bourse

  • Quand la Chine tousse, c'est l'Occident qui a la fièvre

    d724d7895809db8c9b36616c4cc541d1-627x418.jpg

    Depuis des années, on nous dit , si ça va mal chez nous, c'est à cause de la Chine. Le chômage , c'est la Chine, l'inflation, c'est la Chine, l'augmentation du pétrole , c'est la Chine, les usines qui ferment ,c'est la Chine, l'augmentation des matières premières , c'est toujours la Chine.

    Aujourd'hui, le prix des matières premières diminue , on nous explique que c'est la faute de la Chine, le commerce ralentit , c'est la Chine etc, etc  

    Bref ce n'est plus la faute à Voltaire, c'est la faute à la Chine.

    Concernant les dévaluations du Yuan , l'analyste Steven Forbes dans un article publié dans l’édition de Forbes. estime que la dévaluation du yuan montre les conséquences dangereuses de la politique financière américaine, ainsi que l’absence fondamentale de conscience économique contemporaine.

    M.Forbes estime que l'époque du dollar, "roi de toutes les devises", pourrait s'achever, si le prochain président américain n'a pas les compétences nécessaires pour mettre fin à la dévaluation du dollar.

    La politique chinoise sur le yuan n'est pas une dévaluation traditionnelle, c'est plutôt une réaction à l'appréciation récente du dollar. M.Forbes souligne que l'absence de stabilité de la devise américaine produit des effets négatifs, qu'elle soit appréciée ou dépréciée.

    Cependant, le dollar pourrait garder sa force. Si la Réserve fédérale américaine ne change pas sa politique sur les taux et le règlement bancaire, les consommateurs comme les petites entreprises rencontreront des problèmes avec leurs crédits.

    topelement.jpg

     
     

     

    Selon M.Forbes, tous ces aspects menacent la reprise de la croissance économique mondiale. Quant à Pékin, il pourrait utiliser l'instabilité du dollar pour diminuer l'influence américaine, et pour créer un bloc financier sur la base du yuan, avec les pays voisins, notamment l'Indonésie.

    La politique actuelle américaine et la diminution de la puissance militaire des Etats-Unis donnent à la Chine un prétexte pour lancer l'établissement d'une "sphère de prospérité commune" en Asie, et pour mener une politique d'isolation du Japon et d'évincement des Etats-Unis de la région, estime l'expert américain.

    M.Forbes estime également que c'est la situation autour du dollar qui a influencé de façon négative l'économie mondiale. Le dollar faible a provoqué un boom sur marchés des matières premières, qui ont reçu des milliards de dollars en investissements. Les prix ayant augmenté faisaient penser que de telles marchandises étaient nécessaires en nombre croissant. Mais ces signes étaient faux, ils révélaient en fait la faiblesse de la devise américaine.

    Pourtant, l'appréciation récente du dollar n'est pas favorable pour les économies en voie de développement, et pourrait aggraver leur affaiblissement. Généralement, les changements de valeur du dollar sont dangereux pour la plupart des pays du monde, conclut M.Forbes.



    steve-forbes.jpg

    source: http://fr.sputniknews.com/

  • Rebond des bourses chinoises, les mesures gouvernementales produisent leurs effets

    Comme on le voit sur cette photo, tous ,ou presque , les indices sont dans le rouge . A noter qu'en Chine, les hausses apparaissent en rouge et les baisses en vert.

    Tant Shanghaï que Shenzhen ont vu leurs indices passer ce jeudi de pertes à gains et la tendance s'accentue depuis 4 jours.

    Un rebond qui survient après qu'une série de mesures gouvernementales visant à stabiliser le marché, paraissent avoir finalement produit leur effet.

     

    L'indice composite de Shanghai a terminé en hausse de 5,8% à 3 709 points....Sa plus forte croissance à la journée, et ce en plus de 6 années..L'indice composite de Shenzhen a pour sa part également connu une progression de 4,4%...Plus de 1 300 titres se sont échangés sur les deux marchés atteignant la limite quotidienne de 10%. Et cela intervient après une perte d'un tiers de leur valeur totale au cours du mois précédent. Et du côté du ChiNext spécialisé dans les technologies lourdes, l'indice a gagné 3%, après avoir perdu 38% de sa valeur depuis un pic en juin.

    La chute des deux  bourses chinoises fait suite à un engouement exagéré de la part des particuliers (100 millions d'investisseurs privés) dont certains, voyant les cours s'envoler, se sont endettés pour acheter des actions. Il faut dire qu'en moins d'un an, ces bourses ont connu une hausse de 150% .

