autoimmolation

  • Les organisations qui préconisent "l'indépendance du Tibet"et dalai lama en flagrant délit de mensonge, une fois de plus

    894825-1102878.jpg

    La police de la province du Qinghai (nord-ouest) a déclaré avoir résolu le cas d'une immolation par le feu, mise en scène par un berger qui voulait en fait se suicider après une querelle avec sa petite amie.

    Cerzha, 25 ans et moine tibétain dans le district de Qumarleb de la préfecture autonome tibétaine de Yushu, a été arrêté par la police et accusé d'avoir incité à la sécession de l'Etat, a indiqué le bureau de la sécurité publique de Yushu.

    Cerzha a avoué avoir été poussé par des forces d'outre-mer à prendre des photos de Tendru Shilha, le berger qui s'est immolé par feu le 27 mai après s'être querellé avec sa petite amie, et à les diffuser.

    Au lendemain de la mort de Tendru Shilha, Cerzha a reçu un appel téléphonique du frère du défunt, qui lui a demandé de lui prêter une lampe du monastère pour les funérailles.

    Cerzha a apporté la lampe chez le père du défunt le 28 mai dans l'après-midi, tout en restant en contact avec un moine -- Tsultrim Yeshe -- qui se trouve en Inde et dont il avait fait la connaissance dans un monastère du district de Chindu à Yushu.

    Après avoir été informé de la mort du berger par Cerzha, Tsultrim Yeshe lui a demandé de prendre des photos du défunt et de chercher une photo de lui avant sa mort.

    Le 28 mai au soir, Cerzha a pris la photo du cadavre de Tendru Shilha avec son portable et s'est procuré une photo prise avant son suicide. Il les a ensuite envoyées à Tsultrim Yeshe.

    Les organisations d'outre-mer qui préconisent "l'indépendance du Tibet" ont toute de suite monté l'incident en épingle et attaqué les politiques ethniques et religieuses du gouvernement chinois.

    Des médias étrangers ont rapporté cette affaire, clamant que Tendru Shilha était la première victime d'immolation par le feu du district de Qumarleb.

    He Zhanlu, chef du bureau de la sécurité publique de Yushu, a fait savoir que des forces domestiques et d'outre-mer avaient travaillé ensemble pour déformer le suicide du berger en auto-immolation par le feu en faveur de "l'indépendance du Tibet".

    pb-120326-tibet-immolation-ps1_photoblog900.jpg

    Les auto-immolations sont bien préparées sous l'oeil de caméras et photographes. Si vous voulez que ces manifestations cyniques cessent ,réclamez la condamnation de dalai lama ,l'instigateur néfaste de ces actes barbares.

     

  • Le dalaï lama refuse de condamner les immolations de lamas par le feu

    624_341_51485851_47974957_640554_6220370.jpg

    Le dalaï lama a ouvertement refusé de condamner les immolations par le feu de lamas dans les régions tibétaines de la Chine.A noter qu'aun incident ,aucune immmolation a eu lieu dans la Région Autonome du Tibet.

    Le soi-disant "leader spirituel" des bouddhistes tibétains a accueilli froidement cette semaine la nouvelle d'un nouveau suicide avec un brusque "sans commentaire" à la question d'un journaliste lui demandant si les moines devaient cesser de s'auto-immoler.

    Ces derniers jours, le dalaï lama se prélasse apparemment dans la gloire, après avoir reçu le Prix Templeton de 1,77 millions de dollars et rencontré le Premier ministre britannique David Cameron, au mépris de l'indignation et des protestations du gouvernement chinois.

     

    Le reste d'influence du "leader spirituel", même après sa prétendue retraite l'année dernière, lui plaît tellement qu'il ne semble pas se soucier de la perte de vies ordinaires.

    Ou peut-être ne s'en est-il jamais soucié. Les victimes de ces autoimmolations étant de jeunes moines endoctrinés dès l'enfance par dalai lama et sa bande.

    Le 14e dalaï lama s'est prétendument battu pour les droits et les intérêts des Tibétains depuis sa fuite de Chine en 1959. Ces déclarations cependant, ne sont destinées qu'à apaiser les bouddhistes tibétains dévots qui ont encore foi en lui, et à persuader ses supporters occidentaux de continuer à soutenir son mouvement pour "l'indépendance du Tibet", qui vise à séparer le Tibet de la Chine.

    Avec cet objectif à l'esprit, le dalaï lama était certainement ravi de voir le problème du Tibet devenir une question politique internationale. En outre, la vague d'auto-immolations de l'année dernière lui a bien servi, en attirant davantage d'attention internationale.Chaque auto-immolation étant bien orchestrée par la bande du Ben Laden bouddhiste , et toujours après que l'on aie bien préparé caméras et appareils photographiques.

    Il n'est ainsi pas difficile de comprendre pourquoi le dalaï lama est resté silencieux et apathique envers les morts et les blessés occasionnés par ces événements tragiques.

    Au lieu de condamner et d'appeler à la fin des actes suicidaires qui s'écartent des principes du Bouddhisme, le dalaï lama a même fait l'éloge du "courage" des auto-immolateurs.

    Plus de 20 Tibétains sont décédés d'auto-immolations depuis mars 2011.


    Dalaï Lama - le démon à l'interieur par Stratasie

  • Chine : l'auto-immolation ne peut pas perturber le développement des régions tibétaines

    Des enquêtes montrent un motif politique derrière les auto-immolations dans les régions tibétaines

    Les similarités trouvées dans les auto-immolations survenues dans les régions tibétaines de la Chine indiquent une orchestration occulte avec un motif politique transparent, ont souligné des fonctionnaires mercredi à Beijing.

    Wu Zegang, chef de la préfecture d'Aba dans la province du Sichuan (sud-ouest), a expliqué que la police avait enquêté sur les auto-immolations survenues ces derniers mois dans les régions tibétaines des provinces du Sichuan et du Qinghai bordant le Tibet, trouvant que les victimes avaient été utilisées par les séparatistes pour provoquer des troubles.


    Les activités séparatistes de la clique du dalaï lama sont vouées à l'échec, car les auto-immolations dans quelques monastères ne peuvent pas perturber la tendance au développement stable dans les régions à population tibétaine, a déclaré mercredi Li Changping, membre du Comité permanent du Comité provincial du Parti communiste chinois (PCC) pour le Sichuan.

    "La clique du dalaï lama a fait de nouvelles tentatives pour diviser la Chine, et seuls quelques moines et nonnes s'en sont fait l'écho à distance. Mais ils ne peuvent ni représenter tous les tibétains ni empêcher la tendance de développement stable dans ces régions", a annoncé M. Li lors d'une discussion en groupe de la délégation du Sichuan ouverte aux médias pendant la session législative en cours.

    Des maisons de style tibétain dans une vallée du district de Linzhi dans la région autonome du Tibet (sud-ouest), le 4 juillet 2011

    Ces derniers mois, une série d'auto-immolations se sont produites dans les zones tibétaines des provinces du Sichuan et du Qinghai, voisines du Tibet. Et au moins deux lynchages de bureaux de police ont été rapportés dans les zones tibétaines instables du Sichuan fin janvier, faisant au moins deux morts et plus de douze blessés.

     

    L'habitant local Dolkar entre dans sa maison dans le district de Mozhugongka, de la région autonome du Tibet (sud-ouest), le 4 juillet 2011