enfant

  • Un enfant de 11 ans , de Shenzhen émeut la Chine en faisant don de ses organes avant de mourir

    c03fd54abadb150259f21b.jpg

    Un enfant mourant qui a demandé à sa mère de faire don de ses organes pour aider les autres a touché le cœur de milliers d'internautes en Chine.

    Liang Yaoyi, un jeune garçon âgé de 11 ans originaire de Shenzhen, dans la province méridionale de Guangdong, dans le sud de la Chine, est mort d'une tumeur  vendredi dernier après-midi.

    En l'espace d'une heure, les reins et le foie du garçon ont été recueillis pour des transplantations ultérieures.

    Le jeune Liang avait dit à sa mère Li Qun qu'il voulait faire don de ses organes pour être un « enfant formidable », a rapporté hier le Shenzhen Evening News.

    « J'ai vu beaucoup de gens qui ont fait des bonnes actions et je pense qu'ils sont formidables. Moi aussi je veux être un enfant formidable », a-t-il déclaré à sa mère.

    Après que l'histoire de Liang Yaoyi ait été publiée sur le microblog Weibo par le vice-rédacteur en chef du journal, elle a été vue par des dizaines de milliers d'internautes, y compris des célébrités comme l'actrice Yao Chen.

    Beaucoup ont dit qu'ils priaient pour lui, et qu'il était bien un enfant formidable.

    Il y a deux ans, Liang Yaoyi est parti du comté de Lianjiang dans le Guangdong vers Shenzhen, où vivaient sa sœur Liang Lijun, 21 ans, et frère Liang Peihong, 19 ans, afin d'étudier dans une école primaire locale. Les écoles de Shenzhen sont réputées dans toute la Chine.

    Mais, dans la soirée du 22 avril dernier, Liang Yaoyi s'est soudain senti étourdi. Sa sœur a d'abord pensé qu'il avait un rhume, mais le lendemain il avait des difficultés à marcher.

    Elle a immédiatement emmené son frère à l'hôpital, où une tumeur au cerveau a été découverte.

    Li Qun a utilisé toutes ses économies et emprunté de l'argent à des parents dans une tentative désespérée pour trouver un traitement efficace pour son fils.

    La famille a dit que le jeune Liang aurait voulu être un scientifique spatial après avoir lu un livre sur les grandes inventions, que son frère lui avait acheté.

    Puis, alors qu'il était à l'hôpital, il a dit à sa mère qu'il voulait être médecin pour guérir les maladies des autres enfants.

    Mais comme son état s'est détérioré ce mois-ci, il a révélé ses derniers souhaits à sa mère.

    « Maman, si je meurs, s'il te plaît, fais don de moi », a alors dit le jeune garçon.

    Quand sa mère lui a répondu qu'elle ne comprenait pas, il lui a expliqué, « fais don de mes organes ».

    Pour Li Qun, ce fut un choc, mais elle a accepté la demande de son fils.

    Le professeur du jeune Liang pense que ce sont des histoires figurant dans un manuel scolaire qui ont pu inspirer l'enfant.

    Une histoire raconte en effet comment un donneur de moelle osseuse a aidé un jeune homme atteint de leucémie, tandis qu'un autre a été appelé « yeux immortels ».

    Pour sa sœur Liang Lijun, grâce au don de ses organes, Liang Yaoyi continuera à vivre d'une autre manière.

  • NE de la Chine: le triste sort de trois enfants abandonnés, dont un de 8 ans, vivant dans un trou

    F201405091608522683012652.jpg

    Trois garçons sans-abri, l'un âgé de huit ans et les deux autres de dix-sept ans, venant de différentes familles de Shenyang, la province du Liaoning dans le nord-est de la Chine, ont vécu ensemble comme de véritables frères dans le creux d'un mur près de la gare pendant plus de six mois. Un abri de misère mesurant un demi-mètre de haut pour deux mètres de large.

