crise de l'europe

  • PSA (Peugeot): nouveau dégraissage considérable l'an prochain, 3450 postes menacés , presque tous en France

    002564bb44f715d943ea06.jpg

    On en parle en Chine , on tente de le garder sous silence en France, mais afin de faire aboutir le projet de redressement de son nouveau PDG Carlos Tavares, PSA, toujours en difficulté, se verrait contraint d'effectuer un nouveau dégraissage considérable l'an prochain.

    La suppression de personnel viserait cette fois 3450 postes. La grande crise du marché automobile européen a considérablement affaibli le constructeur français.

    En début d'année, PSA a en effet dû céder des actions à l'Etat français et au chinois Dongfeng Motors, chacun détenant désormais 14% de son capital, en échange d'un financement qui devait permettre au groupe d'affronter la crise. Les mesures qui furent prises sont insuffisantes pour que la Chine puisse sauver PSA.

  • La Chine jouera un rôle « énorme » pour augmenter la richesse européenne selon les experts européens

    chine-europe.jpg

    La Chine est devenue « énormément importante » pour que l'Europe se tire de son ralentissement économique actuel, selon les experts européens qui pressent le gouvernement de continuer d'appliquer des politiques qui aideront à assurer la croissance et à renforcer l'investissement de part et d'autre.

     

    Récemment, l'Union européenne a prévu une détérioration de la situation économique, et on s'attend à ce que les États membres principaux tels que la France aient une croissance de 0,1 % seulement, et l'Allemagne, de 0,5 %, en 2013.

     

    Pour ce qui est de la Grande-Bretagne, sa très convoitée réputation de solvabilité triple A a été abaissée par l'agence de notation Moody's, en raison de préoccupations concernant ses perspectives économiques négatives.

     

    Les perspectives décevantes ont incité beaucoup d'analystes à demander un effort collectif accru pour stimuler l'investissement direct vers la région, en particulier de la part de la Chine, pour aider à sortir la région de sa récession qui s'approfondit.

     

    « Il est très clair que l'Europe échappera à un autre ralentissement seulement si elle peut profiter d'une demande accrue venant de l'extérieur.

     

    « C'est là où la Chine devient très importante, et où il est impératif de rééquilibrer nos relations commerciales bilatérales », a déclaré Jonathan Holslag, chargé de recherches de l'Institut des études chinoises contemporaines de Bruxelles.

     

    Les deux sessions de l'Assemblée législative nationale et de l'organe consultatif de la Chine qui se tiennent cette semaine et la semaine prochaine sont très observées en Europe, car elles éliront non seulement le chef d'État du pays, le premier ministre et les membres du cabinet, mais elles donnent également le ton des politiques économiques de la Chine pour au moins les cinq années à venir.

     

    Duncan Freeman, chargé de recherches de l'Institut de Bruxelles, a indiqué qu'une croissance soutenable à long terme en Chine est essentielle à la reprise économique de l'Europe.

     

    La Chine est parvenue à maintenir une forte croissance, et on peut s'attendre à ce que le nouveau gouvernement poursuive les politiques pour la soutenir, ce qui profitera à l'UE, a-t-il ajouté, en notant que la question clé sera de savoir jusqu'à quel point le gouvernement est disposé à effectuer une réforme pour garantir que la croissance soit soutenable.

     

    Certains analystes ont fait remarquer le potentiel toujours largement inexploité des relations d'investissement entre la Chine et l'Europe.

     

    «Les investissements peuvent être ce qui peut faire vraiment changer la donne », a dit Gauri Khandekar, chercheuse d'Agora Asia-Europe chez FRIDE, un groupe de réflexion européen basé à Madrid, Espagne.

     

    Mme Khandekar a noté que la Chine représente seulement de 2 à 3 % du total des investissements européens à l'étranger, alors que les investissements chinois en Europe représentent moins de 6 % de l'ensemble des investissements directs de l'étranger.

     

    « Dans le cadre des relations UE-Chine, on doit donner la priorité aux investissements, et ils peuvent être la meilleure manière de stimuler la reprise de la partie européenne, en créant des emplois et un appétit pour la croissance », a-t-elle déclaré.

