civilisation

  • Viktor Orban :On ne peut pas exporter la démocratie, ni d’une manière pacifique, ni avec les armes

    Voici une interview de quelqu'un que j'admire beaucoup. Mr. Viktor Orban, Premier ministre de Hongrie ,se distingue de ses homologues européens car il est un des rare voir le seul dirigeant d'un pays européen a prendre en considération l'avis de la population de son pays et la situation ainsi que la défense de son propre peuple.

    Son analyse de la situation internationale est très judicieuse et la marque d'un dirigeant hors norme

    Dans bien des cas où il met en cause une certaine politique, certaines personnes comme cet imbuvable de Soros, des ONG véritables sous-marins d'officines proches de la CIA , le vois le spectre de la propagande antichinois et je vois que cette politique désastreuse pour les pays qui en sont victimes , cette oligarchie tente , heureusement en vain, de les appliquer à la Chine. Pour l'instant ils agissent sur un groupe de jeunes écervelés qu'ils ont corrompus et soudoyés afin de créer des troubles à Hong Kong.

    Voici l'interview pleine d'acuité de monsieur Orban à la radio Kossuth, au cours de l’émission « 180 minutes » du 3 juin 2016.

    Viktor Orban vient de rentrer d’une visite officielle en Egypte, où il a rencontré son homologue le président Sissi et l’imam suprême sunnite, qu’il a invité pour une visite en Hongrie.

    Viktor Orban explique sa vision de la relation que le monde chrétien devrait entretenir avec le monde musulman. Il souhaite une rencontre entre la civilisation musulmane et la civilisation chrétienne au lieu d’un choc des civilisations.

    Orban reconnait la civilisation musulmane, dit qu’il ne faut pas comparer le musulman délinquant avec les imams hautement éduqués. Il faut arriver à faire vivre les différentes civilisations en paix, non pas en se mélangeant mais côte à côte, en se respectant. Selon Orban, un vrai chrétien ne peut pas être contre les musulmans. Le premier ministre hongrois dit également que si les musulmans n’avaient pas leur religion, il n’y aurait pas de civilisation chez eux mais du chaos et de la barbarie.

    « À présent, ils vivent dans un monde qui obéit à leurs propres lois, à leur propre logique. Nous avons nos principes de vie, nous aussi. Nous respectons les leurs et nous attendons également d’eux qu’ils nous respectent à leur tour. »

    Viktor Orban explique :

    « C’est dans l’intérêt de l’Europe d’avoir une Egypte politiquement et militairement stable, et nous ferons tout notre possible pour que cela perdure.

    La Syrie avait une population de 30 millions habitants, elle s’est effondrée et à présent nous arrivons à peine à supporter, en Europe, les conséquences de ce désastre.

    L’Egypte a 90 millions d’habitants. Si elle devient instable et qu’ils partent vers l’Europe, nous n’arriverons plus du tout à faire face. »

    C’est dans l’intérêt de l’Europe que l’Egypte arrive à la stabilité, sinon, rien ne résistera à ce courant qui l’inondera

    Orban dit qu’il donne raison à l’imam qu’il a rencontré lors de son voyage. Il faut mettre de côté les préjugés habituels de l’UE, et se concentrer sur le gouvernement égyptien, … que le gouvernement, avec son Président et son armée, restent unis et qu’il subsiste une force en Egypte qui maintienne l’ordre public et l’unité du pays, et donner la possibilité à la population de vivre correctement.

    Si cela n’est pas possible, le courant qui va inonder l’Europe sera trois fois plus fort que ce que l’Europe a enduré jusqu’à présent. Rien n’y résistera. C’est dans l’intérêt de l’Europe que l’Egypte arrive à la stabilité.

    Orban fait un bref bilan de l’Egypte, qui a actuellement une armée unie, le président a été élu au suffrage universel, la constitution a été démocratiquement votée, … chaque pilier de la constitution a renforcé l’économie.

    Il rappelle que chaque année, 2,6 millions de personnes naissent en Egypte, et qu’avec une telle taille de population, nourrir un peuple, lui donner du travail, un niveau de vie acceptable, un avenir, est une tâche très ardue, bien plus que ce que l’UE a l’habitude d’affronter.

    Un nouveau contexte est apparu récemment concernant le flux migratoire : les « trafiquants-passeurs » ont mis le cap sur l’Egypte. L’Egypte sera-t-elle le prochain pays pour l’invasion de l’Europe ?

