e.coli entérohémorragique

  • La Chine examinera minutieusement les importations de graines de fenugrec en provenance de l'Union européenne et de l'Egypte qui sont soupçonnées d'être à l'origine de l'épidémie E.coli

     

    L'autorité suprême du contrôle de la qualité de la Chine a déclaré mercredi qu'elle allait examiner minutieusement les importations de graines de fenugrec et les produits concernés en provenance de l'Union européenne et de l'Egypte en raison de préoccupations concernant la bactérie E.coli.

    Cette démarche vise à prévenir la propagation de la bactérie E.coli en Chine alors que des graines de fenugrec en provenance d'Egypte sont soupçonnées d'être liées au déclenchement de l'épidémie en Europe, a indiqué Li Yuanping, porte-parole de l'Administration générale d'Etat du contrôle de la Qualité, de l'Inspection et de la Quarantaine, lors d'une conférence de presse.

    L'Administration a appelé ses départements locaux à renforcer leur procédure de quarantaine pour toutes les graines de fenugrec importées d'UE et d'Egypte, a affirmé M. Li. "Tous les produits doivent être certifiés par des examens en laboratoire avant d'être autorisés à entrer dans le pays".

    La quarantaine sera également renforcée pour les importations de graines d'autres légumes en provenance de l'UE et de l'Egypte, a ajouté M. Li.

    L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié plus tôt ce mois-ci un rapport d'enquête sur l'apparition de la bactérie E.coli en Allemagne et en France, indiquant que les graines de fenugrec importées d'Egypte seraient le plus probablement à l'origine de l'épidémie.

    Cependant, l'Administration centrale égyptienne de la quarantaine agricole a rejeté les accusations de l'UE.

    L'épidémie d'E.coli a fait plus de 50 morts en Europe depuis le premier cas rapporté fin mai. L'UE a interdit l'importation de certains types de graines en provenance d'Egypte jusqu'au 31 octobre de cette année.

  • Du point de vue alimentaire , la Chine serait plus sûre que l'Europe

    Voici l'Europe , une nouvelle fois confrontée à un scandale alimentaire. Le dernier de ceux-ci a coûté la vie à une trentaine de victimes et atteint plusieurs milliers de personnes . Ces scandales sont multiples , en Allemagne , il y a peu  le porc et les oeufs contaminés, en Belgique , la dioxine , en France , en Espagne , en Italie , on ne les compte plus.

    Par je ne sais quel tour de passe passe , l'Européen moyen , manipulé , asséné de propagande , s'imagine que les scandales alimentaires multiples sont l'apanage de la Chine . Alors que de ce point de vue , la Chine s'en sort passablement mieux que l'Europe .

     

    Pourquoi , peut-on se demander , alors que l'arsenal pénal en la matière est plus fourni en Europe qu'en Chine.

    Tout simplement parce qu'en Europe , malgré toutes les lois contraignantes , les responsables sont rarement punis et quand ils le sont , c'est trop faiblement ,a lors qu'en Chine , la justice ne manquant pas à son devoir , punit sévèrement les responsables quel que soit leur rang.

    J'attends des occidentaux un peu d'humilité et qu'ils prennent leur distance vis-à-vis de la propagande occidentale qui critique , à tord, sans cesse la Chine. Ballayez devant votre porte.

     

     

     

    Aucun cas d'E.coli entérohémorragique signalé en Chine

     

    La Chine a déclaré vendredi qu'aucun cas d'Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) n'avait été signalé dans le pays jusqu'à présent.

    Deng Haihua, porte-parole du ministère de la Santé, a indiqué lors d'une conférence de presse que la Chine faisait face à "des risques relativement faibles" d'une propagation d'EHEC, une bactérie véhiculée par les aliments, car le pays n'importe qu'une quantité limitée de légumes frais.

    M. Deng a pourtant mis en garde contre l'apparition potentielle de cas "importés" des pays européens.

    Le ministère maintiendra un contact étroit avec l'OMS et les pays européens afin de surveiller de très près l'épidémie, a fait savoir Deng Haihua.

     

    Trafic de poulet à la dioxineSelon les journaux Het Laatste Nieuws (flamand) et La Dernière Heure (francophone), un trafic de viande de poulet avarié entre l’Ukraine et l’Union Européenne ferait l'objet d'une enquête par la justice belge

    1400 tonnes de cette viande avariée ont été saisies en Ukraine et déjà quatre entreprises d'Allemagne, de Belgique, de France et des Pays-Bas sont impliquées dans ce trafic.

    Selon le MDRGF, qui s'est procuré le rapport officiel 2008 de l'UE sur les pesticides et qui porte sur les données de 2006 à paraître la semaine prochaine, la présence de pesticides a été décelée dans 49,5% des fruits, légumes et céréales produits dans l'UE en 2006, le plus haut niveau de contamination .

    Une vingtaine de substances entrant dans la composition des herbicides, fongicides et insecticides considérées comme cancérigènes, toxiques pour la reproduction ou ayant des effets perturbateurs sur le système endocrinien ont été, hier, interdites dans l'Union européenne par les eurodéputés des 27 Etats membres, à l'issue d'un compromis. Le texte entre en vigueur dès 2009. Il va sans dire que les géants de l'industrie chimique allemande, Bayer et BASF, font grise mine...

    Bon appétit !!!