cooperation

  • Le Premier ministre chinois Li Keqiang en visite officielle offre ainsi une belle occasion d'approfondir la coopération entre la Chine et l'Allemagne, mais aussi avec l'Union européenne (UE)

    132408453_21n.jpg

    Le Premier ministre chinois Li Keqiang est arrivé à Berlin pour une visite officielle, offrant ainsi une belle occasion d'approfondir la coopération entre la Chine et l'Allemagne, mais aussi avec l'Union européenne (UE) dans son ensemble.

    La relation sino-allemande est maintenant à son meilleur niveau dans l'histoire, et la coopération pragmatique fructueuse entre les deux pays a évolué pour devenir un modèle pour les interactions entre la Chine et l'Occident.

    Exemple révélateur du lien étroit entre Beijing et Berlin, leur mécanisme de consultation intergouvernementale regroupe des dizaines de canaux de dialogue et de communication, et représente le plus haut niveau de son genre entre la Chine et l'Occident.

    La Chine étant le premier partenaire commercial de l'Allemagne dans la région Asie-Pacifique et l'Allemagne le premier partenaire commercial de la Chine en Europe, la coopération bilatérale a atteint un niveau sans précédent.

    Pourtant, les deux pays peuvent faire plus. D'une part, la Chine se dirige rapidement vers l'industrialisation, l'informatisation, l'urbanisation et la modernisation agricole. A cela s'ajoute un engagement indéfectible à l'ouverture, ce qui promet une multitude d'opportunités.

    Ainsi, la visite en cours du Premier ministre chinois offre une belle occasion pour les deux parties d'exploiter leur énorme potentiel et d'apporter des bénéfices plus concrets à leurs peuples.

    D'autre part, cela donne également de nouvelles opportunités à l'ensemble de l'UE. Etant donné le rôle clé joué par l'Allemagne dans l'UE et l'ampleur des échanges commerciaux sino-allemands (qui représentent aujourd'hui près d'un tiers des échanges entre l'UE et la Chine), le dynamisme de la coopération sino-allemande se fait sentir partout en Europe.

    Une collaboration approfondie entre la Chine et l'UE est d'autant plus pressante que le Vieux continent croule sous les dettes et cherche à se remettre sur pied dans un contexte mondial miné par les incertitudes.

    Une Europe forte et un euro stable sont dans l'intérêt de la Chine. En unissant leurs forces, le géant asiatique et le bloc européen peuvent non seulement stimuler leur propre croissance, mais aussi contribuer davantage au développement du monde.

    Les nombreuses différences entre Chine et l'Europe font que leurs interactions conduisent inéluctablement à des frictions. Les deux camps doivent cependant faire avec et gérer toute friction ou contentieux de la meilleure façon possible, afin d'éviter que des controverses mineures ne se mettent en travers des relations bilatérales. Les deux parties ont la vision et la sagesse de le faire.

    Il est vraiment regrettable et préjudiciable que la Commission européenne ait récemment eu recours à des mesures protectionnistes contre les produits chinois, y compris un projet de taxe punitive sur les panneaux solaires et une enquête anti-dumping et anti-subvention dans le secteur des équipements de téléphonie mobile.

    Le protectionnisme nuit à tous. L'UE devrait résister à la tentation des mesures anticoncurrentielles, et collaborer avec la Chine pour promouvoir le libre échange et s'opposer au protectionnisme sous toutes ses formes.

    En outre, la concurrence, aussi équitable soit-elle, n'est pas un jeu à somme nulle. Les deux économies si complémentaires peuvent tirer pleinement parti de leurs avantages respectifs et se partager les bénéfices qui découlent d'une collaboration fructueuse.

    0023ae72e8190e94a07624.jpg

    Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang s'est entretenu vendredi à Berlin avec le président allemand Christian Wulff pour discuter des relations bilatérales.