    Les parents de ces jeunes ont tous divorcé et ces enfants ont expliqué que cette situation familiale était en partie responsable de leur sort.

    Xiaoning, le plus jeune des trois, a vécu avec son père après le départ de sa mère, il y a plusieurs années. Cependant, pour des raisons qui demeurent obscures, son père ne rentrait apparemment que très tard dans la nuit,, et ne s'est jamais inquiété de l'absence de son fils.

    Le deuxième garçon se nomme Xaolai. Le troisième, répondant au nom de Xiaoshuai, a confié que sa mère a quitté la maison alors qu'il avait quatre ans et que son père l'a abandonné à son tour au bout de six ans.

    F201405091608496333023915.jpg

    F201405091608424023154332.jpg

    F201405091608202242172417.jpg

     

  • Shanghai : quand le deuxième bébé devient la question n°1

     

    F201212141534272397235212.jpg

    Une femme pousse un landau dans une rue de Shanghai

    中国要阅读的文章:

    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6629/zh/archive/2012/12/17/shanghai-quand-le-deuxieme-bebe-devient-la-question-n-1.html

     

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6629/en/archive/2012/12/17/shanghai-quand-le-deuxieme-bebe-devient-la-question-n-1.html

     

     

    Devrions-nous avoir un second enfant ?

    Telle est la question qui perturbe Xu Ying, 32 ans, une mère de Shanghai.

    « Je veux avoir un autre bébé, mais mon mari n'est pas d'accord », a déclaré Mme Xu, qui a déjà une petite fille de 5 ans.

    « Ca fait beaucoup de bien d'avoir plus d'enfants dans une famille. Ma fille ne sera pas seule. Et quand nous serons vieux, il y aura moins de pression sur eux pour qu'ils s'occupent de nous ensemble », a-t-elle dit.

    Mais le rêve doit parfois céder face à la réalité.

    « Mon mari et moi sommes tous les deux très occupés. Si je veux avoir un second enfant, je vais devoir quitter mon emploi et prendre soin de deux enfants. Et cela signifie que nous allons perdre une partie de nos revenus », dit-elle.

    « Avoir un deuxième enfant est une décision difficile à prendre », a-t-elle ajouté.



    Comme Mme Xu, beaucoup de jeunes couples de Shanghai hésitent à avoir un deuxième enfant bien qu'ils en aient légalement le droit. Mais les autorités, qui tentent d'équilibrer une population vieillissante, les encouragent à avoir un second enfant.

    « Actuellement, les personnes âgées représentent environ un quart de la population locale enregistrée, tandis que les enfants de moins de 14 ans ne représentent que 8,6% », a déclaré Huang Hong, Directrice de la Commission de planification familiale et de la population de Shanghai.

    Selon elle, ce manque d'enfants va aller à l'encontre du développement durable de la ville.

    À la fin du mois de septembre, Shanghai comptait une population de 23,7 millions de personnes, dont environ 14 millions de résidents inscrits et 9,7 millions de migrants.

    En 2011, environ 3,5 millions de résidents inscrits étaient âgés de plus de 60 ans, et 2,3 millions d'entre eux avaient plus de 65 ans, selon les chiffres de la Commission de planification familiale et de la population de Shanghai.

    Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans va augmenter de 200 000 par an jusqu'en 2015, et ils représenteront alors un tiers de la population totale enregistrée.

    Ces dernières années, les autorités de Shanghai ont encouragé les couples éligibles à avoir un second enfant si les deux conjoints viennent d'une famille à un seul enfant ou si le premier enfant a une maladie non héréditaire.

    Malgré cela, peu de couples veulent avoir un second enfant.

    « Notre sondage auprès des jeunes couples vivant dans la ville a constaté que de nombreux couples admissibles ont dit qu'ils ne veulent pas avoir un autre bébé pour diverses raisons, telles que le coût élevé de la vie et le développement de carrière », a dit Mme Huang.

    Selon le Département de la population, en 2011, environ 12 000 couples admissibles ont déposé une demande pour avoir un second enfant, mais moins de la moitié l'ont effectivement fait.

