canton

  • Faute de clients, un célèbre restaurant de viande de chien ferme à Guangzhou (Canton)

    topelement.jpg

    Il est de plus en plus difficile de trouver un bon restaurant pour manger du chien à Guangzhou (Chine). L'un des plus fameux de cette grande ville du sud, le Sunshine, a fermé, rapporte lundi 18 mai le Guangzhou Daily. Le journal local précise que de nombreux restaurants proposant des mets à base de canidés ont fait de même ces derniers mois.

    En cause, l'appétit de plus en plus faible des Chinois pour la viande de chien, même dans cette région du sud où, selon un proverbe, les habitants mangent "tout ce qui a quatre pattes, sauf les tables et les chaises". "De plus en plus de gens ont réalisé l'importance de protéger les animaux et refusent donc de manger de la viande de chiens", analyse un Cantonnais, cité par le journal local. Les Cantonais finissent par céder à la pression des autorités centrales,de l'ensemble de la population chinoise et des ligues chinoises de défense des animaux de compagnie.

    10 millions de chiens mangés chaque année dans la région

     

    66-1306210Z439.jpg

    L'attitude des autorités de la ville est également invoquée pour expliquer cette fermeture. Elles ont publiquement conseillé de ne pas manger de chien pour des raisons sanitaires et envisagent d'inspecter plus scrupuleusement les sources d'approvisionnement de viande de la ville.

    L'animal ne va cependant pas disparaître des menus et des étals de sitôt. En 2013, la Société chinoise de protection des petits animaux, citée par Libération, estimait qu'environ 10 millions de chiens étaient mangés chaque année dans la région de Canton.

  • Guangzhou (Canton)compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont 16 000 en provenance d'Afrique

    sans-titre.png

    Xie Xiaodan, maire adjoint et directeur du bureau de la sécurité publique de la ville de Guangzhou, a exhorté les départements de sa ville à offrir un service encore meilleur aux étrangers.

    M. Xie a rejeté les rumeurs selon lesquelles Guangzhou compterait plus de 600 000 personnes de pays et régions d'Afrique.

    Selon les statistiques du département de l'entrée et sortie de la ville, Guangzhou compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont une majorité d'Européens et Russes mais aussi 16 000 en provenance d'Afrique. Si on ajoute les résidents temporaires, et quelques 5000 illégaux, la population africaine ne dépasse pas les 30000 individus a déclaré monsieur Xie .

    Si pour les autorités cette population n'offre pas plus de problèmes que d'autres, je dois quand même dire que quand j'ai demandé à aller dans ce quartier d'Africains, on me mit en garde et on me déclara que le quartier était bien trop dangereux et je ne trouvai aucun taxi qui voulu bien me conduire dans ce quartier.

    Alors, faut-il avoir peur de Africains de Guangzhou ?

    Pour le Chinois moyen, cette population a des coutumes étranges et une culture sensiblement différente de la leur. Cela choque parfois et peut engendrer des peurs, mais selon les autorités de la ville, en plus de faire des affaires, les Africains viennent à Guangzhou pour travailler, étudier et faire du tourisme.

    Les Africains vivent dans les quartiers de Dengfeng, Kuangquan, Taojin et Xinshi des arrondissements Baiyun et Yuexiu de la ville.

    Guangzhou accueille tous les étrangers qui arrivent dans la ville avec des titres de voyage et des visas valides, tout en n'épargnant aucun effort pour lutter contre l'immigration illégale, a dit M. Xie.

    Peng Peng, chercheur principal à l'Académie des sciences sociales de Guangzhou, a déclaré que les ministères devraient redoubler d'efforts pour freiner l'immigration clandestine dans la ville.

    « Les droits et intérêts légitimes des étrangers, notamment des Africains, qui arrivent à Guangzhou avec des titres de voyage en règle doivent cependant être protégés selon les lois », a déclaré M. Peng.

    Plus de 20 % des Africains séjournant à Guangzhou (province du Guangdong) gagnent plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois, selon un récent sondage réalisé par le Southern Metropolis Daily.

    Ce journal de Guangzhou a interviewé 204 personnes de plus de 50 pays africains.

