cynophagie

  • Une campagne contre la consommation de viande de chien ne peut devenir un matraquage raciste antichinois

    FOREIGN201506191427000052882060922.jpg

    En Chine ,comme dans beaucoup d'autres pays asiatiques , il était d'une longue tradition de manger de la viande de chien. L'Asie n'était pas le seul continent où on s'adonnait à la cynophagie, en France, il y eu des boucheries canines jusqu'en 1930 , En Allemagne, la dernière boucherie canine a fermé dans les années 1940. La viande de chien fut consommée dans ce pays au moins jusqu'en 1943  car nous avons des preuves d'un contrôle sanitaire sur cette marchandise par les autorités du Troisième Reich cette même année. Vous voulez une preuve : citons  Guillaume Apollinaire, dans La maison des morts (dans Alcools) :

    « Quelques-uns nous quittèrent
    Devant une boucherie canine
    Pour y acheter leur repas du soir »

    De nombreux médias occidentaux présentent le festival de Yulin de manière tendancieuse 

    Bien que le commerce de viande de chien soit interdit en Chine, Yulin, ville de la la région autonome zhuang du Guangxi continue même si les autorités locales prétendent qu'elle est interdite. La fête annuelle, prévue pour le 21 juin à Yulin, célèbre une tradition locale de manger de la marmite de viande de chien .

    Li Weimin, un avocat du cabinet juridique Weibo, s'est rendu à deux reprises dans cette ville au cours des deux dernières semaines, et il dit avoir constaté que la plus grande partie de la viande de chien qui va être servie lors de cette fête provient du marché noir.

    « On m'a dit qu'il y a quatre importantes installations produisant de la viande de chien dans la ville. Je les ai visitées, et j'ai constaté qu'aucune d'entre elles n'avait de permis d'exploitation ou de certificats », a déclaré M. Li, ajoutant qu'il croyait que la viande fabriquée dans ces lieux était insalubre.

    La décision de manger de la viande de chien dépend de l'individu, mais le commerce lié à la viande de chien est illégal selon les lois chinoises actuelles, a confirmé M. Li.

    Selon An Xiang, avocat des droits des animaux à Beijing, il n'y a pas de fermes canines ou d'abattoirs légaux en Chine. Les chiens pour la fête sont élevés dans des ménages, enlevés dans les rues ou même empoisonnés, a déclaré M. An.

    Les médias occidentaux profitent de l'occasion pour critiquer la Chine. En rendant l'événement par le biais de la propagande antichinoise , ils présentent l'affaire de manière tronquée et mensongère.

    Voici un extrait d'un article d'un journal occidental , "Métro" :

    Une mobilisation internationale se développe, notamment via les réseaux sociaux, pour tenter de faire annuler le festival de Yulin qui se déroule tous les ans dans le sud de la Chine. Des milliers de chiens et chats destinés à être mangés sont mis à mort dans des conditions atroces.

    Ce journal publie également des réactions de lecteurs qui sont racistes et scandaleuses  Ce festival et article servent d'exutoire à bon nombre d'occidentaux afin de satisfaire leurs penchants de haine vis-à-vis des Chinois.

    Ces médias ne parlent pas que la vague de protestations part en fait de Chine et que les plus virulents à l'adresse des mangeurs de chiens sont les Chinois eux-mêmes . Qui sommes-nous ,occidentaux, à toujours vouloir donner des leçons de morale aux autres?

    FOREIGN201506191427000057215280552.jpg

    Voici un témoignage , parmi tant d'autres , d'une dame qui ne se contente pas de signer une pétition inutile .

    Cette femme courageuse , comme des milliers d'autres,tente de saboter ce festival macabre en sauvant autant de chiens qu'elle le peut. Yang Xiaoyun, 65 ans, vient racheter les chiens prêts pour l'abattage directement auprès des commerçants, pour ensuite les emmener dans un refuge.

    Mme Yang a économisé jusqu'à 50 000 yuans, et parcouru un millier de kilomètres de Tianjin sa ville natale à Yulin pour sauver les animaux condamnés, selon le Quotidien du Peuple en ligne.

    La sexagénaire a dépensé l'an dernier 150 000 Yuans pour sauver 360 chiens et des dizaines de chats en provenance du festival.  Diplômée universitaire, elle a commencé en 1995 à faire campagne pour sauver ces toutous, après la mort soudaine de son mari.

    c03fd54abadb150747b605.jpg

    Une fois de plus, la fête a rassemblé les militants chinois des droits des animaux

     

    Respect des animaux oui, racisme non