collège de l'europe

  • Les armées US, russe et chinoise sont les plus puissantes du monde, selon des analystes de Global Firepower

    un-char-russe-armata-t-14-lors-du-defile-du-9-mai-2015-pour-celebrer-les-70-de-la-victoire-sur-les-nazis.jpg

    le char russe Armata T-14

    Les armées américaine, russe et chinoise occupent les trois premières places dans le palmarès des 126 armées du monde, rédigé par des analystes de la compagnie Global Firepower.

     

    Selon les analystes, la Russie a pu se classer deuxième grâce au nombre d'"excellents" chars (15.000 blindés, soit deux fois plus qu'aux Etats-Unis) et à sa Marine. Elle occupe la quatrième place quant au nombre d'effectifs.

    L'armée chinoise est classée troisième, suivie de l'armée indienne. Les armées britannique, française, sud-coréenne, allemande, japonaise et turque  font également partie du palmarès des dix armées les plus puissantes du monde.

    Chinaarmy.jpg

    L’armée chinoise



    Les analystes soulignent que le leadership de l'armée américaine n'est pas surprenant, compte tenu de budget militaire de ce pays, Washington dépensant par an 577 milliards de dollars, soit quatre fois plus que Pékin et dix fois plus que Moscou.

     

    Il est à souligner que le palmarès a été rédigé sans tenir compte des forces nucléaires des pays.



    Xinhua doit servir de pont entre les peuples européens et chinois, selon son président

    134250220_14319940431121n.jpg

    BRUXELLES, 18 mai (Xinhua) -- Le président de l'Agence de presse Xinhua, Cai Mingzhao, a indiqué lundi que Xinhua devait servir de pont pour relier les peuples de l'Union européenne (UE) et de la Chine, et aider à faire avancer les liens bilatéraux.

    Il a fait cette remarque au Collège d'Europe dans la ville belge de Bruges, à l'occasion de la cérémonie d'inauguration d'une exposition de photographies marquant le 40ème anniversaire de l'établissement des liens diplomatiques entre la Chine et l'UE.

    "Mes collègues m'ont dit qu'en flamand, Bruges signifie pont. Les médias de masse sont un pont pour connecter les peuples", a lancé M. Cai.

    "Xinhua souhaite montrer au peuple chinois la vraie image de l'Europe par nos reportages objectifs, rapides et précis, et également montrer aux Européens le vrai développement de la Chine, et servir de pont entre les deux peuples", a-t-il insisté.

    M. Cai a expliqué que le Collège d'Europe était un témoin important de l'amitié entre la Chine et l'UE. Le 1er avril de l'an dernier, le président chinois Xi Jinping a prononcé un important discours au Collège d'Europe, notant que pour faire avancer la relation Chine-UE, les deux parties devaient mieux se connaître et devaient construire des ponts pour la paix, la croissance, la réforme et le progrès de la civilisation.

    Ces dernières années, les relations Chine-UE se sont lancées sur la voie rapide du développement et il y a un besoin urgent de faire en sorte que les ponts de communication établis par les médias de mass des deux côtés soient plus larges, plus longs et plus pratiques, a-t-il souligné.

    Jorg Monar, le recteur du Collège d'Europe, a estimé lors de la cérémonie que l'Agence de presse Xinhua pouvait jouer un rôle majeur en contribuant à construire des ponts entre la Chine et l'UE.

    M. Monar a rappelé que pendant le discours de M. Xi l'an dernier au Collège d'Europe, le président chinois avait insisté sur la nécessité et l'importance pour les Européens de mieux comprendre la Chine, et expliqué que Xinhua pouvait jouer un rôle dans ce domaine au travers de son service d'information.

    L'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et la Communauté économique européenne il y a 40 ans avait renforcé la confiance en l'avenir des communautés européennes en tant qu'acteurs internationaux, a-t-il noté.

    Le 6 mai 1975, la Chine avait établi des relations diplomatiques avec la Communauté économique européenne, une des branches de la Communauté européenne, l'ancêtre de l'UE, et avait créé une mission chinoise auprès de l'organisation à Bruxelles au mois de septembre de la même année.

    L'exposition, qui rassemble des photos sélectionnées dans la base de données de l'Agence de presse Xinhua, est organisée conjointement par Xinhua et le Collège d'Europe, et passe en revue des moments liés à des visites de haut niveau, des échanges entre les peuples et des événements culturels.

    Yang Yanyi, la chef de la mission chinoise auprès de l'UE, assistait également à l'exposition photo.

     

  • Selon un haut fonctionnaire européen , il faut familiariser le public européen avec le Parti communiste chinois qui ne cesse de se transformer, de se moderniser

    A l'approche du 90ème anniversaire du Parti communiste chinois le 1er juillet, un séminaire consacré au thème "comment le Parti communiste chinois travaille" dans le miracle de la Chine s'est tenu vendredi à Bruxelles, dans la salle de conférence du Comité économique et social européen (CESE) de l'Union européenne (UE), en présence de plus de 150 officiels de l'UE, chercheurs de différents instituts ou think tanks européens et diplomates de pays européens auprès de l'UE.

    Il s'agit d'une initiative du Fonds de Madariaga du Collège de l'Europe, en partenariat avec le CESE et le Comité des régions ( CdR) de l'UE, en surmontant le fossé idéologique entre l'Europe et la Chine.

     

     

    Le directeur exécutif du Fonds de Madariaga, Pierre Defraigne, a indiqué dans son intervention d'ouverture qu'avec un sixième de la superficie arable par habitant des Etats-Unis et un territoire plus exposé aux calamités naturelles, la Chine a rejoint l'Occident en deux générations, notant donc la nécessité de " démystéfier" le Parti communiste chinois qui constitue "l'un des moteurs du miracle de la Chine".

    M. Defraigne, un économiste et ancien vice-directeur de la DG du commerce de la Commission européenne, a déclaré  qu'en raison de notre ignorance, le Parti communiste chinois était assimilé au Parti communiste russe".

     

    "Le Parti communiste chinois est réformateur, et le Parti communiste russe est bureaucratique et a bloqué une réforme (...) il faut familiariser le public européen avec le Parti communiste chinois qui ne cesse de se transformer, de se moderniser", estime M. Defraigne.

     

    Le secretaire général du CdR, Gerhard Stahl, a estimé qu'à cause de l'effet de taille, il faudrait comparer la Chine à l'UE plutôt qu'à un gouvernement individuel.