environement

  • POLLUTION EN CHINE , LE GOUVERNEMENT REAGIT!!!

    La Chine est en passe d'atteindre ses objectifs en matière de pollution
     
     
     
    PollutionAutomobilePekin20091126.jpg
     
     
    Ces déclarations et témoignages sont un contrepoint aux allégations d'ONG comme Greenpeace qui ne manquent jamais de fustiger la Chine dans les domaines écologiques et de la pollution.Choisissant le ton de la polémique ces ONG préfèrent user et abuser de la propagande que d'informer de manière objective.Parler de la pollution en Chine , c'est d'abord avoir une idée claire de la situation actuelle et de l'historique de la pollution industrielle.
    Aujourd'hui , c'est un fait , la Chine vient en tête des pays pollueurs . Mais quand on tient compte du taux de pollution par rapport au nombre de la population , la Chine se trouve bien loin dans ce classement et derrière la plus part des pays européens. Ces pays qui avaient déjà pollué la planète de manière inquiétante quand la Chine n'avait pas encore émis la moindre pollution industrielle . Et de plus , ce sont les Occidentaux qui profitant de l'inexpérience des chinois en la matière qui venant y construire les premières usines ont enclenché ce  cycle de pollution . 
    Aucun journal occidental, aucune de ces ONG n'ont relevé , ce qu'ils savent très bien , que les autorités chinoises ont été les plus promptes à réagir .Alors qu'en Occident la réaction contre la pollution a mis plusieurs décades (plus d'un demi-siècle) à s'organiser , il n'a pas fallu vingt ans pour que le gouvernement chinois ne s'alarme et prenne des mesures pérennes contre la pollution et ses acteurs.
    La Chine est en passe de battre ses objectifs de réduction de pollution majeure de l'air et de l'eau pour 2010, a annoncé le Ministre de la Protection de l'Environnement Zhou Shengxian.
    Fort de son succès, le pays va inclure deux polluants supplémentaires dans son programme de contrôle obligatoire des émissions lors de la période du 12e Plan Quinquennal (2011-2015).
    nengyuan.jpg
    « La Chine a amélioré de façon spectaculaire sa capacité de prévention de la pollution, et elle s'apprête à atteindre la réduction des émissions de dioxyde de soufre et de demande chimique en oxygène entre 2005 et 2010 », a ainsi dit M. Zhou, dont les paroles ont été citées vendredi par le Quotidien du Peuple lors d'un forum international sur l'environnement et le développement.
    Le dioxyde de soufre est un indicateur majeur de la pollution de l'air et la demande chimique en oygène est une mesure utilisée pour déterminer le niveau de pollution de l'eau.
    A la fin de l'année dernière, les niveaux d'émission de dioxyde de soufre avaient baissé de 9,6% par rapport aux niveaux de 2005, tandis que la demande chimique en oxygène avait baissé de 13,1% durant la même période.
    Cela met la Chine en très bonne position pour atteindre son objectif de réduction des deux polluants de 10% d'ici la fin de 2010.
    De nouveaux objectifs, concernant l'oxyde d'azote, qui cause des pluies acides et des brumes, et l'ammoniac-azote, qui provoque la constitution de sources excessives de nourriture pour les bactéries en milieu aquatique, seront inclus dans le programme de contrôle de la pollution dans les cinq ans qui viennent, a dit M. Zhou.
    Les centrales thermiques à charbon sont des sources majeures de pollution à l'oxyde d'azote, qui contribue pour 45,5% à la totalité des émissions, d'après Yang Jintian, Ingénieur en chef adjoint à l'Académie Chinoise de la Planification Environnementale.
    Des chiffres officiels du Ministère de la Protection de l'Environnement montrent que le total des émissions d'oxyde d'azote du pays a atteint 20 millions de tonnes en 2008, le chiffre le plus important du monde.
    L'oxyde d'azote, quand il se mélange avec d'autres polluants de l'air, peut causer des réactions chimiques qui donnent naissance à des brumes et à des nuages de pollution.
    « Il sera impossible de faire disparaître les brumes et les problèmes de pluies acides dans les grandes villes si on ne s'attaque pas à la pollution à l'oxyde d'azote », a dit M. Yang.
    L'accumulation de l'ammoniac-azote dans les rivières et les lacs peut quant à elle conduire à un taux nutritionnel excessif dans les milieux aquatiques, ce qui cause la prolifération des algues bleues et vertes.
    Le pays cherchera à assurer sa rapide croissance économique avec un minimum de dégradation environnementale, et essaiera d'établir un équilibre entre son développement et la protection de l'environnement, a dit M. Zhou lors du forum, qui s'est tenu à Beijing.
    Il a ajouté que la Chine avait besoin d'améliorer sa politique économique verte afin de faciliter le basculement vers un mode de croissance « hautement efficace et à faibles émissions ».
    Entre 2006 et 2010, plus de 10 milliards de Yuans (1,5 milliards de Dollars US) ont été affectés à la recherche liée à l'efficacité énergétique et à la protection de l'environnement, d'après le Ministère des Sciences et des Technologies.

