beijing

  • Des PME françaises innovantes cherchent des soutiens financiers et des partenaires dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    Huawei-Slider.jpg

    Pour des raisons culturelles et historiques, les pays occidentaux ont toujours eu tendance à regarder vers l’Ouest et les Etats-Unis. Pourtant, la Chine, grâce sa force de production, son dynamisme et son marché de 1,4 milliards d’habitants représente un eldorado pour les start-up. Seulement voilà, la langue, ses idéogrammes et les nombreuses différences culturelles peuvent faire peur quand on ne connaît rien à l’Empire du Milieu.

     Si vous cherchez encore une bonne raison de développer votre activité en Chine, gardez en tête qu’il s’agit du 1er marché des télécoms avec 1,26 Mds d’abonnés mobiles et le premier marché du web avec 670 millions d’internautes dont 50 % sur smartphone.

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises.

     

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

     

    367005041.jpg

    Visite de Tencent, fondateur de QQ

    Objectif pour les start-up ? Rencontrer l’éco système IT Chinois : fabricants, partenaires commerciaux ou investisseurs. « En une semaine, j’ai déjà réussi à rencontrer des monstres comme Baidu, QQ Music, Xiaomi ou encore le géant Alibaba » s’enthousiasme Jessica, co-fondatrice de la société Pulz, nom éponyme de cette ingénieuse enceinte connectée, avant de poursuivre : « il n’y a aucun pessimisme dans ce pays, on avance pas à pas, on itère et on grandit ».

    Feetme, premier lauréat du concours Digital IN Pulse en 2014 avec sa semelle orthopédique connectée et que nous avons rencontré sur place témoigne : « Shenzhen est une ville incroyable, tout le supply chain est devant toi. ». Il rappelle néanmoins qu’il vaut mieux pouvoir compter sur un incubateur local qui facilitera l’accès avec les interlocuteurs.

     

     La société Huawei, créée en en 1988 par Ren Zhengfei s’est implantée à Shenzhen . Le groupe se spécialise d’abord dans les réseaux de téléphonie mobile (semi-conducteurs, modems, connectivité), les solutions de communication des entreprises (datacenter, visioconférence…) avant de produire à son tour des « devices » (smartphones, tablettes et objets connectés).

    Depuis, Huawei compte 170 000 employés (à noter que 85 000 d’entre eux ont des actions de l’entreprise) et décline son offre à destination de trois types de publics : opérateurs, entreprises, consommateurs.

     

     

     

    H1_0140.jpg

    Cette société d’ingénieurs à la réputation plutôt discrète est donc en passe de réussir sa mutation, celle de devenir une marque d’avant-garde auprès du grand public avec des portables haut de gamme qui n’ont rien à envier à ses concurrents. La preuve, elle en a vendu 75 millions en 2014 et devrait dépasser les 100 millions en 2015.

    Selon des statistiques d'IDC (International Data Corporation), les portables chinois ont conquis environ 10% du marché de la téléphonie mobile en Europe de l'Ouest.

     

    Lors du Salon international de la radiodiffusion de Berlin qui s'est déroulé début septembre, le journal britannique "International Business Times" a sélectionné les cinq meilleurs smartphones venant d'être dévoilés parmi la centaine de nouveaux produits. Les téléphones mobiles chinois ont remporté quatre de ces cinq premières places.

     

    Ces quatre smartphones chinois sont respectivement l'AXON Elite et le nubia Z9 de la société ZTE, le Mate S de Huawei, ainsi que le PHAB Plus de Lenovo.

  • 12 PME françaises à la recherche de fonds dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    002564bb44f717b682e612.jpg

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises. Cette visite a lieu dans le cadre du programme « Acceleratech China », conçu par Business France, l'Agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française, et Bpifrance, la banque publique d'investissement.

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

    Les entreprises sélectionnées à l'issue de ce processus sont A2IA, Deep Vision, Delair Tech, Euris, Feeligreen, Fitizzy, Lengow, Prizm, S4M, Sentryo, Technosens et Wassa. Quatre d'entre elles sont par ailleurs lauréates du concours national d'innovation Digital In-Pulse 2015, organisé par Huawei France.

