chine

  • Le gouvernement chinois reçoit le prix international de la sécurité sociale

    yin-weimin_gov_cn_compressed.jpg

    Le gouvernement chinois a reçu le Prix pour une contribution exceptionnelle à la sécurité sociale au titre de l’extension sans précédent de ses régimes de retraite, d’assurance maladie et d’autres formes de sécurité sociale.

     

    Le Prix international a été présenté par le président de l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS), M. Errol Frank Stoové, au ministre chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, M. Yin Weimin, lors d’une séance du Forum mondial de la sécurité sociale qui s’est tenue dans la ville de Panama le 17 novembre.


    Ce Prix, attribué par l’AISS tous les trois ans, constitue une reconnaissance mondiale de l’engagement politique et des résultats sur le long terme d’un pays en matière de sécurité sociale, selon un communiqué.

     


    «La Chine a effectué des progrès sans précédent dans le développement de son système de sécurité sociale durant la décennie passée et a étendu avec succès les systèmes de pension, d’assurance maladie et d’autres formes de couverture au bénéfice de sa population grâce à l’engagement soutenu de son gouvernement et à des innovations administratives significatives» a déclaré le président de l’AISS, M. Errol Frank Stoové.

    Recevant le prix au nom du gouvernement chinois, M. Yin Weimin a déclaré : «Le gouvernement chinois a produit d’intenses efforts en vue d’améliorer son système de protection sociale et d’étendre la couverture sociale à l’ensemble de sa population.»

    «C’est un honneur et un privilège d’accepter ce Prix, qui constitue une reconnaissance de nos résultats historiques en matière de sécurité sociale et représente un nouveau symbole de la grande coopération qui lie la Chine et l’AISS, ainsi que de nos efforts conjoints pour parvenir à la protection sociale pour tous» a déclaré le ministre.


    Les avancées notables en matière de sécurité sociale en Chine comprennent les éléments suivants:

    • Entre 2008 et 2015, les dépenses publiques de la Chine en matière de sécurité sociale ont enregistré une augmentation de plus de 20 pour cent et les dépenses publiques ont augmenté pour passer de 6,57 pour cent du PIB en 2008 à un peu plus de 10,04 pour cent en 2013.
    • Le nombre d’habitants couverts par le régime de retraite a progressé pour passer de 360 millions de personnes en 2010 à 858 millions en 2015, ce qui représente une augmentation annuelle moyenne de 19 pour cent.
    • Le nombre d’habitants couverts par l’assurance maladie a également progressé pour passer de 317 millions de personnes en 2005 à plus de 1,3 milliard en 2015, ce qui correspond à 95 pour cent de la population.

    Le prix AISS pour une contribution exceptionnelle à la sécurité sociale est décerné tous les trois ans par les dirigeants de l’AISS sur la base des études menées par le Secrétariat général de l’AISS. Le gouvernement chinois est le second à recevoir ce prix, qui a été attribué lors de sa première édition en 2013 au gouvernement brésilien pour le programme Bolsa Família.

     

    257589626-jpg.jpg

  • Progrès de la Chine dans la réduction de la pauvreté et les droits de l'homme

    La réduction de la pauvreté constitue la preuve la plus évidente du progrès de la Chine dans les droits de l'homme, quand le nombre des habitants urbains de la Chine quittant la pauvreté représente 70% du total du monde, indique un livre blanc publié lundi.

    Depuis la mise en œuvre de la réforme et de l'ouverture il y a plus de trente ans, plus de 700 millions de Chinois ont dépassé le seuil de la pauvreté. Le nombre des habitants ruraux pauvres est tombé à 55,75 millions en 2015, alors que le taux de la pauvreté a chuté à 5,7%, indique le livre blanc intitulé "Progrès de la Chine dans la réduction de la pauvreté et les droits de l'homme", publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

    Le Rapport 2015 sur les objectifs du Millénaire pour le développement de l'ONU a révélé que le taux d'habitants vivant dans la pauvreté extrême en Chine avait diminué de moitié, passant de 61% en 1990, à moins de 30% en 2002, jusqu'à 4,2% en 2014, note le livre blanc.