  • BEIJING , EXPO SUR L'INDUSTRIE VERTE

    La Chine organisera une Exposition internationale de l'industrie verte fin novembre
     
    F201008121253052551618236.jpg

    La Chine organisera une Exposition internationale de l'industrie verte entre le 24 et le 27 novembre à Beijing, visant à établir une nouvelle plate-forme de coopération internationale entre les compagnies chinoises et étrangères pour développer l'économie verte, a annoncé mercredi le ministère chinois du Commerce Jiang Yaoping.

    L'Expo, incluant des exposition et des forums, présentera de manière extensive les réussites de l'industrie verte et de l'économie verte dans le monde entier, tout en montrant les développements et les réalisations de l'industrie verte chinoise. L'objectif est de guider les entreprises chinoises vers l'énergie propre, l'économe d'énergie et la réduction des émissions, les technologies à faible bilan-carbone, le recyclage, et d'autres domaines prioritaires de l'économie verte, a précisé Jiang Yaoping lors d'une conférence de presse à Beijing.

    La Chine accélère actuellement ses efforts dans la transformation de son mode de la croissance économique pour construire activement une société qui économise ses ressources et sauvegarde l'environnement, a-t-il indiqué.

    "Cette exposition donnera aux entreprises étrangères des opportunités précieuses pour connaître et exploiter le marché vert de la Chine," a-t-il ajouté.

    Le 4 août, plus de 600 entreprises et institutions renommées de plus de 20 pays avaient déjà annoncé vouloir participer à cet événement, dont Siemens, GE, Bombardier, First Solar, etc., a fait savoir Jiang.

    Selon lui, le gouvernement chinois souhaite que cette exposition fasse l'écho du Sommet sur le changement climatique prévu à la fin de l'année au Mexique, en appelant les autres pays à intensifier leurs efforts de lutte contre le changement climatique mondial.

    Source: xinhua

  • 6387 BARILS DEVERSE DANS UNE RIVIERE EN CRUE ONT ETE RECUPERES

    Chine : plus de 6 300 barils de produits chimiques récupérés le long du fleuve Songhuajiang

    Des ouvriers ont récupéré 6 387 barils de produits chimiques et repéré 684 autres déversés par la crue du fleuve Songhuajiang (nord-est), quatre jours suite aux inondations, ont annoncé dimanche soir des responsables locaux.

    Les barils de produits chimiques ont été tous récupérés dans la province du Jilin et les tests de la qualité des eaux montrent que le fleuve Songhuajiang, principale source de l'eau potable pour des millions d'habitants de la région, n'est pas contaminé, ont confirmé des responsables du gouvernement provincial du Jilin.

    Un total de 3 662 barils remplis de produits chimiques et 3 476 barils vides ont été déversés mercredi matin dans la rivière Wende après que les entrepôts de deux compagnies chimiques eurent été frappés par la crue dans la ville de Jilin dans la province du Jilin.

    Des torrents ont ensuite porté les barils dans le fleuve Songhuajiang, provoquant une panique sur la contamination éventuelle des eaux.

    Plus de 12 000 soldats, policiers armés, ouvriers d'urgences et habitants locaux du Jilin ont été mobilisés le long du fleuve Songhuajiang pour repêcher les barils, ont ajouté les responsables locaux.

    Des ouvriers ont récupéré 6 387 barils de produits chimiques et repéré 684 autres déversés par la crue du fleuve Songhuajiang (nord-est), quatre jours suite aux inondations, ont annoncé dimanche soir des responsables locaux.

    Les barils de produits chimiques ont été tous récupérés dans la province du Jilin et les tests de la qualité des eaux montrent que le fleuve Songhuajiang, principale source de l'eau potable pour des millions d'habitants de la région, n'est pas contaminé, ont confirmé des responsables du gouvernement provincial du Jilin.

