droits de l enfant

  • Selon des témoins Suisses, la Chine accuse le dalaï lama de violation des droits de l'enfant

    0019b91ed6e013c8321501.jpg

    La Chine a accusé mardi le 14e dalaï lama d'avoir déchiré des centaines de familles et gravement violé les droits de l'enfant en orchestrant une campagne d'adoption d'orphelins tibétains en Suisse dans les années 1960.

    Cette condamnation intervient après que le quotidien suisse "Neue Zuercher Zeitung" a publié en septembre une série d'histoires remettant en question la campagne privée orchestrée par un entrepreneur suisse et le dalaï lama.

    "Les histoires racontées par le quotidien suisse indiquent que le dalaï lama et sa clique ont fabriqué des soi-disant orphelins et les ont envoyés en Suisse", a déclaré mardi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying lors d'une conférence de presse régulière.

    Charles Aeschimann, directeur d'une société d'énergie, a adopté des enfants tibétains après avoir lu des articles dans la presse sur les réfugiés tibétains et l'appel du dalaï lama aux familles américaines et européennes à adopter des enfants tibétains pour leur donner une éducation occidentale.

    Le dalaï lama souhaitait ainsi faire de ces enfants une élite pour le "gouvernement tibétain en exil".

    Sur les 200 enfants tibétains qui ont été placés dans des familles suisses, seulement 19 étaient véritablement des orphelins. Les autres avaient leurs deux parents ou au moins un parent vivant, selon le quotidien suisse.

    "Les actes du dalaï lama ont bafoué les droits individuels des enfants et ont violé l'éthique et la morale commune. Toutes les personnes humaines et éprises de justice doivent condamner ces actes", a déclaré Mme Hua.

    Le dalaï lama a toujours des actes qui ne sont pas sans rappeller les nazis. Cela provient sans doute de l'éduction qu'il a reçue par des précepteurs nazis.

  • RAPPORT DE L'UNICEF SUR LES DROTS DE L'ENFANT.

    La Belgique Présente  le rapport de l’UNICEF célébrant les 20 ans de la convention relative aux Droits de l’Enfant .

    Lors d’une conférence de presse organisée conjointement par le Ministère de la Coopération et le Développement et UNICEF Belgique, Monsieur le Ministre Charles Michel et Monsieur Yves Willemot , Directeur général de UNICEF Belgique ont présenté le rapport de UNICEF concernant les droits de l’enfance, intitulé «  La situation des enfants dans le monde ».

    Ce rapport comprend des données très précises sur la situation des enfants dans le monde. Cette édition marque le vingtième anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE). Il brosse un tableau des avancées réalisées grâce notamment à l’intervention de UNICEF dans la lutte contre la mortalité infantile, contre des maladies telles que le paludisme et la rougeole , l’amélioration de l’accès à l’éducation et à l’eau potable.

    Cette convention s’appuie sur 4 principes fondamentaux : la non-discrimination

                                                                                                                      L’intérêt supérieur de l’enfant

     

                                                                                                                      Le droit à la vie , la survie et au développement

                                                                                                                      Le respect des opinions de l’enfant

    Ce rapport souligne les progrès réalisés par la Chine au niveau de la lutte contre la pauvreté , entre 1981 et 2004 , plus d’un demi-milliard de personnes sont sorties de la pauvreté la plus absolue . D’après ce rapport, toujours , les enfants chinois bénéficient de la diminution des privations matérielles ,  d’un meilleur accès aux soins de santé et à une éducation de qualité et surtout la scolarisation est autant effective pour les filles que pour les garçons. Le taux de mortalité pour les moins de 5 ans a été réduit de 51% entre 1990 et 2007. Enfin , avec 3,7 % d’enfants souffrant d’insuffisance pondérale , la Chine est parmi les pays du monde qui affichent les meilleurs résultats.

    Ce rapport met en évidence la différence de la problématique entre les pays industrialisés et les pays en développement. La Belgique jouit d’une double expertise . En tant que pays industrialisé , elle connait les problèmes de jeunes qui vivent des situations précaires , soit parce que nés dans des familles pauvres , ou dans des familles où il y a des conflits, ou parce qu’handicapés ou parce qu’enfant d’immigrés  . En tant que pays actif quant à l’aide aux pays en développement, la Belgique , grâce au ministère de l’aide à la coopération et grâce aux nombreux belges officiant dans des organismes internationaux, connait les problèmes auxquels sont confrontés les enfants et les jeunes dans les pays du tiers-monde.

