copenhague

  • Une pièce de théâtre amateur devient un phénomène en Chine:l'éternel dilemme pour tout intellectuel, quelle que soit l'époque : collaborer ou non avec le pouvoir.

    F201306030823131235222777.jpg

    Accepter ou refuser une invitation au dîner de la part de Chiang Kai-shek, tel est le dilemme pour trois professeurs d'université. Depuis mai 2012, une pièce de théâtre intitulée "L'honneur de Chiang Kai-shek" montée par un groupe d'étudiants de l'Université de Nanjing s'est transformée en véritable phénomène culturel en Chine.

    Une intrigue fondée sur une anecdote

    L'idée de la pièce provient d'une anecdote qui circule de génération en génération sur le campus de l'Université centrale de Chine (ancêtre de l'Université de Nanjing avant 1949) à Beijing : en 1943, lorsque le dictateur Chiang Kai-chek siégeait à la présidence de l'Université, il a décidé d'inviter certains professeurs réputés pour son dîner de réveillon. Aujourd'hui, personne ne sait plus si cette anecdote est authentique ou qui aurait accepté son invitation, ce qui autorise une libre interprétation de l'histoire avec une grande liberté pour l'écriture du script.

    Début 2012, Wen Fangyi, une étudiante en 3e année âgée de 22 ans s'est lancée dans l'écriture du script. La jeune étudiante a choisi trois personnages typiques : Shi Rendao, un intellectuel plutôt de gauche, dont l'un des élèves a été battu à mort lors d'une manifestation selon les ordres de Chiang, voudrait refuser mais souhaite que Chiang l'aide à acheminer à Chongqing sa collection de livres anciens depuis une ville lointaine ; le deuxième professeur, Xia Xiaoshan, est un gastronome alléché par un plat figurant au menu, mais comme il n'accepte pas Chiang au poste de président de l'université, il préférerait que Chiang l'invite en tant que chef de gouvernement ; le troisième professeur, Bian Congzhou, est un partisan du gouvernement Chiang Kai-shek qui s'apprête se rendre au dîner et veut s'assurer de la présence de ses deux confrères afin d'éviter l'opprobre de leurs collègues.

    Durant tout une après-midi, les trois professeurs se livrent à une discussion acharnée. Pour certains, accepter l'invitation de Chiang est synonyme de collaboration avec le pouvoir et d'un coup à l'honneur pour un intellectuel indépendant ; mais refuser l'invitation empêcherait l'un de récupérer ses livres et l'autre de goûter à des mets extraordinaires.

    Vingt ans plus tard, en pleine Révolution culturelle, l'un des trois professeurs avoue avoir dîné avec le dictateur, tandis que les deux autres affirment l'avoir refusée. Le débat reprend. Impossible de déceler la vérité, mais ce qui demeure, c'est l'éternel dilemme pour tout intellectuel, quelle que soit l'époque : collaborer ou non avec le pouvoir.

    F201306030823091886238221.jpg

    Une pièce de théâtre expérimentale devient un phénomène

    En mai 2012, "L'honneur de Chiang Kai-shek" a été joué pour la première fois dans le Grand Hall de conférence de l'Université de Nanjing dans le cadre des festivités du 110e anniversaire de l'Université. Rapidement, cette pièce de théâtre est devenu un immense succès sur le campus.

    A la demande des étudiants, elle a été jouée une trentaine de fois consécutives, et le président de l'Université de Nanjing lui-même s'est procuré un billet pour aller la voir.

    A partir de janvier 2013, la Troupe de théâtre de l'Université de Nanjing, sous la direction de Lu Xiaoping, a entamé une tournée dans plusieurs grandes villes chinoises comme Shanghai, Guangzhou et Beijing.

    Invitée par l'Association des anciens élèves de l'Université de Nanjing, le 29 mai, la troupe a joué sa soixante-deuxième représentation devant un millier de spectateurs. Avant la séance, la pièce avait déjà été jouée six fois à guichets fermés dans trois autres théâtres pékinois. Tous les médias parlent de cette pièce de théâtre montée par des étudiants qui est devenue un véritable phénomène culturel, ce qui constitue un succès sans précédent pour des acteurs amateurs.