    Cette année, seulement 8,6% des couples de Shanghai dont les deux époux sont issus de familles à enfant unique ont donné naissance à un second enfant.

    « Les facteurs financiers doivent être pris en considération. Le coût de la vie dans les grandes villes comme Shanghai est très élevé. Ce ne sera pas facile d'élever deux enfants dans une famille, et la qualité de vie sera également touchée », a déclaré Huo Xiaohua, âgée de 30 ans, mère d'un petit garçon de 18 mois.

    La ville connaît actuellement un baby-boom, qui a débuté en 2006 et devrait se poursuivre jusqu'en 2017. Environ 220 000 bébés seront nés cette année, le chiffre le plus élevé depuis 2000 et environ 40 000 de plus que l'an dernier.

    Malgré le nombre croissant de nouveau-nés, cela ne compense toujours pas le rythme de vieillissement de la société.


     

  • Chine : la politique du deuxième enfant donne de l'espoir

     
     
     

    Le Henan est l'une des provinces chinoises les plus peuplées, avec plus de 100 millions d'habitants. Il s'agit de la dernière province du pays à avoir, le mois dernier, assoupli la politique de l'enfant unique. En effet, dorénavant, si deux enfants uniques se marient, ils pourront avoir eux-même deux enfants. Nombreux sont ceux satisfaits par cette démarche qui permettra certainement à une société vieillissante de redevenir jeune sur le long terme.

    Wang Yan, âgée de 26 ans est mariée à Wan Quan depuis moins d'un an. Tous deux originaires du Henan, ils louent maintenant un petit appartement à Beijing. Son mari, du fait de son lieu de travail éloigné, rentre habituellement tard à la maison. L'appartement deux pièces, leur coûte 2800 yuans par mois, ils prévoient d'ores et déjà leur prochain déménagement, leur bail touchant à sa fin, dans un appartement plus petit mais plus confortable, mais également plus cher.

     



    Wang Yan

    "Avoir un ou deux enfants, ce n'est pas une chose dont une politique peut décider. De nos jours, cela dépend beaucoup plus des revenus familiaux. En ce moment, mon attention se focalise davantage sur ma carrière, le prix des logements nous met également sous pression."

    Wang Yan affirme que l'idéal serait d'avoir deux ou trois enfants, pour un certain équilibre. Mais elle respecte également l’opinion de son mari.

    Wan Quan

    "J'aimerais avoir deux enfants. Par tradition, les parents chinois désirent de nombreuses progénitures, les familles nombreuses étant un symbole de prospérité. Mais cela signifie aussi plus de responsabilité. Je dois aussi être capable de subvenir aux besoins d'un enfant voire deux. La plupart de mes anciens camarades de classe sont déjà parents, mais ils m'assurent éprouver des difficultés à assumer ce rôle, n'étant pas encore parvenu à se défaire de leur mentalité d'enfants.

    Chacun d'eux étant enfant unique, le couple espère que leurs enfants seront épargnés par la solitude et la pression extrême. Ils espérent que leurs enfants bénéficieront de toutes les opportunités qu'eux-mêmes n'ont pas eu la chance de saisir. Mais faire face à la réalité reste difficile.

    Avoir plus d'options possibles est sans aucun doute une excellente nouvelle. Même si ce changement d'orientation dans la politique de l'enfant unique est on ne peut plus positif, il n'a, à lui tout seul, que peu d'impact sur la vie de la plupart des jeunes parents en devenir.

  • Une Chinoise sauve un bébé tombé du 10e étage

    Le 3 juillet 2011, Wu Juping sourit à son propre fils, dans une salle de l'Hôpital de médecine traditionnelle spécialisée dans les fractures osseuses, à Fuyang, une ville d'échelon du district relevant de Hangzhou, province du Zhejiang, en Chine de l'Est, après avoir sauvé une fillette de 2 ans qui a fait une chute de la fenêtre d'un appartement du 10e étage.

