erentrer des mots clefs

  • AUJOURD'HUI, LA LIBERTE DE RELIGION EST TOTALE EN CHINE

    2774850753_7f9e27c26b.jpg

    Le tourisme religieux devient de plus en plus populaire en Chine

    shenzhen 2010 061.jpg

    C'est une des premières choses qui m'a frappé lors de mon arrivée en Chine , c'est la ferveur religieuse des Chinois et surtout de la grande dévotion de jeunes qui prient dans les différents temples que j'ai visités aux quatre coins de la Chine. Que ce soit dans les nombreux temples envahis par les touristes ou dans un temple plus modeste et ignoré des curieux comme celui de Tianjin où j'assistai à la cérémonie funèbre lors du décès de mon beau-père les fidèles prient , brûlent l'encens et font des offrantes , surtout des fruits , e qui a toujours étonné le mécréant que je suis.

    A Tianjin , j'ai pu visiter une église et assister à un office , de même , comptant parmi mes amis plusieurs musulmans chinois , j'ai pu visiter plusieurs mosquées , ici à Shenzhen mais aussi à Xi'an où la mosquée est construite selon l'architecture chinoise , càd plusieurs petits pavillons entourant de nombreuses cours , le tout clôturé par un mur.

    Au Tibet, j'ai pu constater dans les lamaseries la même ferveur et liberté de pratiquer son culte que dans les temples bouddhistes où l'on pratique le bouddhisme chinois qui est la plus importante religion du pays.

    xining.jpg

    mosque_xi-an_5sfw.jpg

    Yang Haiyun, âgée de 57 ans, et qui est devenue bouddhiste à la fin des années 1980, essaie de visiter deux sites sacrés du bouddhisme chaque année.

    « J'aime séjourner dans un temple pendant plusieurs jours de temps à autre ; je peux ainsi y étudier les écritures saintes, méditer et apprendre auprès de pélerins de tous les milieux sociaux », a-t-elle dit, alors qu'elle était en chemin vers un temple du Mont Zhongnan, dans la province du Shaanxi, dans le Nord-Ouest de la Chine.

    « Ces petits séjours m'apportent la paix de l'esprit et une meilleure tolérance dace aux dures réalités et aux difficultés de nos vies rapides », a dit cette native de Xi'an, qui a pris sa retraite de professeur de l'enseignement primaire l'année dernière.

    « L'intérêt croissant pour la religion chez les Chinois a stimulé ces dix dernières années le marché du tourisme national lié à la religion », a dit Yang Fenggang, un professeur qui dirige le Centre sur la Religion et la Société Chinoise à l'Université de Purdue, aux Etats-Unis.

    Le nombre croissant de touristes sur les sites religieux comme le Temple de Shaolin, bien connu pour être le symbole du kong-fu chinois, donne aussi aux gens une chance d'en apprendre davantage sur la religion, a dit le professeur Yang.

    Sur les 130 000 sites religieux que compte le Continent chinois, de nombreux sont devenus des attractions touristiques.

    « A l'heure actuelle, 85% des gens en Chine sont croyants à un titre ou à un autre ou pratiquent une religion quelle qu'elle soit », a dit le professeur Yang, citant les résultats d'une enquête sur la vie spirituelle des Chinois menée en 2007 par le Groupe Horizon Research Consultancy de Beijing.

    Les religions de type folklorique, qu'on appelle aussi religions populaires, ont également été comptées dans l'enquête, a-t-il ajouté.

    En Chine, les religions populaires sont très répandues chez les personnes qui n'ont pas forcément envie de suivre une religion institutionnelle comme le bouddhisme ou l'islam mais pratiquent de nombreuses activités de cartomancie ou de fengshui, a-t-il remarqué.

    La croissance du bouddhisme est extraordinaire, avec près de 18% des 7 021 personnes ayant répondu à l'enquête s'étant déclarés croyantes.

    Ce qui concrètement, d'après ce pourcentage, veut dire que plus de 200 millions de Chinois croient au bouddhisme.

    Cependant, d'après une estimation de l'Association Bouddhiste de Chine, ce chiffre n'était que de 100 millions il y a dix ans.

    Grâce à une plus grande liberté et une plus grande tolérance sociale, les besoins religieux, un instinct humain ainsi que l'appelle le professeur Yang, se sont davantage manifestés, a-t-il dit.

    En plus de destinations touristiques qui présentent des caractéristiques religieuses, comme le Mont Wudang dans la province du Hubei, au Centre de la Chine, riche en culture taoïste, l'agence de voyage China Sunrise Travel Service, de Beijing, a lancé ces dernières années des circuits à thème religieux au Népal et à Taiwan, a dit Zhang Rui, une des responsables du secteur tourisme religieux de l'agence.

    Ce genre de circuits comprend en général des séjours dans des temples et d'autres activités religieuses comme la méditation et des cours de bouddhisme, a-t-elle dit.

    De même, le tourisme est devenu une source majeure de revenus pour les lieux de culte, disent les experts.

    Ainsi, par exemple, le très célèbre Temple Lingyin, dans la ville de Hangzhou, dans l'Est de la Chine, avait déclaré en 2001 des revenus annuels d'environ 70 millions de Yuans (10,5 millions de Dollars US), d'après Li Xiangping, un professeur qui dirige le Centre de Recherche Culturelle de l'Université Normale de l'Est de la Chine.

    shenzhen 2010 087.jpg



    Ses revenus actuels pourraient à présent dépasser un milliard de Yuans, a-t-il dit dans un entretien récent.

    Attirés par le profit et davantage d'exposition médiatique, les gouvernements locaux de certaines villes où existent des sites religieux ont commencé à lancer des projets, comme la construction ou la rénovation de temples et leur commercialisation à l'échelle nationale, a dit le professeur Li.