bohai

  • La Chine industrialise la désalinisation de glace de mer

    bo.jpg

    La Chine commencera bientôt la production d'une grande quantité d'eau douce par désalinisation de glace de mer, a déclaré mardi une équipe de recherche de l'Université normale de Beijing et la Beijing Huahaideyuan Technology Co. Ltd.

    Ces deux parties ont en effet signé mardi un accord de transfert de technologie de désalinisation de glace de mer.

     

    La société devrait être capable de produire au moins un milliard de mètres cubes d'eau douce par an d'ici 2023, a indiqué Yu Jian, président directeur de la société.

     

    La salinité de la glace de mer est comprise entre 0,4% et 0,8%, bien en dessous de celle des eaux de mer, qui se situe entre 2,8% et 3,1%, a expliqué le professeur Gu Wei, directeur de l'équipe de recherche.

     

    L'équipe maîtrise en effet les principes et technologies fondamentales de désalinisation de la glace de mer et a développé l'équipement nécessaire à ce processus, dont une plate-forme brise-glace et un collecteur de glace, a-t-il ajouté.

    images.jpg

     

    La salinité des eaux de mer après désalinisation est de 0,1%, ce qui répond aux normes nationales. L'eau pourra être utilisée dans l'agriculture, l'industrie et même en tant qu'eau potable, a-t-il précisé.

     

    Le coût de la désalinisation devrait baisser à 4 yuans par tonne, a-t-il estimé.

     

    Le projet de désalinisation de glace de mer a débuté en Chine en 1996 lorsque Shi Peijun, un professeur de l'Université normale de Beijing, réalisait que la désalinisation de la glace pourrait atténuer la pénurie d'eau autour de la région de la baie Pan-Bohai dans le nord de la Chine.

     

    Le projet a reçu un total de 29,72 millions de yuans (4,88 millions de dollars) de divers départements gouvernementaux au cours des 18 années passées.

     

    En hiver dans les océans de hautes latitudes, il y a de grandes réserves de glace de mer, qui sont désormais considérées comme une nouvelle ressource d'eau douce par les scientifiques.

    sans-titre.png

  • La ConocoPhillips China a été trop lente à colmater les fuites de pétrole dans la baie de Bohai

    Les autorités maritimes chinoises ont critiqué la ConocoPhillips China d'avoir réagi trop lentement à colmater les fuites de pétrole dans la baie de Bohai, dans le nord-est de la Chine.

    Une annonce publiée par la branche du Bureau national des Affaires océaniques dans la mer de Chine méridionale, située dans la ville portuaire de Qingdao (est), a indiqué qu'une équipe de huit experts du bureau ont inspecté jeudi deux plateformes qui présentent des fuites près du champ pétrolifère Penglai 19-3.

     

     

     

    Le panel d'experts a découvert que la société a bien suspendu ses opérations sur les deux plateformes mais avait agi trop lentement pour répondre aux demandes du Bureau national des Affaires océaniques qui avait réclamé "d'examiner tous les risques potentiels de fuite et de les colmater complètement".

    De plus, le panel a indiqué que la société n'avait pas rempli ses engagements, à savoir s'assurer que les fuites de pétrole n'atteignent pas la côte, ni n'affectent l'environnement des zones fragiles", une proposition faite par le bureau.

    La ConocoPhillips China (COPC), une filiale du géant américain ConocoPhillips, a rapporté pour la première fois la fuite de pétrole aux autorités en juin. La marée noire s'est étendue sur les plages des provinces du Hebei et du Liaoning. Des pertes économiques ont été enregistrées dans les industries du tourisme et de l'aquaculture de ces provinces.

     

    Mercredi, la ConocoPhillips China a annoncé que lors de ses opérations de nettoyage, elle avait trouvé des polluants près de la plate-forme C du champ pétrolifère Penglai 19-3, et alors qu'aucune estimation précise n'a encore été faite, cela pourrait dépasser les prévisions précédentes qui estimaient la quantité de pétrole déversée à plus de 1 500 barils.

    Plus tôt cette semaine, la branche du Bureau national des Affaires océaniques a accusé la ConocoPhillips China d'avoir dépassé la date limite de nettoyage de ces deux fuites.

    Les opérations de forage sur le champ pétrolifère sont effectuées conjointement par la ConocoPhillips China et la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), le plus grand producteur de pétrole offshore du pays.