carrefour

  • Promotion des produits gastronomiques français chez Carrefour Beijing

    133289486_13984064368811n.jpg

    Un salon pour la promotion des spécialités gastronomiques françaises a été inauguré jeudi dans un magasin Carrefour à Beijing, avec la présentation d'une centaine de produits sucrés d'épicerie fine, tels que chocolats, bonbons, gâteaux et biscuits.

    A l'occasion de la cérémonie d'ouverture, l'ambassadeur de France en Chine Sylvie Bermann a fait elle-même la présentation de ces spécialités françaises.

    Cette année marque le 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine a-t-elle rappelé. Le 50e anniversaire de mariage, en France comme en Chine, sont les noces d'or. A cette occasion, il est de tradition dans ces deux pays gastronomes de se régaler de bonbons, chocolat et divers gâteaux.

    Carrefour a vendu l'année dernière pour 14 millions de yuans de produits agroalimentaires français en Chine.

    Le PDG de Carrefour Chine, Thierry Garnier, a annoncé lors de la cérémonie que son groupe organiserait cette année cinq campagnes de promotion en l'honneur de la gastronomie française, dont le salon actuel, et que les 230 magasins Carrefour Chine introduiraient 180 nouveaux produits en provenance de l'Hexagone.

    Florence Pradier, directrice générale d'Alliance 7, un des organisateurs de cette opération et fédération de syndicats professionnels rassemblant 9 professions (café, chocolat, confiserie,miels, etc), a expliqué que de nombreux produits présentés étaient des spécialités traditionnelles de différentes régions françaises et que l'histoire de certaines marques remontait à deux cent voire trois cent ans.

    L'événement de promotion se déroulera de fin avril au 5 mai dans les magasins Carrefour, puis du 7 au 18 mai chez Auchan.

    133289486_13984064409141n.jpg

  • Beijing retire les couteaux des supermarchés suite à une agression à l'arme blanche

    001fd04cfc2213598f0402.jpg

    Hier, un grand nombre de supermarchés de Beijing ont été contraints de retirer les couteaux de leurs rayons, à la suite d'une agression à l'arme blanche qui a fait un mort et trois blessés dans un magasin de la ville ce lundi.

    « Hier, nous avons reçu un appel du siège social régional pour le nord de la Chine qui nous a informé que, sur ordre de la police, nous ne pouvions plus vendre de couteaux dans l'enceinte du magasin », expliquait mardi le directeur d'un magasin Carrefour du quartier de Wangjing à Beijing.

    L'agression a eu lieu lundi vers 11h40 dans un supermarché Carrefour du district de Xicheng, dans la capitale chinoise. Le suspect, un homme nommé Wang, venait d'acheter un couteau à fruits lorsqu'il s'en est servi pour prendre d'assaut ses quatre victimes.

    Une femme a succombé à ses blessures à l'Hôpital Xuanwu, où se sont également fait soigner deux autres victimes, dont un garçon de 12 ans. La quatrième personne, un jeune garçon de 2 ans, a subi une intervention chirurgicale à l'Hôpital pour enfants de Beijing et est à présent dans un état stable.

    Selon un communiqué publié sur le compte officiel Weibo du Bureau de la sécurité publique de Beijing hier, Wang était sorti d'un hôpital psychiatrique du district de Daxing en janvier de cette année.

     

    001fd04cfc2213583cdb04.jpg

    Le gérant du Carrefour de Xicheng a signalé que la direction était en train de vérifier les procédures applicables lors de la vente de couteaux.

    « Nous remettrons les couteaux en vente dans nos rayons une fois que nous serons sûrs que nos méthodes de vente ne permettent pas qu'un tel incident se reproduise », a ajouté le gérant, qui désire garder l'anonymat.

    Ce dernier a encore confirmé que l'agresseur s'était procuré le couteau sous sa vraie identité. Depuis 2008, les clients doivent en effet présenter leur carte d'identité au vendeur lorsqu'ils achètent un couteau à Beijing, Shanghai et Guangzhou, dans la province du Guangdong.

     

    001fd04cfc2213583d081c.jpg

    Les chaînes de supermarchés CSF et Hualian ont annoncé qu'elles avaient également reçu l'ordre de la police de supprimer le rayon des couteaux de leurs magasins.

