dépradation

  • Ce que les touristes chinois trouvent étrange en Occident

    Alors que fréquemment les médias présentent des émissions où l’on découvre ce que le voyageur occidental peut trouver étrange chez les Chinois, que les journaux de ces pays se répandent en énumérations de ce qui choque le voyageur peu averti en Chine, vous ne voyez jamais d’article expliquant ce qui interpelle les Chinois quand ils découvrent nos contrées.

    Je vais essayer de combler cette lacune.

    Sans conteste ce qui étonne le plus le Chinois qui débarque chez nous, c’est la rudesse de notre société , d’autant qu’il se fait une idée plutôt romantique de l’Europe occidentale en général et de la France en particulier.

    L’agressivité des conducteurs en Europe, est aussi une surprise pour eux qui pourtant conduisent moins bien et respectent moins le code de la route que nous. En Chine, je n’ai jamais vu un conducteur engueuler un autre sous prétexte qu’il n’a pas respecté la priorité. Les pires fautes sont admises sans que l’auteur subisse les foudres de l’automobiliste lésé.

    S’ils ne trouvent rien à dire sur les prix de vente des marchandises qu’ils achètent volontiers à l’étranger, ils trouvent les prix affichés par les restaurants prohibitifs. Il est vrai qu’à qualité égale, pour le prix d’un menu ici, vous pouvez inviter 5à7 personnes en Chine. C’est pour cela que vous ne verrez jamais chaque convive payer son addition, mais traditionnellement une personne paie la note même s’il est de bon ton de faire mine de vouloir payer. Souvent deux ou trois candidats se disputent l’honneur de payer pour la tablée.

    Qu’il faille payer pour aller aux toilettes est pour le Chinois ahurissant. En Chine, si vous ne trouvez pas de toilettes publiques, vous pouvez vous rendre dans les toilettes d’un restaurant ou d’un hôtel sans devoir consommer.

    Nos maisons de repos interpellent les Chinois, car en Chine les rares maisons de repos sont occupées par des gens qui n’ont pas de famille. Traditionnellement en Chine, les personnes du troisième âge sont prises en charge par leur famille. Un proverbe chinois énonce d'ailleurs : « Avoir un fils pour préparer sa vieillesse ». Les personnes âgées ne veulent surtout pas que leurs enfants les placent en maison de retraite ; elles considèrent même cet acte comme un abandon de leur part. Le devenir des grands-parents est aussi une préoccupation qui taraude les jeunes. Envoyer ses parents en maison de retraite sera vu comme un geste contraire à la piété filiale, pointé du doigt par les proches et les voisins. Dans la tradition chinoise, s'occuper de ses parents sénescents constitue la première obligation d'un fils digne.

    Le Chinois a le respect du bien public. Il est étonné de voir chez nous tant de biens et d’infrastructures endommagés, les dégradations et les tags sont étrangers aux Chinois.

     

     

    touristes-chinois-à-bruxelles-l-europe-30889122.jpg