    "Si une pièce de théâtre amateur est jouée une trentaine de fois, c'est un succès ; Si elle est jouée une cinquantaine de fois, c'est déjà un phénomène", Lu Xiaoping, qui est également vice-doyen de la Faculté des Lettres de l'Université de Nanjing, ne cache pas sa fierté envers ses protégés.

    Pour Lu, plusieurs raisons expliquent ce succès. En premier lieu, la pièce a été écrite et mise en scène avec une liberté artistique totale : aucun organe de propagande n'est intervenu pour la censurer, même si certaines conversations dans la pièce sont toujours considérées risquées même de nos jours.

    "De plus, elle est jouée par un groupe de jeunes nés dans les années 1980 ou 1990, qui osent toucher les esprits des intellectuels qui vacillent entre idéalisme et réalisme", ajoute Lu, rencontré par Xinhua dans les coulisses après la dernière représentation de la pièce à Beijing.

    "Ca a fait l'effet d'une bombe sur la scène culturelle pékinoise", souligne pour sa part Pu Yi'an, une jeune critique d'art, avant d'ajouter : "Ces derniers jours, mes amis n'ont cessé de me demander où l'on pouvait trouver un billet pour assister à la représentation, tous les guichets sont fermés."

    F201306030823112565940221.jpg

    Un air de famille avec "Copenhague" de Michael Frayn

    On compare déjà cette pièce de théâtre à "Copenhague", le chef d'oeuvre de Michael Frayn inspiré de la rencontre de 1941 au Danemark entre les scientifiques Niels Bohr et Werner Heisenberg, qui ont grandement contribué aux fondements de la physique quantique et à la fabrication de la bombe nucléaire.

    Dans la pièce de Frayn, les fantômes des trois personnages discutent des raisons pour lesquelles Heisenberg s'est rendu à Copenhague, et leurs témoignages divergent. La première de la pièce avait été donnée à Londres en 1998, et elle a remporté le Tony Award de la Meilleure pièce en 2000.

    Dans la pièce des étudiants chinois, l'incertitude plane également sur les motivations et les actions des trois protagonistes. La pièce soulève des questions pertinentes pour les intellectuels chinois de toutes les époques relatives à l'honneur d'un intellectuel, à un simple désir d'individualité et à l'attitude des lettrés envers le pouvoir.

    « Ce qui s'est passé dans les années 1940 peut se reproduire aujourd'hui, n'importe où, et ce que je voudrais révéler, c'est l'éternel dilemme moral", laisse entendre la jeune Wen qui paraît beaucoup plus mure que son âge.

    Même si les temps changent, on trouve facilement dans la Chine contemporaine des individus dotés des mêmes personnalités que les trois professeurs d'avant 1949 : Shi évoque l'un de ces intellectuels citoyens qui sont très actifs sur Weibo (l'équivalent chinois de Twitter) et sont prompts à faire la morale aux autres, Bian représente les intellectuels partisans du régime que l'on appelle avec dédain "Wumao" (littéralement "Cinquante centimes"), tandis que Xia est un chercheur indépendant qui ne s'intéresse pas à la politique et préfère se consacrer à satisfaire ses plaisirs hédonistes.

    Après sa tournée en Chine, le professeur Lu compte emmener sa troupe à l'étranger pour des représentations en Asie du Sud-Est, au Canada et aux Etats-Unis.

    Première partie de "Copenhague"  de Michael Frayn

  • COPENHAGUE,LE ROLE DE LA CHINE.

    Des spécialistes italiens prévoient un rôle important de la Chine à la conférence de Copenhague .

     

    ROME, 2 décembre (Xinhua) -- La Chine va jouer un rôle important à la conférence de Copenhague sur le changement climatique qui se tiendra le 7 décembre, ont indiqué à l'agence de presse Xinhua des experts italiens .

    Carlo Andrea Bollino, professeur d'économie à l'université LUISS à Rome, a fait l'éloge du plan récemment élaboré par la Chine de réduire ses émissions de gaz à effet de serre par unité de production économique de 40-45% d'ici 2020 par rapport au niveau de 2005.

    Le plan "publié avant le sommet de Copenhague représente un important signe d'ouverture et d'engagement pris par la Chine pour réaliser un accord climatique mondial", a-t-il souligné.