    Toutes les PME et start-up ont été jugées sur le caractère innovant de leur produit ou service, son adéquation avec les attentes du marché chinois, la robustesse de leur modèle d'entreprise et le degré d'implication des équipes dans le projet. Pour valoriser la richesse et l'attractivité des deux écosystèmes français et chinois, une délégation de trois start-up chinoises sélectionnées viendra découvrir Paris en 2016.

    Depuis plusieurs années, la Chine fait monter en gamme son économie. Le pays est devenu l'un des tout premiers acteurs des technologies et des services numériques. Ses champions nationaux tels que Baidu, Alibaba, Tencent ou encore Huawei, sont les équivalents chinois de Google, d'Apple, d'Amazon ou de Facebook. Pour accompagner ces évolutions industrielles, qui touchent tous les secteurs de l'économie, notamment l'industrie, la Chine s'ouvre aux innovations venues de l'étranger. Les entreprises sélectionnées pour Acceleratech China ont l'espoir d'y trouver une place.

    La Chine et la France partagent par conséquent la même volonté de faire émerger les technologies de l'information comme un secteur d'excellence.

  • Les Chinois rendent hommage aux victimes de Paris à l'ambassade de France

    0019b91eca5717b3d2c35d.jpg

    Le 15 novembre, de nombreux Chinois se sont rendus aux portes de l'ambassade de France à Beijing pour rendre hommage aux victimes des attentats survenus vendredi soir à Paris. Le drapeau français était en berne et l'ambassade a aménagé un espace pour permettre aux visiteurs de déposer un bouquet de fleurs ou un message en hommage aux victimes de la tragédie.

    0019b91eca5717b3d2c35c.jpg

    0019b91eca5717b3d2c360.jpg

     

     

  • La Grande Muraille comme vous ne l'avez jamais vue

     

    0019b91ec98117ad456619.jpg

    L'enivrante Grande Muraille de Chenjiabao est située dans le nord de la Chine, dans la commune de Donghuayuan (ville de Zhangjiakou, province du Hebei). Elle s'étend sur les Monts Yanshan et dessine un superbe profil.

     

    0019b91ec98117ad45070e.jpg

    L'endroit en plus d'être magnifique, vous permet d'admirer la "Grande Muraille" dans le calme , loin de foule grouillante que vous rencontrez à Badaling.

     

    0019b91ec98117ad451416.jpg

    Duelque chose me dit , qu'elle ne restera pas longtemps dans cet état. Il faudra faire vite pour la voir dans son état originel, car c'est à Zhangjiakou qu'auront lieu les épreuves de ski de fond et de saut lors des Jeux olympiques de 2022 que Zhangjiakou co-organise avec Beijing.

     

    ski_wanlong_trail_map-620x439.jpg

     

    img_6166.jpg

    Comme vous voyez, Badaling c'est un peu les Champs Elysées un jour de grosse affluence .

     

     

  • Semaine d'or : les touristes boudent Hong Kong ,mais près de Beijing des milliers de Chinois sont bloqués sur une autoroute à 48 voies

    Le 7 octobre 2015 marquait le dernier jour des vacances de la Fête nationale chinoise. Selon la presse, Hong Kong a connu cette année la semaine d'or la plus triste au niveau de la consommation.

    Que ce soit dans le quartier commercial Causeway Bay ou dans l'avenue de Guangdong à Tsim Sha Tsui, les touristes n'étaient pas bien nombreux et les magasins déserts. On est loin des Fêtes nationales précédentes, où des consommateurs de la partie continentale se ruaient dans les boutiques hongkongaises.

