babyboom

  • Croyances de l'astrologie chinoise: bayboom l'année du cheval car l'année de la chèvre est une mauvaise année

    F201405141506326031352857.jpg

     

    Certains obstétriciens à Beijing ont remarqué une augmentation évidente de la charge de travail cette année, et ils l'attribuent en partie à l'astrologie traditionnelle chinoise.

    Zhai Guirong, une gynécologue travaillant dans un établissement privé, a déclaré que le Ward obstetrics hospital était plein et ne pouvait plus accueillir de femmes censées donner naissance avant décembre.

    «Le zodiaque chinois a une grande influence sur le volume de travail. Beaucoup plus de femmes ont accouché à l'hôpital en 2012 pour l'année du Dragon, qu'en 2013, pour l'année du serpent», a-t-elle indiqué.

    En ajoutant que cette année, l'année du cheval, a vu une recrudescence chez les femmes enceintes cherchant de l'aide.

    «Les femmes enceintes viennent me demander si leur bébé naîtra dans l'année du cheval, car elles ne souhaitent pas une naissance pendant l'année de la chèvre en 2015».

    Bien que n'ayant pas de preuves scientifiques, ceux qui tiennent à la culture traditionnelle chinoise pensent que les gens nés dans l'année de la chèvre auront une mauvaise fortune tout au cours de leur vie.

    L'influence des douze symboles du zodiaque chinois sur les choix des Chinoises pour donner naissance est plus évidente dans les hôpitaux privés, puisque ses obstétriciens ont souvent moins de pression que leurs homologues du public, a déclaré Zhai, qui a travaillé à l'hôpital obstétrique et de gynécologie de Beijing pendant plus de 40 ans.

    Il est temps de remarquer cette tendance.

    «Contrairement aux établissements privés, les services obstétriques des hôpitaux publics à Beijing tournent toujours à pleine capacité. Donc, ils ne peuvent pas bien se rendre compte de la différence annuelle dans la charge du travail» a-t-elle noté.

    Toutefois, l'astrologie chinoise pourrait avoir joué un rôle en 1991, une autre année de la chèvre, lorsqu'elle travaillait à Pékin.

    « Plus de 2 000 bébés sont nés en 1991 à l'hôpital, alors que le nombre était de plus de 3 000 en 1990 et de plus de 4 000 en 1992».

    Gu Yueshan, responsable du Maternal and Child Health Hospital de Tongzhou, dans le district de Tongzhou de la capitale, a évoqué une tendance similaire.

    Le nombre de bébés nés ici entre janvier et avril a augmenté de 29,4 % par rapport à celui de la même période l'an dernier, et le nombre moyen de personnes se rendant au service obstétrique de l'hôpital a dépassé les 800 patientes par jour.

    « Seulement une moyenne de 500 à 600 patientes par jour ont visité le département l'an dernier. »

    De plus, le nombre de femmes inscrites cette année pour un contrôle de grossesse et d'accouchement, a augmenté jusqu'à présent de plus de 30 % par rapport à la même période en 2013, a-t-il précisé.

    D'après Gu Yueshan, on doit cette augmentation notamment au fait que de nombreuses clientes veulent accoucher dans l'année du cheval plutôt que celle de la chèvre.