automobile

  • De nombreux concessionnaires d'automobiles en Chine exagèrent les problèmes des véhicules qui viennent en réparation pour faire plus de profits

    De nombreux concessionnaires d'automobiles en Chine exagèrent les problèmes des véhicules qui viennent en réparation pour faire plus de profits, selon un rapport publié par la Télévision centrale de Chine (CCTV) dans son programme annuel du Gala du 15 mars.

    Soixante-trois pour cent des concessionnaires ont surévalué un simple problème dans la bobine d'induction du système d'allumage en expliquant aux clients que certains composants du système d'allumage devaient être remplacés.

    Le programme, co-produit par CCTV et divers ministères, notamment l'Administration générale de la Supervision de la Qualité, l'Inspection et la Quarantaine et l'Administration d'Etat pour l'Industrie et le Commerce (SAIC) ont mis en lumière la supercherie. Emmision diffusée chaque année le 15 mars, depuis 1991, dans le cadre de la Journée mondiale des droits des consommateurs.

    Un certain nombre de concessionnaires automobiles, opérant sous les marques de Dongfeng Nissan Passenger, Shanghai Volkswagen et Mercedes-Benz à Beijing, Tianjin, Shanghai et Hangzhou, ont fait payer à leurs clients des milliers de yuans pour un simple problème qui pourrait être résolu simplement en branchant la bobine d’induction à l'intérieur du système d'allumage. Dans cette affaire, un concessionnaire Mercedes-Benz à Tianjin a facturé plus de 10 000 yuans ( 1600 dollars) pour régler la panne.

    L'Association chinoise des consommateurs a déclaré dans un rapport publié dimanche avoir reçu le plus de réclamations en 2014 concernant Shanghai Volkswagen, avec un total de 863 plaintes déposées, selon le Beijing Times.

    Land Rover Chine a également été sous le feu des projecteurs, avec plusieurs automobilistes qui se sont plaints de problèmes de boîte de vitesses apparus soudainement à l’arrêt, ainsi que des difficultés engageant la marche arrière.

     

     

  • Shenzhen impose un plafond de 100 000 voitures neuves vendues par année dans la ville, dont 20000 allouées aux voitures électriques!!!

    c03fd559e566160ddd2a03.jpg

    Cette photo prise à 19 h 37 le 29 décembre 2014 montre des vendeurs, à la porte du bureau d'un concessionnaire automobile de Shenzhen, essayant d'obtenir les clés des voitures neuves qui viennent tout juste d'être vendues. Les autorités de Shenzhen, une des villes les plus industrialisées de la Chine, ont annoncé à 17 h 40, lundi, que la ville imposerait un plafond sur les ventes de nouvelles voitures. Dans ce contexte, les résidents sont autorisés à acquérir un nouveau véhicule soit par tirage au sort ou par enchère. Depuis 18 h lundi, seulement 100 000 nouvelles plaques d'immatriculation seront allouées par année, un nombre qui comprend 20 000 voitures électriques. En apprenant cette annonce soudaine, les résidents locaux ont profité de la fenêtre de 20 min pour se précipiter chez les concessionnaires pour acheter une voiture.

    Les autorités de Shenzhen ont répondu à la colère qui s'est manifestée en ligne et hors ligne à propos de leur décision soudaine et de l'application rapide d'une limite à l'achat d'une voiture.

    À 17 h 40, lundi, Shenzhen a annoncé des restrictions sur l'achat de nouvelles voitures, en disant qu'elle allait imposer un plafond de 100 000 voitures neuves vendues par année dans la ville, et que 20 % d'entre elles seraient spécialement allouées aux voitures électriques.

    Le règlement est entré en vigueur à 18 h, lundi, 20 min après avoir été annoncé. Cette mesure était un renversement clair de la position adoptée précédemment.

    En entendant ces nouvelles, beaucoup de gens se sont précipités chez les concessionnaires automobiles, mais ils ont constaté que les points de vente étaient bloqués par la police, et dans les 20 min qui ont suivi, les concessionnaires étaient tous bloqués.

    Cela n'a toutefois pas empêché certaines personnes de se précipiter pour passer des commandes et de déposer des liasses d'argent en acompte.

    Le cours des événements semble se passer exactement comme ce que les autorités avaient prévu. Si le règlement avait été annoncé à l'avance, cela aurait entraîné des achats en panique, ce qui aurait contré l'objectif de la politique, a rapporté le microblog officiel du Quotidien du peuple qui citait le gouvernement de Shenzhen.

