie pour empêcher l’intervention américaine en Syrie. Les Américains ont plié.

     

    LIU CHANG

  • Affaire Snowden : en critiquant l'attitude de la Chine, les Etats-Unis passent d'Etat voyou à Etat ridicule

    burns.jpeg

    William Burns (à droite), a critiqué l'attitude de Pékin jeudi lors d'une rencontre avec de hauts responsables chinois aux Etats-Unis. 

    Moralement, mais les Etats-Unis ont-ils jamais eu de la moralité, après avoir été pris dans la sac, Washington devait se faire tout petit. Mais les Yankees sont orgueilleux et surtout , ils se croient toujours les maîtres de la planète. .

    Leur attitude n'est pas seulement immorale, elle est ridicule . Car le régime de Washington sait parfaitement bien que Pékin n'a aucun pouvoir sur la politique de Hong Kong.

    Si depuis qu'il a retrouvé sa liberté le Territoire de Hong Kong est retourné à la Chine, en vertu du principe de "un pays ,deux systèmes, seul le gouvernement de Hong Kong était juridiquement apte à régler l'affaire Snowden , comme toute affaire de chancelerie qui se passe sur territoire hong kongais.

    On frémit à l'idée de ce qui se serait passé si une quelconque autorité de Beijing était intervenue dans ce dossier qui relève exclusivement des autorités de Hong Kong .

    Si la Chine n'avait pas respecté ,à juste titre, les décisions du gouvernement de Hong Kong , j'entends déjà le tollé dans les pays occidentaux et les médias s'en seraient donnés à coeur joie . Les médias occidentaux choisissant toujours la voie de la propagande plustôt que la voie l'information.

     

     

    burns.jpg

    S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe à la fin du 5e Dialogue stratégique et économique sino-américain, le conseiller d'Etat chinois Yang Jiechi a indiqué que la Chine a toujours respecté Hong Kong dans sa gestion des questions juridiques en conformité avec la loi, y compris dans le cas Snowden, qui a quitté Hong Kong pour la Russie le 23 juin.

     

    Le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong "a géré le dossier Snowden conformément à la loi et son approche a été irréprochable. Les autres parties devraient le respecter", a indiqué M. Yang.

     

     

  • Tous aux côtés d'Edward Snowden !Signez la pétition !!!

    Voici le lien pour signer une pétition en faveur d'Edward Snowden (le site est multilingue).Ce lien je vous l'avais déjà présenté le 15 juin. Je réitère ma demande de pétition car nous smmes près d'un million et demi à soutenir ce jeune homme courageux qui n'hésite pas ,malgré tous les risques que cela comporte, à défier les maffias politiques et les Etats voyous.

     

    https://secure.avaaz.org/fr/stop_prism_fr/?copy

    https://secure.avaaz.org/en/stop_prism_global/?fbdm

    A l'attention du Président Barack Obama:

    Monsieur le Président, nous vous appelons à faire en sorte qu'Edward Snowden soit traité de manière juste et humaine dans le cadre d'une procédure civile et régulière. Le programme PRISM est l'une des plus grandes violations de la vie privée jamais commises par un État. Nous vous demandons de le supprimer sans délai et de reconnaître qu'Edward Snowden a agi, non comme un criminel, mais dans l'intérêt de tous.
     

     

     

     

    1,333,498

    1,333,498 ont signé. Aidez-nous à atteindre 1,500,000

    Publié le 13 Juin 2013
    À seulement 29 ans, ce jeune homme vient de risquer sa vie - sa petite amie, son emploi, sa maison – pour révéler le scandaleux programme PRISM mis en place par le gouvernement américain, qui lit et enregistre nos mails, messages Skype, publications Facebook et appels téléphoniques depuis des années .

    Auparavant, Bradley Manning avait lui aussi transmis à Wikileaks ce type d’informations. Les États-Unis l’ont alors incarcéré, nu, en cellule de confinement dans des conditions qualifiées par l’ONU de « cruelles, inhumaines et dégradantes ».

    Les autorités - et la presse - décident en ce moment même de la manière dont elles vont traiter ce scandale. Si nous sommes des millions à soutenir Edward dans les prochaines 48 heures, nous ferons comprendre aux autorités américaines qu’Edward doit être traité comme le courageux lanceur d’alerte qu’il est et que c’est le programme PRISM qu’il faut éliminer.
     
  • La Chine espére que les Etats-Unis éviteront à l'avenir d'utiliser un double critère face à la question du terrorisme

    sans-titre.png

    La Chine s'oppose aux remarques des Etats-Unis concernant l'attaque au Xinjiang

    On pourrait supposer qu'apès les divulgations d'espionnage et les cyber-attaques effectuées par les Etats-Unis vers le monde entier, ceux-ci que l'Agence de presse chinoise ,Xinhua, n'ont pas hésité ,à juste titre ,de qualifier de nation voyou , tiendraient un profil bas.