    Il y a également un nouveau point d’engorgement migratoire en Irak.

    Tout cela devrait amener l’UE à repenser sa politique extérieure.

    « Dans les trois pays où nous nous sommes mêlés de la vie des gens, il y a eu un effondrement global, explique Orban. Nous avons causé le chaos en Irak, en Libye et en Syrie, et aucun de ces pays n’a plus de gouvernement fonctionnel capable de garantir l’ordre public, la justice, et de défendre la population … et du même coup de défendre l’Europe contre une invasion de migrants. »

    La journaliste demande si l’Europe porte l’entière responsabilité d’avoir voulu les forcer à adopter nos valeurs, d’avoir voulu exporter notre démocratie.

    Viktor Orban  : « Il est impossible de dire qui est responsable de cette dégradation de la situation, chaque camp met la responsabilité sur l’autre », mais précisant que son opinion n’engage pas d’autres chefs d’Etats de l’UE il ajoute : « le fait que l’UE ait voulu exporter la démocratie et sa culture est un délire total. »

    Viktor Orban  : « Avoir voulu rendre les peuples d’une toute autre culture « heureux » avec les méthodes qui ont fait leurs preuves chez nous a totalement échoué et cela a engendré des conséquences très douloureuses pour l’Europe.

    On ne peut pas exporter la démocratie, ni d’une manière pacifique, ni avec les armes. Il faut laisser chaque peuple bâtir son système politique et économique, selon sa propre culture. Nous pouvons avoir des échanges commerciaux, et collaborer mutuellement. C’est une meilleure politique que le ‘nous savons tout mieux que les autres’, ‘nous savons ce qu’est la démocratie’, ‘nous savons ce que sont les vrais droits de l’homme’, …. [il est délirant de vouloir] imposer de bâtir leurs sociétés, selon nos normes, alors qu’ils pensent d’une manière très différente ! Néanmoins, si nous continuons, encore et encore, à ‘mettre notre toit en feu au-dessus de notre tête’ nous n’en sortirons pas.

    Actuellement, pour sortir de cette situation désastreuse, nous avons le choix entre 2 solutions… mais la vérité est que nous n’avons absolument plus le choix, nous sommes juste emportés par le flot des événements.

    Pour obtenir une solution interne, nous pourrions soutenir inconditionnellement le gouvernement libyen, sans vouloir imposer nos valeurs démocratiques, nos conditions.

    La journaliste demande : « L’UE fait déjà cela, non ? »

    Viktor Orban  : « Non, parce que l’UE continue avec ses critiques ‘droits de l’hommistes’, avec des exigences, en posant des conditions, … comme désarmer l’armée libyenne. Alors que sans un équipement adéquat, il sera impossible que l’armée libyenne puisse maintenir l’ordre. Que cela plaise ou non à l’UE peu importe, il n’y a pas de solution de rechange : il faut armer, fortifier l’armée libyenne pour qu’elle puisse rétablir l’ordre et il faut que nous collaborions à cela, sinon il y aura des conséquences très douloureuses pour nous vu que la Libye est à la frontière de l’Europe.

    La coalition occidentale pourrait également débarquer avec des forces militaires européennes et mettre de l’ordre, établir des camps de réfugiés, y refouler ceux qui débarquent en Europe et les maintenir sur place. Ainsi nous garantirions également notre sécurité.

    Nous devrions financer tout cela et tout ça a un coût … mais un coût bien inférieur et des dégâts bien moindres que d’accepter des millions de migrants qui viendront, sans contrôle, sur les terres européennes.

    Que ce soit la première ou la deuxième solution, l’UE en parle sans cesse, sans être capable d’arriver à une décision finale. »

    Le premier ministre parle également du fait qu’il a rencontré la communauté copte, qui a été victime d’exactions.

    « Ces gens étaient des employés agricoles, des ouvriers, des honnêtes gens qui ont subi un martyre. Chaque membre de cette communauté a perdu des membres de famille. La Hongrie fait beaucoup pour les chrétiens persécutés mais, contrairement aux habitudes occidentales, la Hongrie ne crie pas sur les toits ce qu’elle fait à ce sujet, elle aide discrètement les chrétiens persécutés, sans s’en vanter, … un peu partout où c’est nécessaire. »

    Orban dit qu’il a toujours été dégoûté par l’attitude vantarde des Occidentaux qui amènent leurs aides avec beaucoup de publicité. « Nous avons des obligations morales envers les chrétiens du Monde et nous remplissons cette obligation ».

