claude martin

  • Pour Claude Martin, ex-ambassadeur de France à Pékin , la Chine n’a aucune volonté de domination

    claude.jpg

    Claude Martin : « Quand on dit que les Chinois sont arrogants on peut se demander si ce n’est pas nous qui faisons un complexe d’infériorité ». (photo SOEREN STACHE)

    Devant participer à une conférence à Bordeaux sur le thème "La domination de la Chine en Asie est-elle irréversible?", l'ex-ambassadeur précise : Je précise d’abord que je ne suis pas responsable de l’intitulé de ce débat. Ce qui peut donner une impression de domination, c’est la taille de ce pays et le dynamisme de son économie. Mais ses relations avec ses voisins sont normales. La Chine a, certes, des différents territoriaux avec le Japon, les Philippines, le Vietnam et l’Inde, mais il n’existe pas de rivalité avec eux pour dominer l’Asie. Le Japon est tourné vers le Pacifique. L’Inde, vers l’Occident. La Chine se définit comme L’Empire du milieu : elle est au centre de l’Asie et elle envisage les peuples périphériques comme des suzerains. Elle attend d’eux, non pas qu’ils se soumettent, mais qu’ils lui payent un tribut.

    Ce n’est pas dans la tradition chinoise d'avoir des ambitions coloniales. Ces dernières décennies, les seules fois où l’armée chinoise a franchi ses frontières - en 1962 contre l’Inde et en 1978 contre le Vietnam - ce fut pour donner une leçon à l’armée adverse. Après quoi elle est rentrée chez elle. La politique étrangère de la Chine se rapproche de la doctrine de Monroe : ne pas s’aventurer au loin mais rester libre dans son espace, notamment au Tibet, dont elle refuse qu’on lui conteste la propriété. Elle n’accepte aucun hégémonisme dans sa sphère d’influence. Et elle voit une tentative d’encerclement dans les relations que les Etats-Unis établissent avec l’Inde, la Thaïlande, Taïwan ou la Corée du sud.

     

    asie.jpg

    En Afrique , la Chine n' a aucune ambition colonialiste comme l'ont eue certains pays européens. Dans un pays dont je ne dirai pas le nom trois conglomérats chinois se disputent l’exploitation de mines. Il n’y a pas de plan d’ensemble chinois pour s’emparer du monde. Au contraire, on constate une volonté politique de ne pas faire plus que le nécessaire. On les entend peu dans le dossier iranien. Ils ont beaucoup allégé leur armée, qui était pléthorique, et reconverti une partie de leur complexe militaro-industriel dans la production d’ordinateurs, de téléphones portables ou de machines à laver.

     

    obamao.jpg

    Si les Américains disent que le Yuan est sous-évalué par rapport au dollar, je signale qu'en quatre ans le yuan a été réévalué de 25 % par rapport au dollar et à l’euro. Quant au fait que les Chinois rachètent des bons du trésor américains, il faut y voir une sorte de compensation aux suppressions d’emplois que provoque leur politique commerciale aux Etats-Unis. Ils veulent être perçus comme des gens qui soulagent les Etats-Unis de leur dette. Là encore on est dans une histoire de perception : quand les Américains accusent les Chinois de s’approprier leurs biens, les Chinois peuvent leur répondre qu’ils n’ont qu’à pas faire de dette. Et quand on dit que les Chinois sont arrogants on peut se demander si ce n’est pas nous, Occidentaux, qui faisons un complexe d’infériorité par rapport à eux.

    sans-titre.png