beidou

  • Pourquoi la Chine connait la réussite et l'Europe l'échec?

    beidou2-300x247.jpgGalileo devrait être la réponse européenne au tout-puissant GPS, le système de géolocalisation américain que nous utilisons quotidiennement dans nos voitures ou avec nos téléphones portables. La Chine y a participé au début mais voyant le système européen stagner,les Chinois se sont lassés et ont décidé de lancer leur propre système de géolocalisation,"Beidou" (le nom chinois de la Grande Ourse), qui est déjà opérationnel, au moins sur l'immensité du territoire chinois. La couverture du monde par leur système ne devrait pas tarder.

    L'échec cuisant de l'Europe est du à un manque fonds et à tant de lourdeurs dans le processus de décision . Cette lenteur à l'Union européenne est à l'image aux complexités des décisions et autorisations dans les Etats membres.  Interviewé par Xinhua , à son retour de Chine, le Maire d'Anvers, Bart De Wever , nous déclarait:

    parlant du meilleur souvenir de son séjour en Chine, le président De Wever a rappelé "sans hésitation" la vue sur le Donghai Bridge à Shanghai.

    "Un pont de 32 kilomètres de long construit en deux ans. Deux ans ! En Flandre, dans ce délai, on obtient à peine un permis de bâtir. J'en ai été vraiment impressionné," s'est-il exclamé.

    Le projet de Galileo qui date déjà de 12 ans, devait être mis en service en 2008, mais, il sera, au mieux, opérationnel en 2019 ! Et son prix est passé de 3 milliards à 5 milliards d'euros.

    Ce qui se passe avec l'Europe et son système GPS, est à l'image de ce qui se passe dans beaucoup de domaines. 

    Si l'Europe veut s'en sortir , il faudra qu'elle se départisse de son sentiment de supériorité, voir de son paternalisme face à la Chine. Il faudra que cesse aussi ce préjugé sur un soi-disant manque de qualité des produits chinois. Les succès qu'engrange la Chine, dans des domaines de haute technologie, comme l'aérospatiale, les chemins de fer grande vitesse, les infrastructures routières, maritimes , aériennes,les télécommunications etc... en sont la preuve.

    A contrario, si je reprends Galileo, les problèmes ne sont pas seulement financiers ou décisionnels mais également techniques. A l'heure actuelle, il n'y a que 4 satellites en orbite , les deux satellites suivants n'ont pas pu  atteindre l'orbite cible, à la suite d'une défaillance technique.

     Galileo devait, selon ses promoteurs, capter un marché de 300 milliards d'euros et créer 150 000 emplois. Voilà encore une occasion de passée . Comme vous voyez si le chômage augmente en Europe, ne cherchez la cause en Chine mais dans le manque de détermination et d'organisation des représentants de l'UE d'une part et des différents pays membres d'autre part.

     

  • Le système Beidou (GPS chinois)entre en service dans la zone Asie-Pacifique

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6689/zh/archive/2012/12/29/le-systeme-beidou-gps-chinois-entre-en-service-dans-la-zone.html

    Reading the article in English

      http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6689/en/archive/2012/12/29/le-systeme-beidou-gps-chinois-entre-en-service-dans-la-zone.html

    F201212271706113110021729.jpg

    En une semaine , la Chine vient de porter à bonne fin deux grandes réalisations dont elle peut s'en orgueillir.Quelques jours après avoir lancer la plus longue ligne de TGV du monde , la Chine vient de lancer Beidou, son système GPS. Après avoir dépassé l'Europe dans le domaine des chemins de fer , la voici qui dévance l'Europe dans le domaine de la navigation. Pourtant l'Europe s'était lancée dans la course bien avant la Chine. Mais en Chine , on avance . Quand la Chine a un ogjectif, elle y met le paquet, financier mais aussi une armée d'ingénieurs qui s'appliquent dans le département de R&D. A ce sujet, je viens de visiter une usine à Shenzhen  où pas moins de 50000 ont été engagés dans leur service R&D pour mettre au point des véhicules électriques ainsi que des véhicules sans chauffeur.

    001372a0e6ec12479bfc1d.jpg

    Le système chinois de navigation de fabrication nationale a pour objectif de prendre 70 à 80% du marché local, aujourd'hui dominé par GPS, à l'horizon 2020, a déclaré jeudi un porte-parole du système.

    Nous espérons que les industries fondées sur le système de navigation par satellite Beidou (BDS) détiendront de 15 à 20% des parts de marché d'ici à 2015, a dit le porte-parole de BDS Ran Chengqi, qui est également directeur de l'Office Chinois de la Navigation par Satellite, lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion du lancement officiel du système.

    M. Ran a annoncé que BDS a commencé jeudi à fournir des services de positionnement, de navigation, de calendrier et de messages courts aux utilisateurs civils en Chine et des régions avoisinantes de la région Asie-Pacifique.

    Selon M. Ran, la fonctionnalité et la performance générale de BDS est « comparable » au système GPS.

    Il a en outre expliqué que le service ouvert de BDS est actuellement disponible et qu'il possède une précision de positionnement de 10 mètres, une précision de vitesse de 0,2 mètres par seconde et une précision de synchronisation à sens unique de 50 nanosecondes.

     

    001372a0e6ec12479bb81c.jpg



    BDS offre plus de confort pour les utilisateurs de systèmes de navigation ayant un équipement compatible avec des systèmes de navigation multiples, car ainsi ils n'auront plus à compter sur un service unique, a déclaré M. Ran.

    Selon un rapport de 2011, 95% des équipements de navigation par satellite en Chine étaient dépendants des services GPS, tandis que les statistiques industrielles montrent que la production totale du secteur chinois de services de navigation dépassera les 120 milliards de Yuans (19,2 milliards de Dollars US) en 2012.

    La Chine a lancé le premier satellite destiné au service de BDS en 2000, et une version préliminaire du système a été utilisée à titre expérimental pour le contrôle de la circulation, les prévisions météorologiques et les secours en cas de catastrophe depuis 2003.

    001372a0e6ec12479c7e1e.jpg

     

     

     

  • La Chine lance son 10ème satellite pour le système de navigation indépendant Beidou

    La Chine a lancé avec succès un nouveau satellite à 05h07 heure de Beijing, le 10ème de son propre système de navigation et de positionnement global connu sous le nom de Beidou (Compass), a indiqué le centre de lancement.

    Le satellite, lancé depuis le centre de lancement de satellites de Xichang, dans la province du Sichuan (sud-ouest), a été transporté vers son orbite géostationnaire par une fusée Longue-Marche-3A.

    Il s'agissait du 153ème lancement effectué par une fusée de type Longue-Marche.

    La structure de base du système Beidou vient donc d'être mise en place, et les ingénieurs conduisent actuellement des tests et des évaluations complètes de ce système.

    Selon les déclarations des autorités, le système fournira des services de positionnement et de navigation en temps réel pour la Chine et les régions voisines avant la fin de l'année.

    Davantage de satellites seront lancés d'ici la fin 2012 pour le système Beidou afin d'étendre sa couverture et d'améliorer les services.

    Le système de positionnement et de navigation global Beidou sera achevé en 2020, avec 30 satellites en orbite.

    Débuté en 2000, le système Beidou a été conçu pour mettre un terme à la dépendance de la Chine envers le système américain, le GPS (Global Positioning System).