entreprise

  • Plus de 10.000 petites entreprises créées quotidiennement en Chine grâce à l'aide gouvernementale

    La Chine enregistre quotidiennement plus de 10.000 nouvelles entreprises créées dans le cadre du soutien gouvernemental pour l'entrepreneuriat, a déclaré samedi un vice-ministre chinois.

    La plupart des sociétés sont de petites entreprises. Les données ont été collectées entre mars et août de cette année, période au cours de laquelle environ 6 millions d'entreprises ont été référencées, a déclaré Xin Guobin, vice-ministre de l'Industrie et de l'Informatisation.

    Le gouvernement a réduit plusieurs taxes et frais, permettant aux structures de taille réduite d'économiser un volume total d'environ 48,6 milliards de yuans (7,93 milliards de dollars) au premier semestre de 2015, a-t-il indiqué.

    Les prêts destinés à ce segment de l'économie avaient totalisé 16.200 milliards de yuans fin juin, soit une hausse de 14,5% par rapport à l'année passée, a-t-il indiqué.

    Cependant, le vice-ministre Xin Guobin admet les établissements réduits en effectifs font face à plusieurs défis dans le contexte du ralentissement économique, tels que la chute du prix des produits, les coûts croissants et la surcapacité de production, a-t-il ajouté.

    Jack-Ma-Alibaba-china-startup-taobao-innovation-BRICS-Startups-TECH-Olivier-Verot-Chine-marketing-digital-pékin-shangai.png

  • Les sociétés chinoises ont multiplié les rachats d'entreprises à l'étranger, dans des secteurs très divers comme l'eau, l'énergie ou les exploitations minières

    3108132029_1_3_lGraXljU.jpg

    Le rachat d'entreprises américaines ou européennes par la Chine bat un nouveau record en 2012. Selon le fournisseur de données Dealogic, la valeur totale des actifs américain rachetés par les chinois cette année a atteint 8 milliards de dollars. Dans un contexte de récession généralisée de l'économie mondiale, l'Amérique et l'Europe deviennent les destinations privilégiées pour les capitaux chinois. La Chine est prête à investir davantage en dehors de son territoire.

    Les sociétés chinoises ont multiplié les rachats d'entreprises à l'étranger, dans des secteurs très divers comme l'eau, l'énergie ou les exploitations minières. Ce sont, pour eux, des investissements plus attractifs que les obligations d'État, en pleine crise de la dette. Sany, le géant chinois des engins de chantier, a ainsi annoncé récemment le rachat de Putzmeister, un fleuron de la technologie allemande dans ce secteur, pour environ 500 millions d'euros, selon une source proche du dossier.

     

     Quelques jours avant, le fonds souverain chinois CIC, riche de quelques 410 milliards de dollars, a annoncé une prise de participation dans la compagnie des eaux britannique Thames Water. Encouragées par un marché intérieur en plein essor, les entreprises chinoises vont, de plus en plus volontiers, chercher des opportunités ailleurs. Elles profitent ainsi de la nécessité pour certains pays de renflouer leurs caisses, du fait de la détérioration des perspectives économiques dans la zone euro.

    Ces dernières années, la Chine a investi en masse dans les secteurs minier et pétrolier en Amérique. Pour les entrepreneurs, acheter des actifs tangibles est plus intéressant que de racheter la dette européenne ou américaine.

     

    Selon Ji Li, l'économiste du centre de recherche Qingke, “dans le cadre de la transformation de la structure économique chinoise, en adoptant une vision à long terme, le pays aura toujours un énorme besoin d'énergie pour son développement. Il est donc nécessaire pour l'État d'encourager les entreprises à aller plus loin pour chercher de nouvelles opportunités.”

    Si, l'an dernier, plus de 70% du montant des opérations de fusions-acquisitions réalisées à l'étranger par des entreprises chinoises concernaient l'industrie minière ou l'énergie, on pourrait prévoir une diversification vers le secteur technologique et vers les entreprises détentrices d'un savoir-faire, permettant d'accroître la qualité des produits chinois.

     

     

  • UNE ENTREPRISE CHINOISE DE LA CONSTRUCTION PROSPERE AUX ETATS-UNIS .

    Une entreprise chinoise remporte un contrat dans la construction du métro de New York

     China State Construction Engineering Corp. (CSCEC), le plus grand entrepreneur chinois du secteur de la construction, a remporté un appel d'offres concernant le projet de ventilation du métro new-yorkais, à Manhattan, pour un montant de 100 millions de dollars, a rapporté mardi le China Daily, quotidien chinois en langue anglaise.

    Il s'agit du troisième contrat de la CSCEC cette année pour la construction d'infrastructures aux Etats-Unis.

    De janvier à septembre, le géant chinois a décroché deux contrats de plus de 2 milliards de dollars sur le marché américain. Il a assumé également la construction d'un lycée, d'une gare et de l'ambassade de Chine aux Etats-Unis.

    Pourtant, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Afrique restent les marchés principaux de la CSCEC à l'étranger. Cette année, la valeur des contrats signés avec l'Algérie a augmenté de 32%, dépassant 800 millions de dollars. Au Moyen-Orient, le géant chinois a connu une progression de 62%, avec des contrats excédant également les 800 millions de dollars.

    Cependant, en raison d'une forte croissance des ventes immobilières et des projets d'infrastructure, le marché intérieur représente le coeur des activités de la China State Construction.