constructions

  • Quelques-unes des plus surprenantes constructions illégales en Chine - correction

    001ec92b9029137584661b.jpg

    La villa construite sur le toit d'un immeuble à Beijing a impressionné de nombreux internautes chinois, mais ce phénomène n'est pas neuf. En réalité, les médias ont révélé plusieurs cas de constructions illégales ces dernières années.

     

    Voici un florilège des constructions illégales les plus improbables en Chine.

    001ec94a27151376ceaa11.jpg

    Le « palais flottant » à Shenzhen

     

    Ce bâtiment surnommé le « palais flottant » se situe sur la mer à 50 kilomètres du centre-ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud-est), et occupe une surface de plusieurs milliers de mètres carrés. Créé en 2003, ce club de luxe a nécessité un investissement de 100 millions de yuans. Grâce à ses objets antiques, ses croisières, son jardin occidental, sa piscine et même son hippodrome, cet endroit interprète le « luxe » à la perfection. Pourtant, il a été étiqueté à plusieurs reprises de construction illégale par le bureau du contrôle maritime.

     

    Cette affaire fut révélée par les médias en 2010, les autorités avaient exigé sa démolition, mais en vain. En février 2011, le « palais flottant » a obtenu l'autorisation d'être exploité comme un lieu de pêche.

    001ec94a27151376cecc12.jpg

    La terrasse sur le toit d'un gratte-ciel à Changchun

     

    En 2011, un internaute mettait au jour l'histoire d'un propriétaire qui faisait construire illégalement une terrasse sur le toit d'un immeuble de 28 étages à Changchun, dans la province du Jilin (nord-est). A cette époque, les murs porteurs et la chape en ciment avaient déjà été coulés et la surface totale de la plate-forme faisait 100 m². Mais, sous la pression de l'opinion publique, le propriétaire a dû accepter de démolir sa terrasse.

    001ec94a27151376cfda13.jpg

    Un immeuble de 19 étages à Haikou

     

    L'immeuble à appartements Fujingyuan a été construit sans aucune autorisation à Haikou, dans la province de Hainan (sud). L'infraction est d'autant plus grave qu'il s'agit ici d'un immeuble entier.

    001ec94a27151376d02b14.jpg

    Beijing : la cour carrée « suspendue »

     

    Le 22 février 2010, 13 entreprises ont été sanctionnées pour avoir enfreint les règles de l'urbanisme de Beijing en construisant 12 cours carrées dans l'hôtel Pangudaguan, situé à proximité du stade national olympique. Cette construction illégale occupe une superficie totale de 11 298 m².