    Un total de 3 662 barils remplis de produits chimiques et 3 476 barils vides ont été déversés mercredi matin dans la rivière Wende après que les entrepôts de deux compagnies chimiques eurent été frappés par la crue dans la ville de Jilin dans la province du Jilin.

    Des torrents ont ensuite porté les barils dans le fleuve Songhuajiang, provoquant une panique sur la contamination éventuelle des eaux.

    Plus de 12 000 soldats, policiers armés, ouvriers d'urgences et habitants locaux du Jilin ont été mobilisés le long du fleuve Songhuajiang pour repêcher les barils, ont ajouté les responsables locaux.

  • LA CHINE ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE.

    Les pays riches devraient encourager les efforts de la Chine contre le changement climatique

      

         Des experts sur le changement  climatique ont demandé mercredi à Bruxelles aux pays développés  d'encourager le mouvement positif de la Chine face au changement  climatique.  

         Nicolas Stern, économiste et l'un des principaux experts sur le changement climatique de la Grande-Bretagne, a déclaré que les  efforts intensifiés par la Chine pour faire face au changement  climatique au cours de ces dernières années étaient remarquables.  

         "Le mouvement en Chine est très clair et fort", a-t-il déclaré  lors d'un point de presse après une rencontre avec le président de la Commission européenne (CE) Jose Manuel Barroso.  

         "Nous, en tant que le monde riche, a le devoir et l'intérêt  d'aider à rendre ce mouvement encore plus fort", a-t-il dit.  

         Il a dit que les dirigeants chinois font une analyse  approfondie de ce qui doit être fait. La stratégie énergétique de  la Chine dans le 12ème plan quinquennal qui commencera en 2011 se  réfère explicitement à des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a-t-il dit. Il y avait des discussions en  Chine que ses émissions atteindraient le pic d'ici 2020.  

         M. Stern a déclaré que le monde développé devrait aider la  Chine non seulement sur le changement climatique, mais aussi sur  la réduction de la pauvreté, et aider à soutenir la croissance  économique en Chine. En particulier, les pays riches doivent  partager la technologie avec la Chine.  

         Rajendra Kumar Pachauri, président du Groupe d'experts  intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a dit la  Chine est consciente et préoccupée par la sécurité énergétique et  les impacts du changement climatique sur l'environnement. 

         Il a dit que la Chine est convaincue que la réduction des  émissions a des avantages. Mais il a dit que le monde développé  doit prendre le leadership dans la lutte contre le changement  climatique.  

         "En prenant le leadership, vous trouverez que certains des  marchés émergents font ce qui est possible de leur part, a-t-il  dit au même point de presse. 

         Les deux experts sont également encouragés par les mouvements  positifs dans les Etats-Unis. M. Pachuari a prédit que "des  efforts concrets" des Etats-Unis lors de la conférence mondiale  sur le changement climatique en décembre à Copenhague feraient  partie des efforts de la communauté mondiale, si ils ne sont pas  le leadership.  

         M. Stern a déclaré les Etats-Unis et l'Australie ont fait  beaucoup bien qu'ils aient encore une distance avec les  engagements de l'Union européenne (UE). Il a dit que le leadership de l'UE sur le changement climatique est essentiel. "Il est vital  que l'UE continue ce leadership", a-t-il souligné.  

         Si le leadership de l'UE devient fragile, les répercussions  seront très importantes, a-t-il enfin averti.

  • SHANGHAI:PROTECTION ENVIRONNEMENT

    Shanghai dévoile ses projets de protection environnementale

    Dans l'effort de devenir une ville respectueuse de l'environnement pour 2010, lorsque se déroulera l'Exposition Universelle, Shanghai a annoncé des projets d'investissement de 80 milliards de yuans ($ 11,6 milliards) dans le domaine de la protection de l'environnement au cours des trois prochaines années.

    Dans le cadre du nouveau plan, qui est le quatrième de la série de plans d'action environnementale de 3 ans depuis l'an 2000, plus de 200 projets de ce type seront menés à bien, a annoncé le 5 décembre le Comité de protection de l'environnement.

    "Tout en maintenant la croissance économique, il est aussi très important de protéger l'environnement, en particulier dans une ville aussi peuplée que la nôtre", a déclaré Zhang Quan, directeur du Bureau de protection de l'environnement de Shanghai.

