censure

  • La Chine durcit sa réglementation sur la télévision connectée dont elle limite l'usage

    L'administration chinoise de régulation des médias aurait demandé mercredi aux décodeurs TV et aux fournisseurs autorisés de télévision connectée de corriger les violations, notamment les applications des sites de vidéos pour télévision et l'installation de navigateurs internet sur les télévisions.

    L'Administration d'Etat de la presse, des publications, de la radio, du cinéma et de la télévision (SARFT) a publié un avis dans lequel elle demandait aux sept fournisseurs autorisés de télévision connectée de mettre fin à leurs ventes de décodeurs capables d'installer des applications via un port USB, selon le site techweb.com.cn.

    Ces applications permettent actuellement de regarder sur une télévision des films et des chaînes câblées comme la CNN et la BBC.

    L'organe de régulation a également enjoint les fournisseurs à stopper les applications de radio et de vidéo permettant d'utiliser un téléphone mobile comme télécommande.

    La SARFT n'avait pas pu être jointe au moment de la publication de l'article.

    « Ces nouvelles réglementations empêcheront les personnes possédant des appareils d'accès à internet par la télévision de télécharger des applications non-autorisées et de regarder des contenus censurés, ce qui pourrait se répercuter sur les ventes de décodeurs TV », a déclaré au Global Times une source issue d'un fabricant.

    Ce n'est pas la première fois que la SARFT réglemente le secteur de la télévision connectée.

    En 2011, elle avait demandé aux fournisseurs de télévision connectée et de décodeurs de ne proposer que le contenu en ligne provenant des sept fournisseurs autorisés, qui sont pour la plupart des entreprises d'Etat, comme China Network Television, BesTV News Media et Wasu Media.

    Après le lancement par la SARFT d'une campagne visant à faire respecter la réglementation sur les décodeurs et les appareils de télévision connectée en juin 2014, plusieurs des principaux sites de vidéos du pays ont supprimé leurs applications pour télévision. C'est le cas notamment de Youku Tudou, équivalent de Youtube en Chine.

    En septembre 2014, la SARFT a négocié avec les plus grands sites de vidéo en ligne, et leur a donné un délai d'un mois pour supprimer leurs applications de télévision, avertissant que ceux qui ne respecteraient pas cette échéance se verraient retirer leur licence de diffusion sur internet.

    « Ces régulations montrent la volonté de la SARFT de durcir le contrôle des sites de vidéos », a déclaré au Global Times Xiang Ligang, expert en télécoms et PDG du site d'information sur internet cctime.com.

    « Par rapport à la télévision traditionnelle, la télévision connectée et les décodeurs fournissent une source abondante de films et de séries télé, que l'on regarde quand on veut et autant qu'on veut. Mais cela a créé des problèmes », a expliqué Xiang. En installant les applications de site de vidéos, les visionneurs peuvent regarder tout ce qu'ils veulent, et donc aussi des contenus violents ou pornographiques non-censurés, selon Xiang.

    « Des conflits de droits d'auteur pourraient aussi survenir. Il serait difficile de protéger les détenteurs des droits d'auteur d'un film si l'on peut le regarder sur d'autres applications de vidéo ou le télécharger illégalement sur internet », a ajouté Xiang.

    lgsmarttv_px6001.jpg

  • Selon le New York Times, la Chine utilise une nouvelle arme puissante , le grand canon,pour censurer Internet

    Fin du mois dernier, la Chine a commencé à inonder des sites américains avec un barrage de trafic Internet dans le but apparent de maintenir à l'écart des services qui permettent aux utilisateurs d'Internet en Chine d'afficher des sites Web bloqués par ailleurs dans le pays.

     

    Les rapports de sécurité initiaux ont suggéré que la Chine avait paralysé les services en exploitant son propre filtre Internet connu comme la Grande Muraille électronique pour rediriger une quantité écrasante de trafic vers ses cibles. Maintenant, les chercheurs de l'Université de Californie à Berkeley et l'Université de Toronto disent que Chine n'a pas utilisé la grande muraille, mais plutôt une nouvelle arme puissante qu'ils appellent le grand canon.
     

