environnement

  • Les pots-de-vin liés à l'environnement sont dans la ligne de mire de la justice chinoise

    001ec92b90291504ae7802.jpg

    Les autorités vont punir sévèrement les fonctionnaires qui abusent de leur pouvoir pour couvrir des crimes liés à l'environnement, a déclaré le Parquet populaire suprême, jeudi.

    « Pour protéger l'économie et obtenir un bon rendement du PIB, certains gouvernements locaux et agents d'application de la loi ont couvert des crimes ou réduit des peines », a déclaré Li Zhongcheng, directeur adjoint du service d'enquête du Parquet sur les malversations et les infractions.

    En mars et avril, les services nationaux chargés des poursuites ont autorisé les organes de la Sécurité publique à enquêter sur 228 affaires d'actes illégaux qui ont nui à l'environnement, une augmentation de 10,1 % par rapport à l'année dernière, selon le Parquet.

     Pendant cette période, les procureurs nationaux ont accusé 3 309 suspects ayant un lien avec 2 158 affaires, soit une augmentation de 14,4 %.

    La plupart des fonctionnaires ayant fait l'objet d'une enquête travaillaient dans les secteurs de la protection de l'environnement, de la foresterie, de la conservation de l'eau et de la sécurité publique et auraient accepté des pots-de-vin  pour ne pas déclarer ou punir des contrevenants aux lois sur la protection de l'environnement, a déclaré M. Li.

    « Certains d'entre eux ont prétendument négligé leurs devoirs pour permettre des émissions polluantes, et ils ont abusé de leur pouvoir pour approuver des projets polluants », a-t-il dit.

    Certains sont allés jusqu'à conspirer avec des suspects et à accepter des pots -de - vin pour faciliter des projets polluants, en supprimant ou en réduisant de manière aléatoire des frais sur les eaux usées et des amendes applicables, ce qui a causé de grosses pertes économiques, a-t-il dit.

    Selon le Parquet, le manquement au devoir et les malversations de fonctionnaires en protection de l'environnement et de l'écologie ont causé 25 morts, 12 blessés et 3,1 milliards de yuans (498 millions $) de pertes économiques en 2013.

    « Les graves dommages environnementaux causés par ces crimes ne peuvent être réparés à court terme », a déclaré M. Li.

    Yuan Ming, directeur adjoint du service d'enquête et de supervision du Parquet, a déclaré que les entreprises impliquées devraient être blâmées pour les graves incidents liés à la pollution.

    « Leur sensibilisation est relativement faible en matière juridique, et pour réduire les coûts et récolter des profits élevés, ils ont failli à installer de l'équipement permettant de filtrer les particules polluantes, et ils ont permis l'évacuation à volonté de polluants », a-t-il dit.

    Des difficultés pratiques surgissent dans le traitement de ces crimes, a affirmé M. Yuan, ajoutant qu'il est difficile d'identifier les victimes ou de trouver des témoins ou des informateurs dans les crimes liés à la pollution.

    Il est également difficile d'obtenir des preuves. « Dans de nombreux cas, lorsque nous trouvons un indice, la source d'eau polluée a été diluée, et il est difficile de déterminer le niveau de pollution et les éléments toxiques », a déclaré M. Yuan.

    Les services de poursuite vont intensifier la supervision de la protection de l'environnement et les secteurs de la Sécurité publique, signaler les crimes et sanctionner les contrevenants en temps opportun, a déclaré M. Yuan. Il a ajouté que d'autres mesures seront prises pour éliminer les fonctionnaires qui abusent de leur pouvoir pour fournir des « parapluies protecteurs » aux criminels.

    Selon Hong Daode, professeur de droit à l'Université du Peuple de science politique et de droit, le droit pénal en matière de protection écologique et environnementale , la Chine est à la traîne par rapport à d'autres pays.

    « Nous devons améliorer les lois pour clarifier les différents crimes et les normes de fixation des peines, et appliquer plus de sanctions pénales », a-t-il dit.

     

  • Les qualités de l'air, de l'eau et du sol chinois sont dramatiques

     

    Seules trois des 74 plus grandes villes chinoises étaient en-dessous du seuil national de pollution l'année dernière, selon le Rapport sur la situation environnementale de Chine.

    Haikou, Zhoushan et Lhassa étaient les moins polluées en 2013, tandis que Beijing, la ville voisine de Tianjin et les villes de la province du Hebei sont celles où la situation était la plus critique.

    Parmi les 10 villes connaissant les plus graves problèmes de pollution, sept se trouvent dans le Hebei, dont les trois plus polluées : Xingtai, Shijiazhuang et Handan.