    "La nouvelle série de projets de protection de l'environnement met surtout l'accent sur la promotion de l'économie circulaire et l'économie à faible émission de carbone, avec le contrôle de la pollution sonore en première priorité", a-t-il dit.

    La ville va éliminer 900 sites sensibles au bruit le long des voies rapides, artères urbaines et lignes de chemin de fer, tout en augmentant la surface des espaces verts de 1 500 hectares pour que les espaces verts représentent 38,2% de la surface urbaine.

    Le nouveau plan permettra de promouvoir la mise en place des parcs éco-industriels, des éco-industries de l'agriculture, et de former un réseau complet de la réutilisation des déchets.

    En attendant, les autorités locales continueront à améliorer l'infrastructure environnementale, établir un réseau d'approvisionnement en eau intensif dans toute la ville, et achever les travaux de construction du réseau de collecte des eaux usées.

    En 2010, le volume de la circulation des véhicules publics sera réduit à 65%, en réduisant encore plus les émissions de carbone, a dit M.Zhang.

    "Le volume total des émissions du dioxyde de souffre(SO2) et du dioxyde de carbone(CO2) sera contrôlé à des niveaux de 380 000 tonnes et 259 000 tonnes respectivement, et le taux du traitement vert des ordures ménagères passera à 85% au cours des deux prochaines années", a-t-il déclaré.

    Shanghai a investi 220 milliards de yuans dans la protection de l'environnement depuis 2000, ce qui représente plus de 3% du PIB annuel de la ville, a dit Wang Yuqing, vice-président du Comité de la population, des ressources et de l'environnement à la Conférence consultative politique du peuple chinois.

    L'année dernière, l'émission du SO2 et du CO2 ont diminué de 3,16% et de 2,96% respectivement, comparé à 2005.

    Selon un sondage public de Gallup sur l'amélioration locale de l'environnement, 85% de résidents de la ville ont affirmé que la situation s'est améliorée depuis 5 ans, et 68% sont satisfaits de l'environnement en général.

  • AL GORE FELICITE LA CHINE.

    Al Gore salue la Chine pour sa contribution dans la lutte contre le changement climatique

      

         POZNAN -- L'ancien vice- président des Etats-Unis, Al Gore, a salué vendredi les grands  efforts déployés par la Chine pour combattre le changement  climatique ces dernières années, tout en soulignant que ces  efforts ont été largement ignorés pendant les négociations  climatiques de Poznan. 

         "La Chine, autrefois considérée comme un obstacle menaçant pour les efforts mondiaux visant à réduire les émissions de CO2, a un  projet d'impulsion vert de 600 milliards de dollars dans les deux  prochaines années", a indiqué M. Gore, é cologiste qui a remporté  le prix Nobel de la paix 2007 pour ses efforts d'attirer  l'attention sur le réchauffement climatique, lors d'une réunion de haut rang des ministres à Poznan. 

         "Les dirigeants chinois mobilisent un effort national pour  introduire des initiatives de réduction de CO2, et ont déjà  commencé le plus important programme de plantation d'arbres que le monde n'ait jamais connu", a-t-il indiqué. 

         M. Gore a déclaré regretter que les efforts de la Chine pour  enrayer le changement climatique aient été largement ignorés. 

         La Chine a rejoint les efforts mondiaux pour trouver une  solution à la crise, a-t-il souligné. 

         Environ 150 ministres du monde entier participent aux  discussions de haut niveau de l'ONU sur le changement climatique à Poznan, tentant de détailler les éléments clé d'un objectif à long terme pour combattre le changement climatique et atteindre un  consensus sur le lancement d'un fonds pour aider les pays pauvres  à s'adapter aux effets négatifs du changement climatique.

  • CHINE:BOISEMENTS MASSIFS

    Le boisement massif de la Chine contribue à la lutte contre le changement climatique 

      

         POZNAN (Pologne),) -- Les efforts déployés ces dernières années par la Chine pour planter des arbres ont eu  un impact considérable sur son environnement et son é conomie et  devraient être reconnus comme un des outils clés visant à réduire  les émissions mondiales de gaz à effet de serre, a estimé le  président de l'ONG "World Growth", Alan Oxley, mercredi dans une  interview accordée à Xinhua. 

         "Les efforts de boisement de la Chine ont démontré que  l'expansion de la sylviculture réduira les émissions mondiales de  gaz à effet de serre et jouera en faveur de la croissance  économique", a expliqué Alan Oxley. 

