chang'e 2

  • La mission d'alunissage chinoise , à la fin de cette année,va utiliser des « armes secrètes »

    001ec92b90291392899405.jpg

    Des « armes secrètes » multiples seront utilisées sur la sonde lunaire chinoise Chang' e-3 dont le lancement est prévu à la fin de cette année pour une mission d'alunissage, a déclaré un scientifique participant au projet , mercredi.

    Durant cette mission, un orbiteur chinois se posera en douceur sur un corps céleste pour la première fois.

    En plus de plusieurs caméras, Chang' e-3 transportera un télescope astronomique à ultra-violet proche pour observer les étoiles, la galaxie et l'univers à partir de la Lune, a indiqué Ouyang Ziyuan, conseiller chevronné pour le programme lunaire chinois.

    Le télescope observera l'univers « plus loin et de façon plus claire », et il suscitera probablement de nouvelles découvertes, puisqu'il n'y aura aucune perturbation de l'aérosphère, de l'ionosphère et de la magnétosphère sur la Lune, offrant ainsi des vues libres des interférences de l'activité humaine, de la pollution et du champ magnétique, a dit M. Ouyang.

     

    PB190366.JPG

    PB190367.JPG

    Photos prises lors de la présentation à la presse des avancées technologiques chinoises

    dans l'exploration spatiale. J'ai aussi photographié les panneaux explicatifs pour ceux qui peuvent lire le chinois ou l'anglais.

    Au premier forum international de Beijing sur l'exploration lunaire et l'exploration de l'espace lointain qui se tient du 3 au 6 septembre, ce dernier a déclaré que l'atterrisseur transporte également une caméra à ultra-violet extrême qui sera utilisée pour la première fois sur la Lune pour surveiller la transformation de la plasmasphère de la Terre et le changement de l'environnement de la planète.

    Le rover lunaire Chang' e-3 déambulera sur la surface de la Lune pour patrouiller et explorer le satellite.

    Un radar sera fixé au fond du rover pour explorer de 100 à 200 m sous la surface de la Lune, ce qui est sans précédent, selon M. Ouyang.

    Chang' e-3 est officiellement entré dans l'étape de son lancement, à la suite des périodes de recherche et de fabrication. Il sera lancé du Centre de lancement de satellites de Xichang, en Chine du Sud-Ouest.

    PB190360.JPG

    PB190361.JPG

     

    « La mission Chang' e-3 utilise une foule de technologies innovatrices. C'est une mission extrêmement difficile présentant un grand risque », a déclaré le mois dernier Ma Xingrui, directeur de l'organisme d'exploration spatiale de la Chine et commandant en chef du programme lunaire.

    La mission Chang' e-3 est la deuxième phase du programme lunaire chinois, lequel inclut la mise sur orbite, l'alunissage et le retour sur Terre. Elle fait suite aux succès des missions Chang' e-2 qui incluent tracer une carte lunaire de haute résolution couvrant toute la surface.

    La fusée porteuse Chang' e-3 a subi avec succès son premier essai, alors que la plateforme de lancement, ainsi que les systèmes de contrôle et d'application au sol sont prêts pour la mission.

     

    PB190364.JPG

    PB190365.JPG

    L'exploration de l'espace lointain par la Chine devrait se rendre au-delà de la Lune, et les scientifiques du pays se préparent activement à appliquer des plans pour explorer Mars, Vénus et les astéroïdes, a indiqué Ye Peijian, scientifique en chef du programme Chang' e-3.

    « Les scientifiques sont toujours disposés à effectuer l'exploration de l'espace lointain, et ils le feront lorsque les conditions le permettront », a déclaré M. Ye.

    Selon M. Ouyang, les objectifs scientifiques de l'exploration du système solaire incluent rechercher la vie extraterrestre; approfondir la compréhension de la Terre en explorant Mars, Vénus et Jupiter; étudier l'impact sur la Terre de l'activité solaire et des attaques d'astéroïdes; chercher de nouvelles énergies et de nouvelles ressources; et préparer le développement futur de l'humanité.

    PB190362.JPG

    PB190363.JPG

     

     

  • La deuxième sonde lunaire chinoise Chang'e 2 réalise un vol spatial à 1,5 million de kilomètres de la Terre

    La deuxième sonde lunaire chinoise, Chang'e 2, a gravité avec succès autour du point de Lagrange L2 pendant près de 5 jours.

    D'après les calculs, elle se trouvera au 1er septembre dans le même axe que le soleil, la lune et le point L2 de Lagrange. La Chine pourrait ainsi devenir le troisième pays à atteindre le point L2, après l'Agence Spatiale Européenne et les Etats-Unis.

    La sonde lunaire Chang'e 2 a achevé le 1er avril sa mission d'expérimentations. Elle était à la fin de sa durée de vie mais comme ses réservoirs contenaient encore beaucoup de combustibles, les scientifiques ont décidé de prolonger sa durée de vie de 6 mois pour d'autres expérimentations. Le 9 juin, Chang'e 2 a quitté l'orbite de la Lune.

    Après 77 jours de voyage spatiale, le 25 août à 23h27 précises, Chang'e 2 est arrivé à l'orbite du point L2 de Lagrange, qui se trouve à 1,5 millions de kilomètres de la Terre (point d'équilibre entre le soleil et la Terre).

    C'est la première fois au monde qu'un engin spatial contrôlé quitte la lune pour arriver au point L2 de Lagrange. Avec le succès de Chang'e 2, la Chine réalise un vol spatial à 1,5 million de kilomètres de la Terre et bat son record qui était précédemment de 400 000 kilomètres.