endoctriné

  • Chine : deux tibétains jugés pour incitation à l'immolation

    Deux tibétains ont comparu samedi devant un tribunal de la province du Sichuan (sud-ouest) pour avoir incité huit personnes à s'immoler, dont trois sont décédées.

    Lorang Konchok, âgé de 40 ans et son neveu de 31 ans, Lorang Tsering, sont accusés d'homicide volontaire, selon un communiqué publié par le Tribunal populaire intermédiaire de la préfecture autonome Tibétaine-Qiang d'Aba.

    Espérons que la sanction la plus sévère sera prononcée par le tribunal. C'est un crime odieux que d'inciter des jeunes endoctrinés à se suicider, et tout cela pour satisfaire les buts politiques de dalai lama et ses sbires.

    Pour que les suicides de jeunes tibétains cessent  il faut condamner le dalai lama

  • Le Tibet est calme, les chiens aboient et la caravane passe

    Pour les bobos qui s'émeuvent de ce qui se passe au Tibet , je dirai le Tibet va bien, le Tibet se porte bien , il ne s'y passe rien. Cela ne fait pas plaisir ni au grand menteur de pinochiolama , ni à sa clique de voyous , ni aux bobos . Tous rêvent d'un Tibet à feu et à sang , du retour de la théocratie( Une théocratie bien plus malsaine et criminelle que celle d'Iran ou des Islamistes).

    Malgré les appels à l'émeute lancé par les forces sécessionnistes la Région Autonome du Tibet reste calme . Les Tibétains ont d'autres préoccupations. Ils viennent de fêter coup sur coup la Nouvelle Année et la Nouvelle Année lunaire et se préparent pour le Nouvel An tibétain.

     

    Le seul endroit où il y a eu quelques troubles , c'est dans la province du Sichuan .Là quelques moines endoctrinés par dalai lama se sont ou on tenté de s'immoler par le feu. Là aussi la population n'a pas bronché . Ce ne sont que des moines qui voudraient voir revenir leur dictature théocratique . Est-ce qu'on rétablirait le pouvoir du clergé catholique si par malheur il venait  l'idée à quelques curés farfelus de jouer avec des allumettes et de partir en fumée après un appel lancé par le pape. Non , il n'y aurait aucune réactions de la part des bobos. L'action des curés serait immédiatement condamnée.

     

    De plus que penser de ces moines qui se permettent ces actions , contraires au bouddhisme . Que le Tibet ne leur suffit plus , qu'ils veulent en plus des provinces chinoises. Pourquoi pas toute la Chine?

    Soyons sérieux, tous les pays à l'ONU reconnaissent que le Tibet fait partie intégrante de la Chine. Les déclarations de dalai lama et de ses acolytes commencent à être démontées.

    Par exemple , le fait que la population de tibétains a triplé est le plus beau démenti à leur prétendu génocide. Le fait que l'illettrisme soit tombé de 95 % à moins de 10 % est la preuve que la culture tibétaine n'est pas menacée.

    Voilà qui est bien loin des titres propagandistes de Libération , du Monde ou autres gazettes propagandistes que j'exhorte à changer d'objectif. Il serait grand temps que vous commenciez à informer vos lecteurs en toute objectivité.

     

    Voir aussi pour les détails :

    Les tentatives des forces sécessionnistes à l'étranger de discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec du 25 janvier sur mon blog.

  • L'immolation par le feu de plusieurs jeunes moines en Chine sont impopulaires et déplaisent à tout le monde

     

    Ces derniers temps, il s'est produit successivement, dans des régions tibétaines de la Province du Sichuan, plusieurs cas d'immolation de jeunes moines, ce qui a semé la crainte et la panique parmi la population locale et qui a suscité l'inquiétude et la préoccupation de toute la société. Ces drames horribles et affreux ont eu lieu dans quatre temples du bouddhisme tibétain et principalement dans le temple Ge'erdeng, de la Préfecture autonome tibétaine et Qiang d'Aba. Suite à l'approfondissement de l'enquête sérieuse et minutieuse menée en vue de connaître la cause réelle de ces incidents, la vérité finit par se dégager et ces suicides commencent petit à petit à se révéler sous leur véritable jour : le bouddha vivant du temple Ge'erdeng, qui s'était enfui en 1959 du dernier siècle en Inde, n'a jamais cessé ses activités antichinoises depuis son installation à Dharmsāla, une ville dans le nord de l'Inde, laquelle est devenue le centre politique du « gouvernement tibétain en exil ». Il avait occupé les postes de secrétaire privé du quatorzième dalai lama et du Galun (Administrateur) des affaires religieuses du « gouvernement tibétain » susmentionné, ce qui lui a permis de continuer à exercer une certaine influence sur le temple en question.