    Des 165 personnes interrogées qui ont révélé leur revenu mensuel, 37 ont dit gagner plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois en faisant des affaires dans cette ville de la Chine du Sud. Ce chiffre est plus élevé que le revenu moyen des cols blancs locaux.

    001ec94a27151615c36f07.jpg

  • Guangzhou ( Canton) ville la plus insécurisée de Chine,la police va redoubler d'efforts contre les étrangers en situation irrégulière

    chinaafricans.jpg

    La police de Guangzhou, capitale de la province du Guangdong en Chine du sud, a renforcé la répression en cours sur les étrangers qui entrent, vivent ou travaillent illégalement dans la ville.

    Selon la police, Guangzhou est la ville qui compte le troisième plus grand nombre d'étrangers sur la partie continentale de la Chine, après Beijing et Shanghai, avec environ 118 000 personnes enregistrées.

    Cependant, un professeur d'université a dit à la Télévision centrale de Chine en mai que les seuls Africains pourraient être plus de 150 000.

    Les marchands africains sont attirés par Guangzhou en raison de sa proximité avec les usines et autres installations de fabrication et des produits très bon marché, a précisé CCTV, ajoutant que la communauté africaine de la ville -16 000 personnes enregistrées- est la plus grande d'Asie.

    De nombreux marchands africains vendent les produits achetés à Guangzhou dans leurs pays d'origine.

    CCTV a ainsi cité le professeur Li Zhigang, de l'Université Sun Yat-sen de Guangzhou, qui étudie l'immigration africaine depuis 2006, et selon lequel que le nombre d'Africains présents dans la ville devrait fortement augmenter dans les prochaines années.

    Selon le professeur Li, les Africains ont contribué au développement économique de la ville, mais ils font aussi pression sur la gestion urbaine et les ressources sociales. Il a également déclaré que certains immigrés clandestins se rendent coupables de comportements criminels.

    Le Yangcheng Evening News d'hier a rapporté que la police de la ville a mis en place une équipe spéciale visant les étrangers non enregistrés.

    Elle dispose de 30 agents des SWAT, ainsi que de policiers en civil et d'experts en langues étrangères.

    Leur travail consiste à interroger les étrangers et vérifier leurs papiers.

    La police a déclaré que, après le lancement de la première campagne de répression, certains Africains ont émigré vers les zones en dehors de la capitale.

    La gestion des étrangers est encore à ses débuts, bien que la réforme de la Chine et l'ouverture aient commencé il y a plus de 30 ans, a déclaré au journal un fonctionnaire anonyme de l'administration des sorties et entrées de Guangzhou.

    Il a déclaré que certains criminels ont changé leur identité après leur entrée en Chine, et que les autorités de Guangzhou utilisent un nouveau système de comparaison de photos depuis l'année dernière, mais qu'il a encore besoin d'être amélioré.

    Ce fonctionnaire a également précisé que certains Africains se comportent violemment et agressent même la police lors des interrogatoires, ce qui fait que trois agents des SWAT sont habituellement présents quand un Africain est interrogé.

    Parfois, cinq policiers minces n'arrivent pas à contrôler un seul Africain grand et fort, a-t-il dit.

    Selon le journal, les forces de police de la ville cherchent aussi de l'aide auprès d'autres autorités parce qu'elles ne sont pas en mesure de gérer un aussi grand nombre d'étrangers.

    En vertu du droit chinois, toute personne qui fournit un logement aux étrangers qui entrent, travaillent ou vivent en Chine illégalement pourront être mis en détention jusqu'à 10 jours et subir une amende allant jusqu'à 20 000 yuans (3 249 dollars US).

    En juin 2012, plus de 100 Africains se sont rassemblés devant un poste de police à Guangzhou, provoquant des embouteillages, alors qu'ils protestaient contre la mort soudaine d'un Nigérian à la gare.

    Selon les médias locaux, le Nigérian avait refusé de payer la course d'une moto-taxi et une bagarre avait alors éclaté.

    La police a déclaré qu'il était soudainement tombé dans le coma au poste de police et qu'il était décédé malgré les efforts faits pour le réanimer.

    En 2009, plus de 100 Africains s'étaient également rassemblés devant le même poste après avoir appris qu'un Africain se soit tué en sautant depuis son domicile pour éviter un contrôle de passeport.