    Il a ajouté que la Chine et les Etats-Unis pourraient former un partenariat spécial pour faire face au changement climatique, car ces deux pays ont intérêt à équilibrer la croissance et la protection de l'environnement.

    Stefano Pogutz, professeur de gestion environnementale à l'université Bocconi à Milan, a indiqué que l'engagement spécial aux problèmes du changement climatique entre la Chine et les Etats-Unis a été manifesté par les financements récemment multipliés dans les technologies vertes.

    "Jusqu'avant juillet 2009, la Chine a investi 225 milliards de dollars américains pour stimuler l'économie verte locale, suivie par le financement du gouvernement américain de 95 milliards de dollars américains dans le secteur vert", a précisé M. Pogutz, estimant que la Chine a navigué sans problème pendant la crise financière en investissant dans la technologie.

    "Je vois un scénario selon lequel les économies émergentes, telles que la Chine et l'Inde, conviennent de réduire les émissions CO2 en contrepartie d'investissements étrangers dans leurs économies vertes. Le monde occidental a le juste savoir-faire technologique pour combattre le changement climatique et peut le transférer", a-t-il affirmé.

    "Nous devons y apporter nos technologies les plus avancées, qui représentent une grande opportunité pour les deux pays émergents industrialisés".

    M. Pogutz a appelé les dirigeants à s'unir à Copenhague pour impliquer activement les économies émergentes les plus puissantes dans le monde. "Afin de faire de cette conférence un succès et d'éviter une impasse dans les négociations, les demandes faites par la Chine et l'Inde doivent être considérées avec sérieux", a-t-il souligné.

  • WEN JIABAO PROMET UNE AUGMENTATION DE L'ECONOMIE VERTE

    Le sommet de Copenhague : moment important pour une action internationale de lutte contre le changement climatique

    F200912010748592141428886

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré lundi que le prochain sommet de Copenhague représentait un autre moment important pour une action internationale de lutte contre le changement climatique.

    "La volonté qu'exprimeront les pays à Copenhague ainsi que leurs engagements favoriseront une progression historique de l'économie verte et du développement durable", a indiqué Wen dans un discours prononcé lors de la cérémonie de clôture du 5e Sommet commercial Chine-UE (Union européenne).

    Il a affirmé que le gouvernement chinois participerait de manière active et constructive au sommet de Copenhague et souhaitait que la conférence ait un résultat positif.

    Selon Wen, un système recyclable et durable de l'économie nationale doit être mis en oeuvre pour engendrer une production élevée avec un investissement bas, caractérisé par une consommation et des émissions basses, afin de laisser aux générations futures une planète où elles peuvent survivre.

    Les modes de développement et de consommation existants doivent être transformés au profit d'un mode de développement caractérisé par une productivité élevée, une vie prospère et une écologie saine, a appelé Wen.

    Un bilan de l'industrialisation mondiale de ces deux derniers siècles a montré que la modernisation des pays développés, dont la population est inférieure à un milliard d'habitants, avait été réalisée "au prix des ressources et de l'écologie du monde entier", a-t-il rappelé.

    y a une dizaine de jours, le gouvernement chinois a annoncé que d'ici 2020, ses émissions de dioxyde de carbone par unité du PIB seraient réduites de 40% à 45% par rapport à 2005, que la proportion des combustibles non fossiles dans la consommation d'énergie primaire augmenterait à environ 15%, et que la couverture forestière progresserait de 40 millions d'hectares.

    "Ce sont les actions volontaires que la Chine prendra en fonction de ses conditions nationales", a expliqué Wen, ajoutant qu'elles représentaient la grande contribution de la Chine face au changement climatique et montraient pleinement le sens de la responsabilité de la Chine à l'égard de la nation chinoise et de l'humanité.

    D'après lui, des efforts extraordinaires sont nécessaires pour atteindre ces objectifs, et "nous sommes déterminés à prendre des actions renforcées et des politiques plus efficaces pour respecter nos engagements".

    Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'UE, étaient également présents à la cérémonie de clôture du sommet.

    Ce sommet commercial annuel ayant pour thème "Programme vert : croissance durable au-delà de la reprise" était centré sur la réalisation d'une reprise durable après la crise financière, le changement climatique et le développement des relations commerciales sino-européennes.