     

  • "Ouvrir un nouvel horizon pour les relations entre la Chine et l'Allemagne" lettre du Premier ministre chinois Li Keqiang

    0023ae72e8190e949cb516.jpg

    Le Premier ministre chinois Li Keqiang a publié jeudi un article dans l'hebdomadaire allemand Die Zeit. L'article est intitulé "Ouvrir un nouvel horizon pour les relations entre la Chine et l'Allemagne".

    Ce qui suit est la version française du texte intégral de l'article:

    Je vais bientôt visiter à nouveau l'Allemagne pour renforcer la coopération entre la Chine et l'Allemagne sur tous les fronts. Les gens veulent peut-être en savoir plus sur cette visite, et je crois que l'on peut trouver des réponses à la fois dans l'évolution historique et dans la nécessité actuelle de la coopération Chine-Allemagne, ainsi que dans la réforme et l'ouverture en cours de la Chine.

    Pourquoi la Chine et l'Allemagne se rapprochent?

    La raison est simple : nos intérêts communs et nos besoins mutuels sont croissants. Au cours des dernières années, nous avons connu une croissance rapide de la coopération bilatérale dans tous les domaines, et nous considérons l'autre partie comme l'un de nos partenaires commerciaux les plus importants. Ce lien a été renforcé par notre réponse commune à la crise financière internationale. Aujourd'hui, la coopération entre nos deux pays est devenue le moteur de la coopération Chine-UE. Le commerce entre la Chine et l'Allemagne représente à peu près 30% du total des échanges de la Chine avec l'Europe. Selon les statistiques du ministère chinois du Commerce, les investissements en provenance d'Allemagne ont augmenté de 28,5% l'an dernier pour atteindre 1,45 milliard de dollars, et la Chine est devenue le troisième investisseur étranger en Allemagne en termes de nombre de projets, derrière les Etats-Unis et la Suisse. Ceci est remarquable dans un contexte économique mondiale morose.

    La coopération Chine-Allemagne a contribué à nos croissances respectives. La Chine possède un vaste marché, ce qui est notre force. Mais nous avons beaucoup appris de l'Allemagne en matière de recherche et de développement, de gouvernance et de technologies. L'Allemagne est un partenaire de la Chine sur le long terme dans sa quête de modernisation. La coopération avec la Chine a également stimulé la croissance de l'Allemagne. Le marché chinois représente 30% des ventes mondiales de Volkswagen et constitue le plus grand marché pour BMW. La Chine est également le troisième plus grand marché pour Siemens et BASF.

    Peut-on réaliser une coopération encore plus étroite?

    La réponse est oui. Bien que la coopération Chine-Allemagne ait atteint un niveau record, nous pouvons faire encore mieux. Notre commerce bilatéral, qui s'élève à plus de 160 milliards de dollars, n'est que d'environ 4% du total du commerce extérieur de la Chine, qui s'élève à 3 800 milliards de dollars. Et la part des investissements chinois en l'Allemagne est encore assez faible. Cela signifie qu'il y a un grand potentiel à exploiter dans le développement des liens commerciaux gagnant-gagnant entre nos deux pays.

    Il faut quand même noter que la Chine elle-même affiche un vaste potentiel de développement. D'ici 2020, nous allons travailler dur pour doubler la taille du PIB et le revenu par habitant de 2010. La Chine, un pays de plus de 1,3 milliard d'habitants, recherche simultanément l'industrialisation, l'application des technologies de l'information, l'urbanisation et la modernisation agricole. Chaque année, plus de 10 millions de personnes en milieu rural se déplacent vers les villes. Les choix se multiplient pour le consommateur, et l'ajustement structurel économique s'accélère. Tous ces facteurs vont libérer un énorme potentiel pour la demande intérieure.