    10hack-web1-master675.jpg

     

    Le grand canon, déclarent les chercheurs dans un rapport publié vendredi, permet depuis la Chine, d'intercepter le trafic de web étranger qui circule vers des sites Web chinois, d'injecter du code malveillant et réutiliser le trafic à la guise de Beijing.
     
     Avec quelques ajustements, le Grand canon pourrait être utilisé pour espionner quiconque est allé cherché du contenu hébergé sur un ordinateur chinois, même en visitant un site non-chinois contenant de la publicité chinoise. 
    Le déploiement opérationnel du grand canon représente une escalade importante dans le contrôle de l'information de niveau de l'État », déclarent les chercheurs dans leur rapport. C'est, disent-ils, « la normalisation de l'utilisation répandue et publique d'un outil d'attaque pour faire appliquer la censure. »
     
    Traduction d'un article de Nicole Pelroth paru dans le The New York Times du 10 avril, donc à prendre avec les précautions d'usage.
     
    Les démocraties occidentales, de leur côté, ne pourront pas vraiment jouer les vierges effarouchées : comme le notent les chercheurs, le « Grand canon » ressemble aux outils utilisés par les services américains et anglais, que les révélations d’Edward Snowden ont mis à jour. Ils en profitent pour insister sur l’importance du chiffrement des communications sur Internet. Un point auquel les Etats-Unis, la Grande-Bretagne souhaitent s’attaquer.
     
    The New York Times pour lire l'article en anglais.
     
                                                   Nouvelles en Bref
     
    Un nouveau vol quotidien sera assuré à partir du 1er juin entre Paris et Beijing pour satisfaire à la demande croissante de voyage entre les deux destinations touristiques célèbres. 
     
    La Chine envisage de prolonger la ligne de chemin de fer Qing-Zang afin d'atteindre le Népal en construisant un tunnel sous le mont Everest ,rapporte China Daily.
     
    D'après un rapport de la Deutsche Bank publié mercredi, les réformes majeures allant dans le sens de la convertibilité totale de la monnaie chinoise, attendues dans les cinq prochains mois, devraient encourager l'afflux de davantage de capitaux cette année en Chine.
     
    Le ministère chinois du Commerce a déclaré vendredi le lancement d'une enquête concernant des allégations selon lesquelles l'Union européenne, les Etats-Unis et le Japon vendraient du papier sur le marché chinois à des prix injustement bas.
     
     
  • Après le blocage par la Chine de plusieurs VPN, la Chine somme les entreprises du web de « respecter les règles »

    Cet article de la presse chinoise illustre les difficultés que j'ai à  communiquer hors de Chine. Plus de Google, plus de Gmail ,plus de Twitter et plus de Facebook.

    Des clients jouent à des jeux en ligne dans un cybercafé de Fuyang, dans la province de l'Anhui. Avec ses 650 millions d'internautes, la Chine possède la plus grande population d'utilisateurs du web au monde. 

    Les sites étrangers souhaitant opérer dans le pays doivent respecter sa législation et les politiques réseau en vigueur, a déclaré mardi un haut fonctionnaire chinois.

    Le gouvernement chinois est déterminé à promouvoir le développement harmonieux du secteur de l'internet, qui est le premier mondial avec environ 650 millions d'internautes, a fait savoir Wen Ku, directeur du département des télécommunications du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information. Le pays a déjà pris plusieurs mesures pour réglementer le secteur, a-t-il ajouté.

    Les déclarations de Wen font suites à de récents rapports sur le blocage par la Chine de plusieurs VPN (réseaux privés virtuels), services permettant aux internautes d'accéder aux sites internet indisponibles dans la partie continentale de la Chine.

    Selon lui, le rapide développement d'internet oblige la Chine à élaborer de nouvelles mesures lui permettant d'assurer la cybersécurité ainsi qu'une croissance stable.

    « Face à de nouveaux problèmes, le pays a besoin de nouvelles méthodes […] le développement du secteur de l'internet doit se faire conformément aux lois chinoises », a déclaré Wen lors d'une conférence de presse organisée à Beijing.

    La semaine dernière, trois fournisseurs de VPN, à savoir Astrill, StrongVPN et Golden Frog, ont déclaré que leurs services avaient été perturbés et étaient devenus inaccessibles aux utilisateurs de la partie continentale de la Chine.