    Le public n'a pas été convaincu par l'explication, et une discussion animée a commencé sur Sina Weibo, le populaire service de microblogage de la Chine.

    Le thème, intitulé « restriction sur les voitures imposée par Shenzhen », avait été vu 52 millions de fois et se classait no 12 dans la liste des sujets les plus populaires à 15 h 30 mardi.

    Beaucoup d'utilisateurs ont republié une déclaration faite par un haut fonctionnaire municipal pour exprimer leur étonnement par rapport au soudain renversement de la politique du gouvernement.

    Le gouvernement va solliciter l'opinion publique avant d'aller de l'avant avec la restriction du nombre de voitures, et il n'annoncera pas des politiques de manière soudaine, avait dit Wang Guobin, directeur adjoint du Bureau de police de Shenzhen, lors d'une interview accordée en ligne en avril.

    Utilisant le nom de M. Panming, un microbloggeur a également publié une photo de Xu Qin, maire de Shenzhen, qui avait dit que Shenzhen allait utiliser des méthodes économiques pour alléger la congestion de la circulation au lieu de restreindre les ventes de voitures neuves, lors d'une conférence de presse donnée au début de l'année.

    Shenzhen avait 3,14 millions de voitures le 20 décembre 2014 et se classait au premier rang pour la densité des véhicules en Chine, a révélé lundi un communiqué du gouvernement de Shenzhen.

    Personnellement, je ne comprends pas cette réaction. La ville de Shenzhen offre des infrastructures de transport en commun exemplaires, propres,sécurisées, ponctuelles et bien implantées dans la ville. J'utilise le métro et les bus quotidiennement et les taxis qui sont excessivement bons marché, de 5 à 10 fois moins cher qu'à Paris ou Bruxelles, sont là en cas d'urgence.

  • PSA (Peugeot): nouveau dégraissage considérable l'an prochain, 3450 postes menacés , presque tous en France

    002564bb44f715d943ea06.jpg

    On en parle en Chine , on tente de le garder sous silence en France, mais afin de faire aboutir le projet de redressement de son nouveau PDG Carlos Tavares, PSA, toujours en difficulté, se verrait contraint d'effectuer un nouveau dégraissage considérable l'an prochain.

    La suppression de personnel viserait cette fois 3450 postes. La grande crise du marché automobile européen a considérablement affaibli le constructeur français.

    En début d'année, PSA a en effet dû céder des actions à l'Etat français et au chinois Dongfeng Motors, chacun détenant désormais 14% de son capital, en échange d'un financement qui devait permettre au groupe d'affronter la crise. Les mesures qui furent prises sont insuffisantes pour que la Chine puisse sauver PSA.

  • BYD présente le plus grand autobus électrique du monde aux Etats-Unis

    FOREIGN201410221706000397187865535.jpg

    Récemment, le plus grand bus électrique du monde a été présenté par la compagnie d’automobiles BYD de Shenzhen lors de l’exposition 2014 des équipements et techniques des transports en commun, organisée à Houston aux Etats-Unis. Appelé Lancaster, l’autocar mesure 18 m de long et a demandé deux ans pour sa conception. Il peut transporter au maximum 120 passagers et circuler plus de 270 km après être une pleine recharge.

     

    « Le bus électrique est écologique, car il utilise des énergies renouvelables, dont l’énergie éolienne et solaire » a souligné Micheal Austin, vice-président de BYD, « Notre choix d’aujourd’hui a laissé une précieuse richesse à notre descendance. Que ce soit sous l’aspect de l’environnement ou de l’économie, ils bénéficieront de cet acte sur le long terme ».

    aa 5626.JPG

    En 2010 , après avoir visité la première société de taxis  tout électriques au monde, située à Shenzhen, j'ai été reçu

    au siège de BYD , aussi à Shenzhen. Cette firme de construction automobile équipe maintenant de nombreuses compagnies de taxis un peu partout dans le monde dont Bruxelles où 35 taxis ,tout électriques, circulent.

    aa 5613.JPG

     

    PC110376-001.JPG

    aa 5621.JPG

    BYD présentait aussi sa voiture sans chauffeur dont ils attendent qu'elle soit homologuée.

