confucius

  • La cuisine de Confucius, le célèbre philosophe antique, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO

    La Chine s'apprête à faire une demande officielle pour l'inscription de la cuisine familiale de Confucius, le célèbre philosophe antique, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. Un Comité pour la normalisation de cette cuisine venant même d'être créé.

    La gastronomie familiale de Confucius a pu voir le jour, grâce aux visites fréquentes d'empereurs, de hauts fonctionnaires et d'autres invités distingués de l'époque chez le philosophe. Avec de nombreux banquets, cérémonies et commémorations royales, donnant à la famille la possibilité de développer son propre style de cuisine. Cet ouvrage de temps et de main-d'œuvre fait face aux défis de la technologie moderne et exige une préservation absolument nécessaire, a expliqué Wang Deguang, directeur du comité.

    Le banquet le plus complexe se composait de 196 mets, dont 6 plats froids tels que le concombre de mer braisé et légumes de saison sautés. Tous servis dans des assiettes spéciales en porcelaine. L'étiquette et les manières à observer pendant le repas de sont reprises par les descendants de Confucius depuis plus de 2 000 ans, à noté Wang.

    Dans la Chine ancienne, les chefs de la famille de Confucius transmettaient les recettes et techniques de cuisson, seulement à leurs descendants ou apprentis. Mais aujourd'hui, les experts estiment que ces recettes doivent être rendues publiques pour être mieux préservées.

  • Les étrangers ont une connaissance plutôt sommaire de la Chine

    0019b91eca5716df6c6b28.jpg

     

    Selon un sondage publié samedi, le panda est le symbole représentant la culture chinoise le plus largement reconnu chez les étrangers, suivi par le thé vert et le yin/yang.

    L'enquête, menée par l'Institut d'innovation culturelle et de communication de Beijing, a également constaté que la théorie chinoise selon laquelle les êtres humains font partie intégrante de la nature, le concept de « face » (ou mianzi), et les peintures murales des grottes de Dunhuang ne sont en revanche pas si facilement associés avec la culture chinoise.

    « Il est intéressant de constater que les étrangers ont une compréhension très différente de la culture chinoise par rapport à nous », a déclaré Yu Dan, professeur de culture chinoise à l'Université normale de Beijing et directeur de l'Institut d'innovation culturelle et de la communication de Beijing. « Les peintures murales des grottes de Dunhuang sont un merveilleux exemple de l'art traditionnel dont nous sommes à juste titre fiers, mais les étrangers savent peu de choses sur elles ».

    « La théorie de l'harmonie entre l'homme et la nature, qui est un élément fondamental de la philosophie chinoise, est aussi peu connue chez les étrangers », a-t-elle ajouté.

    Mme Yu considère l'enquête comme utile, car elle offre une orientation intellectuelle à la Chine pour sa « sortie » et sa connexion avec le monde.

    L'enquête a recueilli 2407 questionnaires aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Australie, au Japon et en Corée du Sud. Il a été demandé aux répondants d'évaluer leur compréhension de la culture chinoise sur une échelle de cinq points, d'excellente à mauvaise.

    Les résultats indiquent que 13,3% des répondants ont une mauvaise compréhension de la culture chinoise ; 60,9% en ont une compréhension correcte, 15,3% en ont une bonne, 4,5% en ont une très bonne, et 6% une excellente.

    Selon Mme Yu, les prochaines actions de promotion de la culture chinoise devraient cibler le groupe qui a une compréhension correcte, du fait qu'il représente près des deux tiers des étrangers.

    Les chercheurs ont choisi 18 des symboles de la culture chinoise, comme Confucius, le panda, l'opéra de Pékin et le kung fu.

    Ce sont les répondants de Corée du Sud et des États-Unis qui ont eu les scores les plus élevés, et les répondants francophones les plus bas.

    « Les gens de différents pays acquièrent des connaissances sur la Chine de différentes manières et pour diverses raisons », estime Mme Yu. « La Corée du Sud est notre voisine et partage une culture traditionnelle similaire à celle de la Chine. Dans leur vie quotidienne, ils ont aussi le concept de mianzi. Tandis qu'aux États-Unis, les gens connaissent la guerrière de légende Hua Mulan et le thé vert grâce aux films d'Hollywood ».

    Cependant, si le Japon et la Corée du Sud sont deux pays voisins de la Chine, leur attitude envers la culture chinoise varie.

    « Les Japonais interrogés ont généralement une attitude négative, et les Sud-Coréens une attitude relativement positive », a précisé Mme Yu.

