brtagne

  • Le lait européen est devenu un produit de luxe en Chine, tout profit pour les laits allemands et bretons

    001ec92b9029137d7a4419.jpg

    Les Chinois paient cher le lait produit en Allemagne ! Le lait de la marque Muh, qui se vend par exemple 0,65 euro le litre dans les supermarchés allemands, est vendu 3,5 euros du litre en Chine. Depuis le scandale du lait chinois contaminé à la mélamine, les consommateurs locaux se sont tournés vers les produits étrangers.

    Un éleveur allemand a découvert par hasard, lors d'un séjour en Chine, que son lait qui était vendu dans un supermarché de Chine était bien plus cher que dans son propre pays. « La Chine est aujourd'hui devenue le premier client du lait allemand », pouvait-on récemment lire dans les lignes de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. « La Chine est un marché démentiel qui ne cesse de s'étendre », précisait l'hebdomadaire.

    Depuis le scandale du lait néo-zélandais contaminé par une bactérie potentiellement mortelle, de nombreux clients se sont cette fois tournés vers les produits laitiers européens. De 2010 à 2012, le volume des importations de lait en Chine s'est multiplié par 14, atteignant 38 000 tonnes. La Chine est ainsi devenue le plus gros consommateur de lait allemand après l'UE.

    Par ailleurs, les prix y étant les plus élevés au monde, le lait allemand est devenu un véritable produit de luxe en Chine. Le prix moyen de 1,5 à 3,5 euros du litre étonne les producteurs laitiers et leur donne une bonne raison d'élargir leur production.

     

    sans-titre.png

    La Chine a prévu de renforcer les contrôles sur la production de lait en poudre et de sanctionner plus rigoureusement les sociétés qui enfreignent les règles de qualité et de sécurité nationales, a déclaré vendredi l'autorité chinoise du contrôle de la qualité des aliments.

    Quelques 40 marques de lait issues d'une trentaine de pays ont pénétré le marché chinois depuis 2010. Profitant de la perte de confiance des consommateurs chinois dans les produits locaux, elles ont toutes relevé leurs prix.

    Ces produits étrangers, souvent vendus en boîtes d'un litre, sont étiquetés entre 25 et 28 yuans, un prix beaucoup plus élevé que dans le pays de production, qui permet aux producteurs de réaliser une marge de profit prodigieuse pour de simples produits laitiers.

    images.jpg

    Shenzhen: ces touristes reviennent de Hong Kong avec un stock de lait en poudre

    A partir de 2015, les producteurs bretons vont fournir 700.000 litres de lait frais par an à une usine chinoise de lait en poudre installée dans le Finistère en Bretagne.

    Cet investissement de 100 millions d’euros, porté à 90 % par Synutra et à 10 % par Sodiaal, première coopérative laitière française, réjouit Christian Troadec, maire de Carhaix : « Cela va bénéficier au développement de notre territoire avec de l’activité pour 700 producteurs laitiers, et de l’emploi pour 160 personnes.

     

     

     

    Visite d'un P-DG chinois à Carhaix en compagnie du Maire

    Une opinion partagée par Benoît Rouyer, économiste au Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) : « L’Europe et la France laitières font maintenant davantage envie que pitié. Si nous ne croyons pas en notre avenir laitier, des investisseurs chinois y croient pour nous. Le développement de notre production laitière passera par l’exportation. »