croix rouge

  • La Croix-Rouge impliquée dans un nouveau scandale des dons d'organes en Chine

    croix.jpg

    Selon un article de Beijing News publié hier, la Croix-Rouge chinoise réclamerait de l'argent aux hôpitaux pour planifier des dons d'organes.

    Les honoraires varient selon les endroits et seraient principalement destinés à prendre en charge les frais médicaux du donneur, a déclaré au quotidien un responsable de la Croix-Rouge chinoise.

    L'article citait également l'employé d'un hôpital de la ville de Guangzhou (sud), selon lequel le versement moyen pour obtenir un organe est de 100 000 yuans (12 800 euros).

    Et ce dernier d'ajouter que « nous ne savons toutefois pas où va cet argent ».

    Un membre du personnel d'un hôpital de la province du Jiangsu raconte quant à lui avoir remis 50 000 yuans à la Croix-Rouge pour la famille d'un donneur d'organe.

    Les considérations éthiques font polémique dans de nombreux programmes de transplantation à travers le monde et, au regard du droit chinois, il est illégal de vendre des organes ou de recevoir de l'argent en contrepartie de ce genre de dons.

    En Chine, où la population est nombreuse et vieillissante, les demandes de greffe abondent. L'offre est par contre faible, dès lors que de nombreux Chinois croient en la réincarnation après la mort et ressentent donc le besoin de conserver le corps humain dans son intégralité.

     

    croix2.jpg

    Chaque année, seul un trentième des patients inscrits sur la liste d'attente ont la chance de recevoir l'organe dont ils ont besoin, d'après les chiffres de la Commission nationale de la santé et de la planification familiale.

    Cette pénurie d'organes ouvre la voie aux dons forcés et aux transactions illégales.

    La branche de la Croix-Rouge de Shenzhen a démenti les accusations de Beijing News dans une déclaration adressée à l'agence de presse Xinhua, soulignant qu'elle avait planifié 25 greffes avec un hôpital qui a finalement décidé d'offrir la jolie somme de 150 000 yuans aux donneurs d'organes.

    Il n'a jamais été question d'accords à « 100 000 yuans par don », expliquait le responsable de l'institution cité par Xinhua.

    La Croix-Rouge chinoise avait déjà été accusée d'un certain manque de clarté dans ses comptes lorsqu'elle avait réuni 80 millions de yuans pour les victimes du séisme du Sichuan en 2008.

    croix3.jpg