     

    Le 3 juillet 2011, Wu Juping sourit à son propre fils, dans une salle de l'Hôpital de médecine traditionnelle spécialisée dans les fractures osseuses, à Fuyang, une ville d'échelon du district relevant de Hangzhou, province du Zhejiang, en Chine de l'Est, après avoir sauvé une fillette de 2 ans qui a fait une chute de la fenêtre d'un appartement du 10e étage.

     

    Une fillette de deux ans qui est tombée samedi dernier de la fenêtre d'un appartement du 10e étage, dans la province du Zhejiang (Chine de l'Est) a été miraculeusement sauvée par une jeune mère qui s'adonnait justement à faire une promenage près du bâtiment.

     

    Wu Juping, 31, a attrapé l'enfant juste à temps, lui évitant de frapper le sol de plein fouet.

     

    Mme Wu, maman d'un garçon de sept mois, s'est fracturé un bras, alors que l'enfant, surnommée « Niu Niu », a subi des blessures internes graves, mais a néanmoins survécu à sa chute.

     

    Niu Niu, qui était alors seule à la maison, était suspendue à l'extérieur de la fenêtre de l'appartement de ses parents, situé près de Hangzhou, capitale de la province, à midi, samedi.

     

    « Elle s'est accrochée à la vitre de la fenêtre pendant environ deux minutes et est ensuite tombée par terre », a déclaré un voisin qui a été témoin de l'incident.

     

    Au moment de la chute, Mme Wu se promenait près du bâtiment. Voyant que l'enfant était sur le point de faire une chute, elle a enlevé ses chaussures à talons hauts et a couru pour attraper l'enfant, étirant ses bras vers le ciel dans un effort pour l'attraper au milieu de sa chute.

     

    Niu Niu est tombée du bâtiment et a heurté le bras gauche de Mme Wu avant de tomber sur la pelouse. Mme Wu s'est évanouie après avoir été heurtée, mais elle s'est rapidement éveillée et était souffrante.

    Le 3 juillet 2011, Wu Juping sourit à son propre fils, dans une salle de l'Hôpital de médecine traditionnelle spécialisée dans les fractures osseuses, à Fuyang, une ville d'échelon du district relevant de Hangzhou, province du Zhejiang, en Chine de l'Est, après avoir sauvé une fillette de 2 ans qui a fait une chute de la fenêtre d'un appartement du 10e étage.

     

     

    Toutes les deux ont été rapidement conduites à l'hôpital. Mme Wu a subi des fractures au bras gauche, et celles-ci exigeront de la chirurgie. Niu Niu souffrait d'une hémorragie interne et est toujours dans un état critique.

     

    Mme Wu et Niu Niu vivent dans la même zone résidentielle et ne se connaissaient pas avant cet incident.

     

    L'histoire a été rapidement diffusée sur weibo.cn, un populaire site de microblogs, accompagnée de photos détaillant les efforts héroïques de Mme Wu.

     

    Des milliers de personnes ont été émues par le geste de Mme Wu, et elles ont prié pour que cette femme et l'enfant se rétablissent rapidement.

     

    « Sur le plan de la dynamique, il aurait été impossible d'attraper l'enfant, mais dans un monde d'amour, tout est possible », a déclaré un membre de Weibo, portant le surnom de « pamphlet ».

     

    Un hôpital de la ville voisine de Fuyang, qui se spécialise dans le traitement des fractures, a offert de soigner gratuitement Mme Wu.

     

    « En tentant d'aider l'enfant, elle a mis sa propre vie en danger », a indiqué Jin Dengfeng, président de l'hôpital. « Elle aurait pu mourir ou être paralysée pour le reste de ses jours, si l'enfant avait frappé sa tête ou son dos. »

     

    M. Jin a affirmé que Mme Wu aura besoin de six mois pour récupérer de ses blessures.

     

    Pour sa part, Mme Wu semble être satisfaite de la tournure des événements. « Je ne regrette rien de ce qui s'est produit. J'espère simplement que Niu Niu se rétablira » a-t-elle dit.