    Les Pékinois n'ont respiré un air « bon » que 175 jours l'année dernière.

    A Shanghai, les autorités environnementales ont déclaré que la ville avait eu 241 « bonnes » journées.

    Lors d'une conférence de presse tenue à quelques jours de la Journée mondiale de l'environnement du 5 juin, le vice-ministre de la Protection de l'environnement Li Ganjie a cité le rapport en déclarant que la situation environnementale en Chine s'était globalement améliorée, mais que la qualité de l'eau n'était « pas encourageante » et que la pollution atmosphérique était « grave ».

    Dans les 10 plus grandes vallées fluviales de Chine en 2013, environ 9 % des cours d'eau étaient classés dans la catégorie V, le plus bas niveau. Parmi les 4778 sites surveillés, la qualité de l'eau souterraine était considérée comme « faible » ou « extrêmement faible » pour environ 60 % d'entre eux.

    Quant à la qualité de l'air dans les villes, l'accumulation de polluants comme le dioxyde de souffre et de dioxyde nitrique a provoqué des pluies acides qui ont affecté principalement les régions bordant le fleuve Yangtsé, en particulier le sud de ses cours inférieur et intermédiaire, soit 10,6 % du territoire chinois.

    La pollution des sols et la dégradation des terres sont aussi inquiétantes, selon Li, qui a fait remarquer que la superficie des terres arables a diminué de 80 200 hectares en 2013, et que l'érosion du sol concerne 295 millions d'hectares au total.

    Les sols chinois se sont avérés principalement pollués par les activités industrielles et agricoles. Environ 82,8 % des terres polluées ont été contaminées par des matières inorganiques, les trois principaux polluants étant le cadmium, le nickel et l'arsenic.

    L'usage répandu des antibiotiques dans l'élevage a également accru les risques de pollution.

    Zhou Shengxian, ministre de la Protection de l'environnement, a indiqué à l'agence de presse Xinhua que les émissions des principaux polluants avaient diminué en 2013.

    Les émissions de demande chimique en oxygène, par exemple, ont baissé de 2,9 % par rapport à 2012, tandis que les émissions de dioxyde sulfurique ont diminué de 3,5 %. Cependant, le pourcentage des rivières de catégorie V parmi les 10 principales vallées fluviales n'a perdu que 1,2 point de pourcentage sur la même période.

    Quant à la qualité de l'air urbain, un plan d'action lancé par le gouvernement chinois en 2013 a avancé 35 mesures intégrées. Il prévoit notamment une réduction de l'utilisation du charbon et des concentrations de particules inhalables, ainsi que la fermeture d'entreprises polluantes.

    En avril, l'amendement d'une loi sur la protection de l'environnement a été approuvé. La nouvelle loi stipule que la protection de l'environnement est une règle fondamentale et qu'elle doit primer sur le développement.

    Zhou a fait part de son intention d'améliorer le système judiciaire afin d'établir une supervision plus rigoureuse des problèmes environnementaux, et de combattre la pollution de l'eau, de l'air et des sols.

    Selon Li, ces trois types de pollution font partie des principales missions du ministère, qui prévoit d'élaborer au plus vite des plans d'action contre la pollution de l'eau et des sols.

    Il a également souligné la nécessité de mieux gérer l'interaction entre le développement économique et la protection de l'environnement.

  • 100 pandas géants manifestent dans les rues de Shanghai pour la protection de l'environnement

    0019b91ed6e014f7c4c122.jpg

    Le 2 juin, l'exposition « 1st Panda », constituée de 100 figurines de pandas géants fabriquées à l'aide de chutes de bambou recyclées, accueillait pour la première fois les visiteurs à Shanghai. Cette exposition a pour but de sensibiliser le public à la protection de l'environnement.

    L'environnement et la lutte contre la pollution sont parmi les premières préoccupations du gouvernement chinois.

    De nombreuses mesures ont été prises dont la sensibil

     

  • Le Président Xi Jinping promet le "rêve chinois" , le PM Li Keqiang ne veut pas sacrifier l'environnement

    132240240_21n.jpg

    Le président chinois Xi Jinping s'est engagé dimanche à faire des efforts ardus pour mettre en oeuvre "le rêve chinois".

    "Face aux changements des temps et aux aspirations du peuple à une meilleure vie, nous ne pouvons avoir la moindre complaisance ni le moindre relâchement dans notre travail", a déclaré Xi Jinping lors de la cérémonie de clôture de la première session de la 12e Assemblée populaire chinoise (APN, Parlement chinois).