    De nombreux internautes étrangers, mais aussi certains Chinois, doivent passer par un VPN pour se connecter à des serveurs situés en dehors du pays et accéder ainsi aux sites censurés et aux outils de travail collaboratif de Google.

    Recherchés le moteur de recherche chinois Baidu, les termes « proxy VPN » donnent toujours des centaines de résultats. De nombreux fournisseurs de services VPN demandent des frais d'abonnement d'au moins 200 yuans (28,3 euros) par an. Mais d'après les experts du secteur, il est illégal pour des entreprises étrangères de fournir des services de réseaux privés virtuels en Chine.

    Fang Binxing, spécialiste de la cybersécurité, a indiqué la semaine dernière au Global Times que toute entreprise fournissant des VPN en Chine devait s'enregistrer auprès du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information.

    « A ma connaissance, aucune société étrangère ne s'est enregistrée », a déclaré Fang. Les fournisseurs de VPN non enregistrés n'étant pas protégés pas les lois chinoises, ils doivent prendre conscience de leur devoir de s'enregistrer, estime Fang.

    Pour Charlie Dai, analyste principal à Forrester Research, sachant que certains organismes utilisent des plateformes étrangères pour diffuser des informations censurées en Chine, il est parfaitement légitime que le gouvernement chinois cherche à empêcher la propagation de tels services.

     

  • Cachez ce sein que je ne saurais voir! 95% des internautes désapprouvent la suppression des scènes de décolleté dans une série télévisée chinoise

    001ec94a27151615dadc4f.jpg

    Près de 95% des utilisateurs d'Internet en Chine désapprouvent la suppression des scènes montrant des décolletés à l'écran dans une série diffusée par la télévision chinoise, qualifiant cette décision d'« inutile ».

    La série, intitulée L'impératrice de Chine, également connue sous le nom de La Saga de Wu Zetian, a été retirée de la chaine commerciale par satellite Hunan TV pour des « raisons techniques » à la fin de décembre.

    Quand elle est revenue à l'écran en janvier, les scènes montrant le décolleté des personnages féminins avaient été enlevées et remplacées par des gros plans de la tête des actrices. Cette version quelque peu « agrandie » des visages à l'écran a suscité le mécontentement des téléspectateurs.

    Dans un sondage mené par Sina Weibo sur le thème « pour ou contre les scènes de décolleté coupées? » plus de 95% des téléspectateurs ont voté « contre » alors que seulement 5% ont voté « pour ».

    001ec94a27151615d9454e.jpg

    La plupart des internautes estiment que cette série est seulement une œuvre qui montre la culture de la Chine et que ces modifications ne sont pas nécessaires. Certains plaident pour un système de notation qui restreint les téléspectateurs uniquement à ceux qui sont jugés en mesure de pouvoir regarder telle ou telle émission.

    Zhang Guogang, professeur d'histoire à l'Université de Tsinghua : « Comme nous pouvons le voir sur les fresques, même si les cheveux étaient souvent attachés et que les décolletés étaient bas, ceux de la Dynastie Tang n'étaient pas aussi pigeonnants que ceux que la télévision nous a montrés ».

    Xiao Xueping, conseiller psychologique : « La plupart des auteurs sont des hommes et peut-être qu'ils envient l'attractivité des caractères sexuels secondaires de la femme, parce que les leurs (c'est à dire la pomme d'Adam) le sont relativement moins. La question aurait pu être résolue en changeant les heures de diffusion et non en éliminant complètement les scènes ».

    PbrotherPublisher, utilisateur de Sina Weibo : « Il ne s'agissait pas seulement de montrer la beauté du corps humain, mais aussi la culture de la Dynastie Tang. Maintenant qu'on ne voit plus que des têtes, je ne peux plus voir aucun décor ou costume. Très décevant ».

    Zibuyubufei, utilisateur de Sina Weibo : « Pourquoi ne pas interdire les retransmissions de natation et de plongée ? On n'y porte que des maillots de bain. Sans doute que cela n'est pas conforme aux normes ! ».

    La version modifiée de la série L'impératrice de Chine fait le buzz

    0019b91ec98116148db90a.jpg

    La série est devenue l'un des sujets les plus discutés en ce début d'année.