    FOREIGN201510081403000348208356214.jpg

    L'avenue de Guangdong à Tsim Sha Tsui est plutôt tranquille

    Les commerçants de HK paient les errements des soi-disant pro-démocratiques manipulés par quelques gamins téléguidés par les Etats-Unis . A force de repousser leurs compatriotes du continent, ils finissent par se tirer une balle dans le pied.

    sans-titre.png

    La bijouterie Tse Sui Luen à Causeway Bay attend les clients

    Pourtant,la semaine d'or ne fut pas mauvaise pour tout le monde. Près de Beijing , avec ses 48 voies à l’approche d’un péage, l’autoroute locale fait tout de suite passer nos autoroutes  pour des chemins de campagne..

    Cette voie mène les automobilistes vers Beijing lors de leur retour de vacances, appelées « Golden Week». Plus de 750 millions de Chinois l'auraient utilisée en une semaine.

    C’est la construction d’un nouveau péage qui serait responsable du chaos. A sa sortie, un goulet d’étranglement plonge les automobilistes dans l’anarchie la plus totale. On voit sur les images des voitures contourner la file et doubler par les bas-côtés. Bref, ne vous plaignez plus jamais des chassés-croisés sur nos autoroutes au mois de juillet.

     

  • 10 des destinations les plus bondées durant la Semaine nationale en Chine(1ère partie)

    1 La Cité interdite

    Le Palais impérial est envahi par des foules gigantesques depuis des années. Plus de 15 millions de personnes l'ont visité en 2014, dépassant tous les musées du monde. Le deuxième sur la liste est le Musée du Louvre à Paris qui a enregistré 9,2 millions de visiteurs l'an dernier.

    Des foules dans des sites touristiques et pittoresques, est une vue courante pendant les congés qui peuvent gâcher votre expérience de visites. Je vous conseille de visiter ces lieux mais  évitez les pendant les congés.

    d43d7e14de0d177701c82b.jpg

    2 La Grande Muraille de Badaling.

    Les touristes se pressent sur la Grande Muraille à Badaling au cours de la Fête nationale .Les images parlent d'elles-même. L'endroit est magique mais dans ces conditions , cela tourne vite au cauchemar .

    d43d7e14de0d177701d32c.jpg

    3 Le Bund de Shanghai

    Une foule de touristes sur la promenade du Bund au cours de la Fête nationale .

    d43d7e14de0d177701e32d.jpg

    4 Le lac de l'Ouest

    Les touristes se pressent sur le pont Yongjin, au lac de l'Ouest, lors de la Fête nationale à Hangzhou, province du Zhejiang, Chine de l'Est. Le lac de l'Ouest est reconnu pour sa tranquillité et son romantisme.

    d43d7e14de0d177701f02e.jpg

    5 Le Mausolée de Sun Yat-sen

    Les touristes s'entassent au Mausolée de Sun Yat-sen à Nanjing

  • 1 million deux cent mille touristes à Beijing pour la Fête nationale

    Les principaux sites touristiques de Beijing ont reçu au total environ 1,2 million de touristes jeudi, à l'occasion du 66e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, ont annoncé les autorités locales.

    Le Musée du Palais, plus connu sous le nom de "Cité interdite", a accueilli 80.000 touristes, soit son affluence quotidienne maximale, et a mis un terme à la vente de billets à 13h00, a-t-on appris de la commission municipale du tourisme.

    Le Temple du Ciel et le site de Badaling sur la Grande Muraille de Chine ont reçu la visite de 58.000 et 25.000 touristes, soit respectivement une hausse de 191% et de 40%, en glissement annuel, a précisé la Commission.

    Cette période de vacances liée de la Fête nationale chinoise du 1er octobre est étalée sur une semaine et a commencé jeudi.

    134678622_14437055438961n.jpg

  • Une étude britannique qui choisit Beijing comme ville la plus agréable de Chine subit des milliers de remarques ironiques des internautes chinois

    sans-titre.png

    Le cabinet indépendant britannique Economist Intelligence Unit se retrouve sous le feu des critiques en Chine pour avoir choisi Beijing au sommet de « l'indice d'habitabilité » dans la partie continentale de Chine.

    Selon le think tank, la ville australienne de Melbourne est la plus agréable à vivre dans le monde sur la base de 30 facteurs, dont la sécurité, les soins de santé, les ressources éducatives, les infrastructures et l'environnement.