    Monsieur Geert Cappelaere , ancien Représentant de l’UNICEF en Sierra Leone et aussi ancien responsable pour l’UNICEF dans les pays d’Afrique du Nord nous explique la manière dont l’UNICEF aborde l’aide à l’enfance dans ces pays. «  Il ne faut surtout pas brusquer les choses ni les mentalités, il faut laisser du temps au temps. Amener progressivement les gouvernements, les chefs de village , les collectivités locales à se rendre compte du bien fondé de quelques mesures , parfois très simples. Pour que les filles fréquentent l’école , quand on sait que ce sont elles qui vont chercher l’eau , parfois très loin du village, on installe un point d’eau près de l’école, ainsi les filles rentreront avec l’eau , une fois l’école terminée. Pour lutter contre le paludisme, on distribue des moustiquaires et on initie la population à son usage. Prévoir du personnel qualifié lors de l’accouchement, veiller à l’enregistrement des enfants lors de la naissance , lutter contre les mariages d’enfants sont quelques unes de nos interventions.

    Comme on le voit , les membres et collaborateurs de UNICEF ont encore du pain sur la planche , mais vu leur enthousiasme nous sommes certain  que lors du prochain rapport , UNICEF pourra se vanter de nouvelles victoires engrangéesGeert Cappelaere

  • UNICEF ET LES DROITS DE L'ENFANT.

    "Les enfants sont notre avenir", déclare la directrice générale de l'Unicef .

    "Les enfants de Chine sont l'avenir du pays et ils sont l'avenir du monde", a déclaré Ann Veneman, directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef).

    "Je pense que les enfants de Chine, certainement comme tous les enfants à travers le monde, sont l'avenir du monde", a souligné Mme Veneman, dans un entretien avec Xinhua à l'approche du 20e anniversaire de l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant.

    La Convention relative aux droits de l'enfant, adoptée le 20 novembre 1989 par l'Assemblée générale des Nations Unies, est "le premier instrument juridique international ayant force obligatoire", selon l'Unicef.

    "J'estime qu'il est important que nous reconnaissions tous que ce sont les enfants qui hériteront de ce monde et que les enfants méritent que l'on investisse aujourd'hui pour qu'ils puissent hériter d'un monde meilleur demain et pour qu'ils y soient préparés au mieux", a expliqué Mme Veneman.

    Mme Veneman a également salué la coopération entre la Chine et l'Unicef, seule organisation de l'ONU consacrée exclusivement aux enfants et aux femmes.

    "La Chine est un très bon partenaire de l'Unicef depuis plusieurs années et nous continuons à avoir de bonnes relations avec la Chine", a indiqué Mme Veneman.

    "Nous avons un bureau en Chine qui travaille avec les autorités chinoises sur les questions les plus importantes concernant les enfants, à savoir si les enfants les plus vulnérables ont accès aux soins médicaux ou à de meilleurs programmes d'enseignement", a-t-elle dit.

    L'Unicef est présente en Chine depuis 25 ans, où elle travaille sur des projets dans les domaines de la santé et de la nutrition, de l'éducation, de la protection de l'enfant, de l'eau et de l'environnement dans les régions les plus pauvres du pays.

    "Nous savons que dans certaines régions, les enfants n'ont pas accès aux mêmes services que dans les villes", a souligné la chef de l'Unicef.

    "Je pense que la Chine a réalisé de très grands progrès dans des domaines tels que la baisse du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, l'éducation, entre autres, et je pense que nous continuerons à avoir une très bonne relation avec le peuple de Chine et le gouvernement de Chine", a conclu Mme Veneman.

    L'Unicef est mandatée par l'Assemblée générale de l'ONU pour soutenir la protection des droits de l'enfant, afin d'aider à satisfaire à leurs besoins fondamentaux et accroître leurs chances de développer la totalité de leur potentiel.

  • JOURNEE MONDIALE DE L'ENFANT.

    Journée mondiale de l'enfance: publication d'un rapport sur les conditions de vie des enfants

    Un rapport sur les conditions de vie et de développement des enfants, ainsi que sur la protection de leurs droits, a été publié jeudi, à la veille de la Journée mondiale de l'enfance, qui tombe le 20 novembre.

