eau

  • La pénurie d'eau et la pollution menacent le développement chinois

    La Chine est confrontée à une situation de plus en plus difficile concernant les ressources en eau, car l'industrialisation et l'urbanisation du pays poussent la demande en eau à la hausse, a indiqué jeudi Hu Siyi, vice-ministre chinois des Ressources en eaux, lors d'une conférence de presse.

     

    La pénurie d'eau, la pollution des rivières et la détérioration de l'écologie aquatique sont "particulièrement importantes" et pourraient menacer le développement durable du pays.

    Avec une population de 1,3 milliard de personnes, la Chine consomme actuellement plus de 600 milliards de mètres cubes d'eau chaque année, soit trois quarts de ses ressources d'eau exploitables, a indiqué M. Hu.

    Selon le ministère, les ressources en eau par habitant ne sont que de 2 100 mètres cubes, soit environ 28% de la moyenne mondiale.

     

    Projet de restauration écologique de la rivière Tianxiahe à Shenzhen

    Environ deux tiers des villes chinoises manquent d'eau, alors que 300 millions d'habitants n'ont pas accès à de l'eau potable sûre, causant une pénurie d'eau nationale de plus de 50 milliards de mètres cubes en moyenne chaque année, a-t-il ajouté.

    Plus de 3 millions de personnes manquent de l'eau potable

     

    Maintenant, près de 3,13 millions de personnes manquent de l'eau potable, à cause de la sécheresse. Les provinces de Yunnan, de Hubei, du Sichuan et la Région autonome de Mongolie intérieure sont les plus touchées par la pénurie d'eau. Cette information a été révélée mercredi par le Commandant général de la lutte contre les inondations et la sécheresse.

  • NOUVEAU GAZON EN CHINE ECONOME EN EAU

    La Chine développe un gazon plus économe en eau pour ses espaces verts

     

     

    HOHHOT, 22 octobre (Xinhua) -- La Chine a développé 30 variétés d'herbes résistantes à la sécheresse pour les espaces verts de ses villes.

    Yun Jinfeng, le président de la Société des prairies de Chine, a indiqué que les chercheurs de la région autonome de Mongolie intérieure (nord) avaient utilisé la bio-ingénierie transgéniques pour sélectionner des gènes issus de divers chiendents, de Lilium Concolor strictum (aussi appelée Morning Star Lily) et de deux types de lavandes.

    Environ 95% des graines de gazon en Chine (soit 10 000 tonnes par an) sont importées des Etats-Unis et des pays européens.

    "En comparaison avec les graines de gazon importées, les graines d'herbes domestiques s'acclimatent mieux à un environnement sec. Elles ont besoin de dix fois moins d'eau que les graines importées", a fait savoir Yun.

    "Les villes chinoises créent de plus en plus d'espaces verts, dont l'irrigation nécessite beaucoup d'eau", a rappelé Wang Linhe, un professeur à l'Université de l'Agriculture de Mongolie intérieure et un chercheur spécialisé dans les graines d'herbe.

    Selon lui, le gazon nouvellement développé n'a besoin d'être arrosé que trois fois par an, et il est capable de s'acclimater facilement à un environnement aride où les chutes de pluie ne dépassent pas 500 ml par an.

  • LA CHINE INVESTIT AU TIBET.

    Chine: investissements pour l'alimentation du Tibet en eau potable

       

       Le ministère chinois des  ressources en eau a investi 953 millions de yuans (139,3 millions  de dollars) entre 2000 et 2008, pour procurer de l'eau potable à  1,44 million d'agriculteurs et éleveurs de la région autonome du  Tibet (sud-ouest). 

         Selon le ministère, dans le cadre du projet de distribution  d'eau potable, 10 000 installations ont été aménagées dans 73  villes et districts du Tibet. Environ 8,86 millions de têtes de  bétail en ont aussi bénéficié. 

         Le programme couvrira tous les Tibétains en 2010, a indiqué  Wang Xiaodong, chef du Département des ressources en eau dans les  zones rurales relevant du ministère. Cette année, le taux  d'installation de l'eau courante a atteint 61% dans les régions  tibétaines rurales. Il ne s'élevait qu'à 12% en 2000, a-t-il  ajouté. 

         Des sondages effectués à Lhasa, Xigaze et Qamdo ont montré que  grâce au programme d'aduction d'eau potable, les frais médicaux  des habitants de ces zones rurales avaient baissé en moyenne de  280 yuans par an et par habitant. 

         Une autre enquête menée dans la préfecture de Shannan montre  que le programme a permis à 86% des paysans d'augmenter leur  élevage de bétail.