eau minerale

  • L'eau minérale française échoue aux tests de qualité chinois

    L'eau minérale française échoue aux tests de qualité chinois

     

    Deux marques d'eau minérale françaises figurent parmi plus de 420 produits alimentaires ou produits cosmétiques importés ne répondant pas aux normes minimum lors des tests d'entrée, a révélé le plus important organisme de surveillance de la qualité chinois, ce mardi 15 novembre.

     

    Selon un rapport publié par l'Administration générale du contrôle de la qualité, de l'inspection et de la quarantaine, un taux trop élevé de nitrites et susceptible d'augmenter les risques de cancer a été détecté dans l'eau d'Evian et de Volvic,

     

    Parmi les problèmes révélés, plus de 27 tonnes de viande de porc destinées au plus plus grand transformateur de viande, Shuanghui Group, et venant du Danemark étaient contaminées par la salmonelle et posaient un risque énorme d'intoxication alimentaire, a-t-il ajouté.

     

    Aucun des produits concernés n'est entré sur le marché chinois. Ils ont été soit renvoyés aux exportateurs soit détruits ou convertis à d'autres usages, a précisé l'administration.

     

     

    Evian et Volvic sont présents à Shanghai dans les restaurants haut de gamme, les hôtels et les supermarchés depuis que le Groupe Danone a introduit ces marques en Chine.

     

    « Ce scandale n'a pas encore fait disparaître leurs produits de nos étagères car nous attendons l'avis du siège », a déclaré un porte-parole de Tesco à Shanghai.

     

    Ce n'est pas la première fois qu'Evian tombe sous le coup des règles de sécurité alimentaire chinoises. En janvier, plus de 80 tonnes de cette eau minérale n'ont pas été autorisés lors de l'inspection d'entrée, également à cause du taux élevé de nitrites, et ont été détruits par l'autorité locale compétente.

     

    En 2007, le régulateur avait saisi 118 tonnes d'eau d'Evian présentant des quantités trop importantes de bactéries.

     

    Pour sa défense, Danone a cité la différence entre la norme locale et celle fixée par l'Organisation mondiale de la Santé et a déclaré que la flore microbienne était fréquemment présente dans l'eau de source naturelle.

     

    Selon l'administration, en juillet dernier, le clenbutérol, un additif interdit communément appelé « poudre de viande maigre » en Chine, avait été retrouvé dans des produits à base de viande de porc importés des États-Unis, du Canada et du Danemark.

     

    Le clenbuterol participe au développement musculaire et il est utilisé dans certains des médicaments préscrits dans l'athlétisme.

     

    La Chine l'a interdit comme additif alimentaire pour le bétail car, chez les humains, il peut provoquer des nausées, des étourdissements, des céphalées et des palpitations cardiaques.

     

    Les produits non-conformes incluaient des têtes, des pieds et des coeurs de porc congelés.

     

    Parmi eux, un lot de jambon congelé importé des États-Unis était moisi et contenait du clenbutérol.

     

    En août, dernier, l'administration avait signalé qu'un lot de têtes de porc congelées en provenance du Danemark était contaminé à la salmonelle, et que les importations de pulpe d'orange et de jus importés de Turquie par Coca-Cola Chine avaient été détruits en raison de la mauvaise qualité des emballages et pour violation de la réglementation sur les importations

  • Chine:Test d'Evian contenant des substances cancérigènes

    Le 15 mars, l'Administration d'État pour le contrôle de la qualité a annoncé l'examen d'un total de 80,44 tonnes d'eau minérale Evian importées de France contenant des substances cancérigènes. Les nitrites dans l'eau dépassent les limites prescrites.

    Les importateurs des huit lots concernés sont trois entreprises de Beijing. Les stocks incriminés ont été détruits, aucune bouteille n'a été vendue sur le marché.

    Source: China.org.cn

  • UN TIBET QUI GAGNE.

    Tibet : Dang Xiong se transforme en Evian-les-Bains chinoise
    F200903170833272643113504[1]

    La Société de l'eau minérale 5100 du Tibet, l'entreprise moderne la plus haute du genre, est de plus en plus réputée mondialement, notamment après l'ouverture de la ligne ferroviaire Qinghai — Tibet, ainsi qu'avec son produit estampillé « Eau minérale écologique du plus haut plateau du monde ». Selon Mme Wang Hong, directrice exécutive de l'entreprise, la société envisage de créer, avec le concours des autorités locales (administrative et du chemin de fer), un Évian-les-Bains à la chinoise, en vue de valoriser ses très riches ressources naturelles en eau minérale et la marque 5100.

    Le district Dangxiong, où se situe l'entreprise, couvre une superficie de plus de 10 000 km2 avec Nam Co, le lac le plus large du Tibet, au pied des monts neigeux Nyainqentanglha. La source glacière de l'eau minérale se situe dans une vallée de 5100 m d'altitude. Les autorités locales ont trouvé un investissement de 500 millions de yuans il y a quelques années pour lancer le projet 5100. Aujourd'hui, en tant qu'une des cinq meilleures sources d'eau de Chine, la marque 5100 a rapidement gagné une part de marché relativement importante. L'entreprise a contribué, depuis 2007, 20 millions de yuans d'impôt aux gouvernements et a créé près de 300 emplois pour les locaux, majoritairement des Tibétains.

    Le revenu fiscal local s'est significativement accru grâce au fonctionnement de l'entreprise et le gouvernement local s'est également décidé à apporter tout son soutien à l'entreprise et à la chaîne industrielle attachée, et à réaliser, par là, le développement persistant de l'économie locale.

    Avec une source au pied des Alpes, Évian-les-Bains, une toute petite ville française, s'est transformé en un lieu et une marque célèbre pour son eau minérale, a indiqué Mme Wang. Il s'agit d'un exemple tout à fait encourageant pour les habitants de Tangxiong de la façon de transformer leur bourg, en mettant en valeur, outre l'entreprise 5100, toutes leurs ressources naturelles telles que les sources minérales et thermales, la culture ethnique et religieuse, voire même les mythes et légendes, comme modèle économique phare du nord du Tibet.