    Elle a ajouté que les relations bilatérales affectent aussi la perception de la culture chinoise chez les étrangers.

    Grâce à l'enquête, nous avons également constaté que les étrangers sont en général disposés à en apprendre davantage sur la culture chinoise, a souligné Mme Yu.

    Quelles choses génèrent des associations ?

    Voici la liste des symboles reconnus par les étrangers comme représentant la culture chinoise, du plus largement reconnu (en haut) au moins reconnu :

    1. Le panda

    2. Le thé vert

    3. Le yin/yang

    4. Confucius

    5. Le fleuve Yangtsé

    6. Le kung fu

    7. La peinture à l'encre de Chine

    8. Hua Mulan

    9. L'opéra de Pékin

    10. la fête du Printemps

    11. Shangri-La

    12. L'Art de la guerre de Sun Tzu

    13. Le costume chinois traditionnel (tangzhuang)

    14. Li Bai

    15. La piété filiale

    16. Les peintures murales des grottes de Dunhuang

    17. Le concept de face (mianzi)

    18. La théorie de l'harmonie entre la nature et l'homme

  • Les symboles culturels chinois les plus importants aux yeux du monde

    En tant que pays ayant une histoire de plus de 5 000 ans, la Chine est certes riche en termes de culture et de civilisation, mais qu'est-ce qui représente le mieux ce pays ?

    Voici une liste des 10 symboles culturels chinois les plus importants :

    FOREIGN201405261637000061694288852.jpg

    Confucius (551-479 avant JC) était un professeur et un philosophe de la période historique des Printemps et Automnes. La philosophie de Confucius met l'accent sur des valeurs de la morale individuelle, comme l'humanité, la justice, l'étiquette, la sagesse et la sincérité. Les principes de Confucius sont d'une grande importance dans les traditions et les croyances communes chinoises.

    FOREIGN201405261638000033964959734.jpg

    Le dragon : c'est une créature légendaire, qui présente typiquement des traits serpentins ou reptiliens. Le symbole du dragon est souvent utilisé sur les objets destinés aux anciens empereurs de Chine, comme les sièges ou les vêtements. Il est considéré comme une représentation du pouvoir.

    FOREIGN201405261638000183456980112.jpg

    La médecine traditionnelle chinoise (MTC) : développée en Chine, la MTC a une tradition datant de plus de 2 000 ans, et se présente sous diverses formes comme la phytothérapie, l'acupuncture, les massages, l'exercice (qigong), et la thérapie diététique.

    FOREIGN201405261638000419079619603.jpg

    La porcelaine : il n'est pas exagéré de dire que la Chine peut être considérée comme le berceau de la porcelaine. Elle est populaire grâce à des qualités comme son faible coût et son étanchéité. En outre, la diversité de la porcelaine représente la sagesse du peuple chinois dans l'art.

    FOREIGN201405261639000066112681091.jpg

    L'Opéra de Pékin : il est considéré comme la quintessence de la Chine. En tant que plus grande forme d'opéra chinois, il peut s'enorgueillir de beaucoup de « premières » places au sein des drames chinois : l'abondance des répertoires, le nombre d'artistes, les troupes d'opéra et les spectateurs.

    FOREIGN201405261639000166638113609.jpg

    Le kung fu ou wushu : cet art martial est composé d'un certain nombre de styles de combat qui se sont développés au cours des siècles en Chine.

     

    2014-01-13 12.09.59.jpg

    Les caractères chinois : ils sont utilisés par le peuple le plus nombreux du monde. Outre le fait que c'est un outil d'enregistrement de la civilisation chinoise, c'est aussi une forme d'art -la calligraphie chinoise qui a de nombreux amateurs en et hors de Chine.

    sans-titre.png

    Le panda géant : considéré comme l'un des trésors nationaux de la Chine, cet animal est proche de l'extinction. Aujourd'hui, il y a moins de 2 000 pandas géants vivant dans le monde.

    FOREIGN201405261640000032555629712.jpg

    La Grande Muraille : un célèbre et vieux dicton dit : « Celui qui n'est jamais allé à la Grande Muraille n'est pas un brave ». La Grande Muraille, l'une des plus grandes merveilles du monde, est une destination incontournable lors d'une visite en Chine.