         "La Chine devrait être saluée, et une sylviculture durable  étendue compensera les émissions de dioxyde de carbone et produira des dividendes pour le développement", a souligné M.Oxley, et  d'ajouter que les efforts de la Chine ont été largement ignorés  lors de la conférence sur le climat à Poznan, en Pologne. 

         Selon un nouveau rapport produit par World Growth, la Chine a  promis en 2006 d'étendre la zone forestière du pays à 20% de  l'ensemble des terres d'ici 2010, ce qui augmenterait la taille de carbone de 50 millions de tonnes de dioxyde de carbone - à peu  près assez pour compenser les é missions de l'ensemble de la Suède pour une année entière. 

         L'approche de la Chine du changement climatique correspond  complètement à la Convention cadre des Nations Unies sur le  changement climatique, qui encourage l'adaptation au changement  climatique. 

         La Chine cherche à améliorer l'efficacité énergétique pour  réduire les taux d'émission et à étendre ses forêts, qui sont des  mesures tangibles pour réduire les taux d'émission, a indiqué M.  Oxley. 

         "En même temps, étant donné le besoin pour la Chine de  continuer d'élever les conditions de vie et de développer  l'économie, une augmentation générale des émissions pendant un  temps est néanmoins inévitable", a-t-il ajouté. 

         "C'est compréhensible, la Chine a également indiqué qu'un  objectif clé est de s'adapter aux impacts du changement climatique ", a-t-il dit.  

         M. Oxley a affirmé que l'expansion de la sylviculture durable  est le moyen le plus facile et le moins cher de réduire les  émissions. Cependant, il est toujours ignoré par les négociateurs  des économies industrialisées. 

         Faisant référence aux négociations sur le climat de Poznan qui se déroulent en ce moment, M. Oxley a déclaré qu'une stratégie de  long terme pour réduire les émissions seraient de laisser d'abord  le temps aux économies en développement d'élever les conditions de vie.

  • MODELE CHINOIS MODELE MONDIAL

    Le « modèle chinois » suscite un grand intérêt

    « La voie de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur dans laquelle s'est engagée la Chine il y a déjà trente ans devient de plus en plus large et vaste. Aujourd'hui, celle-ci est en train de récolter les grands succès dus à son choix : la prospérité, la puissance ainsi que le développement durable et harmonieux. », a déclaré à notre correspondant Pierre Picquart, sinologue et Docteur en géopolitique de l'Université de Paris, qui est revenu récemment en France après une visite en Chine, laquelle l'a profondément impressionnée.

    Pierre Picquart se consacrait aux études relative à la Chine depuis il y a des dizaines d'années et il a traversé celle-ci du nord au sud et de l'est à l'ouest en laissant les empreintes de ses pas à peu près dans tous les coins du pays. Il a visité un grand nombre de villes grandes, moyennes et petites et même des villages, ce qui lui a permis d'écrire et de publier plusieurs ouvrages spéciaux sur le problème chinois. Il a insisté sur le fait que la réforme et l'ouverture sur l'extérieur est une voie large et prospère, alors que les transformations et les changements survenus en Chine grâce à elle se sont imprégnés et enracinés profondément dans la vie quotidienne de la population chinoise.

    Du transport et de la circulation en Chine, le sinologue a évoqué le passé de cette dernière, laquelle était le « pays des bicyclettes », car autrefois, le vélo fut le principal moyen de circulation des Chinois. Aujourd'hui en Chine, la voiture est introduite dans les foyers ordinaires chinois et différentes marques et divers modèles d'automobiles affluent dans le pays, ce qui fait que la Chine est devenue l'un des plus grands, plus importants et plus prometteurs marchés de vente de voitures du monde. Pour répondre aux besoins de la circulation d'automobiles dont le nombre a augmenté considérablement, la Chine a déployé de gros efforts en vue d'accélérer la construction d'autoroutes. Au début de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur, on peut dire qu'il n'y avait pas une seule autoroute au sens du mot en Chine, alors que maintenant, elle est au deuxième rang du monde, tout juste après les Etats-Unis, avec des autoroutes dont la longueur totale dépasse 50.000 kilomètres.

