chinafrica

  • CHINAFRICA C'EST GAGNANT-GAGNANT.

    L'Occident n'est pas qualifié pour demander à l'Afrique de se méfier de la Chine

    Suite à la tenue de la 4ème Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine à Charm el-Cheikh en Egypte, les médias occidentaux recommencent à tenir leurs propos pernicieux selon lesquels la Chine « pille l'Afrique » et demandent à celle-ci de se méfier de la Chine. A cet effet, la presse de certains pays africains a commencé à critiquer l'un après l'autre les pays occidentaux qui avaient agressé et colonisé l'Afrique tout en indiquant qu'ils ne sont pas qualifiés à appeler l'Afrique à se méfier de la Chine.

    Les articles publiés par la presse africaine rappellent que le mépris et le dédain affichés par certains pays occidentaux à l'égard de l'Afrique et qui ne font rien pour l'aider à se débarrasser complètement de la pauvreté et de la misère suscitent le froissement et l'indignation de celle-ci. Le quotidien kenyan « Daily Nation » a publié le 5 novembre un article qui dit : lorsqu'on survole le continent africain le soir à bord d'un avion, on ne voit rien par la fenêtre sinon que la terre est dans le noir le plus complet, tandis qu'en passant au-dessus de l'Asie, on remarque que l'obscurité complète est parsemée de lueurs faibles et vacillantes, mais visibles et intéressantes et si l'avion arrive au-dessus de l'Europe ou de l'Amérique du nord, les clartés deviennent plus nettes et plus distinctes encore.

    Un correspondant du journal britannique « The Financial Times » a interviewé en 2006 le Ministre kenyan des Affaires étrangères Raphaël Tuju. En répondant à une de ses questions, ce dernier s'est emporté et n'a pas quitté son siège, mais s'est penché en avant tout en secouant son doigt furieusement. Le journal a précisé que la question qui l'a irrité à ce point-là se rapporte aux relations en plein développement entre la Chine et l'Afrique qui possède de riches ressources naturelles. Lorsque le journaliste a fait remarquer que ces relations sont de plus en plus contestées et suscitent inquiétudes et préoccupations, Raphaël Tuju a répliqué : « Je ne crois pas qu'il y aurait dans notre monde des repas gratis », « Si vous voulez, vous pouvez dire que c'est une ‘grande marche' vers l'Afrique, mais nous sommes les négociateurs qui acceptent de plein gré et de bon cœur cette 'grande marche' en avant. ».

    Quant à « Nigeria's Daily Trust », il a publié le 8 courant un article qui indique que les journalistes, les spécialistes et les politiciens occidentaux, qui envient et jalousent profondément la coopération sino-africaine, sont en train de verser le sable dans le 'garri' (nourriture des Nigérians confectionnée avec la farine de manioc) préparé par les Chinois et les Africains. Ils adressent des reproches à la Chine en l'accusant de soutenir de mauvais systèmes politiques africains et de ne pas exiger qu'ils respectent les droits de l'homme dans le but d'acquérir des profits.

    L'article déclare que personne au monde n'a le droit de demander à l'Afrique de se méfier de la Chine : 600 ans auparavant, les Portugais étaient venus sur les côtes africaines pour ramener chez eux l'huile du palmier et ils ont emmené avec eux 10 millions d'Africains pour les vendre comme des esclaves aux Américains ; Les Français doivent se rappeler que leur parent le Roi de  Belgique s'était rendu en 1884 à Berlin où, avec un crayon, il a divisé l'Afrique en plusieurs parties pour la partager avec les autres colonialistes européens et les Français ont l'obligation d'indemniser les Africains pour la politique d'assimilation qu'ils ont appliqué en tant que colonialistes ; les Anglais aussi ne doivent pas oublier les méfaits qu'ils ont commis un siècle auparavant en apprenant aux écoliers africains à chanter 'le soleil du Royaume-Uni ne se couche jamais' tout en s'appropriant du cacao, du coton et de la fourrure d'animaux qu'ils arrachaient des mains des Africains pour les transporter en Angleterre ; Les Allemands n'en sont pas quitte, posez leur la question de savoir ce que leurs aïeuls colonialistes ont fait en Afrique au 19ème siècle, et surtout les pires méfaits qu'il ont commis en Namibie, au Togo et au Cameroun ? Et maintenant les descendants de tous ces gens-là nous demandent de se méfier de la Chine, n'est-ce pas que cela tourne quelque peu à la dérision et à l'ironie !

    Quant à l'Union soviétique, elle a apporté sa contribution à la libération du continent africain, mais lors de la Guerre froide, pour s'opposer à l'Occident, elle nous a donné des armes, dont mitraillettes Kalashnikov, tanks T-54, missiles terre-air et chasseurs Mig. En dehors du barrage Aswan, construit en Egypte, y a-t-il d'autres projets sociaux et économiques d'importance qu'elle a réalisés en Afrique ?

    Même si ce sont les Japonais qui viennent chez nous pour nous dire de se méfier et de se garder de la Chine, nous les chasserons également, car ils n'ont toujours pas présenté leurs excuses et leurs regrets pour l'abominable massacre que leurs prédécesseurs ont perpétré en 1937 à Nanjing (Nankin) qui était alors la capitale chinoise. Au contraire, leurs manuels d'histoire contiennent beaucoup d'erreurs sur cette époque-là et ils ne veulent pas les corriger. En dehors de la voiture Honda, de la télé Sony et de la moto Suzuki qui inondent les marchés africains, y a-t-il autres choses ? La réponse à ces deux dernières questions, c'est non.