    Le rapport, publié par l'agence de presse Xinhua et Nielsen, société spécialisée dans les études de marché, se fonde sur une enquête menée sur plus de 2 000 personnes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Nigeria, en Afrique du Sud, en Inde, en Pologne et au Brésil.

    Parmi les personnes ciblées figurent les parents d'enfants âgés de trois à 14 ans, des spécialistes de l'enfance en particulier dans les domaines de la pédiatrie, de la psychologie et de la sociologie, ainsi que des éditeurs de magazines pour enfants et des membres d'ONG caritatives.

    Les données ont été recueillies en ligne dans tous les pays sauf au Nigeria, où les personnes sondées ont été directement interrogées. En moyenne, 300 parents et 10 spécialistes ont été interrogés par pays. Les entretiens se sont effectués par téléphone.

    L'enquête s'inscrit dans le cadre d'une campagne médiatique internationale, intitulée "Journée mondiale de l'information pour l'enfance", lancée par Xinhua et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), en faveur du droit des enfants. Cette année marque le 20e anniversaire de l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant par les Nations unies, le 20 novembre 1989.

    Pendant 24 heures, des événements liés à l'aide à l'enfance seront diffusés à travers le monde. Ce sera la première fois que les médias internationaux abordent le même sujet en même temps.

    Plus de 600 organes de presse à travers le monde participent à cette campagne, qui vise à élargir l'impact généré par le Sommet mondial des médias, organisé à Beijing au début du mois d'octobre.

    La Convention relative aux droits de l'enfant est le premier accord international juridiquement contraignant sur la protection du droit des enfants. Elle doit être respectée par les systèmes judiciaires des pays l'ayant ratifiée.

    La Chine a rejoint la convention en 1992, et est aujourd'hui le pays en développement qui s'investit le plus dans sa mise en oeuvre.

    La convention explique les droits fondamentaux des enfants, dont le droit à la survie, au développement, à la protection contre l'abus et l'exploitation, à la participation dans la vie de famille, la vie culturelle et la vie sociale.

  • CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT.

    La Journée mondiale de l'enfance.

    BEIJING, 5 novembre (Xinhua) -- La Journée mondiale de l'enfance, célébrée le 20 novembre, marque le jour de l'adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration des droits de l'enfant en 1959 et de la Convention relative aux droits de l'enfants.

    En vertu de la résolution 836 (IX) adoptée en décembre 1954, l'Assemblée générale de l'ONU a proposé que tous les pays instaurent une Journée mondiale de l'enfance, considérée comme une journée de fraternité internationale et d'entente entre les enfants du monde, et destinée à promouvoir la protection, le bien-être et l'éducation des enfants.

    Le Sommet mondial pour les enfants de 1990 à Copenhague, au Danemark, a établi les normes visant à promouvoir la santé et l'éducation des enfants.

    En mai 2002, la session extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée aux enfants a adopté un document final intitulé "Un monde digne des enfants", centré sur quatre priorités importantes : promouvoir la santé des enfants, leur assurer l'éducation, les protéger contre toutes les formes d'abus, d'exploitation et de violence et combattre le VIH/sida.

    Pourtant, environ 9,7 millions d'enfants sont morts en 2006 avant leur cinquième anniversaire, la plupart des décès étant dus à des maladies guérissables telles que le paludisme et la pneumonie. Plus de la moitié des décès ont été provoqués par la malnutrition, selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef).

    Presque 42,5 millions d'enfants n'ont pas d'accès à l'eau potable et 1,5 million d'enfants de moins de cinq ans meurent chaque année en raison du manque d'eau potable et d'installations basiques d'hygiène. Environ 2,5 millions d'enfants de moins de 15 ans sont infectés par le virus du VIH/sida.

    Le rapport "Progrès pour les enfants : un bilan de la protection de l'enfant", rendu public par l'Unicef, estime que quelque 218 millions d'enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent et que 126 millions travaillent dans des mauvaises conditions.

    Plus de 300.000 enfants à travers le monde sont engagés dans des conflits armés et deux millions d'enfants sont exploités dans la prostitution et la pornographie, alors que 1,2 million d'enfants font l'objet de trafic chaque année et que 40 millions âgés de moins de 15 ans souffrent