  • OPERA CHINOIS SEDUIT LES ENFANTS

    La tradition de l'opéra chinois modernisée
     

    Afin d'encourager l'art traditionnel de l'opéra chinois, du matériel audio et vidéo sur l'opéra a été distribué aux enfants à Beijing, et des évènements auront lieu à travers le pays. Tous les opéras traditionnels ont été adaptés sous la forme de dessins animés, afin de toucher les jeunes générations.

     



    Les praticiens du cercle de l'opéra de Pékin ont réunis leurs forces pour permettre à la jeune génération de découvrir cet art traditionnel chinois. Avec l'aide de la troupe de l'Opéra de Pekin de la province du Hunan et d'organisations non gouvernementales, plus d'une vingtaine de formes d'opéras locales ont été adaptées en dessins animés, rendant ces opéras plus accessibles aux enfants.



    Li Jianfeng Productrice

    "Les enfants adorent les dessins animés! Je pense donc que c'est un moyen parfait pour les introduire aux arts traditionnels chinois."

    Des millions de DVD d'opéras en dessins animés seront distribués à des communautés et des centres culturels dans les régions rurales de Chine. Dans le même temps, une série d'activités associées de près aux opéras traditionnels chinois seront organisées simultanément pour les jeunes, dont des compétitions d'opéras et des ateliers pour que les jeunes chinois puissent exprimer leurs émotions à travers cet art séculaire.




  • JOURNEE MONDIALE DE L'ENFANT.

    Journée mondiale de l'enfance: publication d'un rapport sur les conditions de vie des enfants

    Un rapport sur les conditions de vie et de développement des enfants, ainsi que sur la protection de leurs droits, a été publié jeudi, à la veille de la Journée mondiale de l'enfance, qui tombe le 20 novembre.

    Le rapport, publié par l'agence de presse Xinhua et Nielsen, société spécialisée dans les études de marché, se fonde sur une enquête menée sur plus de 2 000 personnes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Nigeria, en Afrique du Sud, en Inde, en Pologne et au Brésil.

    Parmi les personnes ciblées figurent les parents d'enfants âgés de trois à 14 ans, des spécialistes de l'enfance en particulier dans les domaines de la pédiatrie, de la psychologie et de la sociologie, ainsi que des éditeurs de magazines pour enfants et des membres d'ONG caritatives.

    Les données ont été recueillies en ligne dans tous les pays sauf au Nigeria, où les personnes sondées ont été directement interrogées. En moyenne, 300 parents et 10 spécialistes ont été interrogés par pays. Les entretiens se sont effectués par téléphone.

    L'enquête s'inscrit dans le cadre d'une campagne médiatique internationale, intitulée "Journée mondiale de l'information pour l'enfance", lancée par Xinhua et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), en faveur du droit des enfants. Cette année marque le 20e anniversaire de l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant par les Nations unies, le 20 novembre 1989.

    Pendant 24 heures, des événements liés à l'aide à l'enfance seront diffusés à travers le monde. Ce sera la première fois que les médias internationaux abordent le même sujet en même temps.

    Plus de 600 organes de presse à travers le monde participent à cette campagne, qui vise à élargir l'impact généré par le Sommet mondial des médias, organisé à Beijing au début du mois d'octobre.

    La Convention relative aux droits de l'enfant est le premier accord international juridiquement contraignant sur la protection du droit des enfants. Elle doit être respectée par les systèmes judiciaires des pays l'ayant ratifiée.

    La Chine a rejoint la convention en 1992, et est aujourd'hui le pays en développement qui s'investit le plus dans sa mise en oeuvre.

    La convention explique les droits fondamentaux des enfants, dont le droit à la survie, au développement, à la protection contre l'abus et l'exploitation, à la participation dans la vie de famille, la vie culturelle et la vie sociale.