    Alors que nombre de clients du Carrefour de Xicheng se disent incommodés par cette nouvelle mesure, une cliente a toutefois déclaré qu'elle se sentait plus en sécurité depuis que les couteaux avaient été retirés des rayons.

    « De toute façon, les couteaux ne devraient pas être en vente dans les supermarchés car ce sont des articles dangereux », s'est-t-elle exprimée.

     

    001fd04cfc2213583cdb0b.jpg

    Wang Hongwei, experte de la sécurité publique à l'Université Renmin de Chine, pense que le retrait des couteaux des magasins n'est qu'une solution provisoire et qu'elle ne permettra pas de résoudre radicalement le problème des agressions par des personnes atteintes de troubles mentaux.

    « Ce n'est pas le couteau qui est meurtrier, c'est la personne qui s'en sert. Plutôt que de dissimuler les armes potentielles, le gouvernement devrait établir un système plus adapté pour l'encadrement de ces patients et inciter les gens à prendre soin d'eux et à les protéger », estime Wang.

     

    001fd04cfc2213583cdb05.jpg

  • Fraude sur les prix : encore une fois chez Carrefour

    001aa0bab90b12313c7701.jpg

    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6651/zh/archive/2012/12/11/fraude-sur-les-prix-encore-une-fois-chez-carrefour.html
    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6651/en/archive/2012/12/11/fraude-sur-les-prix-encore-une-fois-chez-carrefour.html

    Un scandale vient entacher de nouveau la réputation du distributeur français en Chine. Un supermarché Carrefour dans la ville de Taiyuan, capitale de la province du Shanxi, est impliqué dans un scandale de fraude sur les prix à l'issue d'une enquête préliminaire menée par les autorités locales compétentes, a annoncé le Bureau de contrôle des prix de la ville le 10 décembre.

     

    Ce magasin est accusé d'avoir étiqueté des produits à des prix inférieurs à ceux réellement facturés à la caisse. Selon le porte-parole du magasin, un responsable de la direction du groupe s'est déjà rendu à Taiyuan et interviendra dans cette affaire.

    En juin, six magasins Carrefour de Wuhan, la capitale de la province centrale du Hubei, ont payé des amendes de plus de 450 000 yuans (55 620 euros) pour avoir commis des fraudes sur les prix. Début 2011, Carrefour s'est retrouvé impliqué dans une affaire de fraude sur les prix à la suite de contrôles menés à travers le pays, ce qui avait suscité de nombreuses critiques selon lesquelles le géant français avait bafoué l'intérêt des consommateurs.

     Fraude sur les prix : encore chez Carrefour

    Pourquoi ce genre de pratiques ne cesse de se produire chez le no1 de la grande distribution en Europe ?

     

    « Ce problème est en partie dû au manque de contrôle au sein de l'entreprise. C'est pourquoi de nombreux scandales commerciaux se produisent dans ses magasins en Chine, mais pas en Europe. Ce genre d'escroquerie va d'ailleurs se généraliser sur l'ensemble du secteur », a commenté Ma Lin, avocat de l'Université du Sud-Est. « La situation est de plus en plus complexe aujourd'hui, dès lors que les hypermarchés doivent faire face à de nouveaux concurrents :les vendeurs en ligne. Ils sont donc plus susceptibles d'adopter des mesures extrêmes pour pouvoir rester concurrents. Or, une fraude reste une fraude, la direction de l'entreprise ne peut pas échapper aux critiques».

    Selon les experts, les sanctions concernant les fraudes sont légères par rapport aux profits commerciaux que les commerçants peuvent en retirer, c'est pourquoi les nombreux avertissements et amendes infligés par l'administration locale n'ont pas pu empêcher ces problèmes de se reproduire chez Carrefour, ce qui explique ces scandales incessants du géant mondial de la distribution en Chine.

    « A l'heure actuelle, la loi chinoise punit les fraudes commerciales mais évidemment pas assez, ce qui a rendu certains commerçants plus audacieux dans les manipulations des étiquettes affichant des prix mensongers. En effet, il faut appliquer des sanction plus rigides pour faire disparaitre toute tricherie dans le commerce en Chine », ajoute Ma Lin.