     

  • Saab renaît grâce à son nouveau propriétaire chinois et par l'électrique

    sans-titre.pngLa compagnie automobile Saab relancera lundi sa production en Suède, deux ans après que la filiale de General Mortors (GM) ne dépose son bilan, a annoncé vendredi son nouveau propriétaire.

    «Les premières voitures sortiront lundi», a indiqué à l'AFP Mikael Oestlund, un porte-parole du propriétaire de la nouvelle compagnie, National Electric Vehicle Sweden (NEVS).

    National Electric Vehicle Sweden (NEVS) est détenue à 78% par National Modern Energy Holdings société chinoise de Hong Kong et la ville chinoise de Qingdao qui détient 22%.

     

     

    Au moment de son dépôt de bilan en décembre 2011, Saab construisait une nouvelle version de sa 9-3 berline, mais a été obligé de l'arrêter à cause d'un manque de financement.

    La compagnie à capitaux chinois NEVS qui a repris financièrement Saab en août 2012 ainsi que la production de la berline.

    «C'est très semblable, vous ne pouvez changer ou améliorer beaucoup en un an. Nous avons acheté les actifs en août de l'année dernière», a ajouté M. Oestlund.

    «Notre objectif a été de renforcer la coopération et de travailler avec nos 400 fournisseurs et nous assurer que les équipements fonctionnaient».

    La compagnie a l'ambition de lancer une version électrique de la berline en 2014, destinée en premier au marché chinois

    «Nous produirons le châssis à Trollhättan en Suède et monterons les batteries en Chine», a précisé M Oestund.

    Saab a fait faillite il y a près de deux ans et a été brièvement reprise par l'entreprise automobile néerlandaise Spyker qui a été impliquée dans une bataille judiciaire avec l'ancien propriétaire de Saab, General Motors (GM).

    NEVS prévoit d'adapter la chaîne de montage de la Phoenix de Saab en remplaçant 20% des pièces provenant de GM pour construire une chaîne de montage adaptée aux véhicules électriques».

    Oestlund a indiqué qu'au début la production sera faible, sans donner plus de précisions.

    «Nous ne ferons pas de promesses sur nos prévisions (...) nous allons commencer la production lentement et nous adapterons notre augmentation à la demande».

    photo-saab-900-cabriolet.jpg

     

     

     

  • GEELY , VOLVO , 2 DESTINS.

    Parcours croisés de Geely et Volvo

    Au départ, Geely n'était qu'un fabricant de pièces détachées de réfrigérateur, avant de devenir le plus grand constructeur automobile privé chinois.

    La marque entre dans l'industrie automobile en 1997. Aujourd'hui, Geely détient 6 centrales d'assemblage de véhicules et de moteur en Chine. Sa capacité de production atteint 300 mille unités par an, et l'objectif est fixé à 400 mille pour 2010. Son volume de vente s'est élevé de 60% l'an dernier. De son côté, Volvo est une marque très renommée, riche d' une histoire de 86 ans. Depuis la cession de la branche automobile à Ford en 1999, les ventes ont fait l'objet d'une baisse progressive durant une décennie. Volvo Cars a enregistré des pertes nettes, 1,5 milliards de dollars américains en 2008, et 530 millions en 2009.

    Volvo - Geely : énorme marché promis au constructeur suédois

     

    Avec ce mariage entre Volvo et Geely, c'est l'occasion de résumer les apports positifs de cet accord historique entre une marque suédoise de luxe et un constructeur privé chinois.

    La Chine, le plus grand marché automobile au monde, sera bientôt le nouveau foyer de Volvo. Cette affaire donne non seulement à Geely 100% des actions de Volvo, elle permet aussi à la société d'acquérir les principales technologies et équipements manufacturiers, ainsi que le réseau de ventes mondial du constructeur suédois. Selon Li Shufu, le président de Geely, sa firme entend préserver les filiales actuelles de Volvo en Suède et en Belgique, tout en explorant les opportunités d'assemblage des véhicules de la marque en Chine, pour le marché local. Selon les officiels chinois, le rachat pourra aider l'industrie automobile du pays à absorber des technologie de pointe et promouvoir les marques chinoises dans le monde. Ils s'attendent aussi à ce que les automobiles et pièces détachées chinoises prennent une part de marché plus importante aux Etats-Unis, en Europe et au Japon. Pour Volvo, l'avenir paraît également très prometteur. Selon Alexander Klose, le directeur-général de Volvo Chine, l'offre de Geely est très bénéfique au constructeur suédois. Il estime que les modèles de Volvo gagneront du soutien chez les consommateurs et le gouvernement chinois, étant donné que Volvo est maintenant la seule marque automobile haut de gamme détenue par une société chinoise.