    L'amélioration notable a été constatée dans les infrastructures et les services publics de base, et les mécanismes de lutte contre la pauvreté ont été innovés. Ce progrès contribue à garantir les droits fondamentaux de la population pauvre, et pose une base solide pour atteindre une société modérément prospère à tous les égards, selon le livre blanc.

     

     

              La Chine protège les intérêts des enfants pauvres

     

    La Chine a adopté des mesures ces dernières années pour assurer que les droits des enfants à la sécurité sociale, à l'éducation et à d'autres services publics soient efficacement protégés dans le cadre de ses efforts de réduction de la pauvreté, selon un livre blanc publié lundi.

    La Chine a lancé un système approprié et global de bien-être et de services pour les enfants et mené du travail expérimental pour encourager la protection sociale des mineurs, indique le document sur les progrès chinois dans la réduction de la pauvreté, publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

    Depuis 2011, plus de la moitié des districts chinois ont mis en œuvre un programme d'amélioration de la nutrition des élèves ruraux recevant l'enseignement obligatoire, alors que le gouvernement central a alloué 67 milliards de yuans (10 milliards de dollars), bénéficiant à 33,6 millions d'élèves ruraux.

    Le gouvernement mène depuis 2012 un programme d'amélioration de la nutrition pour les enfants dans les régions pauvres, fournissant des colis gratuits de nutrition aux enfants âgés de six à 24 mois et sensibilisant les tuteurs à l'importance d'une alimentation saine.

    En 2015, le gouvernement central a versé 500 millions de yuans de subventions dans ce programme, bénéficiant à 2,11 millions d'enfants dans 341 districts, selon le livre blanc.

     

     

    La Chine intensifie ses efforts pour réduire la pauvreté par l'éducation

     

    Pour assurer l'accès à l'éducation de la population défavorisée, le gouvernement a pris des mesures pour promouvoir l'éducation obligatoire équilibrée, réduire l'écart de l'éducation entre les régions urbaines et rurales, améliorer les infrastructures de l'éducation dans les régions pauvres et accorder aux étudiants des subventions, a indiqué le document publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement central.

    Entre 2012 et 2015, le gouvernement central a injecté 83,1 milliards de yuans (12,33 milliards de dollars) dans la rénovation des écoles pour l'éducation obligatoire et accordé 14 milliards de yuans pour construire des dortoirs pour environ 300.000 enseignants dans les régions rurales lointaines, selon le document.

    Dans le centre et l'ouest de la Chine, régions moins développées, le nombre des enfants inscrits dans les maternelles s'est élevé à 27,89 millions en 2015, contre 21,53 millions en 2011, soit une hausse de 30%.

    Entre 2013 et 2015, le taux moyen de croissance annuelle des étudiants des régions rurales pauvres admis dans des universités importantes a maintenu une croissance annuelle de plus de 10%, selon la même source.

     

     

  • Michael Brand, président du Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire du Parlement allemand, membre du Bundestag interdit de visa en Chine

    Il est loin le temps où les Chinois faisaient des courbettes au moindre sous-fifre occidental. La Chine a redressé la tête et personne ne peut offenser, ni son peuple, ni ses autorités sans s'attirer les foudres de tout un chacun.

    Michael Brand, président du Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire du Parlement allemand, membre du Bundestag depuis 2005 ( CDU) en a fait les frais.

     

    hdqf_fa030208.jpg

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré jeudi que la Chine avait refusé la visite dans le pays d'un législateur allemand à cause de sa position visant à soutenir "l'indépendance tibétaine".

    Michael Brand n'est pas le bienvenu en Chine, a indiqué M. Lu, lors d'un point presse régulier.

    Il a expliqué que la position de M. Brand de soutenir "l'indépendance tibétaine" allait à l'encontre de la politique d'une seule Chine soutenue par l'Allemagne.

    M. Brand n'a pas eu la permission de visiter la Chine juste pour sa position sur le Tibet et non pour ses commentaires sur la situation des droits de l'homme en Chine, a souligné M. Lu.

    La Chine attache de l'importance aux échanges et à la coopération avec le Parlement allemand ainsi qu'avec ses comités, y compris le Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire, a noté M. Lu.