    Devant l'insécurité grandissante , de nombreux Chinois m'ont déclaré éviter de se rendre dans cette ville qu'ils n'aiment pas d'autant plus que la majorité ne parle pas ou ne veut pas parler le mandarin et qu'ils trouvent la ville sale. Personnellement, je trouve leur jugement exagéré. D'accord, concernant l'insécurité dans certains quartiers , mais concernant la saleté, ce n'est ni plus ni moins que beaucoup d'autres grandes villes chinoises.

    ecran.jpg

  • Guangzhou(Canton) offre des téléphones gratuits aux voyageurs venus des zones affectées par Ebola

    cani10.jpg

    Guangzhou (sud de la Chine)), distribue gratuitement des téléphones portables aux personnes venues des zones touchées par Ebola, ont indiqué les autorités locales.

     

    Chaque voyageur en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone recevra un kit comportant un thermomètre, un plan de la ville et un téléphone portable gratuit équipé d'une carte SIM locale. Au total, 138 téléphones avaient été distribués samedi selon le bureau de l'inspection et de la quarantaine des entrées et sorties de l'aéroport de Guangzhou.

     

    "Les voyageurs ayant reçu un portable doivent le garder allumé pendant 21 jours après leur entrée. De cette façon, le personnel de contrôle des maladies peut les retrouver et les contacter dans les plus brefs délais", a expliqué Wu Huiming, directeur adjoint du bureau.

     

    Les personnes ne respectant pas cette règle seront ajoutées à une liste noire par la police la prochaine fois qu'elles entreront dans le pays, a ajouté M. Wu.

     

    Guangzhou, qui possède des liens étroits avec l'Afrique, accueille chaque mois plus de 160 vols directs en provenance de ce continent. De nombreux Africains entrent dans la province après avoir transité par des aéroports étrangers.

     

    La ville exige des personnes en provenance des régions affectées ou ayant eu des contacts avec des patients touchés par Ebola ou avec des gens présentant une forte fièvre dans ces régions d'entrer dans la province par des voies désignées.

    cani19.jpg

  • Ebola : les autorités de Guangzhou (Canton)renforcent les contrôles des voyageurs

    c03fd559e56615bbf6c801.jpg

    En raison des préoccupations grandissantes quant à l'apparition du virus Ebola en Chine, les autorités de Guangzhou (Canton) ont décidé de renforcer les contrôles pour tout cas suspect d'Ebola, dès lors que les régions du sud du pays accueillent un nombre important d'expatriés et de touristes en provenance de l'Afrique.

    Le gouvernement de la ville de Guangzhou a en effet annoncé mardi le renforcement d'une série de mesures de précaution et a averti que ceux qui ne respecteraient pas ces règles devraient assumer la responsabilité juridique de leurs actes.

    En réponse à l'initiative de la ville, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué la rapidité avec laquelle la Chine a adopté des mesures de précaution, tout en assurant que les risques d'une flambée du virus Ebola dans le pays étaient faibles.

    « La Chine a agi rapidement pour renforcer ses systèmes de contrôle et de dépistage dans les aéroports et autres points d'entrée. […] Ces mesures sont conformes à la déclaration de l'OMS publiée en août 2014 selon laquelle la maladie à virus Ebola est une urgence sanitaire internationale », a annoncé l'organisation ce mercredi.

    « La possibilité d'un cas importé d'Ebola existe […], l'évaluation actuelle des risques suggère néanmoins que la probabilité d'une progression vers une transmission étendue et intense d'Ebola en Chine reste faible », précise l'OMS dans un communiqué.

    L'annonce des autorités chinoises, parue mardi, marque une nouvelle étape dans les efforts pour contenir les risques d'infection dans la ville de Guangzhou, qui abrite un des ports les plus actifs du pays, ainsi que la plus grande communauté africaine de toute l'Asie. Les statistiques officielles indiquent en effet que près de 20 000 citoyens africains résident  dans la capitale provinciale.

    Tous les visiteurs entrant à Guangzhou, chinois et étrangers, qui se sont rendus dans des régions touchées par le virus Ebola, dont la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone et la République démocratique du Congo, au cours des 21 derniers jours devront faire l'objet d'un contrôle de leur température et transmettre leurs coordonnées aux autorités, peut-on lire dans le Quotidien du Peuple.