     

    culture chinoise,calligraphie,grande muraille,porelaine,dragon,confucius,kong fuzi,médecine chinoise,opera de pekin,kung fu,wushu,panda geant

     

  • Quand Shanghai et la Chine étaient la terre promise pour les Juifs persécutés d'Europe

    Pendant la seconde guerre mondiale , la Chine fut le seul pays au monde qui accepta les juifs sans numerus clausus, ni visa et, parce que, port franc, les réfugiés pouvaient arriver à Shanghai soit par terre soit par mer . Quelques-uns partirent de Marseille par  ligne maritime.

     

    sans-titre.png

    Ohel Moishe  synagogue de Shanghai

    Pour la première et sans doute la dernière  de leur histoire, les Juifs sont propulsés dans un milieu qui ne nourrissait  aucun préjugé à leur égard. En cela la culture chinoise, largement baignée d’humanisme confucianiste  se distingue de l’Islam et du Christianisme, qui n’ont su inventer  leur identité que par rapport et contre le Judaïsme.

    En Chine, être étranger est un avantage , c'est même un privilège tant les Chinois sont hospitaliers par nature. Cela du être une surprise pour ces Juifs quittant les pays européens où ils étaient méprisés et maltraités d'être reçus en Chine comme des amis, appréciés dans leur différence , sans qu'on leur demande de s'assimiler.

    Il y avait bien la communauté juive de Kaifeng, mais à ce moment on l'avait perdue de vue  puis vers 1906 , ces Juifs fuyant les pogroms de Russie qui se réfugièrent à Harbin ( voir sur ce blog mon article du08/01/2009).

    sans-titre.png

    Synagogue de Harbin (Dongbei-Nord-Est de la Chine)

    Dès 1933, commencent à arriver à Shanghai  des réfugiés juifs allemands chassés par le Nazisme auxquels se joindront les Juifs de Harbin où les Japonais s'installent  ; en 1939, ils seront 15 000. En1940 , quelques 6 000 juifs polonais installés en Lituanie arrivent à leur tour. Un ghetto sera mis en place en 1943 par les japonais ; il comptera 30.000 juifs.

    Ces Juifs qui arrivent avant et pendant la guerre à Shanghai ont tout perdu dans leurs tribulations, consacrant le peu de biens qu’ils ont pu conserver à financer leur voyage. Les Chinois voient débarquer dans leur ville d’étranges individus qui ne pouvant pratiquer leur profession, étaient réduits à exercer  des métiers manuels qui jusque là étaient réservés aux Chinois. On aurait pu croire en une attitude hostile de la part des Chinois vis-à-vis de ces pauvres bougres qui venaient les concurrencer sur leur propre terrain professionnel . Et bien non ! , les Chinois accueillirent les Juifs bésévér panim yafot, soit avec gentillesse et compréhension, et des liens forts se nouèrent entre les autochtones et les réfugiés.  Les Chinois furent d’ailleurs subjugués par les facultés d’adaptation de ces Juifs. De nombreux témoignages, notamment d’enfants juifs, qui quitteront  après la guerre la Chine, pour  Israël ou les Etats-Unis,  montrent qu’ils passèrent les plus belles années de leur vie à Shanghai. Ehoud Olmert est parmi ceux là. Le grand-père de l'ancien Premier ministre israélien est enterré à Harbin . J'espère bientôt me rendre dans cette ville et photographier sa tombe.

     

    sans-titre.png

    C'est à ce moment que Long Yun , Président du Gouvernement national de la province du Yunnan, Chinois de l'ethnie Yi , propose aux Juifs de s’installer dans sa province.  La province du Yunnan est peu peuplée, les terres y sont  fertiles, les Juifs rassemblés à Shanghai, sont  riches en connaissances, industrieux et habiles ; la province du Yunnan, et, par de là toute la Chine,  n’aura qu’à gagner de  leur présence industrieuse. Au même moment deux juifs influents Jakob Berglas et Maurice William présentent un plan au gouvernement des Etats-Unis pour transplanter les juifs d’Europe centrale vers la Chine.  Et en fait l’initiative tombe à l’eau par la faute des Japonais.( source le livre de Gao Bei-Shanghai Sanctuary  Oxford University Press)

    gao bei.jpg

     