    Des images retouchées de la série sont publiées sur Weibo (l'équivalent de Twitter en Chine) par les internautes pour se moquer de la censure.

  • Cachez ce sein que je ne saurais voir! 95% des internautes désapprouvent la suppression des scènes de décolleté dans une série télévisée chinoise

    001ec94a27151615dadc4f.jpg

    Près de 95% des utilisateurs d'Internet en Chine désapprouvent la suppression des scènes montrant des décolletés à l'écran dans une série diffusée par la télévision chinoise, qualifiant cette décision d'« inutile ».

    La série, intitulée L'impératrice de Chine, également connue sous le nom de La Saga de Wu Zetian, a été retirée de la chaine commerciale par satellite Hunan TV pour des « raisons techniques » à la fin de décembre.

    Quand elle est revenue à l'écran en janvier, les scènes montrant le décolleté des personnages féminins avaient été enlevées et remplacées par des gros plans de la tête des actrices. Cette version quelque peu « agrandie » des visages à l'écran a suscité le mécontentement des téléspectateurs.

    Dans un sondage mené par Sina Weibo sur le thème « pour ou contre les scènes de décolleté coupées? » plus de 95% des téléspectateurs ont voté « contre » alors que seulement 5% ont voté « pour ».

    001ec94a27151615d9454e.jpg

    La plupart des internautes estiment que cette série est seulement une œuvre qui montre la culture de la Chine et que ces modifications ne sont pas nécessaires. Certains plaident pour un système de notation qui restreint les téléspectateurs uniquement à ceux qui sont jugés en mesure de pouvoir regarder telle ou telle émission.

    Zhang Guogang, professeur d'histoire à l'Université de Tsinghua : « Comme nous pouvons le voir sur les fresques, même si les cheveux étaient souvent attachés et que les décolletés étaient bas, ceux de la Dynastie Tang n'étaient pas aussi pigeonnants que ceux que la télévision nous a montrés ».

    Xiao Xueping, conseiller psychologique : « La plupart des auteurs sont des hommes et peut-être qu'ils envient l'attractivité des caractères sexuels secondaires de la femme, parce que les leurs (c'est à dire la pomme d'Adam) le sont relativement moins. La question aurait pu être résolue en changeant les heures de diffusion et non en éliminant complètement les scènes ».

    PbrotherPublisher, utilisateur de Sina Weibo : « Il ne s'agissait pas seulement de montrer la beauté du corps humain, mais aussi la culture de la Dynastie Tang. Maintenant qu'on ne voit plus que des têtes, je ne peux plus voir aucun décor ou costume. Très décevant ».

    Zibuyubufei, utilisateur de Sina Weibo : « Pourquoi ne pas interdire les retransmissions de natation et de plongée ? On n'y porte que des maillots de bain. Sans doute que cela n'est pas conforme aux normes ! ».

    La version modifiée de la série L'impératrice de Chine fait le buzz

    0019b91ec98116148db90a.jpg

    La série est devenue l'un des sujets les plus discutés en ce début d'année.

    Des images retouchées de la série sont publiées sur Weibo (l'équivalent de Twitter en Chine) par les internautes pour se moquer de la censure.

  • La Chine limite la diffusion de séries TV étrangères, quatre séries américaines populaires, dont The Big Bang Theory, sont désormais interdites

    0019b91ec98115c2b8b803.jpg

    Quatre séries américaines populaires, dont The Big Bang Theory, sont désormais interdites sur les sites de streaming traditionnels en Chine.

    Une nouvelle circulaire publiée en ligne a annoncé hier que la Chine va imposer des limites strictes à la diffusion de séries de télévision étrangères.

    La nouvelle circulaire prolonge dans son ensemble les mêmes politiques établies par une ancienne circulaire émise par l'Administration d'Etat de la presse, de la publication, de la radio, du film et de la télévision en 2012, mais sans ajouter de règles plus spécifiques.

    La nouvelle circulaire exige que chaque film étranger ou épisode de télévision diffusé via des plateformes Internet doit obtenir un permis de radiodiffusion, et aucune séries TV étrangère ou film sans ce permis ne pourra être diffusé en ligne.

