carbone

  • La première bourse de carbone chinoise va voir le jour à Shenzhen

    bourse-carbone-shenzhen.jpg

    Alors que le gouvernement avait désigné l’année dernière plusieurs villes devant servir de test pour mettre en place un système de trading des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), c’est Shenzhen qui est allé le plus vite. Son marché du carbone commencera à fonctionner dès juin prochain.

    C’est l’annonce qu’a fait le 3 avril dernier Xu Qin, maire de Shenzhen, lors d’une réunion ordinaire du gouvernement municipal. La bourse du carbone ouvrira ses portes le 17 juin prochain, lors de la journée nationale de réduction des émissions.

    Alors que Shenzhen a connu une croissance fulgurante du fait qu’elle était une des première villes chinoises à profiter des réformes économiques dans les années 1980-90, elle est désormais en concurrence incessante avec Canton, capitale de la province. Pour maintenir une longueur d’avance, Shenzhen mise sur les services et la protection de l’environnement. Déjà, plusieurs centaines de taxis électriques circulent sur ses grands boulevards. D’autre part, Shenzhen est le siège d’une des deux seules bourses de la république populaire. L’installation de la première bourse du carbone chinoise à Shenzhen a donc tout son sens.

     

    44434.jpg

     

     

    Un engagement en faveur de la protection de l’environnement

    Depuis un an, l’administration a sélectionné le premier lot d’entreprises qui vont être dès cette année soumises à des restrictions d’émissions. Ces sociétés des secteurs industriels, de production électrique ou des transports représentaient 40% des émissions produites dans la municipalité en 2010. Elles devront se conformer aux objectifs qui leurs ont été fixés ou acheter des crédits carbone sur le marché local.

    Le maire Xu Qin s’est réjouit de la rapidité avec laquelle son administration a légiféré, établi la liste des sociétés à inclure la première année, et établi leurs objectifs. Selon lui, cela montre le grand intérêt que sa ville porte à la protection de l’environnement.

    1582214853.jpg

    shenzhen.jpg

     

  • CAPTURE DU CARBONE DES CENTRALES A CHARBON.

    Technique de capture du carbone mature mais chère

    La Chine réalise également que malgré les efforts pour promouvoir les énergies solaire, éolienne ou nucléaire, il faut également faire des efforts pour réduire les émissions de CO2 provenant de la combustion du charbon. La technologie de capture du carbone a le potentiel pour être la solution ultime.

    Huaneng est le plus grand fournisseur d'énergie de Chine. Voici la première machine à capturer du carbone du pays a être installée dans une centrale au charbon. Depuis le début des opérations il y a 16 mois, la machine a capturé 3 mille tonnes de CO2. Le composé, sous forme liquide, est pur à 99,99%. Et c'est un matériel à haute valeur industrielle.

    Cai Hongwei

    Directeur général

    Centrale thermique, Huangneng Beijing

    "4 compagnies essayent de nous acheter du CO2 liquéfié mais nous ne pouvons répondre aux besoins que d'une compagnie. Cette machine est juste un modèle pilote et son coût opérationnel est plutôt élevé. Mais nous pouvons toujours faire des profits pouir capturer le CO2."

    La machine est conçue, fabriquée et utilisée par une entreprise chinoise. Les ingénieurs thermiques disent qu'elle peut capturer les émissions de CO2 d'une centrale à charbon, et capturer 9 tonnes de gas à effet de serre par jour.

    Xu Shisen

    Chef ingénieur

    Académie d'ingénieurie thermique de Xi'an

    "Le coût de la capture du CO2 d'une centrale à charbon est d'environ 50 à 70 dollars sur le marché international. La Chine peut maintenir ce coût sous les 40 dollars américains. Cette machine montre que la technologie de capture du carbone du pays est internationalement avancée."

    Le dioxyde de carbone liquéfié peut être utilisé dans un grand nombre d'industries comme le conditionnement alimentaire et la protection contre le feu.

    Bien que la technologie de la capture du carbone semble propère, son infrastructure d'investissement est immense, comptant pour environ 20% du coût d'une centrale à charbon. Cela signifie que si la Chine prévoit d'équiper toutes les installations semblables avec des machines à capturer la carbone, un investissement de mille milliards de yuans serait nécessaire. La nation travaille sur des moyens pour mettre en application la technologie à une échelle pratique.