    Pierre Picquart apprécie tout particulièrement la méthode chinoise qui accorde la priorité au développement des moyens de transport public. Il a fait remarquer qu'il a fallu à la ville de Paris plus de cent ans pour construire plus de 200 kilomètres de métro, tandis que pour la ville de Beijing, il lui a fallu seulement le quart de ce temps pour le réaliser. Durant les Jeux Olympiques de Beijing, il a eu l'occasion de prendre le nouveau métro pékinois. La modernité, le confort et la nouveauté du wagon dans lequel est installé un écran TV lui a laissé une bonne impression. De plus, les bus à gaz dont le compartiment est large et propre, les véhicules à moteur électrique qui traversent toutes les rues, ainsi que les innombrables taxis qui s'arrêtent dès qu'on les appelle, tout cela facilite énormément le déplacement de la population chinoise.

    D'autre part, le chemin de fer a accéléré sa vitesse en Chine tout comme le développement rapide de l'économie chinoise. Pour la plupart des tronçons de voie ferrée du pays, la vitesse horaire dépasse 200 kilomètres, alors que pour le train interurbain reliant Beijing et Tianjin, la vitesse atteint plus de 300 kilomètres/heure. Quant à la ligne commerciale à lévitation magnétique, la première du monde construite à Shanghai, sa vitesse horaire peut dépasser 400 kilomètres. Ce qui a impressionné encore plus Pierre Picquart, c'est l'exploit réalisé en 2006 par la Chine en construisant le chemin de fer Qinghai-Tibet qui traverse le « Toit du monde » à une altitude très élevée et cela est vraiment un miracle selon lui. En ce qui concerne le transport aérien, le grand nombre de lignes intérieures et internationales, les aéroports de super-dimension, ainsi que les moyens simples et faciles d'achat et de réservation de billets, tout cela procure au voyageurs chinois un autre moyen de déplacement et nombreux sont les Chinois qui choisissent ce moyen-là.

    A l'occasion du 30ème anniversaire de l'application en Chine de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, la réussite du lancement du vaisseau spatial « Shenzhou-7 » a envoyé dans l'espace trois astronautes chinois dont un a réalisé pour la première fois pour la Chine un déplacement extravéhiculaire. Pierre Picquart a indiqué qu'au début, personne n'a imaginé que la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur appliquée par la Chine aurait pu lui apporter un développement et un progrès tellement rapide et tellement profond !

    Il a conclu en disant : « Les trente années de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur ont profondément et complètement changé la Chine et la formation et le développement dans tout le pays de moyens de transport et de circulation à trois dimensions démontrent et prouvent toutes ces transformations et tous ces changements. ». D'après lui, la Chine poursuivra dans la voie de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, ainsi que dans le dialogue, les échanges et la coopération avec le monde entier. Il a ajouté que le monde commence à fixer ses regards sur le « modèle chinois » -- un modèle de développement qui combine ingénieusement et intelligemment la réalité du pays avec la pratique concrète, le passé avec l'avenir, et c'est en fait un modèle de double gagnant qui combine le développement chinois avec le progrès mondial.

     

     

  • RESTRICTION DE CIRCULATION EN CHINE

    Shanghai8[1]
    DSCN7425[1]

    Chine: restriction des véhicules circulant sur les routes imposée dans l'est

    La province du Jiangsu (est) en plein essor économique va imposer une restriction du trafic aux véhicules appartenant à l'Etat à partir de mercredi, a annoncé le porte-parole du gouvernement provincial Xiao Quan.

    Les véhicules possédés par les institutions gouvernementales, les organisations sociales dépendant du budget gouvernemental et les entreprises d'Etat seront retirés de la circulation, a déclaré Xiao Quan.

    Les voitures dont le chiffre final du numéro de la plaque d'immatriculation est 1 ou 6 n'auront pas le droit de circuler le lundi, tandis que celles dont la plaque se termine par 2 ou 7 seront interdites le mardi, 3 ou 8 le mercredi, 4 ou 9 le jeudi, et 5 ou 0 le vendredi. La restriction ne s'applique pas pendant les weed-ends.

    Le gouvernement encourage également les habitants à acheter des lampes et véhicules permettant d'économiser l'énergie, et à ne pas utiliser de baguettes jetables et de verres en papier.

    Des restrictions similaires sur les véhicules à Beijing prendront effet le 11 octobre pour une période d'essai de six mois jusqu'au 10 avril. Shanghai et la province du Shandong (est) ont déjà mis en place des restrictions sur les véhicules appartenant à l'Etat en août.