  • POUR L'AUTOMOBILE, TOUT VA BIEN...EN CHINE!!!

    BMW accroît ses investissements en Chine

    I

    BMW AG investira 5 milliards de yuans (735 millions de dollars) supplémentaires en Chine, soit le plus gros investissement étranger sur le premier marché automobile du monde.

    Le constructeur automobile allemand a signé jeudi un accord avec son partenaire chinois, Brilliance Automotive Co., sur l'expansion de la construction de la deuxième phase de leur joint-venture.

    Chine: Mercedes-Benz entre sur le marché des voitures d'occasion

    Le constructeur d'automobiles de luxe Mercedes-Benz entre sur le marché des voitures d'occasion avec son projet StarElite, afin de remporter des parts sur le marché automobile chinois et de soutenir ses affaires en Chine, a rapporté jeudi le China Daily, quotidien chinois en langue anglaise.

    Le projet StarElite assure la reprise de multiples marques, et offre des véhicules d'occasion certifiés et un service après-vente de première qualité, a également indiqué le quotidien, citant Bjoern Hauber, directeur général des ventes et des marchés de la Mercedes-Benz (Chine) Ltd.

    Les services du projet StarElite seront disponibles dans 11 villes et 15 concessions de Mercedes-Benz. Le constructeur envisage d'étendre son réseau de 10 à 15 centres StarElite l'année prochaine, et projette d'installer des expositions de voitures d'occasions StarElite chez tous ses concessionnaires, a ajouté M. Hauber.

    Il s'attend à ce que les ventes de voitures d'occasion dépassent les 3 millions d'unités cette année, et augmentent davantage les années suivantes, a ajouté le quotidien.

    La Peugeot 408 sera d'abord lancée en Chine

    F200911121116424215762132

    En raison de la bonne situation du marché chinois, les grands fabricants internationaux se développent bien en Chine et en tiennent de plus en plus compte. Selon Les échos, la nouvelle Peugeot 408 sera lancée d'abord en Chine au début de l'année prochaine. Ce sera la première fois qu'un nouveau modèle de PSA Peugeot Citroën sera lancé prioritairement en Chine au lieu de l'être en Europe. Dongfeng Peugeot annoncera officiellement cette nouvelle lors du Salon de l'automobile de Guangzhou.


  • SANS LA CHINE ,PAS DE SALUT CAR ELLE TIRE L'ECONOMIE MONDIALE;

    Les préjugés des médias occidentaux sur la Chine sont dus à un manque de connaissances

    F200905131006162837251571[1]
    Lionel Vairon lors de l'interview

    Lionel Vairon, ancien diplomate français et auteur du livre « La menace chinoise, mythe ou réalité ?», a déclaré, lors d'une interview accordée à Xinhuanet le 11 mai, que les préjugés perçus par certains médias occidentaux sur la Chine sont dus à un manque de connaissances.

    Lionel Vairon a avancé deux explications à cet état de fait. Premièrement, la commercialisation des médias. Le public ne s'intéresse pas aux rapports ayant pour sujet des informations positives sur la Chine, telles que le succès du développement économique de la Chine. Au contraire, les articles critiquant la Chine sont beaucoup plus appréciés par le public. Les médias sélectionnent ainsi des articles susceptibles de plaire au public.

    Deuxièmement, l'opinion des journalistes. Les journalistes sont obligés de rédiger des articles le plus rapidement possible, ce qui les empêche de faire des études approfondies sur les sujets traités. De plus, la plupart des journalistes occidentaux, qui se trouvent à l'autre bout du monde, n'ont jamais eu l'occasion de se rendre en Chine et de voir la Chine de leurs propres yeux. Pour ceux qui ne parlent pas le chinois, les connaissances sur la Chine sont souvent acquises à travers des « on-dit ». Et finalement, les journalistes, eux aussi, sont souvent influencés par l'opinion des médias, qui est parfois injuste. C'est pour ces raisons-là que les journalistes étrangers ne peuvent pas former leurs propres opinions sur la Chine, qui devraient être basées sur des observations et des analyses. Dans ce contexte, il n'est donc pas surprenant que les articles de certains journalistes étrangers offrent une vision superficielle de la Chine.