     

    Puis la journaliste parle de la tension, quasi palpable, dans toute l’Europe, une sorte de « calme avant la tempête » !

    Viktor Orban  : « Effectivement, il y a une tension qui augmente. Il y a une explication tactique à cela ; c’est le BREXIT. Nous ne devons pas nous mêler de cette décision qui appartient totalement aux anglais.

    […]

    Il y a également un problème stratégique qui amène cette tension en Europe. Ceci provient de la structure de l’organisation de l’UE. Les dirigeants de l’UE se sont opposés à leurs populations. Nous pouvons tourner cette réalité dans n’importe quel sens, ruser, faire des variations sur la réalité, les explications sont inutiles, … c’est une réalité.

    Les états occidentaux, avec leur politique migratoire, se sont opposés à leurs peuples respectifs et l’opposition à cette politique migratoire est de plus en plus grandissante. »

    Orban dit qu’il est conscient du ras-le-bol des populations hongroises qui vivent près des camps pour migrants, et promet leur fermeture dès que cela deviendra possible, dans un avenir proche, car les lois sont durcies, le refoulement deviendra systématique. Ceci ne se passera pas sans l’agissement d’autres forces antagonistes.

    Viktor Orban  : « George Soros est l’ennemi déclaré du gouvernement actuel de la Hongrie. Il soutient toute opposition qui cherche à renverser son gouvernement. Il est opposé à notre politique migratoire. Il finance des journalistes, des partis politiques, des bourses individuelles, des ONG … Il exige le démantèlement des barrières, la suppression des lois sur l’asile qu’il juge trop sévères, et veut faire reculer notre gouvernement. C’est typiquement la pensée socialiste. Soros pense que s’il met le paquet il arrivera à acheter les gens.

     © P. Kandel pour Dreuz.info

     

  • De la Chine, du Tibet, et de l'Occident - Yves Branca

    Yves Branca m' a fait l'honneur et le plaisir de poster quelques commentaires à la suite d'un article assez ancien de mon blog. Comme je crains que là où ils furent publiés , ils risquent de toucher trop peu de monde , je me suis permis de vous livrer ces textes remarquables , in extenso, en attendant avec impatience la suite.

    A tous les amis chinois, tibétains, français, belges, et du monde entier qui s'intéressent avec sympathie à cette chronique de "La Chine aujourd'hui", je commence à livrer quelques réflexions très modestes sur les cultures chinoises et tibétaines, et leurs rapports avec l'Europe et ce qu'on appelle Occident. J'en donnerai la suite très prochainement. En voici le premier point, qui est un préambule.

    A la demande de l'auteur j'ai retiré le texte de Yves Branca. Comme il le souhaite , je publierai ce qui s'apparente plus à un essais qu'à une simple communication quand il aura terminé son exposé. Néanmoins, pour ceux qui brûlent de lire ce texte remarquable , je signale qu'ils peuvent en lire une partie sur ce blog à la rubrique commentaire de l'article : La vie misérable des serfs au Tibet avant la libération.

  • La Chine est prête à partager sa richesse culturelle avec le monde

    A l'occasion de la Nouvel Année lunaire du Dragon, lundi, des artistes et des délégations culturelles chinois ont donné des représentations dans le monde entier.

    Ancienne civilisation connue pour son thé, sa céramique et sa soie, la Chine a attiré au cours des dernières décennies l'attention du monde grâce aux nouvelles tendances qu'elle a développées dans les domaines du cinéma, de la mode, des arts et de l'étude du chinois.

    Selon des chiffres officiels, plus de 500.000 personnes ont suivi les cours de langue chinoise proposés par 358 Instituts Confucius établis dans 105 pays et régions dans le monde.

    Par ailleurs, les représentations artistiques et les concerts de musique traditionnelle chinoise font souvent salle comble en Europe et en Amérique du Nord, selon les ambassades de Chine.

    Alors que la Chine est devenue la deuxième économie du monde, davantage de ressources financières se sont libérées au cours des dernières années pour soutenir l'épanouissement de l'industrie culturelle, à l'intérieur du pays comme à l'étranger.

    La culture chinoise ne se réduit plus à des antiquités rouillées exposées dans divers musées à travers le monde, ni à des descriptions romancées destinées au public étranger.