    En particulier, la réforme en Chine apportera d'énormes bénéfices. La Chine s'est appuyée sur la réforme pour réaliser une croissance soutenue et rapide au cours des trois dernières décennies, et elle continuera à s'appuyer sur la réforme pour garantir le développement de sa croissance soutenue. La réforme en Chine est entrée dans une phase où les défis difficiles doivent être abordés. Nous allons approfondir pleinement la réforme dans des domaines clés tels que le système administratif, la politique budgétaire et fiscale, les finances et la tarification, afin de faire évoluer le modèle de croissance, améliorer la qualité de vie de la population, promouvoir l'équité sociale et révéler tout le potentiel du marché et le moteur du développement.

    L'ouverture est aussi une sorte de réforme. Faire avancer la réforme et le développement à travers l'ouverture est une expérience importante que nous avons acquise. La Chine suit une stratégie d'ouverture gagnant-gagnant. Nous soutenons vigoureusement un nouveau cycle d'ouverture pour une ouverture à la fois plus large et plus profonde. Nous allons ouvrir davantage notre commerce de services, de sorte à stimuler la croissance du secteur tertiaire. Au cours des cinq prochaines années, la Chine va importer dix mille milliards de dollars de biens et investir 500 milliards de dollars à l'étranger. Une croissance économique soutenue et la poursuite des réformes et de l'ouverture apporteront un marché encore plus prospère en Chine. Cela offrira à l'Allemagne un plus grand accès au marché asiatique et ouvrira de nouvelles perspectives de croissance aux entreprises allemandes et à la prospérité économique de l'Allemagne.

    1346380999576_1346380999576_r.jpg

    Que devrions-nous faire au sujet des différences entre la Chine et l'Allemagne?

    La réponse est simple : Nous devons chercher un terrain d'entente pour mettre de côté les divergences. Comme on le dit en Chine, les dix doigts sont différents en longueur. Dans ce monde coloré et diversifié, il n'est pas surprenant que les pays aient des opinions différentes. Ce qui est important est de gérer les différences correctement. En cas de différend, il ne faut pas juger les autres selon ses propres valeurs ou imposer ses opinions à autrui. Au lieu de cela, il faut se mettre à la place des autres et être accommodant. Le dialogue approfondit la compréhension et se mettre à la place de l'interlocuteur renforce la confiance mutuelle. La Chine et l'Allemagne sont ouvertes et pragmatiques. Nos peuples sont travailleurs et talentueux, et nos entreprises sont innovantes et terre-à-terre. Les perceptions différentes ne doivent pas faire obstacle à notre amitié, et une coopération plus étroite apportera plus de perspectives mutuellement bénéfiques aux deux pays.

    La coopération entre les entreprises chinoises et allemandes ne va pas affaiblir leurs puissances respectives. La concurrence n'est pas une mauvaise chose. Avec la croissance continue de l'économie chinoise, les entreprises chinoises vont devenir plus compétitives. Une coopération étroite et une concurrence saine entre les entreprises ne donneraient pas un jeu à somme nulle où l'on gagne au détriment de l'autre. Au contraire, elles contribuent à augmenter la taille du marché à partager, qui à son tour apportera plus de bénéfices aux entreprises et créera plus d'emplois. En outre, les milieux d'affaires de nos deux pays peuvent s'unir dans le développement d'un marché tiers. Pour sa part, la Chine continuera à améliorer sa protection des DPI et à s'assurer qu'il y ait un niveau de concurrence équitable pour toutes les entreprises.

     

    image.jpg

    Que peuvent faire la Chine et l'Allemagne pour le monde?

    La coopération entre l'Allemagne, un pays européen, et la Chine, un pays asiatique, profite à la fois à nos deux peuples et au monde en général. Un pays n'est pas destiné à rechercher l'hégémonie quand il monte en puissance. Malgré la grande taille de son économie, la Chine reste un pays en développement, un facteur qui n'est pas ignoré par ceux qui connaissent la Chine. Même si la Chine devient en effet puissante et développée, elle ne va jamais intimider les faibles. C'est parce que nous, les Chinois, qui avons tellement souffert des guerres et du chaos de l'Histoire moderne, ne voulons pas voir une telle histoire se répéter pour les autres. "Ne faites pas à autrui ce que vous ne voulez pas que les autres vous fassent", cet ancien proverbe est au coeur des valeurs chinoises et constitue une valeur essentielle partagée par nous tous.