     

  • L'Américain Wal-Mart vend en Chine du porc d'une qualité inacceptable, de nombreux produits étrangers sur la liste noire

    3674.jpg

    Les produits étrangers rassurent-ils les consommateurs chinois ? La réponse est non. Suite à une série de scandales concernant la vente de porc contaminé chez Wal-Mart, les consommateurs chinois redoublent de vigilance sur la qualité des produits vendus dans les supermarchés étrangers.

    À leurs yeux, les produits étrangers sont souvent vus comme de bonne qualité, même si leurs prix sont plus élevés que les équivalents chinois. De plus en plus de consommateurs chinois ont testé des produits exotiques, et la demande pour ces produits a augmenté. La conséquence : une vague d'installation de supermarchés étrangers en Chine. Afin de maximiser les profits, le processus de contrôle qualité a souvent été négligé, de nombreux produits de mauvaise qualité ont été placés dans les rayons et des consommateurs chinois ont été contraints de se plaindre en achetant de mauvais produits.

     

    020_bp179606.jpg

    Une série de scandales a eu lieu ces dernières années. Par exemple, Wal-Mart a à nouveau été mis en cause pour du porc contaminé retrouvé dans un de ses magasins à Dazhou, dans la province du Sichuan. Malgré une enquête déjà annoncée par Wal-Mart, aucune explication n'a été donnée aux consommateurs pour son délai de réaction de 5 mois.

    En ce moment, le premier travail à faire, c'est d'améliorer les lois et règlements pertinents, et augmenter les sanctions pour les violations des normes de qualité. En outre, les consommateurs ne peuvent pas avoir une foi aveugle dans les produits étrangers, et on devrait renforcer la sensibilisation à l'autoprotection.

     

    sans-titre.png

  • Une nouvelle "fraude de prix" dans un magasin Carrefour en Chine

    F201207061605521379712647.jpg

    Quand on sort d'un magasin Carrefour, il vaut mieux contrôler son ticket de caisse . Il y a toujours des erreurs que ce soit en Chine ou en Belgique. Et toujours en la défaveur du client!!!

    Le 1er juillet, Mlle Liu a raconté sur son blog sa mésaventure dans un magasin Carrefour de Dongwan. Le caissier du magasin lui a demandé de payer 12,5 yuans pour une bouteille de sauce soja, alors que le prix affiché était de 8,9 yuans. Le magasin a reconnu que des employés avaient oublié de changer l'étiquette de promotion, et a promis d'indemniser Mlle Liu de cinq fois l'écart entre le prix affiché et le prix payé .

    Lorsque Mlle Liu a réalisé que le prix du ticket de caisse était supérieur à celui de l'étiquette, elle a qualifié ce procédé de ''fraude de prix''. Elle s'est adressée aux employés du magasin. ''D'autres clients m'ont aidée à prendre des photos de l'étiquette et du ticket de caisse.'' Au début, un responsable du magasin lui a proposé de rembourser l'écart entre les deux prix, et a même accepté plus tard de l'indemniser de cinq fois l'écart. ''On m'a demandé d'attendre sur place parce qu'il fallait remplir des formalités si je tenais à demander une indemnisation de cinq fois l'écart entre les deux prix.'' Mais Mlle Liu est rentrée chez elle quelques minutes plus tard parce qu'il était déjà très tard et qu'elle avait le sentiment d'avoir été oubliée.


    Le lendemain, Mlle Liu a raconté sa mésaventure sur son blog et a déclaré agir de la sorte pour ''éveiller le sens du consommateur en vue de se protéger contre les fraudes commerciales.'' Mlle Liu a aussi avoué aux médias que ses plaintes ne portaient pas sur les employés du magasin, et que ce n'était pas non plus pour obtenir les indemnités. ''J'espère que Carrefour arrêtera de tromper les consommateurs,'' a-t-elle dit.

    Le magasin Carrefour a expliqué que cette mésaventure était due à une erreur des employés qui ''ont oublié de changer l'étiquette'', puisque les sauces soja de la marque concernée venaient d'être en promotion et que les employés en question avaient oublié de changer l'étiquette après la promotion. ''Nous allons prendre rapidement contact avec la cliente et nous rendre chez elle pour lui verser des indemnités.''

    Selon des sources proches du dossier, l'indemnisation des clients à hauteur de cinq fois l'écart entre le prix affiché et le prix réglé est une ligne de conduite adoptée par Carrefour Chine dans le traitement des accidents similaires. Mais il faut procéder à des formalités qui durent très longtemps . Ceci décourrage le client qui n'a pas toujours du temps à perdre et alors préfèrent laisser tomber.