    C'est une culture chinoise plus dynamique et plus diversifiée, mélangeant subtilement l'ancien et le nouveau, la tradition et la modernité, qui part à la rencontre des publics étrangers.

    La Nouvelle Année, placée sous le signe ambitieux de ce symbole magique de l'Asie qu'est le Dragon, est appelée à devenir l'année de la montée spectaculaire de la culture chinoise sur la scène internationale.

    En octobre, le gouvernement chinois a annoncé un plan national destiné à soutenir l'industrie culturelle, visant à faire augmenter sa contribution au PIB chinois de 3% à 5% d'ici 2016.

    Les sommes importantes investies par le gouvernement, les technologies de pointe et l'amélioration des institutions juridiques et financières seront autant de facteurs à même de donner une nouvelle impulsion au développement de l'industrie culturelle en Chine.

    Au cours des dernières décennies, la Chine a acquis une solide expérience dans sa stratégie de communication avec les publics étrangers. Neuf Centres culturels chinois ont ouvert leurs portes en Asie, en Europe et en Afrique pour soutenir des projets interactifs de diffusion de la culture chinoise.

    Les professeurs, étudiants et travailleurs chinois à l'étranger deviennent souvent des ambassadeurs de la culture chinoise, oeuvrant à jeter un pont sur le fossé culturel entre l'Orient et l'Occident.

    Pour donner au public étranger un meilleur aperçu de la culture chinoise, les acteurs de l'industrie culturelle doivent redoubler d'efforts pour concrétiser la stratégie de "diffusion vers l'extérieur" proposée par le gouvernement central, étudier les techniques de communication interculturelle, et examiner ce qui fait la force et l'unicité de la culture chinoise par rapport à ses voisins proches et lointains.

    Comme l'eau de pluie s'infiltre dans la terre au début du printemps, la culture nourrit la vie de manière silencieuse, presque imperceptible. La présence de la culture chinoise au sein d'un monde globalisé ne peut qu'apporter aux gens de toutes cultures davantage de choix, davantage de possibilités, ainsi qu'une plus large compréhension du monde.

  • Est-ce la fin du monde occidental?

    Le criminel norvégien Anders Behring Breivik, l’auteur des deux attaques du 22 juillet en Norvège, était sous l’emprise de produits illégaux au moment où il a perpétré son massacre. « Je peux confirmer qu’il avait eu recours à des stupéfiants illégaux. Je ne souhaite pas commenter quel type de produits, mais il en avait consommé », a déclaré lundi à l’AFP le procureur de la police, Paal-Fredrik Hjort Kraby, citant le résultat d’examens sanguins.

    Petit à petit nous en savons plus , mais il reste un black out sur la drogue utilisée . Peut être s'agit-il de la même drogue que les anglais vendaient en Chine , ça leur a rapporté des sommes folles et en prime ça leur a permis de mettre main basse sur le caillou de Hong Kong dans la banlieue de Shenzhen.

    Se moquant des victimes , les uns, les autres , tirant la couverture de leur côté usent et abusent de tous les stratagèmes les plus dégueulasses , comme font les socialistes français , les bobos de tout poil .

    Et si ce type avait agit ainsi simplement parce que c'est sa nature , la nature de l'homme occidental d'être bestial, raciste car il n'est pas le premier à "péter un plomb" comme cela , c'est même fréquent en Amérique . Ce type est dégoûté de voir son pays où des vieillard séniles remettent des prix à n'importe qui , des criminels , des repris de justice des va-t'en guerre de tout poil. Peut être que ce type est dégoûté de voir qu'en Europe on étouffe les affaires qui secouent périodiquement la population européenne . Les consommateurs plusieurs fois victimes de scandales de la dioxine , de la vache folle , de la viande aux hormones , des médicaments qui tuent ou handicapent (médiator aujourd'hui , thalidomide hier) , des huiles frelatées (voir en Espagne ou les huiles d'une grande marque française venant d'Ukraine) etc , etc...Et qu'à chaque fois les responsables s'en tirent sans sanction ou alors avec des sanctions symboliques.

    La propagande habile parvient à détourner l'attention de l'individu lambda occidental . On lui fait croire que si ça va mal , c'est en Asie , en Afrique que ça va mal . Les pauvres , ils croient que c'est chez le voisin que ça brûle , alors que le feu est dans leurs écuries et que les flammes lèchent leurs maisons.