    Au contraire !!! Mais on en n'est pas étonné. Car comme une bête blessée , les Etats-Unis ne sont jamais aussi dangereux pour la planète que quand ils sont atteints dans leur orgueil ,qu'ils ont démesuré. Les Yankees n'aiment pas être pris la main dans le sac.

    Comme hier quand ils ont armé les Talibans dans le seul but de faire chuter l'URSS en Afghanistan , avant d'enter en guerre contre eux, les Américains apportent leur aide aux terroristes islamistes qui tentent de fomenter des troubles en Chine et cette politique de deux poids deux mesures n'a pas l'heur de plaire aux autorités chinoises.

     

    Edward_Snowden.jpg

    La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a annoncé vendredi que la Chine espérait que les Etats-Unis éviteront à l'avenir d'utiliser un double critère face à la question du terrorisme.

    Mme Hua a fait cette remarque en réponse à une question sur des remarques proférées par les Etats-Unis concernant une violente attaque survenue mercredi dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest).

    Un total de 24 personnes ont été tuées par des émeutiers dans le bourg de Lukqun du district de Shanshan dans le Xinjiang. Des assaillants ont attaqué les postes de police du bourg, un immeuble du gouvernement local et un chantier de construction. Ils ont également mis le feu aux véhicules de police. Vingt-et-un agents de police et civils ont été blessés.

    La police a ouvert le feu, abattant onze émeutiers sur place, et en a capturé quatre autres qui étaient blessés.

    Les Etats-Unis ont indiqué qu'ils suivaient étroitement les rapports sur les violences. Ils ont également exhorté la Chine à mener une enquête approfondie et transparente sur l'incident et à fournir un dû procès et la protection légale aux personnes en détention.

     

    prisonniers-du-camp-x-ray-de-guantanamo-en.jpg

    prisonniers du camp x-ray de guantanamo



    Le porte-parole américain du département d'État, Patrick Ventrell, a indiqué que les Etats-Unis étaient "profondément préoccupés" par les rapports de discriminations latentes et de restrictions contre les Ouïgours et les musulmans en Chine.

    "Nous avons pris note des remarques du porte-parole du Département d'Etat des Etats-Unis", a affirmé Mme Hua, ajoutant que la Chine n'appréciait ni ces remarques ni les critiques américaines contre les politiques ethniques et religieuses de la Chine.

    Elle a indiqué que le gouvernement chinois protégeait les droits du peuple et la liberté de croyance selon la loi et quelque soit le groupe ethnique.

    Mme Hua a noté que les Etats-Unis, victimes eux-mêmes du terrorisme, étaient pourtant bien au fait des dangers posés par celui-ci.

    La Chine espère que les Etats-Unis collaboreront avec la communauté internationale pour lutter contre le terrorisme et renforcer la coopération internationale en la matière, a-t-elle ajouté.

    pic.jpg

  • Les Etats-Unis, "le plus grand voyou de notre temps"(Xinhua)

    espion.jpg

    La Chine s'est déclarée dimanche "profondément préoccupée" par les cyber-attaques menées contre elle par des agences de renseignement américaines et a protesté auprès des Etats-Unis, a annoncé l'agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle).

    Les dernières informations de presse sur le cyber-espionnage de la Chine par des agences américaines "ont une nouvelle fois prouvé que la Chine est la victime de cyber-attaques, et nous avons déjà émis des protestations auprès de la partie américaine", a dit Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, citée par l'agence.

    F201212190830242611611429.jpg

     

    Ces informations "montrent que les Etats-Unis, qui ont longtemps essayé de se présenter comme une victime innocente des cyber-attaques, se sont révélés être le plus grand voyou de notre temps", a estimé l'agence officielle chinoise.

    Les Etats-Unis "doivent des explications à la Chine et aux autres pays qu'ils ont accusés d'avoir espionné. Ils doivent faire connaître au monde l'étendue et les objectifs de leurs programmes de piratage clandestins", a déclaré Xinhua.

    Les Etats-Unis ont l'habitude de se présenter comme victime et d'accuser les autres pays des malversations dont ils sont les auteurs.¨Comme pour la monnaie où ils accusent sans cesse et sans fondement la Chine de trafiquer sa monnaie alors que les Etats-Unis sont avec le Japon ,les plus grands manipulateurs de monnaie.

     

    Xinhua_Logo.png

     

     

    xinhua.jpg

    Depuis Bruxelles, Liu Jiang surveille la trentaine de bureaux de l'Agence Chine nouvelle (Xinhua) en Europe. Sur un total de 140 dans le monde et probablement 200 en 2020. Pour Liu Jiang, l'important est de faire entendre la voix de la Chine, en particulier à ceux qui n'en ont qu'une idée vague, pour que cesse « l'incompréhension » dont elle est victime en Occident. Pour cela, l'agence de presse emploie 90 journalistes chinois en Europe, et une cinquantaine d'Européens, à qui il est demandé de « se mettre dans la peau d'un Chinois ».