    Les passagers qui présentent des symptômes similaires à ceux d'Ebola, comme de la fièvre, devront immédiatement consulter des professionnels de la santé et contacter le service d'assistance sanitaire par téléphone mis en place par le gouvernement.

    Le communiqué des autorités précise également que les responsables d'événements publics de grande envergure, d'hôtels et de sites touristiques qui accueillent des visiteurs en provenance de régions touchées par le virus doivent se charger de contrôler la température de ces personnes.

    Au mois d'octobre à la Foire de Canton, le plus grand salon commercial de Chine, l'ensemble des participants en provenance des régions touchées par le virus Ebola ont également dû faire vérifier leur température deux fois par jour.

    Beijing suggère pour sa part que les personnes qui rentrent en Chine après un séjour dans un pays frappé par le virus Ebola se placent en quarantaine chez elles pendant 21 jours, et qu'elles effectuent des contrôles de leur température deux fois par jour si elles ont été en contact avec des personnes infectées, rapportait mercredi l'agence de presse Xinhua.

  • A Canton, par tradition , on mange des animaux protégés et en voie de disparition malgré les interdits de la loi chinoise et la réprobation des amis des animaux de toute la Chine

    800px-Restaurant_in_Guangzhou.jpg

    Il est un dicton qui circule en Chine , les Cantonais mangent tout ce qui a 4 pates sauf les tables et tout ce qui

    vole sauf les avions. Et c'est vrai , à Guangzhou vous pouvez trouver sur votre table, chien, chat ,rat, serpent et même des animaux en voie de disparition.

    Porcs-épics en cage ou tortues en voie de disparition, les espèces animales rares sont en vente libre à Guangzhou (Canton), même si les autorités assurent lutter contre les trafics et les spécialités culinaires illégales. 

    Au mois d'avril, la Chine a corsé la peine encourue par les consommateurs ou vendeurs d'espèces menacées, la faisant passer à 10 ans de prison. Mais l'application de la loi est manifestement laxiste à Guangzhou (Canton) dans la province du Guangdong où le gouvernement central peine à se faire respecter.

     En avril, le parlement national a approuvé une nouvelle interprétation de ces lois, qui permettrait de condamner les consommateurs et vendeurs d'espèces menacées à des peines allant jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

    A la même époque, les médias d'État ont révélé l'existence de réseaux trafiquant d'énormes quantités d'animaux rares, notamment la saisie de 956 pangolins congelés par la police aux frontières de Canton.       
         Montrés du doigt par tous les amis des animaux , très nombreux en Chine , les Cantonais sont loin d'abandonner leurs traditions de manger tous ce qui bouge d'autant plus que leur voracité repose sur des croyances ancestrales liées à la médecine chinoise.


          Les restaurants de Canton ne font généralement pas de publicité pour les espèces menacées qu'ils vendent, mais les proposent aux clients de confiance sur des menus tenus secrets, note Tian Yangyang, chercheur au sein du groupe de défense de l'environnement Nature University.

     

    La-Chine-est-sous-le-choc-d-attaques-en-serie-apres-une-nouvelle-agression-a-Canton_article_popin.jpg

    gare de Guangzhou (Canton)



    L'année dernière, il s'est infiltré dans des restaurants de Canton, où il a découvert que de l'aigle et du cygne étaient largement distribués.

    "Je ne suis pas très optimiste quant à un éventuel renforcement des règles, parce que le système juridique en Chine n'est pas encore très solide", indique-t-il, ajoutant que le trafic d'espèces protégées "s'aggrave, parce qu'il est piloté de manière souterraine".

    Pour d'autres espèces, le trafic ne faiblit pas, comme dans un restaurant de Canton spécialisé dans le ragoût de serpent, où le cobra royal vivant fait partie des mets les plus demandés.

    Cet animal est classé comme "vulnérable" sur la liste rouge, du fait de la disparition de son habitat et de sa "surexploitation à des fins médicales".       
    Ces ripailles que presque toute la Chine réprouve fait que Canton est boudée par les touristes chinois et étrangers d'autant plus qu'en Chine, Canton a la réputation d'être la ville de Chine la moins sécurisée.