    Peut être , digère-t-il mal le fait qu'on est à la fin d'une civilisation , celle du monde occidental qui s'essouffle marqué il y a une vingtaine d'année par la disparition du régime soviétique auquel le régime capitaliste anglosaxon semble ne plus pouvoir survivre .

    Enfin tout cela n'est que conjoncture mais une chose est certaine , ce type est fou , malade et ce qui est sûr que des types comme lui , il y en a beaucoup en Europe et en Amérique.

     

  • LES JEUNES CHINOIS AMBASSADEURS DE LA CULTURE CHINOISE

    Xi Jinping appelle les jeunes d'origine chinoise à faciliter la communication entre les différentes cultures
     

    La diaspora chinoise a cette qualité que partout où elle s'installe , elle participe à l'enrichissement du pays ou de la contrée . La démarche des autorités chinoises est louable et je suis certain portera ses fruits , à savoir le rapprochement des cultures et des peuples.

    Le vice-président chinois Xi Jinping a appelé dimanche les jeunes d'origine chinoise participant à une tournée "A la recherche de la racine" à hériter des traditions de leurs ancêtres, à enrichir leur esprit en s'inspirant de l'histoire et de la culture chinoises pour faciliter la communication entre les différentes cultures.

    Devant plus de 6 000 jeunes gens d'origine chinoise venus de 51 pays et régions dont Hong Kong, Macao et Taïwan, Xi Jinping les a invités à promouvoir les échanges culturels.

    Il a encouragé les jeunes gens à participer activement à toutes sortes d'activités d'échanges culturels, à faire connaître la richesse de la culture chinoise à davantage de personnes et à devenir "ambassadeurs civils" de la Chine là où ils habitent.

    Xi Jinping a fait ces remarques dans un discours prononcé au Grand palais du Peuple lors de la cérémonie d'ouverture du camp d'été "Tournée 2010 en Chine à la recherche de la racine".

    Ce voyage permettra de faire reconnaître à ces jeunes gens un fort "sentiment de familiarité" pour leur pays d'origine et leurs liens du sang, ainsi que de mettre en valeur leur volonté d'hériter de la culture chinoise plusieurs fois millénaire, a indiqué le vice-président chinois.

    "La Chine est le seul pays au monde dont l'ancienne civilisation s'est transmise sans interruption pendant 5 000 ans. Ses traditions culturelles uniques constituent une richesse commune pour tous les Chinois à l'intérieur comme à l'extérieur du pays", a-t-il souligné.

    La Chine adhère toujours à la voie de "développement, paix et coopération" et continue à se dévouer aux progrès de la civilisation humaine, a-t-il déclaré.

    Depuis 1999, six camps d'été "Tournée en Chine à la recherche de la racine" ont été organisés avec succès par le Bureau du Conseil des Affaires d'Etat pour les Affaires des Chinois d'outre-mer et l'Association chinoise des échanges avec l'étranger. Durant les trois prochains jours, les jeunes gens vont visiter des sites historiques et pittoresques à Beijing et rencontrer des gens locaux.

  • LA CHINE MODELE DE DEVELOPPEMENT

    La Chine a des raisons de croire en ses propres modèles de développement

    Pendant une très longue période, le drapeau rouge à 5 étoiles chinois était toujours montré du doigt accompagné des critiques sur la Chine dans beaucoup de programmes télévisés aux Etats-Unis. Et pourtant, cela a changé en quelques jours avec l'arrivée des JO de Beijing. Il semblerait que le drapeau national chinois, avec la Place Tian'anmen, le Palais d'Eté, et la Grande Muraille, avec en plus le Nid d'oiseau et le Cube d'eau sont devenus des symboles de la « Nouvelle Chine » .

    Est-il vrai que les pays occidentaux avaient déjà changé leur attitude par rapport à la Chine ? En fait, l'image si longtemps entretenue de la Chine comme d'un pays « malade » de l'Asie de l'est qu'entretenaient les occidentaux historiquement a été abolie il y a plus de 20 ans, lorsque les athlètes chinois ont remporté 15 médailles aux JO de Los Angeles, en propulsant ainsi la Chine au rang des meilleures nations sportives.

    Cependant, un sentiment de supériorité intrinsèque concernant sa civilisation prédomine dans le monde occidental. L'essence de leur réticence de voir la Chine jouer un rôle crucial dans la politique internationale ou de la considérer comme un partenaire à parts égales subsiste toujours, bien que les pays occidentaux aient changé leurs jugements sur la Chine, profondément encrés, après la fin des JO de Beijing.

