cours supreme

  • La cour suprême chinoise intensifie ses efforts pour mettre fin aux agressions de médecins

    001ec92b902914c6b2d503.jpg 

    Alors que la Chine connait une tendance croissante aux conflits médicaux, dont certains impliquent des violences graves contre les médecins, une nouvelle initiative a été lancée jeudi pour souligner que ce genre d'agressions sur les médecins sera sévèrement puni.

    Trois organismes, dont la Cour populaire suprême, le Ministère de la sécurité publique et la Commission nationale de la santé et de la planification familiale, ont publié conjointement un avis qui a pour objectif d'infliger une peine plus forte pour les délits violents concernant des conflits médicaux et de maintenir l'ordre dans la pratique médicale.

    Cette dernière initiative vient après une série de conflits médicaux graves, dont certains ont donné lieu à des attaques mortelles contre des médecins.

    « La Cour populaire suprême fera respecter la loi tout en traitant les affaires concernant des conflits médicaux et punira sévèrement ceux qui blessent gravement, voire tuent des médecins pour des prétentions sans fondement », a promis lors d'une conférence de presse ordinaire Sun Jungong, le porte-parole de la Cour suprême.

    Il a également évoqué quatre grandes affaires liées à des conflits médicaux que la cour a traités, dont deux ont abouti au meurtre de médecins par des patients en colère.

    Il s'est avéré que les deux victimes étaient totalement innocentes et que les soins qu'ils avaient apportés dans les cas litigieux ont été jugé appropriés, a dit M. Sun.

    « Les criminels ont par la suite été condamnés à la peine capitale », a-t-il dit.

    Selon l'Association chinoise des docteurs en médecine, il y a eu au moins 10 cas de conflits médicaux graves rien qu'en février.

    Zhang Yanling, qui dirige l'association, a déclaré que l'augmentation du nombre des conflits médicaux est le reflet de l'augmentation des tensions sociales dans un contexte de changements sociaux et économiques.

    « Ce dernier avis devrait contribuer à freiner cette tendance anormale avec toute la force de la loi », a-t-il dit.

    Selon l'avis, ceux qui profèrent des insultes et des menaces à l'encontre des travailleurs médicaux seront également punis.

    De même, ceux qui porteront des armes comme les armes à feu, les explosifs ou les matières toxiques ou radioactives avec l'intention de nuire au personnel médical seront punis.

    En outre, a dit M. Sun, « Nous traiterons en temps opportun les cas concernant des conflits médicaux selon les lois et règlements et nous fournirons des directives pour ce genre de poursuites ».

    La communication régulière et les échanges d'informations seront davantage renforcés, avec des organisations de médiation disponibles pour éviter les violences potentielles, a-t-il dit.

    Selon Guo Yanhong, Directrice adjointe du Bureau de l'administration médicale, à la fin de l'année dernière, la Chine avait mis en place plus de 3 000 organisations pour contribuer au traitement des conflits médicaux.

    Plus de 50 000 cas ont été traités l'an dernier, dit-elle.

    A titre d'approche préventive, plus de 6 000 grands hôpitaux publics ont également mis en place un programme d'assurance en responsabilité, a-t-elle dit.