    Lionel Vairon est titulaire d'un doctorat d'études vietnamiennes et est diplômé de chinois et de sciences politiques. Cet ancien diplomate a été en poste successivement au Cambodge, en Thaïlande et en Iraq. PDG d'une société de consulting à Bruxelles, il enseigne également à l'Institut National des Langues et Civilisation Orientales (INALCO), à HEC, à l'Institut des Hautes Études de Défense nationale (IHEDN) et dirige le séminaire Chine au Collège Interarmées de Défense (École de Guerre).

    Le public européen connait mal la Chine, mais l'inverse est vrai aussi. Ce qui diffère le chinois de l'européen , c'est que le chinois se garde de tout commentaire tandis que chez nous, les gens y vont de leurs commentaires , souvent bêtes ,parfois méchants. Chez nous,des gens peu instruits , se contentant de lectures sans analyse d'articles de presse dont on vient de voir le manque de sérieux se complaisent dans les stéréotypes les plus écculés qui parfois débouchent sur des déclarations racistes et infâmantes.

    Quand on lit les âneries débitées sur un forum de skynet, sur une déclaration de GM qui ouvrirait des usines en Chine , on reste stupéfait de l'ignorance de certains. Ce n'est pas d'aujourd'hui que GM ouvre des usines en Chine, et depuis des années ,on voit circuler en Chine des Buick et autres modèles de GM. Il se fait que la vente des voitures aux marques de GM a subit un net ralentissement en Occident, heureusement pour GM, en Chine le marché se porte assez bien, donc il est normal que cette firme profite de l'opportunité que lui offre le marché chinois. Jamais une voiture produite en Chine ne sera vendue en Europe même si certains ne peuvent comprendre que le potentiel du marché chinois dépasse les 300 millions de véhicules dans l'immédiat. La palme des coms ridicules revenant à un internaute parlant de 1 à 2 millions d'unités alors que ce chiffre est dépassé depuis des dizaines d'années, en fait depuis mars, il se vend un million de véhicules PAR MOIS, GM prévoit de vendre d'ici 3ans ,2millions de véhicules par an . Donc , grâce à la Chine, de nombreuses usines resteront ouvertes en occident, et de nombreux ouvriers garderont leur poste.Par son marché dynamique la Chine empêche non seulement GM de sombrer,mais de nombreuses firmes de construction automobile, avec le résultat que la casse est limitée ainsi que le nombre de chômeurs,

    Mais cela, quel média est prêt à l'expliquer et en dehors de l'automobile les exemples pleuvent. Sur ce blog je m'évertue a démontrer que la crise,d'abord elle ne vient pas de Chine, mais sans la Chine, il n'est pas de salut car c'est elle qui tire l'économie du monde. Donc plus que jamais, nous avons besoin des chinois.

  • CHINE,PLAN DE SOUTIEN AUX INDUSTRIES AUTOMOBILES.

    La Chine dévoile son plan de soutien aux industries  automobile et sidérurgique

     

     

          BEIJING, 14 janvier (Xinhua) -- Le Conseil des Affaires  d'Etat de la Chine a dévoilé son plan de soutien aux secteurs  automobile et sidérurgique mercredi afin de renforcer ces deux  "industries fondamentales". 

         Selon le plan, le gouvernement chinois réduira la taxe sur  l'achat d'automobiles de moins de 1,6 litre de 10% à 5% entre le  20 janvier et le 31 décembre afin de stimuler les ventes. 

         Le gouvernement offrira également une allocation aux  agriculteurs qui ont l'intention d'abandonner leurs véhicules à  trois roues, d'échanger leurs camions à basse vitesse pour des  camionnettes ou d'acheter une nouvelle camionnette de moins de 1,3 litre. Le fonds totalisera 5 milliards de yuans (730 millions de  dollars). 

         Le plan vise à encourager les géants de l'automobile et les  grands fabricants de pièces d'automobile à procéder à des fusions  ou à des acquisitions et à améliorer leur compétitivité. 

         D'ici 3 ans, le gouvernement central affectera 10 milliards de  yuans dans un fonds spécial destiné à aider les sociétés à  renouveler leurs technologies et à développer de nouveaux moteurs  à énergie alternative.