    Cette règle particulière signifie qu'il est impossible de diffuser de nouvelles séries de télévision étrangères en même temps que leurs diffusions étrangères.

    La série de télévision sud-coréenne "My Love from the star" fut autrefois diffusée simultanément en ligne en Chine grâce aux efforts des sites de vidéos et de groupes de travail de sous-titres sur internet. Les séries qui seront les plus touchés sont celles qui en sont au milieu de la saison et sont toujours diffusées, tournées et qui diffusent des épisodes un par un.

    La nouvelle politique exige qu'à l'avenir, chaque série de TV subisse un examen et la censure de toute la saison avec des sous-titres avant de pouvoir être diffusée en ligne.

    Des séries télévisées américaines et britanniques populaires devront faire face à davantage de problèmes puisque leur contenu peut tomber sous le coup de la censure et voir des coupures de scènes de violence, de sexe, de comportement psychotique ou de complots politiques.

    Le nombre de séries de télévision importées de l'étranger en 2015 sera également limité à 30% du nombre des nouvelles séries de TV nationales chinoises diffusées en 2014. La circulaire a également demandé que les séries de télévision présentent davantage de nationalités et de sujets divers.

     

     

  • La Chine limite le contenu et le nombre des émissions étrangères, même sur internet

    001ec92b9029157cedbc06.jpg

    Dans ses dernières décisions sur les sites Web de vidéo, l'organisme suprême de régulation des médias de Chine a clairement fait savoir que le contenu et le nombre des émissions étrangères de télévision seront limités. L'Administration d'État de la presse, de la publication, de la radio, du film et de la télévision a annoncé le 5 septembre que les films et les séries télévisées qui n'obtiennent pas un permis de visionnement public et de distribution ne peuvent pas être diffusés sur les sites Web de vidéo. Ces sites sont tenus d'inscrire les détails de leurs programmes en cours auprès de l'Administration avant le 31 mars; à compter du 1er avril, toutes les émissions non inscrites devront être supprimées. Cette politique survient après une série de mesures de restriction progressive concernant les émissions basées sur Internet.

    En mars, l'Administration avait exigé que le contenu en ligne soit examiné par au moins trois spécialistes formés par le gouvernement. Les émissions doivent être enlevées immédiatement si elles incluent des contenus inappropriés, comme promouvoir la superstition ou glorifier la violence, le sexe ou les jeux de hasard. À la fin d'avril, elle a exigé que quatre séries télévisées américaines populaires, y compris The Good Wife et The Big Bang Theory, soient retirées des sites Web de vidéo sans donner de raisons particulières. En juillet, l'Administration avait convoqué des réunions avec sept fournisseurs autorisés de contenu de télévision par Internet qui fournissent du contenu en ligne aux décodeurs, pour avertir d'un possible retrait du permis parce que tous avaient agi contre les règles à des degrés divers.

    En conséquence, de nombreuses émissions américaines sont désormais absentes de LeTV box, un homonyme du portail vidéo LeTV.com. La nouvelle politique est tout simplement une nouvelle déclaration des règlements antérieurs, a déclaré à Sina Entertainment le PDG de eMovie Inc Bao Ran, mais cela signifie que les sites Web de vidéo seront limités de la même manière que les stations de télévision le sont, en ce qui concerne les permis des programmes étrangers. Auparavant, les sites de vidéo n'avaient qu'à s'inscrire avant de diffuser du contenu étranger, plutôt que de demander un permis officiel de distribution. Les spectacles auraient été examinés principalement par les propres personnels des sites Web qui sont formés par l'Administration. Les nouvelles procédures sont plus complexes et plus strictes. Selon le portail de nouvelles Sina Technology, avant la fin de chaque année, les sites Web de vidéo devront déclarer leur plan d'achat de l'ensemble de l'année pour l'année suivante aux autorités provinciales des médias qui transmettront alors les propositions à l'Administration.

     

    Personnellement, voilà une mesure qui ne me touche pas. Je ne regarde jamais aucun de ces programmes , que je sois en Chine ou ailleurs , je n'ai jamais vu aucun épisode de Dallas ou Dynastie ni de ses successeurs , mais pour les accrocs et pour ceux qui aiment être informé , à vos VPN.

