circulation

  • Ce que les touristes chinois trouvent étrange en Occident

    Alors que fréquemment les médias présentent des émissions où l’on découvre ce que le voyageur occidental peut trouver étrange chez les Chinois, que les journaux de ces pays se répandent en énumérations de ce qui choque le voyageur peu averti en Chine, vous ne voyez jamais d’article expliquant ce qui interpelle les Chinois quand ils découvrent nos contrées.

    Je vais essayer de combler cette lacune.

    Sans conteste ce qui étonne le plus le Chinois qui débarque chez nous, c’est la rudesse de notre société , d’autant qu’il se fait une idée plutôt romantique de l’Europe occidentale en général et de la France en particulier.

    L’agressivité des conducteurs en Europe, est aussi une surprise pour eux qui pourtant conduisent moins bien et respectent moins le code de la route que nous. En Chine, je n’ai jamais vu un conducteur engueuler un autre sous prétexte qu’il n’a pas respecté la priorité. Les pires fautes sont admises sans que l’auteur subisse les foudres de l’automobiliste lésé.

    S’ils ne trouvent rien à dire sur les prix de vente des marchandises qu’ils achètent volontiers à l’étranger, ils trouvent les prix affichés par les restaurants prohibitifs. Il est vrai qu’à qualité égale, pour le prix d’un menu ici, vous pouvez inviter 5à7 personnes en Chine. C’est pour cela que vous ne verrez jamais chaque convive payer son addition, mais traditionnellement une personne paie la note même s’il est de bon ton de faire mine de vouloir payer. Souvent deux ou trois candidats se disputent l’honneur de payer pour la tablée.

    Qu’il faille payer pour aller aux toilettes est pour le Chinois ahurissant. En Chine, si vous ne trouvez pas de toilettes publiques, vous pouvez vous rendre dans les toilettes d’un restaurant ou d’un hôtel sans devoir consommer.

    Nos maisons de repos interpellent les Chinois, car en Chine les rares maisons de repos sont occupées par des gens qui n’ont pas de famille. Traditionnellement en Chine, les personnes du troisième âge sont prises en charge par leur famille. Un proverbe chinois énonce d'ailleurs : « Avoir un fils pour préparer sa vieillesse ». Les personnes âgées ne veulent surtout pas que leurs enfants les placent en maison de retraite ; elles considèrent même cet acte comme un abandon de leur part. Le devenir des grands-parents est aussi une préoccupation qui taraude les jeunes. Envoyer ses parents en maison de retraite sera vu comme un geste contraire à la piété filiale, pointé du doigt par les proches et les voisins. Dans la tradition chinoise, s'occuper de ses parents sénescents constitue la première obligation d'un fils digne.

    Le Chinois a le respect du bien public. Il est étonné de voir chez nous tant de biens et d’infrastructures endommagés, les dégradations et les tags sont étrangers aux Chinois.

     

     

    touristes-chinois-à-bruxelles-l-europe-30889122.jpg

     

  • A Shenzhen,sud de la Chine, les "mauvais piétons" sont condamnés à faire la circulation

    4499_1163169041693_1301865093_446705_4071089_n.jpg

    Dans la ville chinoise de Shenzhen, tous ceux qui seront vus traversant la route au feu rouge seront obligés de payer une amende ou d'aider la police à gérer le trafic en portant une casquette et un gilet verts, rapporte Rambler Novosti.

     

    Dans la culture chinoise, l'expression "porter un chapeau vert" signifie "homme cocu", et plusieurs observateurs ont jugé que ce moyen de punition était humiliant. Cependant, selon la police, les casquettes sont appelées à protéger du soleil et correspondent simplement à la couleur de l'uniforme.

     

    Malgré les "chapeaux de la honte", plus de la moitié des piétons contrevenants ont choisi de rester et d'aider la police à maintenir l'ordre sur les routes, plutôt que de payer une amende de 20 yuans (3 €).

    L'expérience sera menée 2 à 3 fois par semaine durant tout le mois d'août. Seulement lundi dernier, la police locale a enregistré 286 cas de violation des règles concernant la traversée de passages piétons. Pour une grande partie, ce sont des jeunes gens de 18 à 30 ans qui traversent la route en courant pendant les heures de pointe. Seules 92 personnes ont choisi de payer l'amende.

    shenzhen-600x337.jpg





     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Les principales sources de polluants des villes chinoises identifiées

     

    FOREIGN201504021616000422928413891.jpg

     

    D'après de nouvelles recherches, véhicules, charbon, poussière en suspension et la production industrielle sont de 85 à 90% les principales sources de pollution atmosphérique dans la plupart des villes chinoises.