    Le fait que des clients chinois aient emprunté de l'argent pour acheter  des actions n'a rien d'extraordinaire , cela arrive dans tous les pays. Il y a 50 ans , j'entendais déjà mon père dire qu'il fallait se méfier du marché à terme.

    Dès que le marché chinois eut marqué des signes de lassitudes, les hyènes occidentales commençaient déjà leurs commentaires teintés de triomphalisme , certains voyaient déjà "ce qu'ils avaient toujours prédits , la fin du système chinois" etc...MDR.

    Pour certains, "ce qui se passe en Chine est plus grave qu'en Grèce" . Ces gens oubliaient un peu vite que si la Grèce était sans pilote depuis 20 ans , que le pilote actuel est inexpérimenté et arrogeant , la Chine depuis sa prise en main par Deng Xiaoping est gouvernée par des gens de grandes qualités , qui savent que gouverner c'est prévoir.

    Beaucoup de responsables de pays européens l'on compris et sont entrés directement au capital de la Banque asiatique d'investissement en infrastructures (BAII), malheureusement , la Belgique , obéissant au doigt et à l'œil à son maître américain n'en fait pas partie.

    20130618-003728.jpg

     

     

  • Chine : la valeur des Bourses de Shanghai et de Shenzhen en augmentation de 6,9 % en une semaine

    Pudong_district_roads_traffic_skyscrapers,_Shanghai.jpg

    Shanghai Stock Exchange Building

    La croissance du marché boursier chinois a entraîné une forte augmentation sur le marché de la capitalisation des Bourses de Shanghai et de Shenzhen.

    Shanghai et Shenzhen sont les deux plus grandes villes de Chine au niveau économique et financier. Ce sont les deux seules villes à détenir une bourse et qui ,au niveau mondial, se placent depuis cette année , respectivement aux troisième et cinquième places .

    On peut se demander comment et pourquoi , tout ce que touchent les Chinois se transforme en or.

    La valeur du marché des Bourses de Shanghai et de Shenzhen a atteint 35.000 milliards de yuans (5.700 milliards de dollars) vendredi, en hausse de 6,9% par rapport à la semaine précédente. Le prix moyen de toutes les actions a augmenté de 6,93% durant la semaine pour atteindre 9,6 yuans.

    La capitalisation boursière du marché des actions de la Chine a détrôné la semaine dernière celle du Japon pour devenir la deuxième plus grande du monde, après les Etats-Unis. La valeur du marché boursier de Shanghai a atteint 22.000 milliards de yuans à la clôture de la bourse vendredi, soit en hausse de 9,6% par rapport à la semaine précédente. La valeur des actions en circulation cette semaine a connu une croissance de 7,8% pour atteindre 29.400 milliards de yuans. Plus de 60 actions cotées à Shanghai et Shenzhen ont connu une croissance de 10%, atteignant ainsi la limite journalière.

    Un nouveau record mondial des transactions quotidiennes a été atteint vendredi. Avec un chiffre d'affaires des deux bourses totalisant 1.070 milliards de yuans, ce nouveau record bat l'ancien datant de mercredi et qui totalisait 915 milliards de yuans.

    Les transactions réalisées sur les deux bourses ont atteint respectivement 639 milliards et 435 milliards de yuans.

    La croissance a été principalement dynamisée par la réduction du taux d'intérêt en novembre.

    De nombreux établissements s'attendent à une réduction du taux de réserves obligatoires prochainement pour certaines banques, ce qui aidera à libérer davantage de fonds sur le marché des capitaux.

    Shenzhen_walk_02.jpg

  • Exemption d'impôt sur les bénéfices boursiers sur la plateforme commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect"

    hk.jpg

    Les investisseurs chinois seront exemptés d'impôt sur leurs revenus grâce au prochain programme pilote "Shanghai-Hong Kong Stock Connect", indique vendredi un communiqué officiel.

    Le ministère des Finances et les régulateurs boursiers ont annoncé que les investisseurs individuels seraient exemptés de l'impôt sur les revenus personnels issus des bénéfices boursiers sur la plate-forme d'échanges commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect" du 17 novembre 2014 au 16 novembre 2017.

    Les régulateurs boursiers de la partie continentale et de Hong Kong ont annoncé à l'aide d'un communiqué conjoint que la plate-forme serait opérationnelle à partir du 17 novembre.