    La Chine a encore beaucoup de chemin à parcourir sur la voie de la modernisation. Pour gouverner un grand pays avec 1,3 milliard d'habitants, il est essentiel de répondre aux besoins quotidiens de base de la population. Les Chinois veulent une meilleure éducation, des emplois plus stables, une meilleure sécurité sociale, un environnement plus confortable et une vie culturelle plus riche. Ils espèrent profiter de la stabilité sociale et du développement national. "Ceux qui ne sont pas impliqués ne savent pas combien il est difficile de gouverner". Aborder les questions de gouvernance chinoise au jour le jour exige de nous des efforts soutenus et énormes. C'est pourquoi la quête de développement pacifique de la Chine n'est pas seulement un objectif de politique étrangère, mais plus important encore, un impératif national obligatoire.

    La tendance à la mondialisation politique multipolaire et à la mondialisation économique gagne du terrain. La Chine est un fervent partisan de l'intégration européenne. Nous voyons en Europe une force importante pour la paix et la stabilité mondiales et un pôle important à l'échelle mondiale. Nous espérons que l'UE parviendra à résoudre le problème de la dette et que la zone euro renouera avec la stabilité monétaire. Nous apprécions ce que l'Allemagne a fait pour la reprise de l'Europe. Quand l'Allemagne se porte bien, c'est bon pour l'UE et la Chine. L'économie mondiale reste confrontée à des incertitudes et à une montée du protectionnisme, et il y a des risques latents dans le système monétaire et financier international. Tous les pays doivent assumer leurs responsabilités et faire preuve de sagesse afin de répondre conjointement aux défis dans les moments de difficulté. La Chine et l'Allemagne, deux grands pays responsables, devraient soutenir sans équivoque le libre-échange, s'opposer au protectionnisme et renforcer la coopération internationale, puisque cela est favorable à nos intérêts communs, mais aussi à la paix, la stabilité et le développement mondiaux.

    Donnez-nous votre bénédiction et unissons-nous pour construire des relations Chine-Allemagne encore plus fortes!

    Li+Keqiang+German+Chancellor+Angela+Merkel+2ojtpMpMuAWx.jpg

  • La Chine va maintenir la paix, faciliter la coopération et promouvoir le développement

     

    Les priorités de la diplomatie chinoise pour cette année sont de maintenir la paix et de traiter de manière responsable les questions épineuses régionales et internationales par la dialogue, la consultation et la négociation, a indiqué mardi le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, lors d'une conférence de presse en marge de la session annuelle parlementaire du pays.

    La Chine renforcera davantage la coopération amicale avec les autres pays, et les organisations régionales et internationales pour élargir les intérêts communs et traiter conjointement les défis mondiaux, afin de préserver la paix dans le monde et de promouvoir le développement, a déclaré M. Yang.

    Le travail diplomatique de la Chine vise à créer un environnement extérieur plus favorable cette année en traitant de manière appropriée les risques et défis extérieurs afin de servir l'objectif premier du pays consistant à transformer à un rythme rapide le mode de développement économique.

    "La Chine va poursuivre une action diplomatique variée, reposant sur ses multiples composantes, et continuera d'innover tant sur le plan théorique que pratique afin d'apporter des contributions positives à l'ouverture du 18e Congrès du Parti communiste chinois et à la mise en oeuvre complète du 12e Plan quinquennal", a poursuivi M. Yang.

    Il a également noté que le monde avait connu des changements profonds et complexes.