    La partie chinoise a fait des préparations importantes pour la prochaine visite des membres du comité, a affirmé M. Lu, ajoutant que le dialogue et les échanges devaient être basés sur le respect mutuel.

    Il serait peu judicieux de la part du comité de publier un communiqué critiquant la décision de la Chine, a souligné le porte-parole chinois.

    Le dalai lama qui a eu pour précepteur des nazis notoires a toujours joué double jeu face à son ancien pays , la Chine. Aidant la CIA à provoquer un soulèvement contre les autorités chinoises , il a du fuir avec l'aide de ses amis américains après que ce coup d'Etat aie échoué. Depuis il mène des actions de séparation contre la Chine.

    Les autorités chinoises ont toujours annoncé qu'ils condamneraient sans hésitation toute personne qui auraient des contacts avec lui dans le but de comploter contre la Chine. Monsieur Brand était donc bien prévenu.

    org_fa030209.jpg

  • "La Chine aujourd'hui" devient "Demain, la Chine"

     

    0019b91ed6e017084b0706.jpg

    Après quelques semaines de silence, le blog " La Chine d'Aujourd'hui" reprend du service et change de nom pour devenir "Demain, la Chine".

    Pourquoi "Demain, la Chine"? Pour bien marquer ce que l'on subodorait depuis quelques temps et qui devient de plus en plus une évidence, demain , sera l'ère la Chine.

    Alors que la Chine en devenant la première nation économique du monde , s'affirme de plus en plus en tant que nation responsable dans la diplomatie internationale, les Etats-Unis ,aux prises à des difficultés économiques , qui a toujours voulu agir en tant que gendarme et garante de la démocratie mondiale , est en proie à des doutes concernant même la démocratie sur son propre sol. Le fait que probablement les Américains auront à choisir , lors des prochaines élections présidentielles , entre la peste et le choléra, car les deux principaux protagonistes sont à mille lieues de la démocratie telle que nous la vivons en Europe, n'est qu'un des indices du déclin américain.

    1389633405767.jpg

     

    Ce changement de leadership devrait nous amener une ère de paix car les Chinois ne sont pas belliqueux comme les Américains qui ont toujours privilégié leurs industries d'armement .

    Si les Américains veulent imposer leurs doctrines au monde, si l'URSS avait comme vocation d'internationaliser le communisme , les Chinois se refusent de vouloir dominer le monde tant du point de vue idéologique que militaire.

    Seulement le jeu des alliances devraient être modifié.

    11836637_10153290090138283_4772881386475828499_n.jpg

  • Pékin et Londres lancent un défi à l'hégémonie du dollar US

    Pendant que les canons continuent de tirer au Moyen-Orient, des coalitions tactiques et stratégiques se forment en dehors de la région.

     
    Les Etats-Unis créent leur "Partenariat transpacifique" avec le Japon pour ralentir l'influence croissante de la Chine dans la région. Cette dernière, quant à elle, s'intéresse au Royaume-Uni — en procès depuis plus de quatre ans avec les Américains à cause de l'accident qui s'est produit sur la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, dont la compagnie BP est le principal figurant. Début octobre, le géant pétrolier britannique a accepté de satisfaire la plainte des Etats-Unis à hauteur de 20 milliards de dollars. Sachant que les Britanniques paieront sur 18 ans. La Chine est prête à aider Londres. Selon la BBC, le Royaume-Uni espère signer avec Pékin des contrats commerciaux et d'investissement pour plus de 30 milliards de livres. Ce n'est donc pas par hasard que le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a déclaré que son pays entrait dans des relations plus étroites avec la Chine "les yeux ouverts". Pékin est du même avis, notamment après l'adhésion en été 2015 de la Bank of China au processus de calcul du cours de l'once à Londres, devenant la première structure asiatique à marcher sur le chemin de la nouvelle "alchimie" — le "fixing de l'or".

     

    De plus, la presse chinoise soutient le thème de l'"internationalisation du yuan et du marché de l'or", entourant d'un contexte anti-américain et anti-dollar la visite du chef de l'État chinois à Londres.

    Président chinois Xi Jinping
    Xi Jinping à Londres: "une époque dorée" dans les relations sino-britanniques?