  • ''Fraude sur les prix'' à nouveau Chez Carrefour

    sans-titre.png

    La fraude sur les prix encore chez Carrefour ? un an et demi après la scandale de Carrefour en Chine, le grand distributeur français fait de nouveau l'objet de sanctions sevères, estimé à 450,000 yuans, pour être accusés de tricheries sur les prix, dans ses 6 magasins à ville de Wuhan. Une annonce publique d'excuse a été publié hier auprès de ses clients par Carrefour China.

    Ce que constate le consommateur chinois est identique aux nombreux problèmes chez Carrefour Belgique où il vaut mieux contrôler son ticket de caisse . Il est rare qu'il n'y ait pas d'erreur ,et toujours au profit de la grande surface.

     

    Une casserole de marque «Ai Shi Da », dont le prix d'origine était 199 yuans, a été remise en vente pour un prix de 239 yuans durant la promotion du 3 au 16 juin.

     

    Carrefour a reconnu cette 'erreur' sur les prix dans son communiqué d'hier en présentant toutes ses excuses pour les 'inconvénients' causés aux consommateurs.

     

     

     

    Pourtant, carrefour n'a donné aucune réponse face à l'intérrogation de la presse: pourquoi le même problème réapparaît toujours malgré des multiples avertissements?

     

    « Aucun distributeur n'endommage intentionnellement sa réputation. Ce n'est pas que Carrefour ne veuille pas se corriger, la situation est hors de contrôle. Il est impossible que tant de magasins dans l'ensemble du pays puissent changer en un si bref délai. Au fond, c'est une question de gestion », a révelé un ancien responsable de l'hypermarché.

     

    Selon un expert du secteur, le départ des cadres a aussi sérieusement nui à Carrefour, ainsi que l'insuffisance des effectifs employés par les magasins. Les postes des cadres démissionnaires sont encore vacants. Pour ces raisons, Carrefour se trouve dans une situation d'anarchie en matière de gestion et de relations publiques, et il lui est donc difficile d'améliorer dans un bref délai la gestion dans l'ensemble de ses magasins.

     

    La CERD avertit encore que les consommateurs doivent étudier soigneusement les étiquettes dans les magasins et les affiches ou dépliants promotionnels. Après avoir payé en caisse, il est sage de conserver les reçus et comparer les prix de promotion, ceux sur les étiquettes et ceux payés.

     

    Les consommateurs doivent développer un nouveau sens de l'éthique et de l'autoprotection. En découvrant des actes de tricherie sur les prix, ils peuvent les dénoncer aux départements des prix.

  • KUNMING, CARREFOUR ASSIGNE EN JUSTICE.

    Chine: une femme blessée dans une attaque dans un supermarché Carrefour porte plainte

    Une femme grièvement blessée dans une attaque en novembre dernier dans un supermarché Carrefour à Kunming, capitale de la province du Yunnan (sud-ouest), a porté plainte contre le géant français de la grande distribution, réclamant 170 000 yuans (24 285 dollars) de compensations.

    L'affaire a été entendue dans un tribunal local mercredi, mais le jugement n'a pas été rendu.

    Xie Guomei, âgée de 33 ans, était en train de faire des achats à Carrefour le 29 novembre 2008, lorsque Lu Zhiwen l'a blessée au bras avec un couteau.

    "Je souffre toujours d'une atrophie musculaire, et les médecins m'ont dit que ma main pourrait ne plus fonctionner correctement," a-t-elle dit à l'agence Xinhua jeudi par téléphone.

    Elle souffre également d'un traumatisme émotionnel.

    Xie Guomei a insisté sur le fait que Carrefour était responsable de ses blessures, la sécurité étant insuffisante dans le magasin. Ce dernier a cependant prétendu que l'incident était imprévisible et que les employés du supermarché avaient "fait ce qu'ils pouvaient" pour l'aider après l'incident.

    Xie Guomei faisait partie des trois personnes blessées dans cette attaque. Une autre blessée, Xie Peiling, âgée de 22 ans, a poursuivi Carrefour en justice le mois dernier, exigeant 150 000 yuans de compensations. L'affaire est en cours.

    L'assaillant Lu Zhiwen a été abattu par balle sur place,