    "La tendance à la paix et au développement s'accélère tandis que le monde est étroitement interdépendant, mais nous continuons de ressentir les impacts de la crise financière internationale. L'économie mondiale se rétablit lentement. Les défis du changement climatique, de l'énergie, de la sécurité alimentaire demeurent conséquents. Toutes ces questions auront un impact majeur sur la situation mondiale et la diplomatie chinoise dans l'avenir", a-t-il indiqué.

    Dans un long examen de la diplomatie chinoise au cours de la dernière décennie, il a affirmé que la Chine avait activement participé à la gouvernance mondiale, encouragé le développement du système international dans une direction favorable pour les pays en voie de développement, et avait consacré ses efforts à accroître la représentation et l'influence de la Chine et des pays en voie de développement dans les affaires internationales.

    "Au cours de la dernière décennie, la Chine est devenue un participant actif, qui a largement contribué à faire face aux défis régionaux et internationaux, et à traiter en particulier les dossiers chauds. Elle est également devenue un moteur de la croissance économique mondiale", a-t-il souligné.

  • La société Longliqi coopère avec Lampe Berger

    La société Longliqi coopère avec Lampe Berger

     

    Le 11 février, la société Longliqi, pilote des produits chimiques d'usage courant de Chine, et la marque française Lampe Berger, la plus grande société de fragrance, ont organisé une cérémonie de signature au centre de conférence internationale Baiyun de Guangzhou. Xu Zhiwei, PDG et président de la société Longliqi du Jiangsu, Richard Mamez, PDG de Lampe Berger et He Baichuan, PDG de la société de commerce international Kangsen (Beijing) ont assisté à la cérémonie.

    La société chinoise Longliqi et Lampe Berger mèneront une coopération stratégique pour développer le grand marché chinois de fragrance. La promotion des moyens par Longliqi et les avantages de Lampe Berger dans la marque, le secteur et le chiffre d'affaires accélèreront le développement de l'industrie de fragrance en Chine.

  • La Chine souhaite renforcer la coopération militaire avec Israël

    La Chine est prête à renforcer davantage la coopération militaire avec Israël afin de contribuer au développement des relations entre les deux pays, a déclaré lundi Liang Guanglie, conseiller d'Etat chinois et ministre de la Défense nationale.

    M. Liang a fait cette remarque lors de sa rencontre avec le vice-Premier ministre et ministre de la Défense d'Israël, Ehud Barak.
    Liang Guanglie
    Liang Guanglie a indiqué que "la Chine appréciait les relations avec Israël et était prête à étendre et renforcer les échanges et la coopération pragmatiques entre les deux armées, afin de contribuer au développement des relations entre les deux pays et les deux armées".

    Les peuples chinois et israélien jouissent d'une profonde amitié traditionnelle et les relations bilatérales ont maintenu un bon rythme de développement depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Israël, a poursuivi M. Liang.

    Il a salué l'accroissement de la confiance mutuelle politique et les réalisations que les deux parties ont accomplies dans tous les domaines à travers la coopération pragmatique au cours des 19 dernières années de relations diplomatiques.

    M. Barak a repris les propos de Liang Guanglie, affirmant qu'il espérait que les deux parties pourraient étendre leur terrain d'entente, renforcer l'amitié et apprendre davantage l'un et de l'autre grâce à cette visite.

    Il s'est également engagé à renforcer la coopération pragmatique entre les armées des deux pays et à fournir des efforts conjoints avec la partie chinoise pour développer une meilleure relation militaire et plus approfondie.

  • Déclaration de Herman Van Rompuy,Président du Conseil Européen, suite à sa rencontre avec le Président de la République Populaire de Chine Hu Jintao

    J'ai rencontré le président Hu suite ç son invitation à visiter la Chine. Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises auparavant, mais aujourd'hui nous avons eu la première occasion de discuter du partenariat stratégique global entre l'UE et la Chine .