     

    Wu Xiaoqing, vice-ministre de la protection de l'environnement, a déclaré mercredi lors d'une conférence à Wuxi, dans la province du Jiangsu, que plusieurs scientifiques venaient d'analyser les sources de particules atmosphériques dans neuf métropoles, dont Beijing, Tianjin et Shanghai.

     

    Verdict : les véhicules sont les plus grands pollueurs à Beijing, à Hangzhou, la province du Zhejiang et Guangzhou et Shenzhen dans le Guangdong. Alors que la combustion du charbon émet encore la plupart des particules à Shijiazhuang (la province du Hebei), et à Nanjing dans le Jiangsu.

     

    La source de pollution majeure à Tianjin est la poussière en suspension, et la production industrielle pour Ningbo, dans la province du Zhejiang. A Shanghai "les sources mobiles" sont responsables de la plupart de la pollution.

     

    La recherche des polluants nécessite l'analyse des particules recueillies pour tracer les émissions.

     

    Chai Fahe, vice-président de l'Académie chinoise des sciences environnementales, a indiqué que l'étude menée par le ministère de la protection de l'environnement, a débuté en 2013 et impliquait également l'Académie chinoise des sciences et l'Académie d'ingénierie.

     

    Un projet visant à encourager les efforts locaux pour gérer plus efficacement la pollution de l'air.

     

    «Les résultats pour Beijing, Tianjin et Shijiazhuang, montrent que ces trois municipalités, bien que géographiquement très proches, connaissent différents types de pollution», a expliqué Chai Fahe.

     

    Shanghai par contre connaît une situation unique. En raison de son industrie maritime florissante, à la fois sur le plan national et international. Les «sources mobiles» sont devenues les principales causes de dégradation de l'environnement, devant les émissions des véhicules, comme à Beijing et Guangzhou.

     

    L'enquête a guidé l'élaboration de nouvelles politiques dans certaines villes. Par exemple, la publication des principaux polluants atmosphériques dans la capitale, publiée en avril 2014 a montré que plus de 30% de la pollution locale provenait des véhicules. C'est pourquoi, un plan d'urgence a été mis à jour cette semaine.

     

    Dorénavant, si un smog lourde persiste pendant plus de trois jours à Beijing, les autorités lanceront un plan d'urgence de niveau supérieur, notamment en limitant l'utilisation des véhicules privés sur la base d'une alternance sur les routes, en fonction du numéro des plaques d'immatriculation se terminant par un chiffre pair ou impair.

     

    Pour Chai Fahe, la prochaine étape consistera à travailler sur la répartition des sources de particules atmosphériques dans les régions plus grandes. Cela pourrait répondre à des questions telles que comment les polluants s'écoulent et l'influence mutuelle des régions, comme le pôle Beijing-Tianjin-Hebei.

     

    Vingt-six autres villes divulgueront leurs sources de polluants plus tard cette année. Wu Xiaoqing a fait savoir qu'un inventaire des émissions détaillées pour les neuf villes où les sources de pollution ont déjà été réparties sera rendu public prochainement.

     

  • Chine : Shenzhen envisage de lancer une taxe d'embouteillage

    blog_shenzhen-copie-1.png

    Shenzhen, 13 Millions d'habitants

    La ville méridionale de Shenzhen, l'un des centres économiques de la Chine, est en train d'étudier la possibilité de percevoir une taxe d'embouteillage et d'augmenter davantage les frais de stationnement afin de s'attaquer au problème de l'encombrement routier.

    Huang Min, directeur de la Commission de la circulation et des transports de Shenzhen, a révélé que la ville travaillait actuellement sur une série de mesures destinées à mettre un frein aux embouteillages, dont l'amélioration de la gestion des véhicules et des routes.

    Shenzhen accélérera la construction du métro et du train et ouvrira davantage de lignes de bus, afin d'encourager les résidents et les touristes à utiliser les transports en commun, a rapporté le China Daily, dans son édition de mardi, citant M. Huang.Il y a actuelement un peu plus de 10000 bus pour un peu plus de 500 lignes.

