boisement

  • CHINE:BOISEMENTS MASSIFS

    Le boisement massif de la Chine contribue à la lutte contre le changement climatique 

      

         POZNAN (Pologne),) -- Les efforts déployés ces dernières années par la Chine pour planter des arbres ont eu  un impact considérable sur son environnement et son é conomie et  devraient être reconnus comme un des outils clés visant à réduire  les émissions mondiales de gaz à effet de serre, a estimé le  président de l'ONG "World Growth", Alan Oxley, mercredi dans une  interview accordée à Xinhua. 

         "Les efforts de boisement de la Chine ont démontré que  l'expansion de la sylviculture réduira les émissions mondiales de  gaz à effet de serre et jouera en faveur de la croissance  économique", a expliqué Alan Oxley. 

         "La Chine devrait être saluée, et une sylviculture durable  étendue compensera les émissions de dioxyde de carbone et produira des dividendes pour le développement", a souligné M.Oxley, et  d'ajouter que les efforts de la Chine ont été largement ignorés  lors de la conférence sur le climat à Poznan, en Pologne. 

         Selon un nouveau rapport produit par World Growth, la Chine a  promis en 2006 d'étendre la zone forestière du pays à 20% de  l'ensemble des terres d'ici 2010, ce qui augmenterait la taille de carbone de 50 millions de tonnes de dioxyde de carbone - à peu  près assez pour compenser les é missions de l'ensemble de la Suède pour une année entière. 

         L'approche de la Chine du changement climatique correspond  complètement à la Convention cadre des Nations Unies sur le  changement climatique, qui encourage l'adaptation au changement  climatique. 

         La Chine cherche à améliorer l'efficacité énergétique pour  réduire les taux d'émission et à étendre ses forêts, qui sont des  mesures tangibles pour réduire les taux d'émission, a indiqué M.  Oxley. 

         "En même temps, étant donné le besoin pour la Chine de  continuer d'élever les conditions de vie et de développer  l'économie, une augmentation générale des émissions pendant un  temps est néanmoins inévitable", a-t-il ajouté. 

         "C'est compréhensible, la Chine a également indiqué qu'un  objectif clé est de s'adapter aux impacts du changement climatique ", a-t-il dit.  

         M. Oxley a affirmé que l'expansion de la sylviculture durable  est le moyen le plus facile et le moins cher de réduire les  émissions. Cependant, il est toujours ignoré par les négociateurs  des économies industrialisées. 

         Faisant référence aux négociations sur le climat de Poznan qui se déroulent en ce moment, M. Oxley a déclaré qu'une stratégie de  long terme pour réduire les émissions seraient de laisser d'abord  le temps aux économies en développement d'élever les conditions de vie.