     

     

     


    Je l' ai également remercié pour l'accueil chaleureux que j'ai reçu pendant mon séjour à en Chine. Nous avons eu de bonnes discussions, constructives et très utiles , et je suis satisfait de la progression de nos points de vue . C'est ma première visite en Chine en tant que président du Conseil européen. Je suis venu à Pékin comme un ami de
    La Chine, avec respect et confiance, avec un esprit ouvert, et une forte conviction dans un dialogue honnête. Ma
    visite est aussi un reflet de la plus haute importance que l'UE, et moi-même personnellement, attachons au
    partenariat stratégique de la Chine et de l' EU . Nous vivons dans un monde interdépendant, dominé par des défis mondiaux qui appellent des réponses communes. Nous ne sommes pas seuls  passagers dans le bateau, mais nous avons une responsabilité partagée ,la responsabilité de naviguer dans la bonne direction. Mon but ultime est pour l'UE et la Chine  travaillent au rapprochement avec la vigueur et le dynamisme renforcés, non seulement dans notre propre intérêt mais aussi dans l'intérêt du monde entier. C'est pourquoi j'ai lancé un avis de notre relation stratégique au sein du Conseil européen en septembre dernier, et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui.
    J'ai exprimé ma gratitude au président Hu pour la croissance rapide de la Chine et son immense contribution au
    développement mondial en général. Sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté est un
    exploit sans précédent, le développement économique de la Chine et son élévation sur la scène mondiale est une grande opportunité pour l'Europe

     

     


    L'Union européenne est le partenaire commercial le plus important de la Chine. Nos économies et nos sociétés
    sont liées à une échelle sans précédent dans l'histoire de nos relations.
    Bref, nous voulons que la Chine réussisse. Je l'ai indiqué au président Hu que l'un des principaux défis au développement de nos objectifs de partenariat stratégiques sera de préserver le climat de transparence dans nos relations économiques et commerciales.
    L'UE a confirmé sa politique d'ouverture, même en période de ralentissement économique, et s'attache à réaliser des progrès en vue d'établir un pied d'égalité dans nos relations économiques, y compris les préoccupations que les entreprises européennes ont sur le climat des affaires et d'investissement en Chine. Nous avons convenu avec le
    président Hu que de vastes opportunités s'offrent devant nous dans le développement technologique. Nous avons également discuté du défi de l'urbanisation durable, et j'ai proposé de travailler en vue du lancement d'un
     partenariat dans les domaines de l'urbanisation lors du prochain sommet.
    Nous avons également convenu de l'importance de renforcer les contacts entre leurs peuples comme un "troisième pilier" de notre partenariat stratégique. Dans ce contexte, nous nous sommes entendus sur la nécessité d'élargir le nombre d'étudiants européens qui pourront étudier en Chine. L'idée de créer une université sino-européenne en Chine mérite également notre soutien.
    J'ai également confirmé au président Hu, vu que la Chine joue un rôle très important sur la scène mondiale,que l'opinion publique européenne est fortement axée sur le développement de la Chine et sa politique. L'image publique de la Chine , sa réputation, ainsi que son influence, seront façonnés par des facteurs allant au-delà de son économie
    performante:le bénéfice d'un monde ouvert et interdépendant implique une plus grande responsabilité dans la
    contribution à sa stabilité . La sauvegarde des droits de l'homme et la primauté du droit en font partie.
    La Chine et l'UE ont tous deux signé les instruments internationaux qui consacrent l'universel
    valeur des droits de l'homme, et nous avons une responsabilité partagée pour les défendre. Ceciest d'une profonde préoccupation pour les citoyens européens, et il est reflété dans notre diplomatie à travers le monde. La contribution de la Chine à ce travail sera un élément important . Elément de forgera sa réputation et son influence dans l'avenir.
    J'ai informé le Président Hu que dans l'UE la reprise économique était en bonne voie. Dans l'ensemble, nos
     fondamentaux macroéconomiques sont solides, l'euro reste une monnaie très forte dans laquelle les
    investisseurs du monde entier continuent de faire confiance.
    J'ai exprimé ma gratitude au Président pour la confiance forte que la Chine affiche dans la zone euro, à la fois avec des investissements directs et à travers une politique d'investissement des réserves. La stabilité de la zone euro est une responsabilité partagéed'intérêt et une clé pour la reprise de l'économie mondiale.
    Nous avons également discuté comment le G20 pourrait continuer à être efficace afin d' assurer une coopération économique et financière au niveau mondial. Le rôle de la Chine est essentiel dans ce processus .L'accord sur la meilleure représentation de la Chine dans les institutions financières internationales ont aidé la Chine à
    mieux s'intégrer dans le réseau de la gouvernance économique et financière mondiale. J'ai confirmé au Président
    Hu l'importance que l'UE attache à la mise en œuvre des accords conclus à Séoul.
    Nous avons également discuté des négociations en cours sur le changement climatique et sur le Programme de Doha pour le développement.
    Enfin, j'ai eu l'honneur d'adresser une invitation au Président Hu de visiter les institutions européennes
    à Bruxelles à sa meilleure convenance.
    __________________

