avortement

  • Deux Chinois sur trois trouvent l'homosexualité inacceptable

    mariagegaychine.jpg

    Deux adultes sur trois en Chine trouvent l'homosexualité inacceptable, principalement parce qu'elle est incompatible avec les valeurs traditionnelles chinoises, selon une enquête publiée hier par l'Université Jiaotong de Shanghai.

    L'université a demandé à près de 3 500 habitants de 34 villes du pays ce qu'ils pensaient de sujets controversés tels que l'homosexualité, le suicide, l'euthanasie, la violence domestique et l'avortement.

    Il était demandé aux participants d'évaluer leur acceptation de chaque sujet entre un et cinq points. Un point signifiait que le comportement en question était inacceptable, et cinq points le qualifiait de tout à fait compatible avec la vie de tous les jours.

    L'enquête a montré que 58 % des répondants ont donné un point au sujet de l'homosexualité, contre 8,3 % lui en accordant cinq. Environ 10,5 % lui en ont donné deux, également dans la gamme inacceptable, tandis que 18,3 % ont préféré les trois points signifiant une opinion neutre.

    86,5 % des participants ont jugé le suicide inacceptable.

    Quant à la violence domestique, 94,3 % des répondants ont qualifié le comportement d'inacceptable, avec 87,3 % du panel total lui donnant un point.

    À l'inverse, l'acceptation du divorce est élevée avec 71,5 % des répondants estimant qu'il n'y avait rien de mal à cela, marquant un renversement de la vision traditionnelle que le mariage est pour toujours.

    Plus des deux tiers des répondants ont dit qu'ils ne pouvaient accepter l'euthanasie, et près de 60 % étaient contre l'avortement.

    Près de 70 % ont affirmé que les enfants devraient être le principal soutien de leurs parents du troisième âge, contre seulement 19 % qui estiment que le pays devrait être responsable de cette prise en charge, une indication que le devoir filial est encore dominant dans la société chinoise.

    Toutefois, l'enquête a montré que les personnes ayant un niveau d'éducation et des revenus plus élevés ont tendance à être d'accord avec l'idée que le pays devrait prendre soin des personnes âgées. Les répondants plus âgés avaient également tendance à soutenir ce point de vue.

    Lorsque les enquêteurs ont demandé aux participants s'ils pensaient que la valeur d'une personne pouvait être évaluée en fonction de ses revenus, plus de 75,4 % ont répondu non.

    Sur le sujet controversé de l'indifférence croissante au sort des autres, et le manque de chaleur dans la société, l'enquête a révélé que 64,8 % des répondants estimaient qu'ils pouvaient faire confiance aux autres. Plus les répondants étaient âgés, moins ils étaient susceptibles de faire confiance à autrui. Toutefois, 78,4 % ont dit qu'ils étaient prêts à aider un inconnu.

    L'enquête a conclu que, bien que les valeurs personnelles des Chinois aient beaucoup changé au cours des 30 dernières années, les valeurs traditionnelles jouent encore un rôle prédominant.

    Les enquêteurs ont appelé les gens à être plus tolérants des différentes opinions sur les sujets controversés.

     

  • 25 personnes condamnées pour des avortements illégaux dans l'est de la Chine

    Ving-cinq personnes ont été condamnées à des peines de prison ou mises sous surveillance dans la province orientale de l'Anhui pour avoir pratiqué des tests de vérification du sexe sur des foetus ainsi que des avortements illégaux, a annoncé mardi un tribunal local.

    Le Tribunal populaire du district de Shushan, dans la ville de Hefei, capitale provinciale, a ouvert lundi le procès de plusieurs suspects, dont Liu Caiyun et Wu Chunhong, accusées d'avoir mené des opérations médicales illégales de contrôle des naissances.

    Liu Caiyun a été condamnée à deux ans et neuf mois de prison et 150 000 yuans (23 809 dollars) d'amende, alors que Wu Chunhong a reçu une peine de deux ans et trois mois de prison et une amende de 100 000 yuans.

    Liu Caiyun et Wu Chunhong ont été arrêtées le 17 novembre 2011 alors qu'elles menaient des avortements sur trois femmes. Une enquête ultérieure a montré que 23 autres personnes étaient impliquées avec ces deux suspectes, faisant de cette affaire d'avortements illégaux la plus grave qu'ait connu la province ces dernières années.

    Cette bande a offert des tests pour déterminer le sexe des foetus et des avortements à près de 100 femmes au cours des trois dernières années, amassant d'importantes sommes d'argent, a indiqué le tribunal.