développement durable

  • La Chine publie un rapport sur le développement durable à la veille de la conférence de l'ONU

    La Chine a publié vendredi un rapport sur le développement durable à la veille de la conférence des Nations Unies sur le développement durable qui se tiendra du 20 au 22 juin au Brésil.

    images.jpg

    Dans ce rapport, centré sur les efforts et les progrès que la Chine a réalisés depuis 2001 dans la mise en oeuvre de sa stratégie de développement durable, les lacunes existantes et les défis sont analysés, de futures initiatives stratégiques sont avancées et les positions chinoises sont clarifiées pour la prochaine conférence des Nations Unies.

    Au cours des deux dernières décennies la Chine a activement répondu aux changements complexes dans l'environnement national et international et à une série de défis majeurs, réalisant des progrès remarquables dans la restructuration de son économie, l'amélioration des conditions de vie du peuple, la conservation des ressources et la protection de l'environnement, indique le rapport.

    Entre 2000 et 2010, la population pauvre de la Chine a diminué de 94,22 millions à 26,88 millions, avec un taux de pauvreté ayant chuté de 10,2% à 2,8%.

    Alors que les progrès de la Chine dans la promotion du développement durable sont soulignés, une série de défis pour l'avenir sont également évoqués dans le rapport.

    La Chine se situe près du 100e rang mondial en termes de PIB par habitant et compte encore 122 millions de personnes vivant dans la précarité.

     

    Selon le rapport, la Chine a attaché une grande importance à la coopération internationale et a pris l'initiative de promouvoir la coopération bilatérale et multilatérale avec les parties concernées à travers divers canaux et échanges, et à plusieurs niveaux.

    La prochaine conférence de l'ONU sur le développement durable devrait renforcer la volonté politique et les pays concernés sont appelés dans le rapport à mettre entièrement en oeuvre les consensus atteints lors de la conférence de l'ONU sur l'environnement et le développement en 1992 à Rio de Janeiro au Brésil et du sommet mondial de 2002 sur le développement durable à Johannesburg en Afrique du Sud, afin d'adopter une attitude pragmatique et orientée vers l'action pour accélérer la réalisation des objectifs.

     

  • La Chine 2ème producteur mondial de technologies propres, les États-Unis 17èmes

    Si une importante partie du PIB du Danemark est issue de la production d'éoliennes et autres technologies propres et si les États-Unis développent rapidement le secteur, la Chine enregistre dans ce domaine un rythme de croissance inégalé, selon un nouveau rapport publié par l'Associated Press.

    La production de technologies vertes de la Chine a augmenté de 77 % sur un an, selon ce rapport commandé par le Fonds mondial pour la nature (WWF), rendu public aujourd'hui lors d'une conférence d'industrie qui se tient à Amsterdam.

    « Les Chinois ont pris la décision de s'emparer de ce marché et de le développer agressivement », a déclaré Donald Pols, économiste pour le WWF.

    Selon le rapport, le Danemark, leader de longue date dans l'énergie éolienne, tire 3,1 % de son PIB des technologies liées aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique, soit environ 6,5 milliards d'euros (9,4 milliards de dollars).

    La Chine est le plus gros producteur en terme financier, gagnant plus de 44 milliards d'euros (64 milliards de dollars) ou 1,4 % de son PIB.

    Les États-Unis se classent pour leur part 17èmes dans la production de technologies propres. Ce secteur représente 0,3 % de leur PIB ou 31,5 milliards d'euros (45 millions de dollars), mais il a connu un développement rapide depuis 2008 avec une croissance de 28 % par an.

    « Ce secteur connaît une croissance substantielle aux États-Unis, donc il semblerait que la politique du Président Obama fonctionne », a déclaré Pols. Mais les États-Unis n'arrivent pas au niveau de la Chine.

    « Quand vous discutez avec les Chinois, le changement climatique n'est pas un problème idéologique. C'est juste un fait. Alors que nous poursuivons notre débat sur le changement climatique et la transition vers une économie bas-carbone, la Chine est déjà passée à autre chose », constate Pols. « Eux en sont déjà à la mise en œuvre. C'est un secteur de croissance et ils veulent s'en emparer. »

    Le rapport a été préparé par Roland Berger Strategy Consultants, un cabinet de conseil international basé en Allemagne. Il compile des données concernant 38 pays et venant d'associations oeuvrant dans le domaine de l'énergie, de rapports de banques et de maisons de courtage, de présentations d'investisseurs, de l'Agence internationale de l'énergie et de plusieurs autres sources. Il mesure les revenus issus de la production d'énergies renouvelables comme les biocarburants, les turbines éoliennes et les équipements thermiques et la production de technologies favorisant l'efficacité énergétique comme l'éclairage basse-consommation et l'isolation.

    « Les technologies propres se développent vite et la Chine est à l'origine de l'essentiel de cette croissance », a observé Ward van den Berg, qui a compilé et analysé les données pour le cabinet de conseil.

    « Jusqu'à récemment, la production chinoise massive de panneaux solaires était destinée à l'exportation, mais elle est désormais aussi vendue sur le marché intérieur, comme c'est le cas avec l'énergie éolienne depuis plusieurs années », explique-t-il encore.

    Selon le rapport, après le Danemark et la Chine, les autres pays formant le groupe des cinq premiers producteurs de technologies propres sont, en terme de pourcentage du PIB, l'Allemagne, le Brésil et la Lituanie.

     

  • LA CHINE PLAIDE POUR LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

    La Chine appelle à la coopération internationale dans la lutte contre le changement climatique
     

    Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a indiqué vendredi que la communauté internationale devait travailler conjointement pour vaincre les défis du changement climatique.

    Li Keqiang a fait cette remarque lors de sa rencontre avec Christiana Figueres, la secrétaire exécutive de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC).

    Li Keqiang a indiqué que tous les pays devaient se réunir dans la lutte contre le changement climatique avec des efforts concertés basés sur l'UNFCCC et le Protocole de Kyoto, et sur le principe de la "responsabilité commune, mais différenciées".

    Il a présenté en bref à Mme Christiana Figueres les politiques et les mesures de la Chine pour économiser l'énergie, développer l'économie verte et promouvoir la protection de l'environnement, affirmant que la Chine coopérerait avec les autres pays et les Nations Unies pour faire avancer le développement durable.

    La Chine organisera une session des négociations des Nations unies sur le changement climatique en octobre dans la municipalité de Tianjin (nord).

    Christiana Figueres a fait l'éloge des efforts chinois dans la lutte contre le changement climatique, en appréciant son rôle constructif dans le processus des négociations internationales.

     

    Source: xinhua