    "Nous devons continuer nos efforts, pousser en avant avec une volonté inébranlable la grande cause du socialisme à la chinoise et nous dévouer à la réalisation de notre rêve du grand renouveau de la nation chinoise", a-t-il ajouté.

    Pour ce faire, la Chine doit suivre son propre chemin, a souligné le nouveau président chinois.

    Selon M. Xi, le peuple chinois de toutes les ethnies doit avoir une confiance renouvelée dans la théorie, la voie et le système du socialisme à la chinoise, et s'avancer bravement et inébranlablement sur cette voie juste.

    Pour réaliser la Voie chinoise "nous devons diffuser l'esprit chinois, qui combine l'esprit de la nation avec pour noyau le patriotisme et l'esprit de modernité avec pour noyau la réforme et l'innovation", a-t-il fait remarquer.

    Le peuple chinois de tous les groupes ethniques doit quant à lui diffuser l'esprit de la nation et l'esprit de modernité, renforcer le lien et l'élan spirituels de la solidarité et de la poursuite incessante de l'amélioration, de même qu'il doit avancer vers l'avenir avec vigueur et dynamisme, a déclaré le président Xi Jinping.

    001ec94a271512afab3e63.jpg

    Le 17 mars 2013, le nouveau premier ministre chinois Li Keqiang a rencontré les journalistes chinois et étrangers lors d'une conférence de presse organisée à l'issue de la clôture de la 1re session de la 12e APN (Assemblée populaire nationale). En réponse à une question sur la pollution environnementale et la sécurité alimentaire en Chine posée par le correspondant du Figaro Arnaud de La Grange, M. Li Keqiang a donné son explication sur le concept d'une version avancée de l'économie chinoise : il faut garantir de l'air propre, de l'eau pure et une alimentation saine au peuple au cours du développement.

     

    « Depuis quelques jours, un nuage de pollution couvre Beijing et une grande région de l'est du pays. Je partage votre préoccupation. Il faut une détermination plus ferme et des efforts plus effectifs pour résoudre ce problème qui a été formé il y a longtemps. Il faut établir un calendrier précis pour le contrôle du problème dans les régions les plus touchées et les facteurs humains qui ont été identifiés. Quant aux pollutions de l'eau et du sol, il faut d'abord connaître le problème à fond pour le résoudre totalement », a déclaré le premier ministre lors de sa conférence de presse.

     

    En réponse à une question sur la possibilité de l'accélération de la transformation du mode de croissance extensive, M. Li a souligné sa préoccupation. « Nous n'acceptons pas la pauvreté basée sur un bel environnement comme 'l'eau claire et la montagne verte', un environnement qui se détériore en raison de la fortune n'est pas acceptable. Nous devons perfectionner la théorie pour promouvoir le développement scientifique. D'abord il ne faut pas contracter de nouvelles dettes, comprenant l'augmentation du seuil de la protection environnementale. Ensuite, il faut payer les anciennes dettes, concernant l'élimination des capacités de production obsolètes. Une poigne de fer est nécessaire lors de l'application de loi et l'enquête de la responsabilité.»

    001ec94a271512afac1200.jpg

    Le correspondant du Figaro Arnaud de La Grange.

     

    « Il s'agit d'un sujet qui concerne directement la qualité de la vie et la santé du peuple. Le gouvernement doit inspecter et punir les produits contrefaits et de mauvaise qualité et faire payer cher les criminels », a dit Li Keqiang en parlant de la sécurité alimentaire.

     

    « Nous ne devons pas courir après le développement économique au détriment de l'environnement. Il faut rendre publics et transparents les résultats de la régularisation des problèmes liés à la pollution et à la sécurité alimentaire et faciliter la surveillance du public et des médias. L'important est de former un mécanisme d'engrenage qui aidera à renforcer la responsabilité des entreprises et du gouvernement et à appeler le peuple à la protection écologique. Nous respirons le même air et nous devons ainsi travailler ensemble. Chacun doit faire tout son possible. Le gouvernement est déterminé plus que jamais à rassurer son peuple », a souligné M. Li.

     

  • L'environnement sera le sujet brûlant des deux sessions politiques annuelles pour les autorités chinoises

    F201302261546341816418169.jpg

    En Chine, la question de la pollution de l'eau et de l'air va attirer l'attention «sans précédent» lors des prochaines deux grandes réunions politiques du pays.

    Les questions environnementales devraient être les sujets brûlants de l'actualité, au cours des deux prochaines sessions, ont expliqués les représentants qui sont chargés de préparer les propositions et lois.