     



    Lu Huapu, professeur de l'Université Tshinghua, a estimé que le lancement d'une taxe d'embouteillage aiderait sûrement à fluidifier le trafic dans la ville, mais ne pourrait pas résoudre le problème de manière fondamentale.

    Les départements concernés doivent améliorer les transports publics de la ville et baisser leurs coûts, et cela avant la mise en place d'une taxe d'embouteillage, a-t-il déclaré.

    Selon un plan quinquennal d'amélioration de la capacité des transports de la ville, Shenzhen devrait devenir la première ville chinoise à construire des voies réservées aux véhicules à occupation multiple (VOM) dans la partie continentale de la Chine, a fait savoir Huang Min.
    Shenzhen Chinas economic test city
    Selon lui, la ville construira 150 kilomètres supplémentaires de voies réservées aux bus cette année et 100 km en 2012.

    Shenzhen enregistre la plus importante densité de véhicules de la partie continentale. Plus de 1,7 million de véhicules ont été enregistrés dans cette ville fin 2010, un chiffre proche de la limite officielle. En fait, il existe plus de 1,9 million de véhicules, sans compter les véhicules qui arrivent de l'extérieur de la ville, selon les chiffres du département de la circulation de Shenzhen.





     

     

     


     

  • Chine : neuf mots clés mettant l'accent sur la vie de la population en 2010(3)

    (suite et fin)

     

    encombrement de la circulation 
    8e mot clé : encombrement de la circulation
    L'encombrement de la circulation devient un casse-tête pour de plus en plus de citadins. Le problème est grave, notamment dans les grandes villes comme Beijing, Shanghai et Guangzhou. Pour décongestionner la circulation, les différentes régions sont en train d'étudier des mesures. Le 23 décembre, Beijing a publié de nouvelles mesures de lutte contre la congestion du trafic.
     



    l'accroissement de la production céréalière pendant sept ans d'affilée 
    9e mot clé : l'accroissement de la production céréalière pendant sept ans d'affilée
    En 2010, la production céréalière a réalisé une septième augmentation consécutive, pour atteindre 5 464 kg, un nouveau record. Les bonnes récoltes de céréales contribuent non seulement à l'augmentation des revenus des agriculteurs, mais aussi à la stabilisation du niveau général des prix.



  • SHANGHAI:PROTECTION ENVIRONNEMENT

    Shanghai dévoile ses projets de protection environnementale

    Dans l'effort de devenir une ville respectueuse de l'environnement pour 2010, lorsque se déroulera l'Exposition Universelle, Shanghai a annoncé des projets d'investissement de 80 milliards de yuans ($ 11,6 milliards) dans le domaine de la protection de l'environnement au cours des trois prochaines années.

    Dans le cadre du nouveau plan, qui est le quatrième de la série de plans d'action environnementale de 3 ans depuis l'an 2000, plus de 200 projets de ce type seront menés à bien, a annoncé le 5 décembre le Comité de protection de l'environnement.

    "Tout en maintenant la croissance économique, il est aussi très important de protéger l'environnement, en particulier dans une ville aussi peuplée que la nôtre", a déclaré Zhang Quan, directeur du Bureau de protection de l'environnement de Shanghai.

    "La nouvelle série de projets de protection de l'environnement met surtout l'accent sur la promotion de l'économie circulaire et l'économie à faible émission de carbone, avec le contrôle de la pollution sonore en première priorité", a-t-il dit.

    La ville va éliminer 900 sites sensibles au bruit le long des voies rapides, artères urbaines et lignes de chemin de fer, tout en augmentant la surface des espaces verts de 1 500 hectares pour que les espaces verts représentent 38,2% de la surface urbaine.

    Le nouveau plan permettra de promouvoir la mise en place des parcs éco-industriels, des éco-industries de l'agriculture, et de former un réseau complet de la réutilisation des déchets.

    En attendant, les autorités locales continueront à améliorer l'infrastructure environnementale, établir un réseau d'approvisionnement en eau intensif dans toute la ville, et achever les travaux de construction du réseau de collecte des eaux usées.

    En 2010, le volume de la circulation des véhicules publics sera réduit à 65%, en réduisant encore plus les émissions de carbone, a dit M.Zhang.

    "Le volume total des émissions du dioxyde de souffre(SO2) et du dioxyde de carbone(CO2) sera contrôlé à des niveaux de 380 000 tonnes et 259 000 tonnes respectivement, et le taux du traitement vert des ordures ménagères passera à 85% au cours des deux prochaines années", a-t-il déclaré.