    Les autres villes du top 10 mondial sont Adelaide, Sydney, Perth, Vancouver, Toronto, Calgary, Vienne, Helsinki et Auckland.

    Cependant, les Chinois ont exprimé leur surprise en trouvant leur capitale désignée comme la meilleure ville de la partie continentale de Chine. Elle est suivie par Tianjin, Suzhou, Shanghai, Shenzhen, Dalian, Guangzhou et Qingdao. Un article publié en ligne par le journal Le Quotidien du Peuple sur ce classement a obtenu plus de 150 000 commentaires.

    « N'est-ce pas ironique ? Cela devrait peut-être être annoncé le 1er avril », a écrit un commentateur.

    « Beijing, la ville la plus agréable de Chine ? C'est la plaisanterie la plus drôle de cette année ! » a jugé un autre.

    La qualité de l'air est depuis longtemps un sujet de préoccupation pour la capitale et ses villes voisines, un problème également évoqué par le magazine The Economist dans un article citant le directeur scientifique de Berkeley Earth, Richard Muller, qui déclarait que respirer l'air de Beijing était équivalent à fumer presque 40 cigarettes par jour.

    Beijing était l'une des dix villes chinoises avec la pire qualité de l'air le mois dernier, selon un classement publié par le ministère de la Protection de l'environnement.

    Cependant, certains ont défendu le classement en suggérant que si Beijing n'était pas la ville la plus vivable, des dizaines de milliers de personnes ne viendraient pas s'y installer année après année.

    Tianjin a dépassé Suzhou au poste de deuxième ville la plus vivable dans la partie continentale de la Chine, ce qui a également suscité une controverse en raison des explosions destructrices survenues la semaine dernière, tuant 114 personnes dans le port du nord de la Chine.

    « On ne peut pas reléguer Tianjin en bas du classement juste à cause des explosions », jugeait toutefois un commentateur. « Ces explosions ne signifient pas nécessairement que la ville n'est pas sûre. »

    L'indice d'habitabilité établi par Economist Intelligence Unit contraste avec une liste similaire établie par l'Institut chinois de la compétitivité des villes, et basée sur sept grands indices comme l'environnement, la sécurité urbaine, le dynamisme de l'économie, la culture et l'image.

    La liste de l'institut chinois des meilleures villes de Chine en 2015 classait Shenzhen au sommet, devant Zhuhai. Les deux villes sont situées dans la province du Guangdong en Chine du Sud.

    Ce n'est évidemment pas moi qui contredirai cet indice chinois. Habitant Shenzhen, je ne cesse de marteler que Shenzhen, la ville la plus propre de Chine, est la meilleure ville chinoise pour habiter. Peu de villes au monde offrent un littoral de plus de cent km. , des montagnes et un centre ville des plus animés tout en étant la grande métropole la moins polluée de Chine.

     

     

     

    FPO_SZH_011.jpg

    Shenzhen centre

    L'Economist Intelligence Unit (EIU) est une entreprise indépendante appartenant au groupe The Economist Group.

    Par ses recherches et ses analyses, l'EIU offre des prévisions et du conseil à ses clients. Il fournit aux pays, industries et aux entreprises des analyses mondiales. L'EIU faisait partie de la Business International Corporation, une entreprise britannique acquise par l'organisation parente en 1986. Il est connu en particulier pour ses rapports mensuels par pays, ses prévisions nationales sur cinq ans, ses rapports de risque des pays, et ses rapports industriels. L'entreprise s'est également spécialisée dans les recherches sur mesure pour les entreprises qui demandent une analyse pour des marchés particuliers ou des secteurs de marché.

    Franchement, dorénavant , je prendrai les études de ce think tank avec des pincettes.