  • ENTENTE CHINE-USA

    Pendant que les Européens cherchent à heurter la Chine et son peuple par tous les moyens possibles en accueillant les ennemis de la Chine et en répendant de fausses nouvelles et des mensonges sur la Chine, les Américains renforcent leur coopération avec la Chine .xin_ecd1ffb0f6d44ca6b67fa906d20438e5[1]Le président chinois Hu Jintao a  souhaité vendredi que la Chine et les Etats-Unis renforcent leur  mécanisme de dialogue de haut niveau. 

         "La Chine et les Etats-Unis doivent poursuivre leurs mécanismes de dialogue de haut niveau en vue d'une coopération substantielle  et des relations bilatérales encore plus solides", a indiqué Hu  Jintao à Henry Paulson, secrétaire américain au Trésor, en visite  en Chine. 

         Leur rencontre fait suite à la clôture du Dialogue économique  stratégique sino-américain (SED) de deux jours, qui a donné lieu à 40 accords dont plusieurs dans les domaines financier, commercial, de l'énergie et de l'environnement. 

         La délégation américaine dirigée par Henry Paulson comprenait  en particulier les secrétaires américains à l'Agriculture, au  Travail, à la Santé et à l'Environnement. 

         La délégation chinoise dirigée par le vice-Premier ministre  Wang Qishan était composée d'une dizaine de ministres, dont ceux  des finances, du développement et de la réforme, de l'agriculture, du travail, du commerce, de la santé, de l'environnement et de la  banque centrale. 

         "Les deux délégations peuvent tirer une bonne expérience et une pratique efficace des entretiens du SED pour mettre en application conjointement les accords réalisés", a indiqué le président  chinois. 

         Initié par les présidents des deux pays en 2006, le SED a lieu  deux fois par an. C'est actuellement le dialogue économique du  niveau le plus élevé entre les deux pays. 

         Saluant les fruits du dialogue, Hu Jintao a attribué le succès  du SED succès au fait que les discussions portaient sur les  problèmes globaux, stratégiques et à long terme, au rôle du SED  dans la coopération économique et commerciale bilatérale et en  général dans toutes les relations entre les deux pays. 

         Le succès du SED est également dû au fait que les deux parties  prennent soin des intérêts et des soucis mutuels, élargissent les  champs de la coopération et ouvrent celle-ci à de nouveaux  domaines, a indiqué Hu Jintao. 

         "Le dialogue a aidé les deux pays à renforcer leur confiance  mutuelle, à éliminer les différences et à traiter de façon  appropriée les problèmes nés de la coopération," a-t-il ajouté. 

         "Les relations sino-américaines sont dans une période charnière entre le passé et l'avenir", a indiqué le président en appelant à  poursuivre une coopération constructive, à établir le dialogue, à  élargir la confiance et la coopération pour porter les relations  bilatérales vers un plus haut niveau.