cjt

  • DALAI LAMA MENSONGES ET TERRORISME

    Chine: graves divergences dans le dialogue avec le dalaï lama

    Un responsable du gouvernement central chinois a déclaré lundi à Beijing que les récents pourparlers avec le dalaï lama étaient "francs et sincères", affirmant néanmoins que de graves divergences existaient encore.

    Zhu Weiqun, vice-ministre exécutif du Département de Travail du Front uni du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a fait cette remarque lors d'une conférence de presse organisée par le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement central).

    Du Qinglin, vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois, a rencontré la semaine passée à Beijing les représentants personnels du dalaï lama, Lodi Gyari et Kelsang Gyaltsen.

    Zhu et Pelma Trilek, vice-président de la Région autonome du Tibet, ont également rencontré les représentants du dalaï lama alors que ceux-ci se trouvaient en Chine du 31 octobre au 5 novembre.

    Lors des pourparlers tenus en juillet, les représentants du dalaï lama avaient affirmé qu'ils ne voyaient aucune objection à observer la demande des "quatre non-soutiens" avancée par le gouvernement central, mais ils ont depuis violé leur engagement, a fait remarquer M. Zhu.

    Le gouvernement central avait demandé à la partie du dalaï lama de ne pas soutenir les activités pouvant perturber les Jeux olympiques de Beijing, les complots incitant à des activités criminelles et violentes, la violence terroriste du pro-séparatiste "Congrès de la jeunesse tibétaine", ni les activités visant à obtenir "l'indépendance du Tibet" ou essayant de séparer cette région du pays.

    "Ils n'ont pas tenu leur promesse et n'ont pas mis fin aux activités de boycottage et de sabotage des Jeux olympiques de Beijing", a poursuivi M. Zhu, ajoutant qu'au contraire, "ils ont intensifié ces activités et ont continué d'attaquer le gouvernement central".

    "Ils ont soutenu le "Congrès de la jeunesse tibétaine" et d'autres organisations pour prôner publiquement l'"indépendance du Tibet", et ont incité ou organisé des activités criminelles", a-t-il indiqué.

    Ils ont continué à internationaliser la question du Tibet, tentant d'utiliser la pression étrangère sur le gouvernement central, a-t-il noté.

    Ils ont continué à comploter avec des activistes "démocrates" d'outre-mer, des membres de la secte "Falungong" et des terroristes du "Turkestan oriental", afin d'établir un soi-disant "travail du front uni" pour s'opposer au gouvernement central et diviser la patrie, a indiqué M. Zhu, ajoutant que tout cela avait entraîné l'aversion du peuple chinois.

    Il s'agit des troisièmes pourparlers entre le gouvernement central et les représentants personnels du dalaï lama depuis début 2008. Les deux précédents s'étaient tenus en mai et en juillet.