    Le président chinois Xi Jinping et la reine Elizabeth II ont évoqué à Londres le "partenariat global" entre les deux pays, que l'histoire a séparés plus d'une fois aux XIXe et XXe siècles. Ce sont surtout les conséquences politiques de cette visite de quatre jours qui nous intéressent dans cet épisode. La principale question en suspens reste la préparation par la BP et la chinoise CNPC d'une alliance stratégique impliquant le développement de projets communs en Afrique occidentale, en Irak et dans d'autres pays du Moyen-Orient.

     

    Xi Jinping, la reine d'Angleterre et le premier ministre David Cameron ont donc des choses à se dire. Le dialogue entre Londres et Pékin se développe plus rapidement que Washington ne le voudrait, sachant qu'il y a deux ans ce dernier avait fait pression sur les autorités chinoises par le biais des protestations à Hong Kong. La Chine est en colère. En septembre, Xi Jinping s'est rendu à Washington où il a été accueilli par Barack Obama qui a tenté par tous les moyens d'établir le contact. Au final, le président chinois a simplement décliné la demande délicate du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg d'inventer un nom chinois pour sa fille qui naîtra bientôt. 

     

    1018956192.jpg

     



    source: http://fr.sputniknews.com/presse/20151022/1019008391/chine-usa-dollar-royaume-uni-japon.html#ixzz3pfMYbMlk

  • La «tirelire cochon» a été inventée il y a mille ans par des Chinois,et elle sauve encore les Chinois aujourd'hui

    XVM1bac8bee-3f51-11e5-a0ad-5d5b9174081e.jpg

    Les Chinois vénèrent le porc. Ils en ont fait un symbole de prospérité. Ce sont eux qui ont inventé il y a mille ans, sous la dynastie des Song, la «tirelire cochon», destinée d'abord aux adultes.

    De tout temps, les Chinois ont su thésauriser . Il a fallu longtemps avant qu'ils confient leur argent aux banques. La carte de crédit n'est pas encore dans leurs habitudes. Jamais vous ne verrez un Chinois acheter une machine à laver ou une TV à crédit. Même lors d'achats de voiture, le Chinois paie comptant et il n'est pas rare que l'acheteur ne règle la facture avec du numéraire.

    Tout le monde sait que la Chine est le pays au monde avec la plus grande réserve monétaire, ce que l'on sait moins, c'est que les Chinois sont les particuliers qui possèdent le plus d'économie.

    C'est pourquoi la crise monétaire et boursière chinoise de ces derniers mois ne peut être comparée à la crise des subprimes et ne pourrait causer les mêmes effets.

    Quand vous vivez à crédit, ce qui n'est pas le cas de la Chine ni des Chinois, vous êtes exposé au moindre pépin mais avec leurs réserve , les Chinois peuvent voir venir.

    Quand vous voyez des Chinois dépenser à tour de bras , ce n'est jamais pour eux que la face visible de l'iceberg , le gros de l'iceberg caché sous l'eau , ce sont ses réserves .

  • Les 5 destinations les plus prisées de Chine selon le site web américain TripAdvisor

    Pékin

    1

    Si Haussmann et l’Enfant vous épatent, que direz-vous de l’urbanisme de Pékin qui remonte à

    Kublai Khan, quelques siècles auparavant ? Les vestiges de cette ville au passé fabuleux vous

    enchanteront, des plus anciens (comme le Palais de l’Harmonie suprême, le Palais d’été et la

    Cité interdite) aux plus récents (comme le mémorial du président Mao et la place Tien anmen).

    Toute la ville regorge d’édifices témoignant du riche passé de la ville. Faites un tour au marché

    aux puces, plus intéressant et moins touristique que le marché de la soie.

    长城啊 (28853123)

    A ne pas manquer

    • Section de la Grande Muraille de Mutianyu
    • Temple du ciel
    • Musée du palais
    1721 activités

     

     
     
     
     
     
     

    Délicieux dim sum, îles flottantes et panorama exceptionnel n'est qu'un petit aperçu de ce que

    Hong Kong peut vous offrir. Au village de Ngong Ping, admirez l'architecture traditionnelle chinoise,

    puis prenez le tram direction Victoria Peak. Au sommet, vous aurez une vue imprenable sur la ville.