    Je tiens à témoigner que si Canton compte bon nombre de pickpockets et s'il y a un peu plus de violence à Canton que dans le reste de la Chine , on est bien loin de la violence de n'importe quelle ville française. On peut y prendre les transports publics à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit sans être importunés.

    642378-people-look-on-as-medical-personnel-treat-injured-people-at-scene-of-knife-attack-at-railway-station.jpg

    Attroupement autour de  scène du crime, à Canton, le 6 mai
         

     

  • Le cancer reste la principale cause de décès à Beijing et Canton pour la septième année

    001fd04cfc2214bd651f06.jpg

    Un rapport de la Commission de la santé et de la planification familiale a révélé que, pour la septième année consécutive, le cancer demeure la principale cause de décès parmi les résidents locaux de Beijing, a rapporté le Beijing Times.

    C'est la même chose pour les gens vivant à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong, avec 248 résidents sur 100 000 ayant été atteints d'une forme de cancer l'an dernier et un taux de mortalité de 144 par 100 000.

    L'état de santé général des habitants de Beijing a montré des signes d'amélioration l'année dernière, et l'espérance de vie moyenne a augmenté à 81,5 ans.

    Les cinq principales causes de décès chez les résidents de Beijing sont le cancer, les maladies cardiaques, les maladies cérébrovasculaires – un problème des vaisseaux sanguins irriguant le cerveau – les maladies respiratoires, les blessures et les intoxications. Ces maladies constituent 87 % de tous les décès.

    Le taux de mortalité maternelle est de 9,45 par 100 000, et la mortalité infantile est de 2,33 %, des taux reflétant les indices de la santé des résidents.

    La Commission de la santé et de la planification familiale considère la prévention des maladies chroniques non infectieuses comme sa priorité.

  • GUANGZHOU,SHENZHEN ET ZHUHAI , TROIS PERLES DANS LE DELTA DE LA RIVIERE DES PERLES

    shenzhen 2010 893.jpg

    Je croyais ne plus être surpris en Chine ,après tant de voyages et craignais de finir par être blasé et accoutumé du spectacle que peut encore me montrer la Chine. Et bien non, les  trois jours que je viens de vivre , passant de Shenzhen à Zhuhai puis de Zhuhai à shenzhen et enfin de Shenzhen à Guangzhou m'ont convaincu que mon enthousiasme était loin de s'émousser. Ces trois villes m'enchantent à un point que j'ai l'impression d'y rêver tout éveillé. Après une journée aux sources d'eau chaude de Doumen , district de Zhuhai , une journée à l'exposition aéronautique doublée d'un meeting aérien sur l'aérodrome de Zhuhai , nous avons mis le cap sur Guangzhou et ses jeux asiatiques que la Chine organise , comme toujours de main de maître. C,est la quatrième fois que je me rends  à Guangzhou mais grâce à un couple d'amis que je remercie au passage, c'est la première fois que je découvre réellement cette ville.

     

    shenzhen 2010 811.jpg

    Qing et René , couple d'une immense gentillesse , habitent Guangzhou dont Qing est native et qu'a rejoint Rene , belge , qui depuis longtemps avait envisagé de terminer sa vie en Chine . Tout comme moi , René voue une grande passion pour son pays d'adoption . Nous partageons le même plaisir à vivre en Chine et la même analyse quant à la gentillesse  et aux qualités du peuple . chinois.

    shenzhen 2010 825.jpg

     

    Nos expériences sont pratiquement similaires et tous deux avons été très bien accueillis dans les familles de nos épouses respectives ouù jamais nous avons le sentiment d'être un "lowai". Tout comme je suis persuadé que Shenzhen est la plus belle ville de Chine , René est convaincu que la palme revient à sa ville et il faut voir comme il nous a présenté Guangzhou , avec allant et fierté. Et je pense que quand on vit , comme René dans un environnement agréable , dans une ville charmante  , propre , sécurisée , munie d'infrastructures de qualité , on peut être fier de sa ville . Il m'a fait la confidence que jamais il n'avait ressenti aucune fierté de présenter sa ville belge dont il est originaire

     

    shenzhen 2010 829.jpg

     

    shenzhen 2010 854.jpg

     

    shenzhen 2010 872.jpg

    shenzhen 2010 876.jpg