     

    nj0181-15_1.jpg

    Shenzhen bord de mer

     

  • Les JO 2022 seront favorables à l'emploi et l'éclosion de stations de sports d'hiver en Chine

    sans-titre.png

    Les responsables du comité de candidature de Beijing ont déclaré que le fait d'organiser les Jeux olympiques d'hiver permettrait à la Chine de soutenir l'intégration régionale entre Beijing, Tianjin (ville proche de Beijing qui compte plus de dix millions d'habitants) et la province du Hebei, et ce tout particulièrement dans les domaines des transports, du contrôle de la pollution atmosphérique et du tourisme.

    L'organisation des Jeux en 2022 par Beijing et Zhangjiakou, ville montagneuse de la province du Hebei, s'inscrit parfaitement dans le projet national en matière de développement intégré des trois régions, estime Wang Anshun, le maire de Beijing.

    Ce dernier a commenté vendredi que l'organisation de Jeux olympiques d'hiver consolidera le secteur régional en lui offrant de meilleures installations infrastructurelles.

    L'organisation conjointe de l'événement nécessitera également une coopération plus étroite entre les deux villes hôtes, un redoublement des efforts dans la lutte contre la pollution atmosphérique et une promotion accrue des sports d'hiver, des secteurs connexes et du tourisme, ce qui permettra de créer de l'emploi et d'améliorer les conditions de vie des habitants de la région.

    La Chine a choisi trois destinations pour accueillir les compétitions des JO : le centre de Beijing, le district de Yanqing et Zhangjiakou.

    Tous les événements sur glace, dont les épreuves de patinage de vitesse, de hockey sur glace et de curling, auront lieu dans le centre-ville de Beijing. Un centre de biathlon et de compétitions nordiques sera par ailleurs construit à Zhangjiakou, et un centre de ski alpin à Yanqing, dans le nord-ouest de Beijing.

    D'après un rapport publié par l'Académie des sciences sociales du Hebei, l'organisation des Jeux signifie que Zhangjiakou va créer plus de 400 000 emplois pour les résidents locaux d'ici 2022.

    « Le revenu par habitant dans le district de Chongli a atteint 6840 yuans (1000 euros) l'an dernier et il est même de 40 000 yuans pour ceux qui vivent à proximité des stations de ski », expliquait He Jianghai, chef adjoint du Parti pour la ville de Zhangjiakou, à la presse le 8 juillet.

     

    223466-club-mediterranee-choisi-station-yabuli.jpg

    Station de ski en Chine, comme on le voit, pas besoin de neige artificielle comme certains détracteurs

    en Occident aiment à faire croire.

     

    D'après lui, plus de 20 000 habitants de la région ont rejoint l'an dernier le secteur du tourisme et les secteurs connexes, soit un sixième de la population locale.

     

    Et d'ajouter que le district a construit un centre de gestion urbaine numérique et va promouvoir les transports, les loisirs, les soins de santé et d'autres services au profit de sa population.

    La construction d'une ligne à grande vitesse entre Beijing et Zhangjiakou a par ailleurs été avancée, pour être achevée d'ici 2019.

    D'ici cinq ans, un réseau ferré de 1500 km traversera la région, faisant de celle-ci l'une des mieux desservies par le chemin de fer au monde, selon le planificateur économique national. La densité du réseau ferré facilitera également les échanges entre les habitants et les entreprises.

    L'organisation commune des Jeux va encore promouvoir un double contrôle de la pollution de l'air, selon Wang Hui, secrétaire général adjoint et porte-parole du comité de candidature de Beijing 2022.

    Zhangjiakou, située à environ 200 kilomètres de Beijing, dispose de ressources importantes en énergies éolienne, solaire et biomasse, et s'est fixée pour objectif de construire une zone olympique à faibles émissions de carbone qui fera office de leader mondial.

    La ville projette en effet d'accroître la part des énergies renouvelables dans sa consommation énergétique totale à 55 % d'ici 2020, selon un programme de développement approuvé par le Conseil des affaires d'Etat.

    Après les JO, les autorités espèrent qu'au moins 300 millions de Chinois découvriront et pratiqueront les sports d'hiver.

     

    ski-resorts.jpg

                                             Je top 5 des stations de ski en Chine

  • Beijing sera la première ville au monde à organiser les JO d'hiver après les JO d'été