    «Cette année les deux sessions pourront mesurer l'importance des questions environnementales à un niveau sans précédent", a souligné Zhao Jindong, un expert en biologie et universitaire en lien avec l'Académie chinoise des sciences.

    «Je travaille sur une proposition concernant la protection des ressources de l' eau du fleuve Yangtze et des deux plus grands lacs d'eau douce du pays : Le lac Poyang et le lac Dongting» , a déclaré Zhao, un membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC).

    La pollution des sols est le sujet sur lequel Wang Mingwen travaille actuellement pour pouvoir faire des propositions lors des deux prochaines sessions.

    RTEmagicC_usine-sulfure-Yangtse_PeterAlbrecht_txdam34209_4d40ce.jpg

    «Avec ce sujet controversé, haut combien d'actualité : la pollution atmosphérique et la pollution des eaux souterraines, le ministère de la Protection de l'environnement doit connaître une grande pression cette année», a déclaré Wang, un expert en droit de la province du Sichuan et membre de l'Assemblée Nationale Populaire (ANP).

    Les questions environnementales ont suscité fortement l'attention du public, à commencer par les PM2.5, ces particules de moins de 2,5 microns qui peuvent pénétrer dans les poumons et la circulation sanguine.

    « La Chine est entrée dans l'ère des "trois P" : PIB, IPC et les PM2.5," a expliqué le ministre de l'Environnement, Zhou Shengxian, lors d'une conférence environnementale au niveau national en janvier.

    Pour la première fois, les PM2.5, l'indicateur clé de la qualité de l'environnement, a été mentionné par un responsable au même niveau que le PIB, le produit intérieur brut, qui illustre le développement économique, et de l'IPC, l'indice des prix à la consommation.

    beijing-air-polllution-1-1358182202.jpg



    «Le public est exigeant concernant une amélioration de la qualité de l'environnement tout autant qu'il demande un niveau de prix stable», a fait remarquer Zhou Shengxian.

    Contrairement aux autres formes de pollution, la pollution atmosphérique peut affecter un grand nombre de personnes, indépendamment de leur revenu et du statut social.

    De vastes régions du pays ont été enveloppées d'un smog important et ce quatre fois au mois de janvier, pour atteindre plus de 1,4 million de mètres carrés.

    Dans certaines régions, la pollution a atteint des niveaux records, notamment, supérieure à 900 microgrammes par mètre cube dans la capitale, le plus haut niveau enregistré depuis que la ville de Beijing a commencé à publier les données au début de l'année 2012.

    Depuis lors, les résidents de Beijing sont conscients du fait que la pollution de l'air est inévitable tant qu'il n'y a pas de vent fort.

    Les masques vendus dans la ville, et le prix des purificateurs d'air continue d'augmenter. A noter que les ventes des feux d'artifice pendant la Fête du Printemps ont baissé de 35% par rapport à l'année dernière.

     

    air-pollution-in-Beijing--006.jpg



    Alors que la population essaie par ses propres moyens de lutter contre la pollution atmosphérique, de plus en plus de personnes placent leurs espoirs dans les mesures du gouvernement.

    Le remède possible est la prévention de la loi sur la pollution atmosphérique, qui est en cours de révision.

    Le projet a été remis au Conseil d'Etat il y a trois ans, mais n'est pas encore cette année sur la liste des législation prévues.

    « Comme moi, de nombreux experts, ont appelé à accélérer le processus législatif de cette loi, dans l'espoir de la voir sur la liste l’année prochaine», c’est ce que vient de déclarer à China Daily, Chai Fahe, vice-président de l'Académie chinoise de recherche pour les sciences de l'environnement, qui a participé à la rédaction du projet.

    Alors que l'attention du public se porte sur la pollution atmosphérique, les spécialistes de l'environnement ont mis en garde par rapport aux problèmes environnementaux existant dans tout le pays, soit dans: le sol, l'air, l’eau en surface, les eaux souterraines et les terres agricoles.

    Le 11 février, les allégations selon lesquelles des entreprises de la province du Shandong pompaient dans le sol l'eau polluée à près de 1000 mètres de profondeur, sont apparues sur Internet, suscitant l'attention des médias locaux et des services environnementaux.



    Après une enquête qui a duré une dizaine de jours, ces cas n'ont pas encore été révélés.

    Mais la situation de la pollution des eaux souterraines en Chine est toujours préoccupante. Les médias ont rapporté que la qualité des eaux souterraines dans 55% des 200 villes ont été gravement polluées, citant une enquête menée par le ministère du Territoire et des Ressources en 2011.

