britanique

  • En plus de 150 ans sous l'autorité du Royaume-Uni, Hong Kong n'a jamais connu la démocratie, l'ingérence de politiciens britanniques dans les affaires de Hong Kong est dénuée de fondements

    ,

    sans-titre.png

    En plus de 150 ans sous l'autorité du Royaume-Uni, Hong Kong n'a jamais connu la démocratie. Les gouverneurs de Hong Kong étaient désignés par le gouvernement britannique.

    Après sa rétrocession à la Chine, Hong Kong a eu le droit de choisir ses chefs de l'exécutif. Et, en 2017, les habitants pourront élire le nouveau chef de l'exécutif.

    "Si l'on compare les deux gouvernements, il ne fait aucun doute sur qui fait la promotion de la démocratie à Hong Kong", a noté M. Zhang Dinghuai ,professeur et directeur adjoint du Centre de recherche sur les lois fondamentales de Hong Kong et de Macao à l'Université de Shenzhen, lors d'une interview accordée à l'Agence de presse Xinhua.

    Hong-Kong-les-pro-Pekin-defilent-contre-le-mouvement-democratique_article_main.jpg

    Plus de 100000 manifestants défilent à Hong Kong pour soutenir le gouvernement local contre un mouvement de désobéissance civile guidé depuis l'étranger  qui menace de paralyser la mégapole financière.

    L'ingérence de politiciens britanniques dans le développement constitutionnel de Hong Kong est hypocrite et dénuée de fondement, a déclaré  M. Zhang .

    "Si l'on compare les deux gouvernements, celui de l'époque coloniale et l'actuel,  il ne fait aucun doute sur qui fait la promotion de la démocratie à Hong Kong", a noté M. Zhang.

    M. Zhang s'est exprimé ainsi en réponse à un article de Chris Patten, le dernier gouverneur britannique de Hong Kong avant son rattachement à la Chine en 1997. M. Patten a déclaré récemment dans le Financial Times que Londres avait une "responsabilité morale concernant ce qui se passe à Hong Kong".

    "Comme l'ont accepté les gouvernements britanniques successifs, le Royaume-Uni a 'une obligation morale et politique continue' de s''assurer que la Chine respecte ses engagements" concernant la garantie du mode de vie de Hong Kong sur une période de 50 ans après 1997", a-t-il écrit.

    En réponse, M. Zhang a expliqué que le communiqué conjoint entre la Chine et le Royaume-Uni était un document juridique international, et non une loi nationale concernant la manière de régir Hong Kong. Les engagements de la Chine depuis qu'elle a repris sa souveraineté sur Hong Kong ont été remplis.

    Aujourd'hui, la manière dont Hong Kong est gouverné ne regarde pas le Royaume-Uni, car il s'agit des affaires intérieures de la Chine, a ajouté M. Zhang.

    Le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) a décidé dimanche dernier d'instaurer le suffrage universelle pour l'élection du chef de l'exécutif de Hong Kong, sur la base de la nomination des candidats par un comité électoral "largement représentatif".

    sans-titre.png

    Quelques manifestants ,drapeau étranger en tête , guidés par l'étranger

    manifestent pour causer des troubles à HK

    imagesIBFZWE4E.jpg

    Patriotes qui défilent pour la sauvegarde de l'autonomie de HK

    selon les accords passés en 1997.