  • Le blocage de Google par la censure en Chine, stimule le marché du VPN

    001fd04cfc221509fa0403.jpg

    Les internautes de la partie continentale de Chine rencontrent actuellement le blocage de Google le plus long et le plus strict jamais imposé par le pays, une restriction qui devrait durer, selon les analystes, tant que le climat de tension règnera entre la Chine et les Etats-Unis au sujet de la cybersécurité.

    Selon les statistiques de Google, le trafic sur le continent a ralenti considérablement depuis le 30 mai, a rapporté l'agence Reuters.

    L'un des fondateurs du site surveillant la censure de l'internet chinois, GreatFire.org, qui a demandé à conserver l'anonymat, a déclaré que le blocage de tous les services de Google était le premier de l'année, mais aussi le plus long jamais survenu dans l'histoire de l'internet de la partie continentale du pays.

    « Les produits Google sont essentiels pour leurs utilisateurs du secteurs des hautes technologies, particulièrement les programmeurs. De tels effets ne seront peut-être pas être immédiats, mais sur le long terme, le secteur technologique chinois prendra du retard si le blocage est permanent ».

    Bloquer l'accès à un produit destiné au milieu universitaire comme Google Scholar est nuisible au développement des secteurs scientifiques et technologiques chinois, a-t-il ajouté.

    Lundi, l'informaticien et bloggeur chinois William Long a déclaré que le blocage n'affecterait pas les parts de marché de Google, puisque la plupart de ses utilisateurs auraient recours à un réseau privé virtuel (VPN) pour accéder aux sites bloqués, et ne se tourneraient pas vers des moteurs de recherche chinois, comme Baidu. En effet, les internautes restent généralement fidèles aux sites web qu'ils ont l'habitude d'utiliser.

    Ce blocage de Google a eu un effet stimulateur sur le marché chinois du VPN. Un vendeur de VPN basé à Chongqing a indiqué avoir vu les demandes d'informations sur les VPN et le nombre de transactions augmenter la semaine dernière. Un VPN peut coûter 98 yuans (11,6 euros) par mois pour un seul utilisateur.

    En 2010, Google s'était retiré du continent chinois et avait transféré ses services chinois vers des serveurs basés à Hong Kong, après avoir refusé de se soumettre aux lois chinoises imposant une censure des termes de recherche.

    Mais les utilisateurs de la partie continentale de la Chine ne peuvent pas non plus accéder à Google.com.hk.

    « Le blocage ne sera peut-être pas permanent et pourrait s'assouplir avec l'amélioration des relations sino-américaines », a déclaré Long.

    « Nous avons procédé à un contrôle approfondi et tout fonctionne normalement de notre côté », a fait savoir un porte-parole de Google.

    A l'heure actuelle, les sites locaux représentent 97 % du trafic internet du continent chinois, contre 3 % pour les sites étrangers. Google demeure le site non-chinois le plus visité, d'après GreatFire.org, a rapporté le Los Angeles Times.

    « C'est plus un problème commercial qu'un problème politique », a déclaré un spécialiste chinois de la cybersécurité, qui n'a pas souhaité révéler son identité. « En tant que société, Google doit se conformer à la gestion unifiée imposée par le gouvernement du pays dans lequel il offre ses services. Or le groupe a choisi de se retirer il y a plusieurs années, ce qui fait qu'aujourd'hui, il ne peut donc négocier ni avec les autorités ni avec les acteurs locaux lorsqu'on problème survient », a-t-il expliqué.

    Faire porter la responsabilité à ses utilisateurs, « qui sont outrés face à cette situation », est irresponsable de la part de Google, a ajouté l'expert.

  • Quelle influence les troubles au Moyen-Orient ont-ils sur la Chine ?

    Pour certains , les troubles au Moyen-Orient réveillent des souvenirs . Ils se croient revenus à l'époque de la guerre froide et fourbissent leurs armes dans l'espoir d'anéantir la Chine .Ils utilisent tous les coups fourrés possibles , depuis les élucubrations farfelues aux mensonges les plus grossiers.