    Ce programme pilote permettra aux investisseurs d'effectuer des transactions boursières sur les deux marchés, via des sociétés boursières locales.

    hk.jpg

    Selon un communiqué conjoint publié par la Commission de contrôle boursier de Chine (CCBC) et la Commission des valeurs mobilières et des marchés à terme de Hong Kong (SFC en anglais), le lancement du programme pilote permettant l'accès mutuel entre les marchés boursiers de Shanghai et de Hong Kong a été approuvé.

    Depuis le 10 avril, la CCBC et la SFC ont étroitement collaboré pour préparer le programme pilote.

    Les règlements nécessaires en matière d'échanges et de compensations, les mécanismes concernant le quota quotidien et le quota global, ainsi que d'autres arrangements ont été finalisés.

  • Jack Ma , fondateur d'Ali Baba , devenu l'homme le plus riche de Chine

    Jack Ma, l'homme le plus riche de Chine

    Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, est devenu l'homme le plus riche de Chine avec un patrimoine de 150 milliards de yuans (19 milliards d'euros ), selon la liste des grandes fortunes chinoises de 2014 publiée mardi par l'Institut de recherche Hurun.

    Jack Ma, 50 ans, arrive en tête de la liste annuelle, détrônant Wang Jianlin, fondateur du promoteur immobilier Dalian Wanda Group, malgré une croissance de 7% de sa richesse. Wang Jianlin arrive cette année à la deuxième place avec une fortune de 145 milliards de yuans.

    C'est la première fois que Jack Ma arrive en tête de la liste, en grande partie grâce à l'introduction d'Alibaba à la bourse de New York. Il devrait atteindre la 25e place du classement des fortunes mondiales de Hurun.

    Cinq des dix personnes les plus riches de Chine sont issues de l'industrie des technologies de l'informatique, illustrant son essor. Pony Ma du géant de l'Internet Tencent arrive à la cinquième place avec un patrimoine de 108,5 milliards de yuans, suivi par Robin Li, PDG de Baidu.com, avec 105 milliards de yuans, Liu Qiangdong, PDG de JD.com se classe à la 9e place avec 53 milliards de yuans, et Lei Jun, fondateur et PDG de la marque chinoise de smartphones Xiaomi à la 10e place avec 45 milliards de yuans.

    Le seuil des dix premières fortunes s'élève à 45 milliards de yuans cette année, soit 20% de plus que l'année dernière.

     

  • Le succès de la zone de libre échange de Shanghai et l'espoir de réformes et de nouvelles ZLE enflamme les bourses chinoises

    F200802280830573840268991.jpg

    La bourse de Shanghai a fermé en hausse hier, les investisseurs prédisant le lancement de nouvelles réformes économiques, et l'ouverture de zones de libre-échange (ZLE) dans d'autres villes portuaires.

    Le Shanghai Composite Index a gagné 0.62 % pour finir à 2211,77 points.

    « Le goût du risque du marché est extrêmement élevé car les investisseurs s'attendent à voir des réformes mises en place sur le court terme », a expliqué Shenyin et Wanguo Securities.

    Les investisseurs espèrent que le Parti communiste chinois tiendra une réunion importante en novembre à l'issue de laquelle il dévoilera des mesures qui feront avancer la réforme économique.

    En outre, plusieurs entreprises basées dans de grandes villes portuaires telles que Tianjin, Qingdao et Xiamen ont vu leurs actions bondir car certains y présagent l'ouverture de zones de libre-échange, après le lancement de celle de Shanghai, mardi.

     

    tianjin.jpg

    Tianjin

    Songjiang, une entreprise de promotion immobilière basée à Tianjin, a grimpé jusqu'à la limite journalière de 10 % pour atteindre 5,27 yuans (0,64 euro). Dans la même ville, Marine Shipping et Port Co ont toutes les deux gagné 10 % à 5,61 yuans et 8,17 yuans.

    A Xiamen, la société Port Development a également gagné 10 % à 6,84 yuans, tandis qu'ITG Group a terminé en hausse de 10 % à 5,34 yuans.

    Xiamen, une ville portuaire située dans la province du Fujian, pourrait établir, à l'instar de Shanghai une ZLE pour promouvoir la coopération économique entre la Chine et Taiwan, a annoncé hier Century Business Herald.

    Dans le Shandong, la ville de Qingdao a d'ores et déjà déposé sa demande auprès du Conseil d'Etat pour établir une ZLE, selon un communiqué publié sur le site du ministère du Commerce chinois.