    Les experts estiment que la pollution dans le sol des terres agricoles n'est pas meilleure que dans l'eau et l'air. Les chiffres du ministère de la Protection de l'environnement, dans les années 90, montraient que plus d'un dixième des terres arables du pays étaient polluées. Mais selon les experts, la situation actuelle a certainement empiré depuis ces deux décennies.

    Les ministères ont lancé une enquête sur la pollution des sols du pays en 2006, mais les résultats n'ont toujours pas été publiés.

    L’autre signe inquiétant est l’augmentation sans cesse des protestations déclenchées par les questions environnementales, environ 29% par an depuis 1996, a révélé Yang Zhaofei, vice-président de la Société chinoise pour les sciences de l'environnement, lors d'une réunion au niveau national en octobre 2012.

    2012 a vu des manifestations à Ningbo, la province du Zhejiang, à Shifang dans le Sichuan et à Qidong, la province du Jiangsu, entre juillet et octobre, toutes déclenchées par les inquiétudes concernant les projets locaux pouvant présenter des risques environnementaux pour la communauté et de savoir si les projets ont subi des tests officiels ou non.

    Ces trois cas ont finalement vu les gouvernements locaux promettant d'annuler définitivement les projets.

    Gao Jixi, directeur de l'institut écologie de l'Académie chinoise de recherche en sciences de l'environnement, a indiqué à China Daily qu'il travaille sur une proposition quant à la manière de résoudre la contradiction entre le développement et l'environnement.

    «Les deux sessions cette année peuvent résoudre les problèmes environnementaux, par rapport à plusieurs aspects, comme la contribution des consommateurs et des industries, plutôt que de se focaliser sur les fonctions des services de la protection de l'environnement», a déclaré le membre de la Conférence politique consultative du peuple chinois.

  • Les Français et la protection de l'environnement , vus par une Chinoise

    459390.jpg

    Les Français, dans leur mode de vie, sont-ils plus respectueux de l'environnement que les Chinois ? L'auteur,YI SHU est une Chinoise expatriée en France qui décrit ses impressions.

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6833/zh/archive/2013/01/23/les-francais-et-la-protection-de-l-environnement-vu-par-une.html

    Site traduit en :
       

    Reading the article in English http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6833/en/archive/2013/01/23/les-francais-et-la-protection-de-l-environnement-vu-par-une.html

     

     

    Les Français sont conscients de l'importance de protéger l'environnement et cette idée se reflète au travers des moindres détails de leur vie. Prenons pour exemple le tri des ordures. Dans chaque quartier résidentiel de Paris, il y a trois poubelles différentes : une jaune pour les déchets recyclables, une verte pour les déchets non recyclables et une blanche pour les bouteilles en verre.

     

    À mon arrivée à Paris, je ne connaissais pas très bien cette classification. Un jour, alors que je descendais les poubelles, j'ai déposé un sac d'ordures directement dans le compartiment jaune. Mon ami chinois, en se pinçant le nez, s'est précipité pour récupérer le sac et le jeter dans la poubelle verte. Il m'a expliqué que chaque déchet doit être déposer au bon endroit, où nous risquions de nous faire critiquer par nos voisins français. En effet, j'ai noté par la suite que mes voisins étaient soucieux au tri sélectif. J'ai même vu un petit enfant jeter, sur la pointe des pieds, sous l'œil attentif de sa mère, une bouteille vide dans la poubelle appropriée.

     

    En Chine, le système du tri sélectif a déjà commencé à être mis en œuvre dans les lieux publics et les quartiers résidentiels des grandes villes comme Beijing et Shanghai. Deux types de poubelles existent : celles pour les déchets recyclables et celles pour les déchets non recyclables. Mais, en comparaison, les Chinois restent assez indifférents à la protection de l'environnement. Malgré les étiquettes sans équivoque sur les poubelles, beaucoup de gens, par habitude, jettent leurs déchets sans prêter attention au tri. Et si quelqu'un ose leur faire une remarque, on dira à cette personne de se mêler de ce qui la regarde. En réalité, l'environnement est l'affaire de tous. On a besoin de ce genre de personnes pour nous le rappeler.

     

    Dans les grandes villes en France, la voiture n'est pas à la mode. Les jeunes ne souhaitent pas posséder à tout prix une voiture et sont même fiers de ne pas se déplacer avec ce moyen de transport. Les Français préfèrent prendre le métro ou le bus, plus écologiques et plus pratiques. De plus en plus se mettent au vélo, pour protéger de l'environnement tout en faisant de l'exercice. À Paris comme dans d'autres grandes villes, davantage de pistes cyclables ont été aménagées et des vélos en libre-service sont disponibles dans l'ensemble de l'agglomération. D'ailleurs, les Parisiens, qui ne manquent pas de créativité, ont également inventé de nombreux autres modes de transport, comme la planche à roulettes. De temps en temps, alors que vous marchez dans les rues de Paris, un « bolide à roulettes » passe à côté de vous à toute vitesse, dont le « pilote » peut tout aussi bien être un écolier de dix ans, un jeune de vingt ans ou une personne aux cheveux blancs.