     

  • Que la Chine sauve l'Europe , mais qu'elle impose ses conditions!!!

    La crise de la dette européenne, qui a éclaté d'abord en Grèce en octobre 2009, n'a cessé de prendre de l'ampleur ces deux dernières années, et elle menace à présent de faire éclater la Zone Euro et de détruire l'idéal de l'intégration européenne.

    Les Européens , pour de multiples raisons , ne savent pas seul faire face à la crise . C"est la raison pour laquelle , Nicolas Sarkosy a téléphoné au président chinois Hu Jintao , dans l'espoir que la Chine vienne au secours de l'Europe.

    Personne n'aurait cru qu'un pays, qui il y a à peine trente ans avait une si grande population de gens pauvres, se voie demander aujourd'hui par des gens du monde entier de sauver l'Europe.
    Cette attente semble logique : la Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde, avec des réserves en devises de 3 200 milliards de Dollars US. D'après The Economist, la Chine, en tant que « triple trillionnaire », a la puissance suffisante pour acheter toute la production de pétrole brut prévue pour cette année, à 3 410 milliards de Dollars US, ou encore toutes les exploitations agricoles des Etats-Unis, à 1 870 milliards de Dollars US. Elle pourrait aussi acheter le montant total des dettes souveraines du Portugal, de l'Irlande, de la Grèce et de l'Espagne réunies. Ou encore Apple, Microsoft, IBM et Google pour 916 milliards de Dollars US. Plus encore, la Chine pourrait acheter l'équipement militaire des Etats-Unis pour 414 milliards de Dollars US, voire l'immobiler de Manhattan pour 287 milliards de Dollars US ou celui de Washington pour 232 milliards de Dollars US. Et finalement, The Economist a rapporté que la Chine pourrait acheter, si elle le voulait, les 50 équipes sportives les plus chères du monde, pour 50 milliards de Dollars US.

    En Chine, de nombreuses personnes, en particulier les internautes, débattent du fait de savoir si la Chine devrait sauver l'Europe ou non. Certains disent qu'il est temps maintenant que la Chine montre sa puissance économique, car elle n'a besoin que d'une partie de ses énormes réserves en devises pour empêcher l'Europe de sombrer davantage dans la crise de la dette. Mais d'autres soutiennent que la Chine ne devrait pas être considérée comme un papa-gâteau, parce qu'elle est toujours un pays en développement et qu'elle devrait d'abord s'occuper de ses propres citoyens. D'autres encore disent que la Chine ne devrait tout simplement pas donner d'argent à l'Europe, du fait du refus obstiné de l'Europe d'accorder le statut d'économie de marché à ce pays émergent. Qui plus est, l'Europe maintient toujours son embargo sur les armes et se permet même d'intervenir dans les affaires intérieures de la Chine, comme les problèmes de Taiwan et du Tibet.

    C'est pourquoi , je pense qu'aujourd'hui, la Chine , en position de force , peut exiger d'être reconnue comme économie de marché, que l'Europe lève l'embargo sur les armes , que l'Europe ne livre plus la moindre arme à Taiwan , qu'aucune personnalité européenne ne reçoive le dalai lama ou tout autre séparatiste , que l'Europe cesse ses ingérences dans les affaires intérieures de la Chine, que l'Europe soutienne la manière dont la Chine gère sa monnaie et laisse la Chine réévaluer le Yuan à son propre rythme, que l'Europe admette que la notion de "droit de l'homme" n'est pas universelle mais propre à chaque pays ou au moins à chaque culture.

     Bref qu'en fin on reconnaisse que la voie suivie par la Chine , qui a pris le meilleur du capitalisme tout en gardant le meilleur du communisme et en se référent à ses fondements millénaires , a choisi la meilleur route qu'il soit .

    La Chine est un exemple pour les autres pays émergeant et devra l'être pour l'Afrique et l'Asie du sud-est.

    Pour que le sacrifice des générations révolutionnaires chinoises ne soit pas vain , la Chine se doit d'imposer ces conditions qui sont loin d'être impérialistes mais dont le but est d'apporter un peu plus de justice et de morale dans les relations internationales.