    Les troubles politiques au Moyen-Orient sont survenus de manière inattendue, mais ils pourraient produire une certaine influence sur la Chine. On peut affirmer que l'attitude amicale du Moyen-Orient vis-à-vis de la Chine ne devrait pas changer. Les relations d'amitié entre la Chine et le Moyen-Orient et les pays arabes remontent à très loin. Il n'y a pas de conflit d'intérêt entre les deux parties. L'amitié envers la Chine a la faveur de l'opinion publique au Moyen-Orient et dans les pays arabes. Aucun gouvernement établi dans les pays du Moyen-Orient ne devrait pas changer sa politique amicale envers la Chine. Le plus important est ceci : que ce soit un nouveau gouvernement élu ou le gouvernement actuel qui a été obligé d'être remanié, il devrait garder une certaine distance avec les Etats-Unis, en ce conformant à l'opinion publique de son pays. Ce changement pourrait devenir encore une fois une entrave au « déplacement stratégique américain vers l'est » et aiderait à proroger la période d'opportunité stratégique pour la Chine.

    Mais l'influence négative des troubles est inévitable. Sur le plan économique, du fait des troubles, les projets d'investissement chinois dans les pays concernés ont subi des risques. La hausse des prix du pétrole pourrait aussi affecter le développement économique de notre pays. Du point de vue religieux, les forces fondamentalistes islamiques pourraient rebondir dans des pays du Moyen-Orient et s'infiltrer dans les régions chinoises à forte concentration de Musulmans, surtout dans le Xinjiang. En outre, cette vague au Moyen-Orient pourrait aider dans une certaine mesure les forces ennemies de l'intérieur ou de l'extérieur à subvertir le pouvoir de notre pays et créera une certaine pression pour la sécurité et la stabilité chinoises.

    Mais la situation chinoise est différente de celle des pays du Moyen-Orient. L'assertion selon laquelle la Chine connaîtrait aussi une « révolution », après celle au Moyen-Orient, n'est pas conforme à la réalité. Cependant, nous ne devons pas négliger le rôle négatif de ces troubles. Nous devrions même en tirer des leçons.

    D'abord, le développement économique et l'amélioration des moyens d‘existence de la population sont cruciaux pour la stabilité de l'Etat. La plupart des pays du Moyen-Orient où des troubles ont eu lieu connaissent un développement économique très lent, une inflation due à la hausse des prix, un niveau de vie faible et un taux de chômage élevé. Les hommes jeunes ne voient pas d'espoir. Contrairement à ces pays, le Qatar et les Emirats arabes unis attachent de l'importance au développement de l'économie et utilisent les recettes provenant du pétrole pour élever le niveau de vie du peuple. Ces deux pays sont stables et n'ont pas été trop affectés par les troubles.

    Seules l'intégrité du gouvernement et la justice sociale permettent d'assurer la stabilité du pouvoir. Entre 2004 et 2008, le PIB a doublé en Egypte. La Tunisie a été considérée comme un exemple pour les pays africains et les pays arabes. La Libye est un gros producteur de pétrole et son PIB par tête est de 14 533 dollars. Bahrein est un pays riche du Golfe, avec un PIB par tête de 23 827 dollars. Mais cela ne suffit pas. Il faut établir une société basée sur la probité politique et une légalité perfectionnée, sur la justice, l'égalité et l'harmonie.

    Troisièmement, il ne faut pas rater les occasions de réforme. Saisir toute occasion pour effectuer des réformes de façon à ce que le peuple puisse en bénéficier est la meilleure politique dite d'exercice du pouvoir pour le peuple.

    Quatrièmement, il faut renforcer le contrôle des médias à l'ère de l'Internet. Dans les troubles au Moyen-Orient, l'Internet et la télévision étrangère par satellite ont aussi joué un rôle d'agitateur. La Chine se trouve dans une période de changement de mode où les contradictions de toutes sortes sont très compliquées et les forces ennemies de l'intérieur et de l'extérieur du pays sont en quête de la moindre occasion pour créer des troubles. Dans cette situation particulière, il faut améliorer nos activités d'information sur l'Internet et renforcer le contrôle des médias.

    (L'article est dû à la plume de Zhang Hong, Xue Guoqing et Liu Xinglu, professeurs du département arabe de l'Université des Langues étrangères de Beijing).