    Les rochers et les petites collines de Nan Lian Garden, tout comme une tasse de thé dans un café

    Stanley, vous permettront de retrouver la tranquillité. Et enfin, allez vous ressourcer au Chi Lin

    Nunnery, complexe bouddhiste où règle une sérénité absolue.

    Photo provided by ©4Corners (60501459)

    A ne pas manquer

    • Vue de la ville de Hong Kong
    • Victoria Harbour
    • Grand Bouddha
    826 activités

     

    4

     

    Les murailles des Ming et les murs du palais des Tang témoignent encore aujourd'hui des grandes

    heures de la ville de Xi. À ne pas manquer : les 7 000 guerriers de terre cuite grandeur nature du

    mausolée de l'empereur Qin Shi Huang, connus dans le monde entier. Leur origine remonte à 210

    av. J.-C., mais ils n'ont été découverts qu'en 1974 et les fouilles se poursuivent encore. Ne manquez

    surtout pas le Musée de l'histoire du Shaanxi et allez vous réchauffer aux sources Huaqing, autrefois

    fréquentées par l'empereur.

    大唐芙蓉园内一处美景 (29776951)

     

    A ne pas manquer

    • Mausolée de l’empereur Qin
    • Big Wild Goose Pagoda (Dayanta)
    • Xi'an Bell Tower
    359 activités

     

    5

     

    Shenzhen est l'un des plus grands centres de production du monde et la ville la

    plus riche de Chine. De plus, elle dispose de nombreux sites pour attirer les touristes

    internationaux. Les voyageurs découvriront une ville riche en histoire, en nourriture,

    en art et... en aventure, grâce à sa douzaine de parcs d'attractions uniques.

    Située dans le sud de la Chine, la ville de Shenzhen abrite certains des bâtiments les

    plus modernes au monde. Bien que cette région soit largement industrialisée, elle offre

    beaucoup d'attractions touristiques, comme le China Folk Culture Village, le Safari Park

    et des complexes en bord de mer. L'une des attractions touristiques les plus fréquentées

    est certainement le Window of the World, qui propose des répliques de la Tour Eiffel, des

    pyramides ou encore du Taj Mahal. Attention, la réplique de la Tour Eiffel par exemple, est

    à l'échelle 1/3 donc quand même faisant plus de 100mètres et comme la vraie on y monte

    à l'aide d'un ascenseur.

      Vue depuis le 100eme étage du plus grand building de Shenzhen et ce bâtiment à l'avant-plan fut un temps le plus grand de Chine et même s'il parait petit vu du haut du Kingkey 100, il comptait encore parmi les 10 plus grands buildings du monde il y a 5 ans. L'assenseur ultra rapide nous mène directement jusqu'au 96 eme étage en 42 secondes.

     

     
    A ne pas manquer
    • Xianhu Botanical Garden
    • Shenzhen Window of the World
    • China Folk Culture Village
    498 activités
     
     
     
     
     
  • Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale,souhaite la bienvenue à tous les chinois qui décident de venir en France

    bar.jpg

    Le 27 janvier, à l'occasion du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises, M. Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a donné le coup d'envoi des célébrations par une conférence de presse à l'ambassade de France à Beijing.

    « C'est un moment important au niveau historique. Quel que soit l'air du temps qui régnait à l'époque, le général de Gaulle et ses homologues chinois ont su façonner l'histoire. C'était un coup de tonnerre dans l'ensemble des Nations en pleine guerre froide », a-t-il déclaré.

    Arrivée en Chine le 23 janvier, la délégation dirigée par M. Bartolone a été reçue par le président chinois Xi Jinping et le plus haut législateur chinois, Zhang Dejiang. La délégation s'est également déplacée à Shenyang où elle a, selon M. Bartolone, constaté « à la fois ce que nous avons fait jusqu'à présent ensemble, dans la coopération entre la Chine et la France, mais aussi ce que nous pouvons faire dans le futur ».