     

    Les Français possèdent plutôt des véhicules de petite cylindrée, car le gouvernement, en vue de réduire les émissions de carbone, a adopté des mesures pour inciter la population à acheter des petites voitures, tout en imposant de lourdes taxes aux propriétaires de grosses voitures. Avec le temps, les petites voitures, qui permettent de protéger l'environnement et de faire des économies à l'achat, ont gagné en popularité.

     

    Traditionnellement, la Chine était un pays où le vélo était roi. Mais de nos jours, de moins en moins de Chinois se déplacent à bicyclette et de plus en plus optent pour l'utilisation de la voiture. Aujourd'hui, on compte déjà à Beijing plus de cinq millions d'automobiles. Aux yeux de certains Chinois, posséder sa propre voiture est une fierté. Ceux qui n'ont pas d'argent se serrent la ceinture pour acheter une véhicule à bas prix ; ceux qui en ont un peu achètent une voiture de luxe. Plus la voiture est imposante et plus ils en sont fiers, ce qui explique justement la croissance rapide du marché automobile en Chine.

     

     

    En France, on sensibilise dès leur plus jeune âge les enfants à l'écologie . Le fils de mon amie, qui n'est encore qu'au CP, comprend déjà l'importance de la protection de l'environnement. Une fois, il a déclaré à sa mère : « La maîtresse m'a dit que les ressources naturelles de la Terre sont limitées. Si on ne les économise pas, nos enfants ne pourront plus les utiliser. Donc, il faut protéger le ciel bleu et la rivière verte. Si on les salit, nos enfants ne les verront jamais. »

     

    Le discours naïf de cet enfant prouve que ce concept de protection de l'environnement a déjà été profondément ancré dans son esprit. Heureusement, les enfants chinois, particulièrement ceux habitant dans les grandes villes, sont de plus en plus conscients du besoin de préserver l'environnement. Lorsque ma nièce, qui est en 2e année de l'école primaire, voit des gens jeter des déchets partout dans la rue, elle indique que cet acte est malsain car il pollue l'environnement, puis ramasse les détritus pour les mettre dans une poubelle.

     

     

    Cependant, certaines habitudes des Français ne sont pas respectueuses de l'environnement aux yeux des Chinois. Par exemple, en France, pour des raisons d'esthétique urbaine, il est interdit d'étendre son linge dehors sur son balcon. Comme la plupart des Occidentaux, les Français ont l'habitude d'utiliser un sèche-linge. À l'inverse, les Chinois, perpétuant la tradition de leurs ancêtres, font généralement sécher leurs vêtements au soleil. N'est-ce pas la façon la plus écologique ?

     

    En France, l'eau du robinet est propre et potable. Cependant, la plupart des Français consomment généralement de l'eau en bouteille tout au long de l'année et ne font chauffer de l'eau que pour boire du café ou du thé. Mais cette pratique produit un grand nombre de déchets liés à ces bouteilles en plastique. Les Chinois, eux, ont l'habitude de faire bouillir de l'eau du robinet pour boire de l'eau chaude, particulièrement en hiver. La vente d'eau en bouteille fonctionne principalement pendant l'été caniculaire. Par conséquent, la consommation d'eau en bouteille par habitant en Chine est beaucoup plus faible que celle en France. Il faudrait donc que cette habitude chinoise, meilleure pour l'environnement, s'étende dans ce pays.

     

    Chauffe eau solaire très répandu en Chine

    Dans certaines villes , pas de chauffe eau solaire, pas de permis de bâtir

     

    Les Français utilisent par ailleurs de nombreux produits de nettoyage, comme les détergents et les désinfectants. Par exemple, dans la cuisine, chaque produit a sa fonction : un pour nettoyer le plan de travail, un autre pour l'évier et un autre encore pour le robinet. Leur classification très précise permet un résultat optimal. Mais en fait, ces nettoyants contiennent des substances chimiques qui polluent l'environnement à divers degrés. Les Chinois, eux, regorgent de techniques populaires pour remplacer ces produits de nettoyage. Par exemple, pour nettoyer la saleté et les tâches d'huile, le vinaigre, la poudre alcaline et le dentifrice sont très efficaces, à des prix abordables et plus écologiques que les produits chimiques.

