documentaire

  • "Last Train Home" doumentaire- fiction , voici le film aux nombreux prix en occident, suivi de mes commentaires

     

     

     

    Voici la première partie d'un film mi- documentaire mi-fiction. Une des premières qualités de ce film est qu'il est difficile de déterminer ce qui est documentaire et ce qui est fiction. Les prises font penser à l'émission belge "Strip-tease" de la RTBF, reprise ensuite par France3, seulement ici nous avons un film de 90 minutes alors que  l'émission de TV ,que ce soit en version belge ou en version française , présentait des séquences de maximum 10 minutes . De plus la qualité d'image de ce film chinois est tout à fait exceptionnelle d'autant plus que l'éclairage est remarquable.

     

     

     

    Ce film nous montre les péripéties de "min gongs " retournant chez eux à l'occasion de la fête du printemps ou Nouvel An lunaire.

     

     

     

    Il faut savoir qu'à cette occasion, les travailleurs reçoivent de 1 à 3 semaines de congé. Plusieurs centaines de millions de personnes avec parmi eux beaucoup de min gongs , mais pas seulement des min gongs retournent chez eux ou rendent visite à la famille et sont ainsi jetés sur les routes. Voir mes articles des 22/1 et 12/2 de 2012 , cette année là, plus de 6 millions de personnes avaient quitté Shenzhen . J'ai photographié la rue commerçante de mon quartier où tous les commerces étaient fermés sauf l'hôtel où nous avons l'habitude de prendre notre "morning tea". Les commerçants ,comme les fonctionnaires ou les "min gongs" retournent dans leur région d'origine.

     

     

     

     Par route, en voiture ,en moto, en car , par avion , par train et même par bateau , tout est pris d'assaut et le voyage devient vite le parcours du combattant. Ceci est très bien représenté par le réalisateur qui nous fait vivre une tranche de vie de la population et nous révèle une des facettes culturelles chinoises.

     

     

     

    J' émets tout de même quelques réserves. Le parti pris par le réalisateur fait qu'il glisse dans la bouche de protagonistes , des paroles dont on peut être sûrs qu'elles ne seront jamais dites par des Chinois dans un train ou dans la vie de tous les jours. La preuve indéniable que les auteurs s'adressent à un public occidental et non chinois.

     

     

     

    Pour que ce reportage fiction soit réellement au coeur du sujet , on aurait du montrer le bonheur qu'est ce "chun yun".On s'imagine bien que quand des centaines de millions de gens se lancent sur les routes , cela ne se fait pas sans drame. N'en n'est-il pas ainsi lors de nos départs en vacances , où pour certains cela vire au drame et certains n'arrivent jamais sur les lieux de villégiature .Mais pour l'immense majorité, "chun yun" est synonyme de joie et bonheur. Joie des retrouvailles et bonheur de rentrer chez soi les bras chargés de cadeaux pour toute la famille.

     

     

     

    Je reproche aussi au film d'avoir oublié de montrer les difficultés d'organiser la plus grande transhumance humaine de tous les temps et que gérer ces départs demande une organisation minutieuse.

     

     

     

    Ce film a commencé à être tourné en 2006, depuis , les voyages en train sont devenus plus faciles et rapides. L'offre s'est multipliée ,surtout avec la mise en service de nombreuses lignes de trains grandes Vitesses. Beaucoup de gens de la classe moyenne , la classe qui prend le plus d'extension en Chine, délaissent le train pour l'avion , pour des distances supérieures à 1000 Km , ou utilisent leur voiture pour des distances inférieures à 500 Km.

     

     

    chun yun.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    suite du film et de mes commentaires demain.