     

    tianjin_china.jpg

  • La première bourse de carbone chinoise va voir le jour à Shenzhen

    bourse-carbone-shenzhen.jpg

    Alors que le gouvernement avait désigné l’année dernière plusieurs villes devant servir de test pour mettre en place un système de trading des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), c’est Shenzhen qui est allé le plus vite. Son marché du carbone commencera à fonctionner dès juin prochain.

    C’est l’annonce qu’a fait le 3 avril dernier Xu Qin, maire de Shenzhen, lors d’une réunion ordinaire du gouvernement municipal. La bourse du carbone ouvrira ses portes le 17 juin prochain, lors de la journée nationale de réduction des émissions.

    Alors que Shenzhen a connu une croissance fulgurante du fait qu’elle était une des première villes chinoises à profiter des réformes économiques dans les années 1980-90, elle est désormais en concurrence incessante avec Canton, capitale de la province. Pour maintenir une longueur d’avance, Shenzhen mise sur les services et la protection de l’environnement. Déjà, plusieurs centaines de taxis électriques circulent sur ses grands boulevards. D’autre part, Shenzhen est le siège d’une des deux seules bourses de la république populaire. L’installation de la première bourse du carbone chinoise à Shenzhen a donc tout son sens.

     

    44434.jpg

     

     

    Un engagement en faveur de la protection de l’environnement

    Depuis un an, l’administration a sélectionné le premier lot d’entreprises qui vont être dès cette année soumises à des restrictions d’émissions. Ces sociétés des secteurs industriels, de production électrique ou des transports représentaient 40% des émissions produites dans la municipalité en 2010. Elles devront se conformer aux objectifs qui leurs ont été fixés ou acheter des crédits carbone sur le marché local.

    Le maire Xu Qin s’est réjouit de la rapidité avec laquelle son administration a légiféré, établi la liste des sociétés à inclure la première année, et établi leurs objectifs. Selon lui, cela montre le grand intérêt que sa ville porte à la protection de l’environnement.

    1582214853.jpg

    shenzhen.jpg

     

  • La Chine abaisse les frais des transactions boursières

    Les Bourses chinoises de Shanghai et de Shenzhen ont annoncé lundi qu'elles allaient abaisser de plus de 20% les frais de courtage à partir du 1er juin de cette année, afin d'alléger les charges pesant sur les investisseurs.

    La Bourse de Shanghai a annoncé dans un communiqué publié sur Internet que les frais de courtage seraient réduits à 0,0087% du volume de transactions, contre 0,011% actuellement, soit une baisse de 20,91%.

    La Bourse de Shenzhen a déclaré que les frais de courtage passeraient de 0,0122% à 0,0087%, soit une diminution de 28,69%.


    Par ailleurs, les frais de mutation à la Bourse de Shanghai pour les actions de catégorie A seront réduits à 0,0375% du volume des transactions, contre 0,05% actuellement.

    Un responsable de la Commission de régulation boursière de Chine a prévu que cette diminution des frais de transactions permettrait d'épargner aux investisseurs le versement d'environ 3 milliards de yuans (477,81 millions de dollars) par an.

    "Cette diminution permettra de considérablement réduire le coût des transactions et contribuera au développement sain du marché des capitaux du pays", a-t-il ajouté.

  • PLAN DE RELANCE EN CHINE

    Hausse de 5% des bourses chinoises suite au plan de relance  économique de 4 000 milliards de yuans
      

     

         BEIJING, 10 novembre  -- Les bourses chinoises ont  bondi de 5% lors de la séance de lundi matin, la confiance des  investisseurs étant renforcée par le plan de relance économique de 4 000 milliards de yuans. 

         L'indice composite de référence de la Bourse de Shanghai, qui  concerne les actions A et B, a gagné 87,06 points, en hausse de  4,98%, pour atteindre 1 834,77 points.  

         Malgré ce rebond, l'indice est de 70% inférieur à son point  culminant enregistré à la mi-octobre 2007.  

         La Chine a annoncé dimanche qu'elle prévoyait d'assouplir les  conditions du crédit, de réduire les taxes et de lancer un  important projet d'infrastructure, dans le cadre des efforts  visant à stimuler la demande intérieure, face aux effets négatifs  des conditions économiques mondiales. 

         Le plan de relance économique, estimé à 4 000 milliards de  yuans (570 milliards de dollars), sera mis en oeuvre d'ici deux  ans afin de financer des programmes dans dix domaines majeurs,  dont les logements pour les personnes à bas revenus, les  infrastructures rurales, l'eau, l'électricité, les transports,  l'environnement, l'innovation technologique et la reconstruction  après les catastrophes naturelles, en particulier le séisme du 12  mai.