    L’épisode shanghaïen et la tentative, non aboutie, d’installer une large colonie juive dans le sud de la Chine est non seulement un épisode peu connu de la Seconde guerre mondiale mais riche de sens quant aux relations qui peuvent s’établir entre Juifs et leurs hôtes lorsque ces derniers n’ont pas d’apriori vis-à-vis des Juifs.On peut conjecturer jusqu’à l’infini sur ce qui aurai pu se passer si  les Juifs étaient venus en nombre s’installer en Chine.
    ils font comme les autochtones et embrassent les mille et un métiers qui se pratiquent dans la rue chinoise : cordonniers, livreurs, couturiers, réparateurs de produits usés jusqu’à la corde, pour qu’ils puissent servir  encore quelque peu. Les Chinois observent ces longs nés et les trouvent industrieux et pas fainéants, amicaux et pas arrogants pour un sou. La rue chinoise se réorganise ; chinois et juifs se partagent le travail . Les enfants aux cheveux blonds et les petits chinois  jouent ensemble dans les terrains vagues et slaloment à travers les échoppes. Les témoignages de juifs qui ont passé leur enfance à Shanghai sont unanimes : ce furent les plus beaux jours de leur vie. Pas de cloisonnement, peu de bagarres. Seulement des enfants qui s’amusent et des adultes qui peinent pour les nourrir et les vêtir.
     

    jewish_0811.jpg

    Outre leur bonne volonté et leur force de travail,  Les Juifs apportent à Shanghai aussi leur dieu et leur Torah. Brouhkim Habaïm, soyez les bienvenus, disent les Chinois, vous et votre dieu et vos synagogues. D’ailleurs plus on est de dieux en Chine plus on rit , pensent-ils. Abondance de dieux ne nuit pas ; bien au contraire. Et puis les Juifs comme les Chinois ne font pas du prosélytisme.
    Encore aujourd'hui vous verrez des bouddhistes chinois adorer en plus des divinités bouddhistes , les anciens Dieux de leur religion antique, au xvème siècle les Jésuites avaient converti beaucoup d'élites chinoises mais ceux-ci ne voulaient pas abandonner leurs Dieux et coutumes, cela déboucha sur la Querelle des Rites. La Chine s’appelle traditionnellement Zhongguo, l’« Empire du Milieu », ou  Zhonghua, la « Lumière du Milieu ». Ce « Milieu » a certes  une acception cosmologique de centre de l’univers ;  mais aussi une acception morale : « l’Empire de la juste mesure ». Du comportement moyen, de la voie du milieu si chère à Maïmonide et à Confucius, du Derekh Erets.
     

    sans-titre.png

     Maïmonide s’est fait connaitre par son livre philosophique Le Guide des Egarés, Moré Névoukhim qui eut un retentissement considérable auprès des juifs et des non-juifs.

    sans-titre.png

    Si Maimonide était médecin, Confucius était un conseiller politique qui ambitionnait d’amener le prince à adopter la voie juste, dans son intérêt et de celui de ses sujets. Leur démarche est pratiquement identique, souvent au mot près.

    Ah qu’il était doux et agréable de vivre dans un pays où les habitants ne nourrissent pas à votre égard d’horribles à priori. En hébreu, on dirait Iné ma tov ou ma naïm Chévét Ah’im Gam Yahad (qu’il est bon et agréable que des frères soient assis ensemble). Pour la première, et la dernière fois de leur histoire, une poignée de juifs étaient venus s’installer, pour un laps de temps indéterminé, dans un pays qui n’avait jamais entendu parler d’eux. Et miracle on les apprécie, pour ce qu’ils sont tout simplement, pour leur manière courtoise de se comporter avec  ceux qui étaient là avant eux.
    Si les Musulmans et les Chrétiens, toutes mouvances confondues, y compris les agnostiques et les athées, représentent aujourd’hui 50% de l’humanité, il ne faut pas oublier l’autre moitié des habitants de la planète. Cette moitié là ne considère pas Israël comme le petit Satan ; d’abord parce qu’ils ne croient pas au Satan  et aussi, parce qu’ils n’ont pas eu à inventer leur identité par rapport et contre le Judaïsme. Les jeunes israéliens qui, après leur service militaire, partent à la découverte du grand monde, ne s’y sont pas trompés ; leurs pas les entrainent vers l’Extrême-Orient mystérieux et exotique, et ils participent à la bonne entente qui règne entre la Chine et l'Etat d'Israël.
     
     
  • La Chine célèbre le 2564ème anniversaire de la naissance de Confucius

    kong.jpeg

    Entrée du quartier Kong à Qufu où tous les résidents sont des descendants de Kong Fuzi,

    Confucius . Tous ont Kong comme nom de famille.