     

    En France, le parti écologiste des Verts promeut des initiatives axées sur l'environnement. Mais il me semble que certaines mesures sont trop radicales, comme par exemple, le fait d'abandonner l'énergie nucléaire et la remplacer par l'énergie éolienne. En réalité, l'énergie nucléaire n'est pas aussi dangereuse que les gens l'imaginent et l'énergie éolienne n'est pas aussi écologique que les gens le prétendent. L'énergie éolienne génère une intense pollution sonore, qui peut nuire gravement aux hommes et aux constructions. Parmi les nombreux Français qui habitent près d'éoliennes, ils ont observé que leurs maisons se fissurent et qu'ils souffrent de troubles de l'audition, de vertiges et d'insomnies. Du fait des plaintes de ces personnes, de plus en plus d'éoliennes sont installées en mer, loin de toute habitation. Mais cela implique la transmission de l'énergie sur de longues distances, processus à la fois coûteux et non écologique. Par conséquent, je partage l'avis d'un ami français sur ce point : « Il est préférable de changer ses mauvaises habitudes néfastes vis-à-vis de l'environnement plutôt que de développer l'énergie éolienne. »

     

     

    D'un point de vue global, le concept de la protection de l'environnement et les actions écologiques ne sont pas aussi présents en Chine qu'en France. Mais de nombreuses habitudes des Chinois seraient néanmoins bonnes à imiter. Les Chinois et les Français doivent donc apprendre les uns des autres, afin de mieux protéger l'environnement terrestre.

     

     

     

  • La Chine renvoie aux Pays-Bas des déchets importés illégalement

    Les autorités chinoises ont renvoyé par bateau aux Pays-Bas 30 conteneurs de déchets solides illégalement importés en Chine.

    Maquillé par de faux documents, ce lot de 753 tonnes de déchets avait été acheté par Hepu, une entreprise de négoce de la province centrale de l'Anhui, via une compagnie basée à Taiwan, ont révélé les autorités douanières de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu.

    Une enquête a découvert qu'après avoir acheté les déchets à bas prix, l'entreprise en sélectionnait les pièces de "valeur", notamment les papiers et les plastiques, pour les revendre avec une haute marge bénéficiaire. Le reste des déchets était alors déversé dans la nature sans considération pour l'environnement.

    La loi chinoise relative au contrôle des déchets solides interdit l'importation des déchets solides qui ne peuvent être utilisés comme matière première ou qui sont dangereux pour l'environnement.

    Cependant, alléchées par le potentiel de gros bénéfices, certaines entreprises se mettent à la contrebande ou passent par des organisations d'outre-mer pour importer illégalement des déchets étrangers en Chine.

    En 2011, les douanes chinoises ont découvert 1 121 cas d'importations illégales de déchets solides, dont 10 400 tonnes de déchets métalliques, 16 000 tonnes de déchets plastiques et 250 500 tonnes de déchets divers.

  • Le vice-président chinois met l'accent sur la conservation de l'eau

     
     
     

     

    Le vice-président chinois Xi Jinping a appelé dimanche à la sensibilisation à l'économie de l'eau et à l'innovation dans la conservation de l'eau dans le pays.

    Xi Jinping s'est ainsi exprimé lors d'un événement marquant la Journée nationale de vulgarisation scientifique. Il a également visité une exposition sur les technologies de l'économie de l'eau.

    "La disponibilité des ressources en eau par habitant est très limitée en Chine. La conservation de l'eau constitue une solution principale au problème lié aux ressources en eau dans le pays", a estimé le vice-président.

    Lors de sa visite à une exposition de réalisations et inventions scientifiques par des étudiants à Beijing, Xi Jinping a encouragé les jeunes chinois à cultiver depuis leur enfance un intérêt pour les sciences et technologies et à développer leurs capacités en recherche scientifique.

    Il a appelé la société à prêter une plus grande attention à la formation des jeunes, tout en les encourageant à apprendre davantage de connaissances scientifiques et technologiques et à participer davantage aux activités sociales.

    Xi jinping a également visité un quartier résidentiel à Beijing, indiquant que les quartiers résidentiels étaient les unités de base dans la construction d'une société harmonieuse, le renforcement de la gestion sociale, ainsi que l'enrichissement des connaissances scientifiques et culturelles du peuple.

    Cette année, le thème de la Journée nationale de vulgarisation scientifique est "économiser l'énergie et les ressources, protéger l'environnement écologique, assurer la sécurité et la santé, et promouvoir l'innovation et la création".