    « Nous avons réussi à établir des coopérations qui permettent à nos deux pays d'être gagnant-gagnant. J'espère bien que sur ces politiques de coopération industrielle et économique, nous continuerons à travailler ensemble », a souligné M. Bartolone.

    Comme il l'a ensuite rappelé, pendant ces 50 années, les relations franco-chinoises ont également rencontré plusieurs obstacles, mais elles n'ont jamais cessé d'aller de l'avant. Interrogé sur le secret de la résistance du « couple » à ces épreuves, le président a reconnu que « comme dans toutes les histoires d'amour, tout n'a pas été pour le mieux tout le temps, mais nous avons été souvent ensemble pour partager les mêmes orientations ».

    « Aujourd'hui, ce qui donne sa densité à la relation franco-chinoise, c'est à la fois l'histoire, et il y a cette volonté partagée de célébrer ce 50e anniversaire avec le faste qu'il mérite ; mais ce sont aussi les échanges au plus haut niveau ».

    Pour célébrer le cinquantenaire des relations sino-françaises, la France a commencé à délivrer des visas en 48h pour les Chinois. « Il s'agit de travailler d'une manière plus forte sur la mobilité. Nous avons gagné la bataille de la mobilité », a-t-il indiqué à ce sujet.

    Montrant la une du Monde sur laquelle une publicité d'Air France souhaite欢迎, (bienvenue) en chinois, M. Bartolone a ajouté : « bienvenue à tous nos amis chinois qui décident de venir en France, à la fois à tous les étudiants, aux touristes, mais aussi à l'ensemble des chefs d'entreprises, des décideurs, des entrepreneurs ».

    M. Bartolone a par la suite confirmé les politiques françaises à venir concernant les investissements étrangers. « Le président de la République a annoncé une grande politique de simplification administrative, pour que les investisseurs éventuels ne soient pas effrayés par les papiers à remplir ou les dossiers à fournir avant de se lancer dans un investissement. C'est une grande politique qui se dessine pour faciliter la vie de nos entrepreneurs ».

    Quant à l'avenir des relations franco-chinoises, M. Bartolone a déclaré que la délégation s'était projetée sur des sujets très différents, tant économiques que sociaux. Elle a notamment abordé, avec ses partenaires chinois, ce que représente pour la Chine, dont la population vivra à 70 % dans les villes dans les années qui viennent, la nécessité de construire des villes durables. Et justement, les systèmes et les technologies français sont avancés dans ce domaine, a fait remarquer le président de l'Assemblée nationale.

    « Nous voulons que les entreprises françaises qui pourraient être utiles au développement de la Chine soient plus présentes sur le continent chinois », a-t-il conclu.

    A l'approche de la fête du Printemps, M. Bartolone a tenu à préciser que l'Assemblée nationale aussi célébrera l'année du cheval : « le 14 février, nous célébrerons le Nouvel An chinois à l'hôtel de Lassay. Après avoir célébré l'année du serpent l'année dernière, nous célébrerons cette année l'année du cheval, parce que je pense que c'est aussi ce genre de symboles qui permettent de renforcer les amitiés ».

  • La France fut le premier grand pays occidental à reconnaître la Chine, survolons 50 ans de relations sino-françaises

    fr.jpg

    Le 6 juin 1964, Huang Zhen, premier ambassadeur de Chine en France , adresse ses lettres de créance au président Charles de Gaulle à l'Elysée.

    La France et la Chine célèbrent  le 50e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. La France est le premier grand pays occidental à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine. Le président George Pompidou fut ensuite le premier chef d'Etat occidental à se rendre en visite officielle en Chine. Mais ce ne sont pas les seules « premières » réalisées par les deux pays : la France est le premier pays occidental à avoir collaboré avec la Chine dans le domaine de l'utilisation pacifique du nucléaire ; Paris a accueilli le premier Centre culturel de Chine dans un pays occidental ; la Chine et la France ont créé les années croisées pour favoriser les échanges culturels… Au cours du demi siècle écoulé, malgré les hauts et les bas qu'ont rencontré les relations entre les deux pays, ils ont su maintenir leurs échanges dans les domaines politique, économique, culturel et sportif, et ce dans un esprit de compréhension et de respect mutuel des peuples français et chinois , malgré la grande erreur de 2008 où certains Français eurent un comportement scandaleux , influencés par les mensonges de l'homme de la CIA, dalai lama , et par la propagande des nostalgiques de la guerre froide.