    F201309291555572492022542.jpg

    Des délégués sud-coréens participent à une cérémonie commémorative à l'occasion du 2564e anniversaire de la naissance de Confucius au Temple de Confucius à Qufu, la province du Shandong (est de la Chine), le 28 septembre 2013. Qufu étant la ville natale de ce grand philosophe et éducateur chinois.

    kong 2.jpeg

    Tombe de Kong Li , fils de Confucius.

    kong3.jpeg

    Dans ce cimetière de Qufu où se trouverait la tombe de Confucius , ne peuvent être inhumé que des descendants mâles de Confucius.

    F201309291555595981392936.jpg

    Une jeune chinoise lit des œuvres reflétant la pensée de Confucius au cours d'une cérémonie commémorative à l'occasion du 2564e anniversaire de la naissance de Confucius à Beijing

    kong 4.jpeg

    Temple de Confucius à Beijing

    F201309291555552484927492.jpg

    Des artistes participent à une cérémonie commémorative marquant le 2564e anniversaire de la naissance de Confucius au Temple de Confucius à Taipei (Taiwan)

    F201309291555531380223891.jpg

    Une cérémonie a lieu à l'occasion du 2564e anniversaire de la naissance de Confucius à Nanjing, capitale de la province chinoise du Jiangsu

    F201309291555431628693683.jpg

    A Beijing, un garçon se voit inscrire un point rouge sur son front lors d'une cérémonie commémorative à l'occasion du 2564e anniversaire de la naissance de Confucius

    kong3.jpeg

    Cérémonie  dans un temple de la ville de Changchun pour rendre hommage au grand philosophe à l'occasion de son 2564e anniversaire. Une centaine de personnes ont participé à la cérémonie devant une foule importante.

     

     

  • Cérémonie mortuaire du 2516e anniversaire de Zeng Zi au Shandong

     
     

    L'année 2011 est le 2516e anniversaire de Zeng Zi. Des dizaines de descendants du maître chinois se sont réunis au temple Zeng dans la province du Shandong pour lui offrir un sacrifice. Ce grand maître prônait le respect envers les parents il y a déjà plus de deux mille ans.

    Zeng Zi  , philosophe chinois  disciple de Confucius est né en 505 av JC et mort en 436 av JC  .

    Voici une anecdote selon Su Shi Jia Yu ( comment éduquer les enfants ) , livre de Zeng Zi .

    Un jour, alors que la femme de Zengzi sortait faire des courses, son plus jeune fils se mit à pleurer et demanda à aller avec elle. Elle le réconforta en disant, " Attends juste à la maison, je tuerai un cochon et je le ferai cuire pour toi. "

    A son retour, elle trouva Zeng zi se préparant à tuer le cochon. Elle l'arrêta précipitamment : " J'ai seulement dit ça pour le calmer. ". Zenzi dit, " Tu ne peux pas mentir à un enfant. Comme ils sont jeunes et n'ont pas d'expérience sociale, ils suivent ce que leurs parents leur disent. Si tu lui mentais aujourd'hui, tu lui enseignerais en fait à mentir à autrui de la même façon. Si une mère ment à son enfant, l'enfant ne l'écoutera plus. Est-ce là une bonne manière d'éduquer les enfants ? " Donc, Zhengzi tua le cochon et fit cuire le porc.

    L'histoire nous apprend que les parents ne devraient jamais mentir aux enfants. C'est parce que, étant les exemples les plus directs pour les enfants, tout ce que font les parents influencera significativement leur enfant. Un enfant suivra ce que les parents font. Par conséquent, les parents doivent être attentifs à comment ils se comportent devant leurs enfants. Cette histoire montrait aussi que Zengzi avait pleinement réalisé que les parents enseignent les enfants par leurs actions, et que les enfants peuvent être bien éduqués seulement suite au bon comportement des parents.

     

     

  • Le confucianisme, une philosophie ancienne toujours d'actualité

    Semaine de la culture confucéenne au siège de l'UNESCO
     

    La grande activité « la semaine de la culture confucéenne » a levé son rideau le 6 septembre au siège de l'UNESCO à Paris. Un délégation chinoise composée de plus de 80 personnes y a participé. C'est aussi la plus grande activité culturelle organisée par le gouvernement chinois à l'UNESCO.

    « La semaine de la culture confucéene » présentera au public une conférence sur les idées de Confucius, la culture confucéenne et la cérémonie de couronnement de l'éducation confucéenne. L'organisateur souhaite présenter aux participants la vie, les idées et les influences de ce grand homme. Cette activité est organisée par le Ministère de la Culture, de l'Education, le Commissariat à l'Education, la Culture et la Science et le gouvernement du Shandong afin d'étendre l'influence de la culture chinoise et des idées de Confucius.