    Plus de 4 000 activités de vulgarisation scientifique devraient avoir lieu à travers la Chine.

  • La Chine fête la Journée Mondiale de la Terre

    Journée de la Terre : protéger l'environnement dès l'enfance

     

    001aa0c6c27e0f1b73753b.jpg

    Le lycée Banda dans la ville de Dexing de la province du Jiangxi, situé dans une région montagneuse, a récemment organisé une activité sur le thème « Protégeons la Terre et soignons nos foyers ». Plus de 200 lycéens y ont participé de façon différente, par exemple en nettoyant les rivières environnantes de leurs déchets. Sur la photo, ils portent la sphère utilisée par leur enseignant de géographie, pour exprimer leur amour et les soins qu'ils souhaitent apporter à la Terre.

    001aa0c6c27e0f1b730d34.jpg

    Le 21 avril, des enfants de la crèche Yinhe d'Yichang dans la province du Hubei participent à un concours de fabrication d'objets d'artisanat, avec du papier usé, des bouteilles, des canettes, etc.

    001aa0c6c27e0f1b734f37.jpg

    Le 21 avril, à la veille de la Journée de la Terre, des enfants de la crèche Bihaimingzhu de Taizhou dans la province du Zhejiang et leurs parents fabriquent des sacs avec de l'étoffe usée.

    001aa0c6c27e0f1b734f38.jpg

     

    001aa0c6c27e0f1b733735.jpg

    Le 21 avril, des élèves de l'école primaire de Xiaoxiang de la ville de Yantai dans le Shandong participent à une activité de peinture sur la protection de l'environnement.

    001aa0c6c27e0f1b733736.jpg

    001aa0c6c27e0f1b736439.jpg

    Le 21 avril, des agents de police de la défense frontalière de Tangshan dans la province du Hebei apprennent aux écoliers des connaissances sur la protection de l'environnement et font avec eux des peintures sur ce thème.

    001aa0c6c27e0f1b73753a.jpg

     

  • La ville de Guangzhou, grande gagnante des Jeux asiatiques

    Les Jeux asiatiques, qui vont se clôturer samedi dans cette métropole du sud, ont amélioré considérablement l'image de Guangzhou et fortifié le sentiment d'appartenance des habitants à cette ville.Selon une enquête récente, plus de 80% des habitants locaux ont affirmé qu'ils allaient y vivre pour longtemps.

     

    13622062_31n.jpg

    Seulement 8% des interviewés ont répondu que la ville de Guangzhou n'était qu'une ville provisoire dans leur parcours.

    Cette enquête, conduite par l'Institut de Journalisme et de Communication de l'université de Ji'nan, située à Guangzhou, a sondé un total de 1 100 habitants ces six derniers mois. Toutes les personnes interrogées ont vécu dans cette ville plus de six mois.

    René Trigallez , expatrié belge , vivant à Guangzhou depuis 2003 m'a dit combien il était heureux de vivre à Guangzhou et fier de cette ville dont il a vu la transformation et la naissance de tous les nouveaux buildings et notamment la "Demoiselle à la taille fine" dont il est un amoureux jaloux sans que cela ne fasse ombrage à son couple.

    P1000359.jpg

    L'enquête a constaté que 91,75% de ces personnes ont déclaré que les Jeux asiatiques ont contribué à l'amélioration de l'image et de la réputation de Guangzhou, et 82,75% ont trouvé que les Jeux asiatiques ont aidé à améliorer l'environnement culturel et l'industrie des divertissements de la ville.

    Zhang Lei, directeur adjoint du centre de l'opinion publique à l'université de Ji'nan, cité par le journal China Daily, a déclaré que davantage d'habitants ont commencé à aimer leur ville après qu'elle ait bénéficié de l'organisation des Jeux asiatiques.

    "Le trafic urbain s'est particulièrement amélioré grâce à un nouvel éclairage de pointe et à l'extension du réseau ferroviaire", a précisé M. Zhang:

    Bien que peuplée de plus ou moins 15 millions d'habitants, le trafic routier y est assez fluide et le métro beau , propre et sécurisé avec des rames qui se suivent de 2 en 2 minutes .

     

    P1000382.jpg

    Après avoir visité 35 villes de plus d'un million d'habitants , pour moi , Guangzhou est la troisième pus belle ville de Chine , après Shenzhen et Beijing mais avant Shanghai et Chengdu. Dans les prochains jours , vous pourrez lire l'interview de René Trigallez pour qui sans hésitation Guangzhou est la plus belle ville de Chine.