couteau

  • Beijing retire les couteaux des supermarchés suite à une agression à l'arme blanche

    001fd04cfc2213598f0402.jpg

    Hier, un grand nombre de supermarchés de Beijing ont été contraints de retirer les couteaux de leurs rayons, à la suite d'une agression à l'arme blanche qui a fait un mort et trois blessés dans un magasin de la ville ce lundi.

    « Hier, nous avons reçu un appel du siège social régional pour le nord de la Chine qui nous a informé que, sur ordre de la police, nous ne pouvions plus vendre de couteaux dans l'enceinte du magasin », expliquait mardi le directeur d'un magasin Carrefour du quartier de Wangjing à Beijing.

    L'agression a eu lieu lundi vers 11h40 dans un supermarché Carrefour du district de Xicheng, dans la capitale chinoise. Le suspect, un homme nommé Wang, venait d'acheter un couteau à fruits lorsqu'il s'en est servi pour prendre d'assaut ses quatre victimes.

    Une femme a succombé à ses blessures à l'Hôpital Xuanwu, où se sont également fait soigner deux autres victimes, dont un garçon de 12 ans. La quatrième personne, un jeune garçon de 2 ans, a subi une intervention chirurgicale à l'Hôpital pour enfants de Beijing et est à présent dans un état stable.

    Selon un communiqué publié sur le compte officiel Weibo du Bureau de la sécurité publique de Beijing hier, Wang était sorti d'un hôpital psychiatrique du district de Daxing en janvier de cette année.

     

    001fd04cfc2213583cdb04.jpg

    Le gérant du Carrefour de Xicheng a signalé que la direction était en train de vérifier les procédures applicables lors de la vente de couteaux.

    « Nous remettrons les couteaux en vente dans nos rayons une fois que nous serons sûrs que nos méthodes de vente ne permettent pas qu'un tel incident se reproduise », a ajouté le gérant, qui désire garder l'anonymat.

    Ce dernier a encore confirmé que l'agresseur s'était procuré le couteau sous sa vraie identité. Depuis 2008, les clients doivent en effet présenter leur carte d'identité au vendeur lorsqu'ils achètent un couteau à Beijing, Shanghai et Guangzhou, dans la province du Guangdong.

     

    001fd04cfc2213583d081c.jpg

    Les chaînes de supermarchés CSF et Hualian ont annoncé qu'elles avaient également reçu l'ordre de la police de supprimer le rayon des couteaux de leurs magasins.

    Alors que nombre de clients du Carrefour de Xicheng se disent incommodés par cette nouvelle mesure, une cliente a toutefois déclaré qu'elle se sentait plus en sécurité depuis que les couteaux avaient été retirés des rayons.

    « De toute façon, les couteaux ne devraient pas être en vente dans les supermarchés car ce sont des articles dangereux », s'est-t-elle exprimée.

     

    001fd04cfc2213583cdb0b.jpg

    Wang Hongwei, experte de la sécurité publique à l'Université Renmin de Chine, pense que le retrait des couteaux des magasins n'est qu'une solution provisoire et qu'elle ne permettra pas de résoudre radicalement le problème des agressions par des personnes atteintes de troubles mentaux.

    « Ce n'est pas le couteau qui est meurtrier, c'est la personne qui s'en sert. Plutôt que de dissimuler les armes potentielles, le gouvernement devrait établir un système plus adapté pour l'encadrement de ces patients et inciter les gens à prendre soin d'eux et à les protéger », estime Wang.

     

    001fd04cfc2213583cdb05.jpg