    En observant calmement la suite de ces incidents, tout en éprouvant du chagrin, de l'affliction, de la peine, de la compassion et du regret à l'égard de ces jeunes innocents qui ont perdu leur vie pour rien, on ne peut s'empêcher de ressentir en même temps un sentiment d'indignation, de colère, d'aversion, de répugnance et de dégoût à l'encontre des manipulateurs qui utilisent l'innocence des jeunes moines ainsi que des gens qui soutienne leur geste ou qui exprime leur admiration pour leur action insensée.

    Le Bouddhisme enseigne à chacun la pitié, la miséricorde, la clémence ainsi que la compassion à autrui, alors que sa règle essentielle et fondamentale c'est le respect de la vie et l'interdiction de donner la mort, que de soit à soi-même ou à autrui. Tout cela constitue une excellente tradition du bouddhisme tibétain. Cependant, la cruauté, la férocité et les agissements inhumains de certains moines lors de l'incident qui a eu lieu le 14 mars 2008 à Lhassa ainsi que les actes de suicides par le feu de moines de plusieurs temples tibétains du Sichuan, dont celui de Ge'erdeng, portent sérieusement atteinte à la bonne impression de la masse populaire à l'égard du bouddhisme tibétain et surtout pour sa préconisation du respect de la vie. Au moment où les actes de suicide par le feu se produisaient dans des régions tibétaines du Sichuan, il est apparu des scènes extrêmement tragiques, lamentables et bouleversantes : de jeunes moines dont les habits sont imbibés d'essence commencent à allumer le feu et on voit de vieux moines qui encouragent leur geste insensé ; des policiers et des infirmiers qui se précipitent vers les jeunes suicidaires pour tenter de les sauver et des moines du temple qui font tout pour les empêcher ; les parents des jeunes moines en danger qui supplient avec insistance le temple de laisser s'en aller leurs enfants et celui-ci qui refuse catégoriquement leur imploration. Ainsi, pour l'acte insensé des jeunes moines, il n'est plus question de s'interroger sur le respect oui ou non du temple pour la règle fondamentale établie par le bouddhisme, mais plutôt sur le minimum exigé de la morale fondamentale de l'être humain. L'incitation au suicide par le feu, l'empêchement au sauvetage des suicidaires, l'enlèvement et la dissimulation de la dépouille des immolés, ainsi que les actes d' « achat de cadavres » qu'on a révélé par la suite, tout cela fait que l'on ne peut s'empêcher de ressentir du doute, du soupçon et de la méfiance à l'égard de ce genre de temples et surtout en ce qui concerne leur nature. Lorsque l'apôtre ne peut plus propager la foi du bien et que leurs disciples seraient incapables de respecter et d'observer les règles de la religion, alors comment seraient-ils capables d'assumer leur responsabilité qui consiste à respecter la vie d'autrui tout comme leur propre vie. Dans ce cas-là aura-t-il par hasard des parents, pieux, fervents, sincères et bienveillants qui oseraient confier à un tel prêcheur leurs progénitures qu'ils ont élevé en surmontant toutes sortes de souffrances et de maux ?!

    Selon les médias occidentaux, lors du déroulement des incidents qui ont eu lieu dans des régions tibétaines du Sichuan, avant d'accomplir leur acte d'immolation par le feu, les jeunes moines et d'autres qui ont repris la vie séculière ont crié des mots d'ordre, tels que « Vive le Tibet libre ! » et « Vive le Tibet indépendant ! » et c'est justement leur geste simultané qui démontre que leur activité fait partie d'un complot politique tramé et manigancé. En même temps, il montre que ces jeunes moines innocents n'ont pratiquement aucune connaissance du passé. Toute personne de bon sens sait et comprend que le Sichuan ne fait pas partie du « Tibet » et que c'est la province qui a bien voulu accueillir et recevoir les Tibétains. Dans notre époque actuel, s'il y a quelqu'un qui désire aller à l'encontre du courant de l'histoire et qui prêche à cor et à cri la soi-disant « indépendance du Tibet », le sort qui l'attend c'est de se couper lui-même de tout le peuple, de s'aliéner la sympathie de la population et d'être mis au ban de la nation chinoise et il s'engage ainsi dans une voie sans aucune issue qui le mènera à un précipice. Quant à la farce qui constitue à demander à des moines tibétains qui séjournent au Sichuan de crier « Vive le Tibet indépendant », c'est vraiment quelque chose de ridicule, de grotesque et de minable, car elle se dirige dans un sens diamétralement opposé en même temps qu'elle est dépourvue de toute conscience et au comble de la démence !

