autorité locale

  • Violente expropriation en Chine : les autorités locales critiquées dans la presse et sur le net

    001ec94a27151553d16205.jpg

    Les autorités de la ville de Xinzheng, dans la province du Henan (centre), ont mentionné lundi un cas de démolition ayant supposément impliqué des faits de violence, alors que ce dernier suscite une nouvelle vague de critiques à l'égard des démolitions forcées pour la construction d'infrastructures publiques au sein de la population.

    Selon le comité du Parti communiste chinois pour la ville de Xinzheng, la maison démolie était située sur un lot de terres devant être expropriées pour la construction de la ligne 2 du métro de la ville, tandis que ses habitants devaient être relogés ailleurs.

    Zhang Hongwei, le propriétaire de la maison en question, avait refusé de coopérer avec les autorités lors des procédures de réimplantation et réclamait des indemnisations trop importantes lors des négociations, a indiqué le comité de la ville.

    Ce dernier précise que le comportement de Zhang a également retardé la construction du métro d'une vingtaine de jours.

    Par ailleurs, le comité a promis de sanctionner tout comportement illégal ou infraction disciplinaire observé durant le processus de démolition, indiquait Le Quotidien du Peuple ce lundi.

    La démolition de la maison de Zhang avait finalement eu lieu vendredi aux alentours de minuit, après qu'une dizaine de personnes se sont apparemment introduites chez lui pour le traîner de force, ainsi que son épouse, dans une camionnette sans plaque d'immatriculation. A peine vêtu, le couple fut plus tard relâché dans un cimetière abandonné.

    Lorsque Zhang et son épouse sont finalement parvenus à rejoindre leur maison quatre heures plus tard, celle-ci avait déjà été démolie et tous leurs biens avaient été enfouis sous les décombres, rapporte China National Radio (CNR).

    Cet événement suscite des préoccupations au sein de la population depuis qu'une série de photos de Zhang apparaissant en sanglots avec sa famille devant les restes de sa maison ont fait le tour du web lundi matin. Si plusieurs internautes reprochent au couple d'avoir volontairement enfreint le règlement, la majorité blâme néanmoins le gouvernement local pour avoir eu recours à la violence.

     

    001ec94a27151553d16907.jpg