     

     


    50 ans de relations franco-chinoises... par LCP

    fr.jpg

    En juin 1967, un groupe d'experts français et d'autres pays participe à la récolte d'été à Beijing.

    fr.jpg

    Le 25 novembre 1972, l'ouverture de l'Exposition française des sciences et technologies au Centre des expositions de Beijing.

    fr.jpg

    Le 11 septembre 1973, le Premier ministre chinois Zhou Enlai accueille le président français George Pompidou à l'aéroport.

    fr.jpg

    Le 12 mai 1975, le Premier ministre français Jaques Chirac accueille Deng Xiaoping, vice-Premier ministre chinois, à son arrivée à Paris.

    Deng Xiaoping comme Zhou Enlai qui accueillait Jacques Chirac ont travaillés comme ouvrier en usine, en France.

    fr.jpg

    Le 20 octobre 1978, à Paris, l'Académie des sciences de Chine et le CNRS (Centre national de recherche scientifique) signent un accord de coopération scientifique.

    fr.jpg

    Le 19 septembre 1987, des mannequins chinois en voyage à Paris dans le cadre de la 2e édition du Festival international de la mode de Paris.

    fr.jpg

    Le 14 février 1990, un défilé de la collection printemps 1990 de Pierre Cardin au restaurant Maxim de Beijing.

    fr3.jpg

    Le 24 janvier 2004, la Tour Eiffel est illuminée en rouge pour fêter le 40e anniversaire de l'amitié franco-chinoise et le Nouvel An chinois.

    fr.jpg

    Le 11 octobre 2004, des escadrons de l'armée de l'air française survolent le tronçon Jinshanling de la Grande Muraille.

     

    Pekin-_Grand_Theatre.jpg

    2008, ouverture de l'opéra de Pékin, conçu par l'architecture français Paul Andreu , la plus belle des constructions modernes de Beijing.

    fr.jpg

    Le 24 août 2010, des chefs cuisiniers du monde entier se sont rassemblés à Tianjin pour déguster les vins de la marque Dynastie. L'année 2010 marquait le 30e anniversaire de la fondation de la société sino-française Dynastie.

    fr.jpg

    Le 4 juin 2011, la joueuse de tennis Li Na pose devant la Tour Eiffel après sa victoire à Roland-Garros en 2011.

    fr3.jpg

    Le 13 février 2011, un spectacle de danse chinois a eu lieu devant l'hôtel de ville de Paris pour célébrer l'entrée dans l'année du lapin.

     

  • Le président israélien apprécie le rôle de la Chine dans le processus de paix au Moyen-Orient

     

    F201312210935441278911746.jpg

    Le président israélien Shimon Peres a apprécié jeudi "le soutien constructif de la Chine" dans les efforts pour rétablir la paix entre Israéliens et Palestiniens.

    Lors d'une entrevue avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, M. Peres a indiqué que la paix devait être atteinte en prenant des initiatives, et qu'elle ne pouvait survenir toute seule ou en attendant.

    M. Wang a exprimé l'espoir qu'au moment crucial des négociations de paix israélo-palestiennes, Israël prendra une bonne décision, en faisant progresser les pourparlers et en établissant une base solide pour la paix au Moyen-Orient.

    Saluant le développement économique et social de la Chine, le président israélien a noté que les deux pays sont en train de développer et renforcer leurs relations dans divers domaines.

    "La Chine est le plus grand modèle dans l'histoire récente, qui prouve que des millions de personnes peuvent échapper à la pauvreté grâce à leurs propres mains et à leur esprit", a-t-il fait remarquer, avant d'ajouter que "le Moyen-Orient pourrait et devrait tirer des leçons de cette expérience".

    M. Wang, le premier chef de la diplomatie chinoise en visite en Israël depuis 2009, a visité le Yad Vashem, le musée en mémoire de l'Holocauste, et assisté à un séminaire présenté jeudi par des universitaires israéliens et palestiniens.
    F201312210934142390329560.jpg