     

     Confucius a consacré sa vie entière à l'éducation avant de quitter ce monde en 479 av. JC. Il nous a légué des réalisations d'une richesse intarissable », a déclaré lundi un responsable des Nations Unies.

    Le confucianisme « peut aider les gens à mieux comprendre l'état du monde d'aujourd'hui », et il reflète aussi le rôle de l'UNESCO dans le monde, a dit Francesco Bandarin, Directeur-général assistant des Nations Unies pour la culture, lors de son discours inaugural prononcé au siège de l'UNESCO pour la Semaine Culturelle Confucius, à Paris.


    Cette manifestation comprend aussi une conférence prononcée par Kong Xianglin sur la vie et les pensées générales de Confucius, une exposition présentant sa sagesse et son expérience, et un spectacle de danse et de musique exposant les rites traditionnels chinois destiné à célébrer le philosophe antique.

    « La pensée morale de Confucius m'intéresse, bien qu'elle soit très ancienne et que certaines idées n'aient pas été pleinement développées ... savoir comment on peut appliquer cela dans notre vie quotidienne m'intéresse aussi », a dit un étudiant français du nom de Benjamin Ismail après avoir écouté la conférence donnée par M. Kong, un descendant de Confucius à la 75e génération.


    C'est la première fois que Benjamin a pu écouter un descendant du Maître depuis que son intérêt pour le penseur chinois de l'antiquité s'est déclenché il y a quatre ans, à la même époque où il a commencé à apprendre le chinois.

    Pour Benjamin, la valeur première du confucianisme était d'essayer de faire que les gens deviennent « ren » (仁, bienveillants). « En essayant de s'améliorer soi-même chaque jour, en apprenant et en cherchant le savoir, ce en quoi je suis en total accord avec Confucius », a-t-il ajouté, attendant pour avoir un autographe de M. Kong sur son édition en langue française des Entretiens de Confucius.

    A côté de cela, d'autres formes d'art populaire chinois comme le papier découpé, le théâtre d'ombres et la sculpture sur calebasse ont été montrées lors de cette manifestation culturelle d'une semaine, attirant des foules de visiteurs.

    confucius.jpg
    Certains se sont rassemblés autour du sculpteur de calebasses, demandant à quel usage était destinée cette calebasse ainsi décorée ; d'autres regardaient derrière l'écran du théâtre d'ombres pour connaître les trucs du manipulateur ; d'autres, enfin, regardaient avec attention les artistes faisant des noeuds chinois.

    Une visiteuse, du nom de Rosa Guerreiro, a dit que cette façon de sculpter lui rappelait une forme d'artisanat similaire dans son Brésil natal, et elle était surprise et enthousiaste de pouvoir regarder cette forme d'art chinoise.

    L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin faisait partie des visiteurs attentifs de la cérémonie d'ouverture de la semaine culturelle. « Cela fait quarante ou cinquante ans que je connais Confucius », a-t-il déclaré fièrement à Xinhua.

    Pour M. Raffarin, le confucianisme insiste sur l'harmonie et l'équilibre, pourtant « certains philosophes importants ont ignoré la signification de la pensée de Confucius ».

     



    Comme M. Bandarin l'a dit, une pensées centrales du confucianisme est en accord avec le principe de l'UNESCO selon lequel les différentes races, cultures et religions pourraient vivre en harmonie et en paix si le monde faisait preuve d'un peu plus de compréhension.

    Cette manifestation longue d'une semaine qui se tient en France comprend aussi une cérémonie de remise du Prix Confucius de l'UNESCO pour l'aphabétisation mercredi pour célébrer les contributions faites par le Centre Népalais d'Education Non Scolaire et le Gouvernorat d'Ismailia, en Egypte.

    Dans le même temps, un forum international organisé dans la ville natale de Confucius, Qufu, située dans la Province du Shandong, dans l'Est de la Chine, rassemblera représentants et chercheurs pour des échanges de points de vue sur le confucianisme, a annoncé Zhang Shuping, délégué chinois.

    « Bien que sa philosophie simple ait plus de deux mille ans et soit très chinoise, sa base est toujours applicable à la société moderne, et de ce pont de vue, elle est d'une grande valeur », a dit Clerer Clare, employé de l'UNESCO qui a visité l'exposition.