barbarie

  • De Charlie Hebdo à la multiplication des actes de barbaries , l'Occident "devrait admettre ses erreurs"

    SLBCtdc01-une2-642x362.jpg

    Les attentats et événements qui se sont déroulés en France ces derniers jours constituent les sujets

    primordiaux de discutions dans la presse chinoise et sur tous les réseaux sociaux chinois.

    Xinhua, l'agence de presse chinoise s'est livrée à une réflexion judicieuse et perspicace sur le sujet.

    L'attentat contre le siège de Charlie Hebdo de mercredi, la fusillade de jeudi et les prises d'otages de vendredi qui ont semé la panique ces derniers jours en France ont suscité une vague de consternation et d'émotion à travers le monde.

    Les trois auteurs présumés des attaques les plus meurtrières perpétrées en France depuis 50 ans étaient tous les trois djihadistes, ce qui a suscité beaucoup de débats sur la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, mais également une réflexion sur les erreurs de l'Occident ayant conduit à ces barbaries.

    A n'en point douter, les auteurs des attentats ignobles de Paris ne peuvent qu'être condamnés, mais au-delà du besoin immédiat d'appréhender ces tueurs insensés, l'éruption de barbarie dont nous avons été témoins est l'occasion de reconnaître que la politique actuelle vis-à-vis du Moyen-Orient suivie par l'Occident et ses gouvernements est désastreuse.

    "Il ne faut pas négliger l'hypocrisie des voix de l'Occident qui ont attisé les flammes de ces barbaries en Libye, en Syrie et en Irak au cours des dernières années, et qui crient plus fort maintenant du fait que ces actes se déroulent sur leur propre territoire", écrit le commentateur John Wight dans un article publié sur le site internet de Russia Today (RT).

    Ce que les idéologues occidentaux anti-musulmans et les partisans libéraux de l'hégémonie occidentale oublient de mentionner, c'est que la grande majorité des victimes de l'extrémisme islamique sont des musulmans, déplore John Wight.

    "Ils évitent également de mentionner que les musulmans représentent la majorité des victimes de l'extrémisme occidental ainsi que du financement et du soutien de l'Occident à des actes similaires de barbarie en Libye et en Syrie, où les massacres sont une réalité quotidienne depuis plus de trois ans", poursuit le commentateur.

    "Les gouvernements occidentaux ne devraient-ils pas s'excuser pour le carnage et le chaos qu'ils ont précipités ces dix dernières années, voire avant, dans une série sans fin de guerres, d'occupations et d'interventions militaires?", s'interroge-t-il.

    La France a grandement favorisé la descente de la Libye dans les abîmes de la violence et de l'extrémisme. De même, elle a joué un rôle clé dans la prolongation de la misère subie par le peuple syrien, "qui résiste désespérément à l'invasion de son pays par des milliers d'extrémistes qui ont l'intention de le transformer en cimetière", selon M. Wight.

    "Le gouvernement britannique s'est rendu coupable de la même politique perfide, tout en affirmant la légitimité de la démocratie et de la civilisation. Mais ce qu'ils appellent la démocratie s'est depuis longtemps révélé être de l'hypocrisie organisée", dénonce-t-il.

    A QUI TOUT CELA PROFITERA ?

    Pour l'écrivain chinois Song Luzheng, la tragédie de Paris accélérera la montée en puissance de l'extrême droite. "Sous la pression de l'opinion publique, la France introduira une politique plus stricte sur l'intégration, ce qui, à son tour, entraînera une réaction négative de la communauté musulmane dans le pays", analyse M. Song.

    Un avis partagé par M. Wight, selon qui "le soutien au Front national (extrême droite) dirigé par Marine Le Pen, avec sa position anti-immigration et anti-musulmans, sera renforcé".

    En réalité, non seulement en France mais aussi à travers toute l'Europe occidentale, l'extrême droite monte. Les récentes manifestations de masse contre les musulmans en Allemagne ont déjà reflété une tendance inquiétante avant le massacre de Charlie Hebdo, et cela ne fera qu'empirer à présent, détournant l'attention vis-à-vis de la culpabilité des gouvernements occidentaux dans la création des conditions qui ont favorisé la croissance et la diffusion de l'islamophobie.

    "Dans l'hystérie actuelle, il ne faut pas oublier que le terrorisme n'a pas de passeport. Ce n'est pas l'apanage d'une nationalité ou d'une religion. La solution la meilleure et la plus efficace pour éradiquer le terrorisme dans son pays est de cesser de le soutenir à l'étranger", conclut M. Wight.

    016807745_40100-500x281.jpg

    Explosion en Syrie