de wever

  • Pourquoi la Chine connait la réussite et l'Europe l'échec?

    beidou2-300x247.jpgGalileo devrait être la réponse européenne au tout-puissant GPS, le système de géolocalisation américain que nous utilisons quotidiennement dans nos voitures ou avec nos téléphones portables. La Chine y a participé au début mais voyant le système européen stagner,les Chinois se sont lassés et ont décidé de lancer leur propre système de géolocalisation,"Beidou" (le nom chinois de la Grande Ourse), qui est déjà opérationnel, au moins sur l'immensité du territoire chinois. La couverture du monde par leur système ne devrait pas tarder.

    L'échec cuisant de l'Europe est du à un manque fonds et à tant de lourdeurs dans le processus de décision . Cette lenteur à l'Union européenne est à l'image aux complexités des décisions et autorisations dans les Etats membres.  Interviewé par Xinhua , à son retour de Chine, le Maire d'Anvers, Bart De Wever , nous déclarait:

    parlant du meilleur souvenir de son séjour en Chine, le président De Wever a rappelé "sans hésitation" la vue sur le Donghai Bridge à Shanghai.

    "Un pont de 32 kilomètres de long construit en deux ans. Deux ans ! En Flandre, dans ce délai, on obtient à peine un permis de bâtir. J'en ai été vraiment impressionné," s'est-il exclamé.

    Le projet de Galileo qui date déjà de 12 ans, devait être mis en service en 2008, mais, il sera, au mieux, opérationnel en 2019 ! Et son prix est passé de 3 milliards à 5 milliards d'euros.

    Ce qui se passe avec l'Europe et son système GPS, est à l'image de ce qui se passe dans beaucoup de domaines. 

    Si l'Europe veut s'en sortir , il faudra qu'elle se départisse de son sentiment de supériorité, voir de son paternalisme face à la Chine. Il faudra que cesse aussi ce préjugé sur un soi-disant manque de qualité des produits chinois. Les succès qu'engrange la Chine, dans des domaines de haute technologie, comme l'aérospatiale, les chemins de fer grande vitesse, les infrastructures routières, maritimes , aériennes,les télécommunications etc... en sont la preuve.

    A contrario, si je reprends Galileo, les problèmes ne sont pas seulement financiers ou décisionnels mais également techniques. A l'heure actuelle, il n'y a que 4 satellites en orbite , les deux satellites suivants n'ont pas pu  atteindre l'orbite cible, à la suite d'une défaillance technique.

     Galileo devait, selon ses promoteurs, capter un marché de 300 milliards d'euros et créer 150 000 emplois. Voilà encore une occasion de passée . Comme vous voyez si le chômage augmente en Europe, ne cherchez la cause en Chine mais dans le manque de détermination et d'organisation des représentants de l'UE d'une part et des différents pays membres d'autre part.