    Les activités séparatistes et scissionnistes sont impopulaires et déplaisent à tout le monde, car elles vont à l'encontre de la bonne tradition patriotique de la masse populaire tibétaine qui a toujours combattu énergiquement contre l'impérialisme. C'est la raison pour laquelle le soi-disant « gouvernement tibétain » en exil installé à Dharmsāla qui fait tout pour séparer le Tibet de la Chine n'a jamais pu atteindre son but, tandis que qu'il a également subi des échecs quant à ses agissements en vue semer le trouble au Tibet et d'attenter à la stabilité et à la sûreté des autres régions tibétaines. A cet effet, certains des chefs et des responsables de ce soi-disant « gouvernement tibétain » commencent à s'énerver et à devenir impatients. Devant cette situation, il est tout à fait compréhensible qu'ils se sentent déprimés et soient en proie à la tristesse, mais ce n'est pas une raison pour qu'ils se servent de la vie précieuse de jeunes moines tibétains comme un outil de menace, ce qui accable d'opprobre et d'humiliation la réputation du bouddhisme tibétain qui a un passé plus que millénaire.

    A l'heure actuelle où le développement et le progrès réalisés par la Chine ainsi que les succès remarquables qu'elle a obtenu attirent et retiennent l'attention du monde entier, tout le monde reconnaît et admire le renforcement de sa puissance ainsi que l'amélioration de la vie de sa population. Tout cela est au vu et au su de tous. Parallèlement, au moment du changement d'orientation de l'économie chinoise et de la transition de la société chinoise, le pays est confronté à toutes sortes de difficultés et de problèmes auxquels il doit faire face. Pour ce qui est des problèmes concernant le Tibet et les temples des régions tibétaines, la cinquième conférence nationale sur le travail du Tibet, organisée sous les auspices des autorités centrales, a pris toutes les dispositions nécessaires. Exceptés les divers projets en vue de réparer et de restaurer les anciens temples, de protéger, d'arranger, de classer et de publier les classiques bouddhiques et de développer et faire valoir l'excellente culture traditionnelle tibétaine, il est prévu en outre de réaliser effectivement certains projets liés étroitement à l'amélioration de la vie des Tibétains, tels que l'installation de l'électricité et de l'eau courante dans les temples tibétains, la construction de routes qui mènent à ces temples, l'assistance sociale de l'assurance vieillesse et de l'assurance médicale pour les moines et pour, les bonzes et les bonzesses. Il a été prévu également à l'intention des jeunes moines une garantie de bonnes conditions d'existence et d'études qui leur permettront d'obtenir continuellement des progrès. Quant aux personnalités lucides, clairvoyantes et patriotiques du milieu du bouddhisme tibétain, elles font preuve de beaucoup d'ardeur pour développer le patriotisme en même temps que l'amour religieuse ainsi que la bonne tradition de protéger simultanément les intérêts du peuple et de la religion. Elles incitent leurs disciples à jouer un rôle actif et positif dans le développement rapide et stable du Tibet et des autres régions tibétaines ainsi que dans leur édification culturelle. A cet effet, elles apportent, sur le plan spirituel, du réconfort et de l'encouragement aux adeptes du bouddhisme tibétain pour qu'ils déploient tous leurs efforts pour améliorer le niveau de leur vie et pour construire et édifier un nouveau Tibet meilleur et plus prospère qu'avant. Contrairement à cela, l'incitation au suicide par le feu n'a d'autre objectif que de nuire et de porter atteinte à cette excellente situation, et surtout à compromettre le souhait ardent de la population tibétaine qui aspire au bonheur, à la stabilité, à la tranquillité et à la prospérité.

    Les incidents d'immolation par le feu de jeunes moines tibétains dans des régions tibétaines de la Province du Sichuan constituent des notes fausses et dissonantes, car le moine qui n'observe ni ne respecte pas les règles fondamentales de la religion n'a rien d'un moine, tandis que le temple qui se livre à la politique et incite au trouble n'a plus rien à voir avec un sanctuaire consacré au culte. Quant au Bouddhisme tibétain, s'il les laisse faire à leur guise sans les sanctionner et les punir sévèrement, ce serait comme si l'on laisse salir, souiller et noircir la réputation et l'image de la religion bouddhique, et ce serait quelque chose de vraiment inquiétante et alarmante !