    Après les JO, un grand nombre d'étrangers pourraient penser que la Chine doit s'en tenir à son propre modèle de développement, et qu'il est n'est pas possible de gouverner un pays aussi grand à l 'occidentale. Cependant, nous ne devons pas nous attendre au fait que les évènements sportifs vont changer leur attitude de longue date envers la Chine.

    Dans un livre où il fait une comparaison entre les JO de Tokyo de 1964, les JO de Séoul de 1988 et ceux de Beijing de cette année, Victor Cha, l'ancien directeur des Affaires asiatiques au Conseil de Sécurité National de la Maison Blanche, explique que les trois pays asiatiques, organisateurs des Jeux avaient tous le même but : remonter considérablement leur statut international au moyen du déroulement d'un événement sportif majeur. Mais d'après lui, une telle montée du statut international pourrait être acquise uniquement si les cours politiques de ces pays s'appuient sur l'ouverture envers les pays occidentaux.

    Des commentaires critiques que l'Occident aurait fait sur la Chine pendant les sujets liés aux JO, nous pouvons conclure que certaines personnes à l'Occident voient toujours les JO de leur étalon.

    Cependant, vu sa nature innée, la civilisation Occidentale ne peut pas arrêter efficacement les conflits et les querelles parmi les différents pays. C'est exactement ce que l'Occident devrait apprendre de la civilisation chinoise.

    Dans son « Ode pour le sport », Pierre de Coubertin, le fondateur des Jeux Olympiques modernes avait autrefois fait des louanges des JO, justement pour leur capacité d'apporter la paix et promouvoir des bonnes relations entre les personnes.

    Les Jeux Olympiques de Beijing ont apporté exactement cet esprit olympique et en même temps, ils ont insufflé aux Jeux un esprit traditionnel chinois de « Grande Harmonie ».

    Un petit nombre des médias asiatiques soutenaient l'idée que les Jeux de Beijing étaient une compétition sportive entre les pays asiatiques d'un côté et les pays européens et américains de l'autre, soit une compétition Est-Ouest.

    L'Europe est le berceau des JO modernes et un certain nombre d'épreuves de compétition ont été inventées par les pays européens ou américains, d'autant plus que leurs athlètes possédaient des avantages évidents dans ces types de sport. Pourtant le tennis de table et le badminton sont des exceptions. Bien qu'ils soient inventés en Europe, les deux sports sont dominés largement par les athlètes asiatiques. Un exemple encore plus intéressant. C'est rare qu'un magazine américain publie un article ridiculisant la mauvaise performance de l'Inde aux JO, alors que le favori des pays de l'Asie du Sud Abhinav Bindra a décroché la première médaille individuelle pour son pays aux JO de Beijing en remportant la première place au tir de 10 m. C'est cela, le charme des JO où aucun pays, aucune personne ne peut se dire gagnant pour toujours. C'est aussi un évènement pour lequel les personnes des différentes nations peuvent partager l'énorme joie et l'excitation pour la performance de n'importe quel participant.

    L'énorme succès des JO de Beijing réside en la présentation au monde des Jeux Olympiques différents d'un mélange de ses éléments culturels traditionnels avec des services consacrés aux Jeux. Le succès nous dit qu'au cours de notre développement et l'intégration à la communauté internationale, nous ne devrions pas vénérer excessivement ou exclure aveuglement quelque chose qui nous est étranger. Les Jeux Olympiques populaires, c'est les seuls qui visent à disséminer l'excellente culture chinoise et à absorber les excellentes cultures étrangères. Les Jeux Olympiques de Beijing est un exemple de la meilleure combinaison de la culture chinoise avec des cultures étrangères.

    Les Jeux nous disent aussi que dans les relations avec les autres pays, nous ne devons jamais utiliser l'impact de croissance de notre culture comme une force pour intimider des pays moins puissants. Pendant que la nation émergente est toujours assaillie par des problèmes locaux épineux, nous devons écouter avec un esprit plus large les commentaires des autres et d'apprendre à développer notre force nationale en utilisant les expériences utiles des autres.

    Le succès de la Chine n'est pas du tout un show présenté aux pays étrangers, mais le résultat des efforts tangibles pour offrir à sa population de 1,3 milliards d'habitants un standard de vie amélioré.