    Shanghai a investi 220 milliards de yuans dans la protection de l'environnement depuis 2000, ce qui représente plus de 3% du PIB annuel de la ville, a dit Wang Yuqing, vice-président du Comité de la population, des ressources et de l'environnement à la Conférence consultative politique du peuple chinois.

    L'année dernière, l'émission du SO2 et du CO2 ont diminué de 3,16% et de 2,96% respectivement, comparé à 2005.

    Selon un sondage public de Gallup sur l'amélioration locale de l'environnement, 85% de résidents de la ville ont affirmé que la situation s'est améliorée depuis 5 ans, et 68% sont satisfaits de l'environnement en général.

  • RESTRICTION DU TRAFIC A BEIJING

    Chine: entrée en vigueur d'une nouvelle restriction du trafic à  Beijing

      

     

          BEIJING, 11 octobre F200611081351482061117531[1]
    -- Une nouvelle restriction du  trafic est entrée en vigueur samedi dans la capitale chinoise, ce  qui pourrait aider à maintenir la bonne circulation et la bonne  qualité de l'air qui avaient coûté de grands efforts pendant les  Jeux olympiques de Beijing. 

         Selon la nouvelle restriction du trafic, 70% des véhicules du  gouvernement, ainsi que tous les véhicules d'entreprises et toutes les voitures privées, vont circuler alternativement sur la route  pendant les cinq jours de la semaine à partir du 11 octobre, a  indiqué le Comité municipal des communications de Beijing. 

         Les voitures dont la plaque d'immatriculation porte un numéro  se terminant par 1 ou 6 n'ont pas droit de circuler sur la route  les lundi, alors que celles portant un numéro se terminant par 2  ou 7 sont interdites de criculation les mardi, 3 ou 8 les  mercredi, 4 ou 9 les jeudi et 5 ou 0 les vendredi. La  restriction ne s'applique pas pendant les week-ends. 

         Elle ne concerne que les zones à l'intérieur du 5ème  périphérique, entre 6H00 du matin et 21H00 le soir pour les  voitures privées et 24 heures sur 24 pour les véhicules du  gouvernement et d'entreprises. 

         Les contrevenants devront payer une amende de 100 yuans (14,7  dollars). 

         La nouvelle restriction doit d'abord passer par une période  d'essai de six mois jusqu'au 10 avril. Elle ne s'applique pas aux  voitures de police, ambulances, voitures de pompiers, autobus,  taxis et autres véhicules de service public. 

         Grâce à cette nouvelle restriction du trafic, 800 000 voitures  de moins circuleront chaque jour sur la route, toujours selon le  Comité municipal des Communications de Beijing. 

         Les récentes statistiques officielles montrent que Beijing  compte environ 3,5 millions de véhicules, dont le nombre augmente  de 1 200 par jour.

  • RESTRICTION DE CIRCULATION EN CHINE

    Shanghai8[1]
    DSCN7425[1]

    Chine: restriction des véhicules circulant sur les routes imposée dans l'est

    La province du Jiangsu (est) en plein essor économique va imposer une restriction du trafic aux véhicules appartenant à l'Etat à partir de mercredi, a annoncé le porte-parole du gouvernement provincial Xiao Quan.

    Les véhicules possédés par les institutions gouvernementales, les organisations sociales dépendant du budget gouvernemental et les entreprises d'Etat seront retirés de la circulation, a déclaré Xiao Quan.

    Les voitures dont le chiffre final du numéro de la plaque d'immatriculation est 1 ou 6 n'auront pas le droit de circuler le lundi, tandis que celles dont la plaque se termine par 2 ou 7 seront interdites le mardi, 3 ou 8 le mercredi, 4 ou 9 le jeudi, et 5 ou 0 le vendredi. La restriction ne s'applique pas pendant les weed-ends.

    Le gouvernement encourage également les habitants à acheter des lampes et véhicules permettant d'économiser l'énergie, et à ne pas utiliser de baguettes jetables et de verres en papier.

    Des restrictions similaires sur les véhicules à Beijing prendront effet le 11 octobre pour une période d'essai de six mois jusqu'au 10 avril. Shanghai et la province du Shandong (est) ont déjà mis en place des restrictions sur les véhicules appartenant à l'Etat en août.